TPL_GK_LANG_MOBILE_MENU

SGB MAF GIF 1000x250px

A+ A A-

Tensions politiques au Togo : La Cpfg apporte son soutien au peuple togolais

CPFG

La Convention patriotique des forces de la gauche (Cpfg) a organisé vendredi, 06 octobre 2017 à la Bourse de travail de Cotonou, un géant meeting de soutien au peuple togolais pour demander le départ du président Faure Gnassigbé du pouvoir.

Ils étaient nombreux à se mobiliser à Cotonou pour apporter un soutien digne du nom à la lutte héroïque du peuple togolais. « Le peuple béninois est solidaire avec ses frères togolais, il salue leur bravoure ! », « Faure Gnassigbé, dégage ! Le peuple togolais exige ton départ », « Suffit la dictature ! Cinquantenaire du Clan Gnassigbé ». Ce sont quelques messages qu’on pouvait lire sur les pancartes. En effet, depuis le 19 août 2017, le peuple togolais descend dans les rues pour exiger la fin du régime de Faure Gnassigbé. La répression opposée par le gouvernement a fait des blessés, des morts et des dégâts matériels. Prenant la parole, le porte-parole de la Convention patriotique des forces de la gauche, Glibert Kouessi est revenu sur la gestion du Togo par le clan Gnassigbé depuis 1963, année d’assassinat du père de l’indépendance nationale Sylvanus Olympio. « Ainsi, depuis 1967, le peuple togolais souffre le martyr avec un régime dictatorial et kleptocrate…Le 5 octobre 1990, la jeunesse togolaise, à travers le MO5, mouvement du 5 octobre, s’est soulevé pour demander la fin de la dictature. La répression a été terrible ; mais le mouvement s’est poursuivi, aboutissant à la Conférence Nationale où les rapports de force auraient permis de chasser Eyadema, n’eut été la trahison de certains leaders togolais toujours enclins à la compromission avec la dictature. Au sortir de la Conférence Nationale, une Constitution a été adoptée qui comme la nôtre, limite le nombre de mandats à deux, avec impossibilité d’y déroger en aucun cas. Le 31 décembre 2002, arrivé au terme de ses deux mandats après 27 ans de règne, GNASSINGBE-Père change la Constitution et impose la non limitation des mandats…Le 5 février 2005, le dictateur  meurt brutalement…Dans la même nuit du 5 février 2005, la France envoie un juriste français pour modifier la Constitution le 6 février 2005, pour permettre à l’héritier du dictateur,  de monter sur le trône. C’est ainsi que Faure GNASSINGBE est arrivé au pouvoir. Depuis lors, d’élections truquées en élections préfabriquées, Faure se maintient au pouvoir, aggravant la souffrance du peuple togolais. Mal lui en a pris, puisqu’aujourd’hui, le peuple togolais est dans la rue aux cris de : 50 ans de dictature, on n’en veut plus ! » a-t-il déclaré. Et de poursuivre « Et on voit comment ce peuple qui s’est toujours battu, qui a brillamment conquis son indépendance en 1958 au prix de son sang, se bat avec courage et fait  l’admiration des autres peuples et surtout du nôtre qui doit lui apporter son soutien le plus ferme. Pour notre part, chers amis, nous voulons relayer ici, le soutien de notre peuple au peuple frère du Togo. La lutte du peuple togolais est la nôtre. Voilà pourquoi nous disons avec lui : 50 ans de dictature clanique ça suffit ! Faure Gnassigbé dégage ! ». Pour Paul Essè Iko, lorsqu’un peuple est opprimé, il se révolte et la lutte des togolais mérite d’être soutenue.

Aziz BADAROU

Dernière modification lemardi, 10 octobre 2017 04:31
Connectez-vous pour commenter
Retour en haut

Application Mobile

app-mobile-android

Abonnement Numérique

abonnement-numerique

Abonnement Papier

abonnement-papier

Inscrivez-vous à notre Newsletter et revevez l'information en continu ! Les dernières nouvelles, les dernières déclarations, l'information où que vous soyez !