TPL_GK_LANG_MOBILE_MENU

Banner-CASH AND ART- 22

A+ A A-

Royaume-Uni : Un troisième «royal baby» est né

royal-baby

Kate, l'épouse du prince William, a donné naissance ce lundi 23 avril au troisième enfant du couple. Le palais de Kensington a annoncé que la duchesse de Cambridge avait accouché « sans problème d'un garçon à 11h01 ». Son nom sera rendu public « en temps voulu ».

Désormais rompus à l'exercice, Kate et William sont apparus tout sourire en haut des marches de la maternité de St. Mary. Radieux, le couple s'est laissé volontiers photographier en compagnie de leur second fils, un gros poupon de 3,8 kg, endormi dans les bras d'une duchesse de Cambridge maquillée et coiffée avec soin, portant robe rouge éclatante et talons hauts, elle qui avait accouché à peine quelques heures plus tôt.

Dès la nouvelle connue, un crieur public en habit rouge et chapeau à plume était venu « officialiser » l'arrivée du troisième bébé Cambridge toute cloche dehors. Souhaitant longue vie au petit garçon, il a rappelé qu'il était désormais cinquième dans l'ordre de succession après son grand-père, le prince Charles, son père William, son grand frère George et sa grande sœur Charlotte.

Les deux aînés, âgés de quatre et deux ans, ont quant à eux fait sensation en arrivant en compagnie de William à l'hôpital pour faire connaissance avec leur petit frère. Charlotte s'est attirée les faveurs de la foule en saluant avec assurance dans la plus pure tradition royale.

Comme pour ses frère et sœur, on ne devrait pas connaître les prénoms du bébé avant un ou deux jours. Mais déjà parmi les favoris des parieurs figurent Arthur, Albert, Frederick ou encore Philip, du nom de son arrière-grand-père, le mari de la reine, qui s'apprête à fêter ses 97 ans en juin.

rfi.fr

En savoir plus...

Algérie : Le Fln renouvelle son appel à un 5e mandat de Bouteflika

Bouteflika

En Algérie, le parti présidentiel du Front de libération nationale (FLN) a confirmé samedi 21 avril son appel en faveur d'un cinquième mandat d'Abdelaziz Bouteflika. Le 7 avril, le secrétaire général du FLN avait déjà publiquement fait part de son souhait de voir le président algérien, âgé de 81 ans, de rester au pouvoir au-delà de 2019. Pour le FLN, il s'agit de poursuivre « l'œuvre » du président.

« Garantir la continuité pour la sécurité du pays ». C'est en ces termes que le FLN a justifié ce week-end son nouvel appel lancé au chef de l'Etat. Le parti de libération met aussi en avant le désir de ses militants et l'intérêt des générations montantes.

Depuis le 7 avril, le FLN se positionne donc sans ambiguïté. Le Premier ministre Ahmed Ouyahia a lui aussi fait le vœu de voir le président rester au pouvoir. Le seul à ne pas avoir donné son avis, c'est finalement Abdelaziz Bouteflika lui-même. Coïncidence ou pas, il a simplement inauguré il y a quelques jours deux nouvelles stations de métro et une mosquée historique, comme pour montrer qu'il était toujours aux affaires. Cependant, lors de cette sortie, le chef de l'Etat n'a fait aucune déclaration.

Depuis son accident vasculaire cérébral il y a cinq ans, le chef de l'Etat ne s'est quasiment plus exprimé en public. En 2014, sa candidature à un quatrième mandat avait déjà surpris. Abdelaziz Bouteflika n'avait pas pu tenir de meetings et avait dû faire campagne par procuration.

Aujourd'hui, dans les déclarations de ceux qui le soutiennent, son état de santé et son âge ne sont pas un sujet. Sur la question, la position officielle est régulièrement réitérée, à savoir que le président suit l'actualité et c'est lui qui dirige le pays.

rfi.fr

En savoir plus...

Etats-Unis : Macron à Washington pour une visite d'Etat de trois jours

Donald-Trump-et-Emmanuel-Macron

Emmanuel Macron est arrivé à Washington ce lundi 23 avril en début d'après-midi. C'est la première réception du président français par son homologue américain Donald Trump. Entre les deux dirigeants, les sujets ne vont pas manquer et notamment ceux qui divisent, à commencer par la question du nucléaire iranien.

Emmanuel Macron et son épouse Brigitte sont arrivés à Washington, pour la première visite d'Etat de l'ère Trump. Un honneur salué dès sa descente d'avion par le chef de l'Etat, en anglais puis en français. « Nous avons, les Etats-Unis comme la France, une responsabilité toute particulière au moment qui est aujourd’hui le nôtre. Nous sommes des garants du multilatéralisme contemporain et je crois que nous avons, à travers ces échanges, beaucoup de décisions à prendre et à préparer », a déclaré le président français.

Trois jours de visite très protocolaire : tapis rouge, petits plats dans les grands, pour célébrer l’amitié franco-américaine mais également l’excellence de la relation personnelle entre les deux chefs d’Etat.

Cela commence dès ce lundi soir avec un dîner privé très glamour dans la résidence historique de Georges Washington à Mount Vernon. Et c’est seulement ce mardi que les deux présidents aborderont, à la Maison Blanche cette fois, les sujets qui fâchent,notamment l’Iran mais également les relations commerciales.

Objectif pour Emmanuel Macron : mettre à profit leur complicité, leur relation privilégiée pour tenter d’infléchir si possible les positions de son homologue américain.

rfi.fr

En savoir plus...

Circuit Itf/Cat des 14 ans et moins à Lomé : Le Bénin perd trois finales sur quatre

tennis

Démarrée mercredi 18 avril dernier, la première étape du Circuit Itf/cat des 14 ans et moins a connu son épilogue dimanche 22 avril 2018 à Lomé au Togo. Sur les quatre finales, le Bénin n’a enregistré qu’une seule victoire.

Et pourtant, le Bénin avait réussi à se hisser au niveau de quatre finales, aussi bien chez les jeunes filles qu’au niveau des jeunes garçons. Malheureusement, il va en perdre trois. Chez les jeunes filles, on a noté deux défaites. En simple, la jeune Béninois Gloriana Nahum a échoué en trois sets face à l’Ivoirienne Sadjio Coulibaly (6/4, 1/6, 7/10). Même performance en double puisque les Béninoises Gloriana Nahum et Rodia Noudogbessi se sont inclinées en trois sets face à  Sadjio Coulibaly et Minet de la Côte-d’Ivoire (7/5, 1/6, 4/10). Mais contrairement aux jeunes Béninoises, les jeunes garçons ont relevé le défi en double. Dylan Bruce et Mariano Kpodéziaou ont eu le dessus en deux sets sur les Togolais Padio et Cossi Dogbefu (6/0, 6/3). En simple, Mariano Kpodéziaou n’a pu rééditer la même performance et a perdu la finale en deux sets contre le Mauricien (6/3, 6/0). Faut-il le rappeler, la délégation béninoise était composée, au total, de quatre filles, quatre garçons et de deux coaches. Il y a chez les filles, Nahum Gloriana, Rodia Noudogbessi, Émilienne Gantékponcheho, Elleazard Hounfoga.  Chez les garçons, Mariano Kpodéziaou, Gillian Nahum, Emmanuel Udebdi, Bruce Dylan. Leur l'entraîneur a été Christian Allowakinou. Pourtant, aux dires du patron de la Direction technique, Mathieu Ossou Azo, les choix effectués ont été plutôt sportifs. Notons que le Bénin était vainqueur l’année dernière chez les filles à domicile. L’expérience de la capitale togolaise pour défendre a été un goût amer pour les jeunes béninois. Notons que la deuxième étape dudit circuit a démarré dimanche 22 avril et va connaître son épilogue ce mardi 24 avril 2018 toujours à Lomé.

A.F.S.

En savoir plus...

Echos des internationaux béninois : David Djigla marque, beaucoup de béninois présents

David-Djigla

La grande majorité des béninois qui évoluent en Europe ont brillé par leur présence sur les pelouses. Certains se sont même bien illustrés en marquant de but. C’est le cas du sociétaire de Niort qui a ouvert la marque pour son équipe mais battue  au terme du temps règlementaire (2-1).

David Djigla buteur : L’équipe de Niort battue
 
Après trois matches nuls, l’équipe de Niort s’est déplacée sur la pelouse de Châteauroux. (2-1)! Pourtant, c’est la formation de Niort qui a ouvert la marque par l’entreprise de l’international béninois David Djigla (8e minute). seulement, les locaux ont rétabli la parité une minute plus tard puis ont aggravé la note. Malgré son but, le Béninois David Djigla a cédé sa place à la 59e minute de jeu. A quatre journées de la fin de Domino’s Ligue 2, Niort est 14e au classement avec 38 points (-13).

Fabien Farnolle rejoue : Yeni Malatyaspor s’incline

Longtemps abandonné au banc de touche, le gardien de but béninois Fabien Farnolle a renoué avec la pelouse turque. Il fallait attendre la 30e journée de Super Ligi pour voir la troisième titularisation de l’international béninois sous le maillot de Yeni Malatyaspor. Malheureusement, pour son retour, Fabien Farnolle a encaissé trois face à Besiktas (3-1). Yeni Malatyaspor est 10e au classement avec 38 points (-06).    

90 minutes pour Adénon : Amiens vainqueur de sa rencontre
 
Défait à Lyon (3-0) pour le compte de la 33e journée en Ligue 1 en France, la formation d’Amiens a refait son retard une journée plus tard. En effet, en accueillant son homologue de Strasbourg, Amiens a tout simplement pulvérisé son adversaire du jour (3-1).  Une rencontre comptant pour la 34e journée de Ligue 1 française. Une énième fois de suite, le défenseur international béninois a encore tenu son rang de titulaire en jouant l’intégralité du match. A la suite de ce succès, Amiens fait un grand pas vers le maintien, à quatre journées du champion. Amiens est 13e au classement avec 40 points (-06).

David Kiki absent : Brest tient le nul à l’extérieur

Après deux succès de rang à domicile, l’équipe de Brest est allée arracher le point du match face à Sochaux (1-1). Une rencontre que le latéral gauche béninois David Kiki a suivi dans les tribunes. L’international béninois n’est toujours pas entré dans le schéma tactique de son entraîneur. 8e au classement avec 55 points (+10), Brest est déjà assurée du maintien après 34e journées.

Jordan Adéoti présent : L’Aj Auxerre battue en déplacement
 
Troisième revers de suite pour l’Aj Auxerre dans le championnat français de Domino’s Ligue 2. Pour le compte de la 34e journée dudit championnat, l’Aj Auxerre a été défait en déplacement sur la pelouse de Nancy (2-1). Ceci, malgré la présence du milieu de terrain béninois Jordan Adéoti qui a disputé l’intégralité du match. Une contre-performance sans conséquence majeure puisque, l’Aj Auxerre est 11e au classement avec 43 points (-01).

90 minutes pour Koukou : Lens tenue en échec

L’équipe de Lens continue sa série de matchs nuls. Le dernier en date est celui obtenu face à Havre  pour le compte du 34e chapitre de Domino’s Ligue 2 (3-3). L’international béninois Djiman Koukou a disputé les 90 minutes. Encore un nul de plus pour Lens qui pourrait lui coûter la relégation puisque, Lens est à la 16e place avec 37 points (+01), à cinq unités du premier non relégable.

90 minutes pour Sessegnon : Genclerbirligi atomisé
 
Défait lors de la 29e journée sur le terrain de Kayserispor (3-2), Genclerbirligi a encore concédé une nouvelle défaite pour le compte de la 30e journée. Et pourtant, l’équipe évoluait à domicile mais elle n’a vu rien que du feu face à Osmanlispor (0-3). Le milieu de terrain et international béninois Stéphane Sessegnon a disputé les 90 minutes de jeu sans pour autant éviter la défaite à son équipe qui se retrouve désormais dans la zone rouge. Genclerbirligi est 17e au classement sur 18 équipes avec 30 points (-14).

Réalisation : Abdul Fataï SANNI

En savoir plus...

Tirage 2ème édition du Mondial des communautés : Bénin # Tchad en ouverture

football

La plateforme de l'Initiative panafricaine pour le développement (IPaD) réunira pendant plusieurs jours, le monde autour du sport à travers la 2ème édition du Mondial des communautés dont le tirage au sort a déjà eu lieu. En match d’ouverture, c’est le Bénin qui sera face à son homologue du Tchad.

Les équipes sont désormais fixées et ont une idée claire sur leurs adversaires. Ainsi, on retrouve dans la poule A, le Bénin, le Tchad, le Niger, la République centrafricaine et le Djibouti. La poule B sera animée par le Cameroun (tenant du titre), le Mali, le Nigéria, le Liban et l’Ethiopie. Le top de la compétition sera donné, samedi 28 avril prochain au stade de l'Amitié Mathieu Kérékou de Cotonou. A en croire FerréoleAdoukonou, coordonnateur de la plateforme (IPaD), l’objectif est de réunir le monde autour du sport suivant la thématique de l'emploi des jeunes. En effet, l’idée, selon ses dires,est d'unir et de créer des liens de fraternité entre les communautés étrangères vivant au Bénin grâce au sport. Il a estimé que grâce au Mondial des communautés, les communautés étrangères vivant au Bénin peuvent se connaître et développer entre elles, des relations de fraternité. Au-delà des communautés, il y a les ambassades et les consulats qui seront aussi présents. «Nous n'allons pas continuer par tendre la main. Aujourd'hui, le mondial des communautés est un creuset de promotion touristique, de promotion culturelle et sportive», a souligné FerréoleAdoukonou. Pour le président du Comité d’organisation, Charles Titigouéti, le Mondial des communautés est l'un des projets phares de l'IPad. «C'est pour nous, le moment d'aller à la rencontre de ces représentations diplomatiques pour nous dire ce qu'il nous faut véritablement dans notre pays », a-t-il martelé.

A.F.S.

En savoir plus...

Coopération médiatique régionale en matière d’interviews de grandes personnalités : Les nouveaux défis des médias régionaux

Patrice-Talon

Dans la matinée dominicale du dimanche 22 avril 2018, les journalistes du Bénin ont fustigé pour la plupart le choix fait par le Président de la République du Bénin, Patrice Talon  de se faire interviewer par Françoise Joly de TV5 monde et de Francis KPATINDE  du journal le Monde pour faire le bilan de ses deux (02) d’exercice du pouvoir d’Etat. La difficulté principale de cette indignation réside dans l’exercice de la matière qu’est l’interview et du choix des interviewers.  Qui doit  interviewer les grandes personnalités ? Pourquoi doit-on les interviewer et quelle est la finalité d’un tel exercice ? Une telle problématique  ne saurait être abordée sans connaitre ce que c’est que l’interview des grandes personnalités et ce que cela appelle comme   coopération régionale médiatique (II).  

I.    L’interview des grandes personnalités

Entendons nous bien. Tout le monde n’est pas personnalité au même degré. La charge que vous portez peut faire de vous une grande personnalité. Autrement dit, nous appelons « Grandes personnalités », ceux dont l’avis compte et peut impacter la vie de leurs concitoyens ou de la société internationale. Il ne suffit pas de créer un club électoral dans un arrondissement et prétendre  au rang de personnalité (peut-être !)Mais pas de grande personnalité. Dans le cadre de la présente approche, nous nous intéresserons aux chefs de l’Etat,  et des instituions de la République.

L’interview, c’est un jeu de questions et de réponses qui vise à faire progresser l’information. L’enjeu est l’opinion. Il s’agit de le convaincre. Mais on ne peut éclairer l’opinion si on n’est pas soit même éclairé. Voilà pourquoi n’importe qui ne peut pas interviewer un chef de l’Etat ou un Président de l’Assemblée Nationale comme par exemple.Et pour cause, les questions relevant de leurs champs de compétence nécessitent que l’interviewer soit outillé pour l’exercice. Une bonne culture générale et un réseau d’informations efficaces sont les meilleurs atouts pour faire face à des personnalités qui n’hésitent pas à se transformer rapidement en Professeurs d’amphithéâtres comme s’ils s’adressaient à deux ou trois étudiants rassemblées devant eux pour recevoir un quitus de dépôt de mémoire. Dans cet exercice complexe,  les journalistes ne sont pas en posture de copains ou de visiteurs dans un salon. Ils  sont représentants du public et singulièrement de leur journal. Les journalistes appelés à interviewer des personnalités ne doivent pas avoir une tendance naturelle à l’empathie. Pour interviewer de grandes personnalités, en d’ailleurs de la culture générale et de la pratique que le temps a permis de bonifier, il faudrait,- l’expérience l’exige- être ouvert, disponible et curieux. La curiosité passe par des questions de relance et non des rires béats comme si on assistait à une exposition de maques guérés. Le piège qui guette l’interrogation médiatique des personnalités, c’est la proximité  qui  transforme les plus brillants en naïfs et en rieurs.   Le monde se globalise, se régionalise, la presse locale ne peut plus continuer à vivre en autarcie. L’ouverture plus que nécessaire est un impératif. D’où l’idée d’une coopération régionale.

II.    La coopération régionale médiatique

Comment coopérer régionalement pour interviewer les grandes personnalités lors des grands évènements ?  La question a une réponse claire et nette.  Les personnalités se révèlent grandes quand elles sont ouvertes au monde. Dans le cadre de l’espace sous-régional composé de la Cedeao, de l’Uemoa et du Conseil de l’Entente, il est important que les grandes personnalités comprennent qu’ils n’appartiennent plus seulement au petit espace qui leur est dévolu pour exercer leur pouvoir. Ils appartiennent à la communauté. Ainsi, par exemple, lors des grands événements comme la célébration des fêtes nationales d’indépendance, le bilan à mi-parcours de mandats, les crises nationales ou régionales, bref tous les grands moments de soif d’écoute, il convient que lesdites personnalités soient interrogées par la presse locale et la presse régionale. Autrement dit, dans le cadre de la fête de l’indépendance du Burkina-Faso, le Président Kaboré devrait avoir en face de lui des journalistes du Bénin, du Togo, du Niger , de la Côte d’Ivoire et du Burkina-Faso. Dans tous autres domaines.  C’est de la coopération régionale médiatique.

Dans ce domaine précis, l’organisation pratique de la coopération médiatique en la matière incombe aux observatoires de déontologie et d’éthique des médias, aux  ministères de l’information, aux autorités de l’audiovisuel et de la communication. De telles initiatives auront pour  finalité de remettre les médias au cœur du processus irréversible de l’intégration mais aussi et surtout de faire prendre conscience aux services de communications des grandes personnalités que ces dernières doivent lire et relire leurs notes avant d’échanger avec la presse régionale.

HERBERT  DE SAINT TAUYE HOUNGNIBO
EDITORIALISTE_MATIN LIBRE
DROIT INTERNATIONAL ET INSTITUTIONS DIPLOMATIQUES

En savoir plus...

Pause-café avec… Dr Patrice Kouamé, Secrétaire exécutif du Conseil de l’Entente

Patrice-Kouame

« La sécurité régionale nous préoccupe »

« On le fera Monsieur l’Editorialiste. » La voix articulée de l’infatigable septuagénaire né le 17 mars 1943 à Abidjan  a de  quoi  rassurer     votre éditorialiste  ayant fait le déplacement de Lomé (Togo) pour couvrir la troisième réunion annuelle des Ministres en charge de la Sécurité et des frontières du Conseil de l’Entente.  Quand dans le hall bruyant de l’hôtel Sarakawa de Lomé au Togo, j’aborde le Secrétaire Exécutif du Conseil de l’Entente, ce jour de clôture du vendredi 20 avril 2018 de la réunion des ministres de l’intérieur du Conseil,  il m’accueille d’un sourire et prend mon protocole d’entretien, le lit  et se rend disponible, le temps d’une pause-café.  L’ancien Ministre de l’Emploi et de la Fonction Publique de Côte d’Ivoire de 1990 à 1993, sous la présidence du Président Félix Houphouët–Boigny et la primature du Président Alassane Ouattara s’est prêté  à mes questions sans détour avec une brièveté  enrichissante qui permet de saisir l’enjeu de la garantie de la   sécurité et de la  paix à partir des renseignements généraux au sein des Etats du Conseil de l’Entente. Lisez-plutôt.

Pourquoi la question sécuritaire régionale préoccupe si tant le Conseil de l’Entente dont vous êtes le Secrétaire Exécutif ?

La sécurité régionale nous préoccupe parce que la mission du Conseil de l’Entente dès l’origine en 1959, est de contribuer au maintien de la paix dans son Espace, de manière à créer un environnement propice au développement. Dans la mesure où la violence sous diverses formes, constitue une menace à la paix, le Conseil de l’Entente a le devoir de s’en préoccuper.  
 Vous avez commandité une étude relative à un MECANISME ENTENTE DE RENSEIGNEMENT. Peut-on savoir le mode de fonctionnement du mécanisme en question ?
 
La mise en place du Mécanisme Entente de Renseignement sera progressive. Elle commencera par la mise à niveau des systèmes nationaux de renseignement au regard des standards requis. Ensuite la création d’un environnement institutionnel et numérique sécurisé. Enfin la promotion d’un renseignement communautaire à l’échelle de l’Espace Entente.

Le mécanisme proposé pour les Etats du Conseil de l’Entente tient-il compte du droit des citoyens à la vie privée ?
 
Oui parce que les standards requis tiennent compte de cet élément.
 
Si le renseignement est l’investissement le plus rentable de l’Etat, il n’en demeure pas moins qu’il a un coût matériel, humain et financier. Les Etats du Conseil de l’Entente ont-ils les moyens de leurs ambitions ?
 
Oui, ils l’ont.

M. Patrice KOUAME, le mot renseignement soulève des fantasmes ici et ailleurs. Faudrait-il craindre pour les ressortissants béninois, togolais, ivoiriens, burkinabè et nigériens, une peur bleue de l’opération Condor (en espagnol : Operación Cóndor) qui est le nom donné à une campagne de répression et de lutte antiguérilla conduite conjointement par les services secrets du Chili, de l’Argentine, de la Bolivie, du Brésil, du Paraguay et de l’Uruguay avec le soutien tacite des Etats-Unis au milieu des années 1970 ?  
 
N’ayez aucune crainte. Nos pays sont soucieux du respect de l’Etat de droit qui comprend la garantie de la sécurité des individus.

Réalisation :
HERBERT  DE SAINT TAUYE HOUNGNIBO
EDITORIALISTE_MATIN LIBRE
DROIT INTERNATIONAL ET INSTITUTIONS DIPLOMATIQUES

En savoir plus...

La cérémonie officielle d’ouverture du Fémua : 7 jours pour célébrer la musique africaine et du monde

femua

La 11ème édition du festival de la musique urbaine d’Anoumambo ‘’Femua’’ a ouvert ses rideaux avant-hier mardi 17 avril 2018 dans la capitale ivoirienne en présence du Premier Ministre Amadou Gon Coulibaly et de plusieurs membres du gouvernement. Cette édition qui accueille une quinzaine d’artistes venus du Bénin, du Nigéria, de la France, du Mali de la Côte d’Ivoire, du Congo, etc. favorisera un brassage culturel de haut niveau. Dans un même plateau, Zeynab, Yêmi Aladé, Sprano, Sidiki Diabaté, Lokua Kanza  et bien d’autres artistes musiciens feront la parade artistique  et culturelle pour proposer aux spectateurs le métissage culturel qu’il faut pour instaurer la paix dans le monde. Jusqu’au 22 avril 2018, la Côte d’Ivoire sera sous le feu de la rampe de la musique africaine et du monde.

TG

En savoir plus...
S'abonner à ce flux RSS

Application Mobile

app-mobile-android

Abonnement Numérique

abonnement-numerique

Abonnement Papier

abonnement-papier

Inscrivez-vous à notre Newsletter et revevez l'information en continu ! Les dernières nouvelles, les dernières déclarations, l'information où que vous soyez !