TPL_GK_LANG_MOBILE_MENU

Banniere web 728x90px-01

Présidentielle au Mali : L'annonce des résultats prévue pour ce jeudi matin

Soumaila-Cisse-et-IBK

Initialement annoncée pour mercredi, la publication des résultats provisoires complets du second tour de la présidentielle devrait avoir lieu ce jeudi 16 août, au ministère malien de l'Administration.

Sauf nouveau changement de dernière minute, c’est ce jeudi 15 août que seront publiés les résultats provisoires du second tour de l’élection présidentielle, les procès-verbaux attendus des trois dernières localités sont arrivés à Bamako.

La presse d’Etat, qui aura l’exclusivité de la diffusion de ces résultats, apprête son matériel. C’est le ministre malien de l’Administration territoriale Mohamed Ag Erlaf qui donnera notamment le nom du vainqueur, du vaincu, le taux de participation, et les autres chiffres issus des travaux de la Commission nationale de centralisation des résultats.
De cette commission, le représentant du candidat Soumaïla Cissé a déjà claqué la porte en dénonçant « des résultats issus de bourrages d’urnes ». Le même discours a été tenu ce mercredi 15 août au soir devant la presse, par la coalition qui soutient le candidat Soumaïla Cissé.

La communauté internationale suit de très près la situation. Ses principaux représentants à Bamako, la mission de l’ONU, l’Union européenne, l’Union africaine, la Cédéao, ont rendu public un communiqué dans lequel, ils réclament un processus postélectoral « calme et respectueux ».

Le même communiqué invite les candidats Ibrahim Boubacar Keïta et Soumaïla Cissé, ainsi que leurs partisans à utiliser les canaux légaux et constitutionnels pour régler les différends.

SOURCE : rfi.fr

En savoir plus...

Jugement Monsanto : En Afrique, la fin du glyphosate n'est pas pour demain

coton

Si, en Afrique, certains s’inquiètent de la condamnation de Monsanto à payer 290 millions d’euros à un jardinier américain, qui a contracté un cancer après avoir utilisé le Roundup, le continent n’est pas prêt à tourner la page du glyphosate.

“Nous avons eu la preuve au Bénin de la présence du glyphosate dans les poissons, dans les aliments... Beaucoup de jeunes meurent du cancer dans le pays." Ce cri d'alarme d'Enagnon Brice Sohou, docteur en gestion de l’environnement et spécialiste des risques et catastrophes sur la radio allemande Deutsche Welle, lundi 13 août, est caractéristique des inquiétudes qu’a suscitées en Afrique la condamnation du géant de l’agrochimie Monsanto aux États-Unis. La puissante firme doit payer près de 290 millions de dollars de dommages et intérêts au jardinier Dewayne Johnson qui l'accusait d’être responsable de son cancer. Il reproche à la filiale du groupe allemand Bayer d’avoir caché la dangerosité du Roundup Pro, l’herbicide le plus utilisé dans le monde.

Jugée historique par des organisations de protection de l’environnement, cette condamnation a relancé en Europe et aux États-Unis les débats sur l’interdiction du glyphosate et son caractère cancérigène. Alors que le Centre international de la recherche sur le cancer (Circ) a classé le produit vedette de Monsanto ‘’cancérigène probable chez l’humain’’, l’Union européenne rechigne à faire de même et a autorisé en novembre 2017 l’usage de l’herbicide pour cinq ans.

En Afrique, où le glyphosate est massivement utilisé dans l’agriculture, principalement dans la production de coton, des voix de la société civile s’élèvent pour le faire interdire. Au Bénin, l’ONG RSE-Benin salue dans un communiqué la décision du tribunal américain “longtemps attendue et qui apparaît comme un fertilisant de plusieurs autres décisions devant aboutir à travers le monde à d’autres condamnations similaires”. L'organisation révèle en outre la réception, en avril, au port de Cotonou, par le ministère de l’Agriculture béninois de 900 000 litres de glyphosate pour le compte de la campagne cotonnière 2018-2019.

Enjeu économique

Avec une production de 587 000 tonnes, cette année, le Bénin est devenu le troisième pays producteur de coton en Afrique, derrière le Mali (700 000 tonnes) et le Burkina Faso (613 000 tonnes).  “Avec [le glyphosate], les producteurs de coton sont en mesure d’augmenter les surfaces de culture, traiter efficacement le coton et déployant moins d’efforts”, se justifiait Gaston Dossouhoui, le ministre de l’Agriculture béninois, lors de la réception du produit controversé, le 6 avril devant des journalistes.

“Il y a un véritable enjeu économique. Parce que dans ces pays, le coton reste la première culture d’exportation”, explique Sylvain Ouedraogo, secrétaire permanent du Comité sahélien de gestion des pesticides. La structure qui dépend de l’Institut du Sahel, dans la capitale malienne, homologue les pesticides en Afrique de l’ouest et dans quelques pays d’Afrique centrale. Parmi les herbicides homologués, on retrouve le Roundup 360 K et le Roundup 450 K de Monsanto et beaucoup d’autres produits chinois à base de glyphosate.
Moins cher parce que tombé dans le domaine public en 2000 et très efficace, le glyphosate “permet aux producteurs d’aller très vite. Ils ont souvent plusieurs cultures. Le glyphosate tue rapidement les mauvaises herbes. Il est très utilisé pour le semis direct”, explique Athanase Yara, chef du service agronomie de l’Union nationale des cotonculteurs du Burkina-Faso (UNCB).

“Être moins dans l’émotion”

“Le glyphosate présente l’avantage d’être non sélectif, c’est un herbicide à large spectre qui permet de tuer tous les végétaux qui ne sont pas désirés, explique Sylvain Ouedraogo. À la différence des herbicides sélectifs qu’on utilise selon les familles d’adventices. Il a aussi un caractère systémique : quand vous l’appliquez, il pénètre dans la plante, une fois pour de bon, peu importe les intempéries.”

Quant à son impact sur la santé des producteurs et la probabilité que le produit soit cancérogène, l’expert répond : “Il faut être moins dans l’émotion. Les inquiétudes de la société civile sont légitimes. Mais pour l’instant, aucune étude scientifique n’a démontré l’effet cancérigène du glyphosate. Je fais référence à la conclusion d’une expertise en mai 2016 à Genève. Il faut atténuer le pessimisme au niveau des pesticides”.

Sylvain Ouedraogo évoque le rapport du Joint meeting on pesticide residues (JMPR), un comité commun à l’OMS et à la FAO. Ce dernier a conclu que “le glyphosate était peu probablement génotoxique [toxique pour l’ADN, NDLR] aux expositions alimentaires anticipées” dans la population. "Peu probablement" mais pas certainement.
Cependant, l’expert convient qu’il faut accentuer l’information et la sensibilisation auprès des producteurs. “Il faut une utilisation responsable du pesticide. Quand bien même, il n’est pas cancérigène, il reste dangereux comme tout autre pesticide’’.

En France, certains spécialistes prônent depuis longtemps une agriculture sans glyphosate. “Il est parfaitement envisageable pour des agriculteurs conventionnels de passer au désherbage sans glyphosate. Oui, ils vont se casser un peu la tête, mais nous, dans la bio, le faisons déjà depuis des années !”, a affirmé Stéphanie Pageot, présidente de la Fédération nationale de l'agriculture biologique. Mais en Afrique, l’heure n'est pas encore à la polémique.

SOURCE : france24.com

 

En savoir plus...

Eliminatoire Coupe d'Afrique 3X3 : La compétition démarre ce jour

coupe-dafrique-3x3

La Fédération béninoise de basketball (Fbbb) abrite du 16 au 17 août 2018, les éliminatoires de la Coupe d'Afrique des nations 3X3 de basketball masculin et féminin. 11 pays seront à ce rendez-vous continental. Il s’agit du Niger, de la Guinée Conakry, du Burkina Faso, de la Côte-d’Ivoire, du Ghana, du Nigéria, du Mali, du Cap Vert, de la Mauritanie, de la Sierra Léone et du Bénin. Du côté des sélections nationales, les petits plats ont été mis dans les grands pour une participation convaincante du Bénin. Durant des jours, les deux sélections ont suivi une sérieuse préparation au stade Mathieu Kérékou. Préparation au terme de laquelle, les meilleurs joueurs et joueuses ont été retenus. Ainsi, chez les dames, les couleurs du Bénin seront défendues par : Christelle Houessou (Energie), Faouziath Salaou, Kefilath Inoussa (Aspac), Aïcha Kondoh (Fce). Chez les hommes, Romario Akpachi, Yacoubou Arnold (Elan), Yabi Daniel (Espoir) et Lougbeyon Emmanuel (Aspac) auront la lourde mission de défendre le drapeau béninois. Rappelons que la compétition a eu lieu sur l’esplanade intérieure du stade Mathieu Kérékou de Cotonou.

A.F.S.

En savoir plus...

8e édition du tournoi de football des sourds : Le Mali remporte le trophée devant le Nigéria

football-des-sourds

(Dur expérience pour le Bénin avec 19 buts encaissés)
Du 03 au 11 août 2018, a eu lieu à Lomé au Togo, la 8ème édition du tournoi de football des sourds de l'Afrique de l'Ouest. Une initiative de West Africa Deaf Sport Union (Wadsu), qui a réuni six pays répartis en deux groupes notamment poule A (Mali, Togo, Burkina-Faso) et poule B (Nigéria, Ghana, Bénin). Au finish, c’est le Mali qui a été sacré champion en battant en final au stade de Kégué, son homologue du Nigéria (1-0).

Vainqueur au Mali en 2017, le Nigéria n’a pu conserver son titre au pays des Eperviers. En finale de cette 8e édition, il a été battu par le Mali sur la plus petite des marques (1-0). Pour le coach adjoint de l'équipe malienne, c'est le résultat d'un long et dur travail. «Nous avons pris notre revanche sur le Nigéria qui nous avait battu chez nous à Bamako à la finale en 2017», a-t-il souligné. Quant au pays hôte, le Togo, il a pris la troisième place en éliminant aux tirs au but le Ghana en match de classement après le score nul et vierge de parité au terme du temps réglementaire (0-0 ; 4-2 tab). Le Bénin a terminé bon dernier de la compétition encaissant 19 buts en deux rencontres (Bénin # Nigéria 0-10 et Bénin # Ghana 0-9). Un dur apprentissage puisqu'il n’a pu démontrer grand-chose dans le tournoi dont l’objectif, selon Ferdinand Dubien, chargé à la Communication de Wadsu, est de promouvoir les sports des personnes malentendantes et prouver au public que les sourds aussi ont des talents sportifs. Le président de Wadsu, le Nigérian Alida Yessoufou Ibrahim a remercié les pays participants et autorités togolaises pour leur promptitude par rapport aux aides apportées. Le ministre des sports du Togo a, pour sa part, apprécié le fair-play qui a prévalu tout au long de cette compétition des personnes malentendantes. Désormais, les regards sont tournés vers la 9e édition. Le pays qui doit l'abriter sera ultérieurement connu.

Abdul Fataï SANNI

En savoir plus...

Rwanda/ Pour cette année budgétaire 2018-2019 : Le gouvernement promet d’électrifier 203 000 ménages

electricite

Au Rwanda, le gouvernement a promis de faire passer le taux d’électrification rurale des 45% actuels à 51%, d’ici la fin de l’exercice budgétaire 2018-2019. Cette nouvelle a été annoncée par le ministère des Infrastructures.  

Pour atteindre cet objectif, il entend signer avec des partenaires privés, des contrats pour le raccordement de 134 778 nouveaux ménages au réseau électrique national. Il est également prévu que 68 980 ménages soient électrifiés grâce aux technologies off-grid par les mêmes acteurs. L’électrification de ces 203 758 nouveaux ménages en une année budgétaire, représentera une augmentation de 34,5% par rapport aux performances de l’exercice écoulé si elle est effective.

Le ministère a également affirmé que des mesures étaient toujours en cours pour la réduction des pertes de la production électrique nationale. Même si cette dernière a connu une baisse de 1,58%  au cours de l’exercice budgétaire 2017-2018, elle s’est quand même établie à 19,5% de la production totale.

SOURCE : Agence Ecofin

En savoir plus...

Côte d’Ivoire : Vers une loi sur la réconciliation nationale

Cote-dIvoire

L’avant-projet de loi sur la réconciliation nationale en Côte d’Ivoire initié depuis le 15 novembre 2015, a été passé au crible par le Forum des organisations de la société civile ivoirienne (Forsci) à l’occasion d’un atelier de validation qu’a abrité Abidjan. C’est ce que rapporte L’Infodrome.

L’objectif, précise le site d’information, est de permettre aux organisations de la société civile, aux ONG, aux partis politiques, et à l’ensemble des participants d’apporter leurs observations, critiques et contributions sur l’avant-projet de proposition de loi.

La présidente du forum, Pulchérie Gbalet (photo), qui souligne que « la réconciliation ne se limite pas à la libération des prisonniers », en appelle à la convocation d’une assemblée constituante « avant les élections de 2020 ».

Cet atelier intervient dans un contexte marqué par l’amnistie accordée à l’ancienne première dame du pays, Simone Gbagbo, qui lui a permis de recouvrer la liberté. Une libération perçue comme un effort dans le cadre du processus ivoirien de réconciliation.

SOURCE : Agence Ecofin

En savoir plus...

Guinée : La Fondation Elumelu s’engage à soutenir l’entrepreneuriat et le secteur privé

Alpha-Conde-et-Tony-Elumelu

Le 11 août dernier, au Palais de la présidence, le président guinéen, Alpha Condé accompagné du gouverneur de la Banque centrale de Guinée, Dr. Lounceny Nabé, a accueilli Tony Elumelu, le président du groupe UBA par ailleurs, promoteur de la Fondation Tony Elumelu (TEF), ainsi que les bénéficiaires guinéens de l’édition 2018, du programme de l’entrepreneuriat de la Fondation.

A la faveur de cette réception, Tony Elumelu a officiellement présenté les entrepreneurs guinéens de TEF au président Condé, tout en réaffirmant sa conviction que l’entrepreneuriat constitue le principal moteur de la transformation de l’Afrique. Occasion lui a également été donnée d’apprécier le dynamisme du secteur agricole de ce pays. «Le secteur agricole guinéen a un grand potentiel pour créer des emplois dans le pays. Sept des treize bénéficiaires guinéens du programme d’entrepreneuriat de la Fondation Tony Elumelu sont des entrepreneurs agricoles.», a-t-il déclaré.

Conformément à sa philosophie économique reposant sur l’Africapitalisme, qui propose une approche basée sur le secteur privé, pour parvenir à un développement durable en Afrique, il s’est aussi engagé à explorer de nouvelles opportunités d’investissement dans le secteur privé guinéen.

Au terme de son intervention, Tony Elumelu n’a pas manqué de remercier le président Alpha Condé d’avoir accueilli les entrepreneurs de TEF, ainsi que pour son intérêt pour la jeunesse, et l’impact ultime du programme de TEF sur la Guinée.

Partageant cet ambitieux plan pour attirer davantage d’investissements dans le secteur agricole, en vue de créer de nouvelles opportunités d’emplois en Guinée, le président Condé a, à son tour, salué les investissements de la Fondation Tony Elumelu en Guinée, et sur tout le continent.

SOURCE : Agence Ecofin

En savoir plus...

Coupe d’Afrique des nations de Beach Tchoukball : Le Bénin finit sur le podium final

Ecureuils-tchouckballeurs

(Il valide son ticket pour le mondial de la discipline)
Les Ecureuils tchouckballeurs du Bénin ont été sacrés vainqueurs de la première édition de la Coupe d’Afrique des nations de Beach Tchoukball. Une compétition qui a eu lieu à Accra au Ghana du 13 au 14 août 2018.

C’est à l'issue d’un parcours sans faute que le Bénin est sorti vainqueur de la première édition de la Can de Beach Tchoukball. En finale face au Ghana, le Bénin était pourtant mené (25-04) mais a eu, au cours de la rencontre, les ressources nécessaires pour, non seulement revenir au score mais surtout remporter la finale au terme du temps règlement (54-25). Mais avant d'arriver à l'étape finale de la compétition, les poulains du coach Hervé Dossoumou se sont respectivement débarrassés en matches de poule du Togo (29-27), du Burkina-Faso (40-25), du Ghana (33-22) et de la Côte-d'Ivoire (29-20). En demi-finale, le Bénin a confirmé sa suprématie en écartant les Etalons du Burkina-Faso (41-26). Un parcours sans faute qui a permis au Bénin de décrocher Dame Coupe mise en jeu. Un sacre qui lui permet de décrocher automatiquement son ticket pour le Championnat du monde de Beach Tchoukball qui aura lieu l’année prochaine à Malaisie. Faut-il le rappeler, la délégation béninoise dans la capitale ghanéenne était composée de 11 membres dont huit joueurs sous les ordres du coach Hervé Dossoumou et trois officiels. Elle a été conduite par le vice-président de la Fédération béninoise de tchoukball (Fbtchouk), Clément Logan.

Résultats des matches de poules du Bénin

Bénin # Togo 29-27
Bénin # Burkina-Faso 40-25
Ghana # Bénin 22-33
Côte-d'Ivoire # Bénin 20-29

Demi-finale

Togo # Ghana 47-51
Burkina Faso # Bénin 26-41

Finale

Bénin # Ghana 54-25


A.F.S.

En savoir plus...

Côte d'Ivoire : Recomposition du paysage politique à deux ans de la présidentielle

Alassane-Ouattara

En Côte d'Ivoire, la libération de l'ex-première dame Simone Gbagbo et l'annonce par le PDCI de son refus de prendre part au projet présidentiel de parti unifié RHDP a rebattu les cartes du paysage politique ivoirien à deux ans de la présidentielle et à deux mois des élections municipales et régionales.

Le paysage politique ivoirien actuel rappelle celui de 2010, lorsque le Rassemblement des Républicains (RDR), le Front populaire ivoirien (FPI) et le Parti démocratique de Côte d'Ivoire (PDCI) se faisaient face au premier tour de la présidentielle. L'explosion de la coalition au pouvoir a rebattu les cartes dans un pays où il est de coutume de dire qu'aucun parti ne peut remporter seul une élection.

Moins de 48 heures après sa rupture avec le Rassemblement des houphouëtistes pour la démocratie et la paix (RHDP), Henri Konan Bédié, le président du PDCI, n'a pas exclu une alliance électorale avec le président d'une des deux ailes du FPI, Pascal Affi N'Guessan. Dans la foulée, Jean-Louis Billon, porte-parole adjoint du PDCI, s'est rendu au domicile de Simone Gbagbo, récemment remise en liberté.

Nombreuses inconnues

« Il y a une réelle volonté d'alliance » entre le PDCI et le FPI toutes tendances confondues, estime le politologue Sylvain N'Guessan. « Le PDCI lance des ballons d'essai mais sa stratégie n'est pas encore très claire », tempère l'analyste Rodrigue Koné.

Parmi les inconnues de l'équation : quelle place prendra l'ex-Première dame Simone Gbagbo au sein du FPI, tandis que l'acquittement de l'ex-président Laurent Gbagbo avant la présidentielle de 2020 est une hypothèse ?

Qu'en sera-t-il aussi de Guillaume Soro à qui l'on prête des ambitions présidentielles ? Le président de l'Assemblée nationale tentera-t-il de jouer sa propre partition dans ce nouveau contexte ? Les observateurs s'accordent à dire que les élections municipales et régionales d'octobre permettront sans doute de prendre la mesure des nouveaux rapports de force.

rfi.fr

En savoir plus...
S'abonner à ce flux RSS

Application Mobile

app-mobile-android

Abonnement Numérique

abonnement-numerique

Abonnement Papier

abonnement-papier

Inscrivez-vous à notre Newsletter et revevez l'information en continu ! Les dernières nouvelles, les dernières déclarations, l'information où que vous soyez !