TPL_GK_LANG_MOBILE_MENU

Campagne Maïs MatinLibre

A+ A A-

Faits Divers

Grogne dans la maison Justice : L'Unamab et le Syntrajab en grève dès le 09 décembre

justice

(L’intégralité de leur motion de grève)

La bonne date est celle du 09 décembre 2014. Le début de l’arrêt collectif de travail de l’Union nationale des magistrats du Bénin (Unamab) et le Syndicat des travailleurs de justice et assimilés du Bénin (Syntrajab) ne sera  donc pas le 03 décembre comme annoncé dans la presse. Dans une motion de grève conjointe, les deux syndicats ont décidé de débrayer du 09 au 12 décembre prochain pour obliger le gouvernement à satisfaire leurs revendications. Lire l’intégralité de la motion.

Motion de grève conjointe Unamab-Syntrajab  n°01 du 27 novembre 2014

A
-Monsieur le Ministre de la Justice, de la Législation et des Droits de l’Homme,
-Monsieur le Ministre du Travail et de la Fonction Publique, de la Réforme Administrative et Institutionnelle,
COTONOU
Vu la Convention N°87 de l’Organisation Internationale du Travail sur la liberté syndicale et la protection du droit syndical adoptée le 9 juillet 1948, ratifiée par le Bénin et entrée en vigueur le 04 juillet 1950,
Vu la Constitution de la République du Bénin du 11 décembre 1990, notamment en son titre VI ;
Vu la Loi n°2001-37 du 27 août 2002 portant organisation judiciaire en République du Bénin ;
Vu la Loi N°94-027 du 15 juin 1999 relative au Conseil Supérieur de la Magistrature ;
Vu la Loi N°2001-35 du 21 février 2003 portant statut de la magistrature;
Vu la Loi N°86-013 du 26 février 1986 portant statut général des Agents Permanents de l’Etat ;
Vu la Loi N°2001-09 du 21 juin 2002 portant exercice du droit de grève en République du Bénin ;
Considérant le rôle du pouvoir judiciaire dans l’édification d’un Etat droit, gage et socle de tout processus de développement ;
Considérant les motions conjointes de grève de l’UNAMAB et du SYNTRAJAB de novembre 2013, de mai 2014 suspendues les 03, 04 mars 2014 et 14 août 2014 avec moratoires ;
Considérant que l’UNAMAB et le SYNTRAJAB ont déclenché le 03 décembre 2013 une grève qui a duré trois (03) mois pour exiger la correction des irrégularités contenues dans les nominations de magistrats prononcées en 2013 et 2014 d’une part, et la mise en place d’un dispositif pour assurer la sécurité des magistrats d’autre part ;
Considérant que le gouvernement a publié des nominations les 19 décembre 2013, 20 janvier 2014 et 26 février 2014 ;
Considérant que ces nominations ont créé plus d’irrégularités qu’elles n’en ont corrigées ;
Considérant que ces nominations partisanes et illégales visent la déstabilisation et la domestication de la magistrature béninoise ;
Considérant les persistantes menaces de mort qui pèsent sur les membres du BE/UNAMAB du fait des luttes qu’ils conduisent et sur l’ensemble des magistrats en raison des décisions par eux rendues ;
Considérant que le moratoire de trois (03) mois accordé au Gouvernement, malgré sa prorogation tacite de deux (02) semaines par l’UNAMAB n’a pas permis d’obtenir la satisfaction des légitimes revendications des magistrats inscrites sur la plate-forme revendicative révisée ;
Considérant que l’Assemblée Générale des magistrats a donné au BE/UNAMAB pleins pouvoirs pour renouer avec le mouvement de grève en cas d’échec des négociations ;
Considérant la décision prise par le Chef de l’Etat, le samedi 05 janvier 2013, lors d’une audience accordée à l’UNAMAB et au SYNTRAJAB à laquelle ont pris part le Garde des Sceaux et des représentants du Ministère de l’Economie et des Finances, d’allouer à tout personnel judiciaire une dotation en carburant adéquate ;
Considérant les tracasseries imposées au Procureur de la République près le Tribunal de Première Instance de Deuxième Classe de Natitingou et à sa famille en raison de l’arrestation du Maire de Péhunco ;
Considérant l’inertie du Gouvernement à intégrer les trente huit (38) Auditeurs de Justice en fin de formation à l’ENAM ;
Considérant que depuis le vote de la loi n°2007-01 du 29 janvier 2007 portant statut des corps des greffiers et officiers de justice du Bénin, aucun texte d’application n’a été pris par le Gouvernement ;
Considérant la situation déplorable sans salaire qui se prolonge depuis un an et dans laquelle vivent les agents dits occasionnels des juridictions reversés en ACE ou non ;
Considérant l’adhésion au SYNTRAJAB le 22 février 2014 des infirmiers des établissements pénitentiaires et qui ont soulevé lors d’une séance de travail avec les responsables du Ministère en charge de la justice des problèmes de carrière ainsi que l’application de l’arrêté n°489/MS/MTFP/MEF/DC/SA du 07 février 2011 portant allocation de la prime de risque au profit des personnels paramédicaux ;
Considérant le mutisme du Garde des Sceaux à satisfaire les légitimes revendications de l’UNAMAB et du SYNTRAJAB ;
Réaffirmant leur engagement à se battre pour le respect de la légalité et l’avènement d’une meilleure condition de vie et de travail au profit du personnel judiciaire, condition nécessaire pour une paix sociale durable, une justice indépendante et un développement harmonieux du Bénin ;

DECIDENT :
D’observer un arrêt collectif de travail de soixante douze (72) heures à compter du mardi 09 décembre 2014 à 00 heure au jeudi 11 décembre 2014 à 24 heures pour exiger du Gouvernement :
1. La mise en place d’un dispositif pour assurer la sécurité de tous les magistrats ;
2.     La programmation, l’adoption en Conseil des Ministres et la signature des textes d’application de la loi n°2007-01 du 29 mai 2007 et du décret n°2004-716 du 30 décembre 2004 ;
3.    La cessation immédiate des tracasseries imposées au Procureur de la République près le Tribunal de Première Instance de Deuxième Classe de Natitingou et à sa famille en raison de l’arrestation du Maire de Péhunco ;
4.     L’organisation de concours professionnel au profit des Greffiers ;
5.     La correction des irrégularités contenues dans les nominations de magistrats prononcées en Conseil des Ministres les 19 décembre 2013, 20 janvier 2014 et 26 février 2014 ;
6. La sécurisation des biens et des personnes dans les juridictions ;
7.     La finalisation du reversement du résidu de sept (07) agents dits occasionnels des juridictions en ACE et le paiement de salaire aux agents occasionnels reversés en ACE ;
8. L’augmentation de la dotation en carburant de tout le personnel ;
9.     L’application en ses articles 3 et 7 du décret N°2004-176 du 06 avril 2004 portant modalités de fixation de ristournes et conditions d’attribution de la prime d’incitation et de rendement allouées aux magistrats ;
10. La révision de l’arrêté portant allocation de prime d’heures supplémentaires en vue de faciliter sa mise en œuvre et son extension à tous les corps ;
11. L’octroi de l’indemnité de risque aux magistrats et à tout le personnel judiciaire ;
12. La finalisation et la parution des actes de carrière objet des travaux de la commission ayant siégé au CDIJ ;
13. La liquidation et le paiement aux magistrats des droits résultant de la reconstitution de carrière ;
14. La création des Ecoles Nationales de Magistrature et de formation du personnel judiciaire ;
15. La dotation des Conseillers, Substituts et autres personnels en service dans les Cours d’Appel d’une prime incitative ;
16. La prise en compte des observations du SYNTRAJAB avant la certification du plan de formation du personnel du MJLDH ;
17. L’accélération du processus d’intégration de la dernière promotion des Auditeurs de justice ;
18. L’application de l’arrêté n°489/MS/MTFP/MEF/DC/SA du 07 février 2011 portant allocation de la prime de risque au profit du personnel paramédical ;
19. L’accroissement substantiel, à compter de l’année 2015 de la ligne budgétaire allouée au MJLDH ;

Fait à Cotonou, le 27 novembre 2014

Pour L’UNAMAB,
Le Président
Michel ADJAKA D. Corneille

Pour le SYNTRAJAB,
Le Secrétaire Général
Gilles Hugues AFFOUKOU

En savoir plus...

Campagne de sensibilisation environnementale et sociale : Le personnel du Pac sensibilisé sur les défis environnementaux

environnement

Dans le cadre de la campagne de sensibilisation environnementale et sociale au Port autonome de Cotonou, le personnel de la plateforme portuaire a été édifié, sensibilisé sur les bonnes pratiques visant à maintenir l’environnement sain. C’était au cours d’un atelier de sensibilisation tenu hier, jeudi. 27 novembre 2014 au Chant d’Oiseau de Cotonou.

Amener le personnel de la plateforme portuaire à considérer la préservation de l’environnement comme un atout de la prospérité économique en vue de rendre le port autonome de Cotonou plus attrayant, c’est le but de l’atelier de sensibilisation organisé par la direction de la gestion de l’environnement du port. Au cours dudit atelier, les participants ont été outillés sur les impacts des substances chimiques sur l’homme et l’environnement ; les nuisances environnementales des déchets ; les principaux enjeux environnementaux, la gestion des déchets par filière, la préservation de la biodiversité marine et côtière ; les bonnes pratiques environnementales et sociales, les dispositions règlementaires en matière d’exportation des ressources forestières et la gestion des marchandises dangereuses. A l’ouverture des travaux, le directeur de la gestion de l’environnement du Pac, Thomas Bagan a rappelé qu’il importe de relever certains défis environnementaux majeurs pour faire du port, la plateforme logistique éco-citoyenne la plus sûre et la plus attrayante de la sous-région. Il s’agira entre autre de maitriser la pollution, faire une gestion rationnelle des ressources notamment l’eau et l’énergie, d’assurer le transit des marchandises dangereuses dans le respect de la règlementation et de gérer la filière des déchets du tri à la base jusqu’au recyclage ou destruction. Il s’est, par ailleurs, réjoui de la mise en place progressive, sur la plateforme portuaire, d’un système de management suivant la norme ISO 14001 aux fins de la maitrise de tous les impacts liés aux activités dans un processus d’amélioration continue. Rappelons que la campagne de sensibilisation environnementale et sociale, lancée depuis le 17 novembre dernier, prendra fin ce jour, vendredi, 28 novembre 2014.

Aziz BADAROU  

En savoir plus...

Vallée de l'Ouémé : La coordination pour la valorisation est installée

agriculture

Vers la mise en oeuvre du projet d’appui aux infrastructures agricoles dans la Vallée de l’Ouémé (Paia-Vo). L’Unité de gestion du dit projet a été installée. C’était jeudi 26 novembre 2014 en présence du ministre de l’intérieur, de son collègue de l’Agriculture et du préfet des départements de l’Ouémé et du Plateau.

Un bâtiment flambant neuf doté d’une salle de réunion et de bureaux, a été inauguré pour abriter le projet.      
« En effet, le Paia-Vo lancé le samedi 13 novembre 2014, est une réponse du chef de l’Etat, aux préoccupations actuelles des populations de notre pays en général et celles des populations de la Vallée de l’Ouémé  en particulier en matière de la sécurité alimentaire et nutritionnelle, du développement des chaînes de valeurs, de l’emploi des jeunes, et du changement climatique » a introduit le ministre de l’Agriculture, Issa Azizou. Les objectifs de ce projet sont entre autres : contribuer à la sécurité alimentaire au Bénin, induire une croissance économique forte et inclusive du pays et accroître durablement la productivité et les productions agricoles. Ainsi, le projet va contribuer à assurer, le bien-être social, à travers plus de 400 000 emplois qu’il créera et surtout par la reconversion des hommes, des femmes et des jeunes actifs dans la vente illicite de l’essence frelatée vers des activités de production agricole pour un mieux être économique et social. D’un montant total de 35,5 milliards de francs CFA, dont 32,5 milliards apportés par la Banque Africaine de Développement, le Paia-Vo permettra la construction des infrastructures agricoles structurantes, la promotion des filières et l’enclenchement de la professionnalisation des acteurs agricoles du Bénin. Le but poursuivi par la mise en œuvre du Paia-Vo est la réduction de la pauvreté, l’amélioration de la sécurité alimentaire et nutritionnelle. Ce projet permettra aussi d’atténuer les disparités socio-économiques à l’intérieur de la zone d’intervention.

Le préfet Moukaram Badarou et le Ministre de l’Intérieur Simplice Codjo Dossou n’ont pas caché leur joie. L’occasion a été saisie pour rappeler tous les projets réalisés, ceux en cours de réalisation ou à réaliser pour le compte du département de l’Ouémé et du Plateau par ces deux personnalités.

La révélation de l’enseigne indicatrice, la visite du bâtiment de la coordination et la mis en terre d’un plant, symbole de cette installation ont mis un terme à cette  cérémonie.

Kola PAQUI

En savoir plus...

Communiqué de presse

luc-gnacadja

Le Cook Prize for Desert Architecture pour 2014, prix d’excellence relatif au domaine de l’architecture des déserts et de la planification du développement durable des zones arides ou sèches, décerné par le célèbre Institut Jacob Blaustein pour la recherche sur le désert de l’Université Ben Gourion situé dans le désert israélien du Néguev et la Fondation Cook est attribué cette année à l’architecte béninois, M. Luc Gnacadja, ancien Secrétaire Exécutif de la Convention des Nations Unies sur la Lutte contre la Désertification (UNCCD). Cette distinction vient rendre hommage à l’engagement indéfectible de M. Gnacadja envers la promotion du développement durable et de la planification dans les zones arides.

Le Cook Prize for Desert Architecture a été créé à la mémoire du regretté professeur Jeffrey Cook, une figure incontournable dans le domaine de l’architecture passive et à faible consommation d’énergie, qui s’est consacré particulièrement à la conception architecturale, la planification et le développement durable adaptés aux déserts et aux zones arides.

Ce prix qui est pourvu d’une bourse de 5000 dollars a été remis au lauréat béninois le 17 novembre 2014, au soir de l’ouverture de la 5ème Conférence Internationale sur les Déserts, les Terres Arides et la Désertification (Deserts Drylands and Desertification conference-­DDD) en présence de praticiens, d’experts et de scientifiques, d’ONG et de représentants de plus de 60 pays ainsi que des agences internationales spécialisées dans l’aide au développement.
En recevant ce prix, M. Luc Gnacadja a dans son discours évoqué la vision qu’il a partagée durant son mandat à la tête du Secrétariat Exécutif de la Convention afin que tous les acteurs du développement s’inscrivent dans un cercle vertueux de gestion durable des terres. Il en a résulté l’objectif visant à atteindre d’ici 2020 la neutralisation de la dégradation des terres ou «Land Degradation Neutrality ». Cet objectif figure dans les conclusions du 2ème Sommet de la Terre pour le développement durable (ou Rio+20) tenu en 2012 et a été inscrit dans le projet final des objectifs de développement durable qui sera soumis à l’Assemblée générale des Nations Unies pour adoption en 2015.

Selon M. Gnacadja, la communauté internationale s’est ainsi engagée dans la réalisation d’un objectif qui permettra aux pays situés dans les zones arides à la fois d’éviter la dégradation de nouvelles terres, et de restaurer la productivité des terres dans les zones déjà dégradées, afin d’atteindre un développement intégrant des solutions durables aux défis de la croissance démographique, de la pauvreté, de l’insécurité alimentaire, de l’adaptation et de la résilience face aux changements climatiques. L’Afrique à ce titre, a-­t-­il souligné, est à la fois le continent le plus touché, le plus vulnérable mais aussi le plus prometteur pour la mise en œuvre des politiques idoines

“La désertification est l’une des pires facettes du mal développement. J’ai semé les graines d’un changement positif qui donne des raisons d’espérer à l’échelle mondiale que cette génération, la nôtre, va vaincre le défi de la dégradation des terres par la prévention et la restauration des terres dégradées à la lumière d’expériences réussies ici et là en particulier au niveau local. Cependant, pour l’heure, la plupart de ces réussites sont restées à l’état embryonnaire à cause des politiques et des systèmes de gouvernance désuets et résistant au changement» a-­t-­il expliqué dans son discours.

Dans la perspective de l’avènement de ce changement, M. Gnacadja a dévoilé en avant-­première, le projet d’un Think tank visant à contribuer aux efforts de la promotion du développement durable dans les pays en développement, surtout en Afrique. La future
 
plate-­forme d’échanges de cet ardent défenseur de la restauration écologique est fondée sur le principe : «On peut répandre la lumière de deux façons : être la bougie, ou le miroir qui la reflète» (Edith Wharton).

M. Gnacadja entend investir la bourse du Cook Prize for Desert Architecture dans son initiative portant le nom de GPS-­Dev (Governance and Policies for Sustainable Development) qui promeut la bonne gouvernance, les politiques novatrices et les bonnes pratiques au profit du développement durable. Il demeure convaincu que «rien n’est sectoriel, car les problèmes nationaux et globaux sont étroitement liés».

Parcours et Distinctions :

Luc Gnacadja, âgé de 56 ans, est aussi conférencier dans diverses universités internationales. Il a été invité comme conférencier au titre de l’année 2014 par l’université américaine Cornell de New-­York dans le cadre de son programme de conférences Jill et Ken Iscol sur l’environnement qui accueille des personnalités éminentes du monde de la recherche scientifique, des médias et des dirigeants, pour discuter des problèmes environnementaux au cœur du développement durable à l’échelle de la planète.

Son engagement en faveur de l’environnement et de la gestion durable des ressources naturelles s’était manifesté très tôt au cours de sa formation en architecture à l’Ecole Africaine des Métiers de l’Architecture et de l’Urbanisme à Lomé (Togo) d’où il est sorti major de sa promotion en 1983, et dans son pays où il a créé et géré avec succès son cabinet en 1986.

Son engagement et les résultats qu’il a obtenus en particulier dans le cadre de l’intégration de l’environnement dans les politiques et investissements publics à travers la gestion axée sur les objectifs et résultats à la tête du Ministère de l’Environnement, de l’Habitat et de l’Urbanisme de 1999 à 2005, lui ont valu en 2003 la prestigieuse distinction du «Green Award » pour l’année 2002 de la Banque mondiale.

En savoir plus...

OBSÈQUES DU PÈRE ANDRÉ S.QUENUM

andre-quenum

Lundi 1er décembre 2014
20h - Veillée de prières à Calavi.

Mardi 2 décembre 2014
20h00 - Au Centre Paul VI, nuit de prières, de chants et de témoignages par les chorales et artistes du projet « Chantons avec les anges » et la Direction de la Musique Sacrée.
20H 30 - Veillée de prières dans la maison familiale, carré 369 (face Unafrica)

Mercredi 3 décembre 2014
16h00 : Retrait du corps à la morgue
17h30 : Accueil du corps et exposition dans la chapelle ardente devant les locaux de la Direction de La Croix du Bénin et hommages diverses.
19h 30m : Départ pour la Paroisse Saint Michel
20h : Messe à Saint Michel
23h : Arrivée à Saint Jean – Baptiste, installation et chapelet.

Jeudi 4 décembre 2014
00h :     Messe concélébrée par la promotion de « Février 1993 » suivie de veillée animée par la paroisse St Jean-Baptiste
3h :     Messe par l’UCB suivie de veillée animée par la paroisse St Jean-Baptiste
6h45 : Messe paroissiale concélébrée par les Consulteurs.
7h30 : Recueillements et derniers hommages
8h30 : Office des défunts
9h :     Fermeture du cercueil et préparation de la messe.
9h 30 : Messe pontificale
12h :     Absoute et Inhumation au séminaire St Gall de Ouidah.

Samedi 6 Décembre 2014
6h 45 : Messe de huitaine à la Paroisse Jean-Baptiste.

En savoir plus...

Deuxième édition de l’opération « Santé à l’école » : Léhady SOGLO donne le top des soins gratuits pour 4700 écoliers

lehady-soglo

Le premier adjoint au maire de la ville de Cotonou Léhady Vinagnon SOGLO a procédé en fin de semaine écoulée au lancement de la deuxième édition de l’opération « Santé à l’école ». Initié par le conseil municipal pour accompagner le gouvernement dans sa politique de gratuité de l’enseignement, ce programme qui prend en compte 4700 apprenants de cinq complexes scolaires de Cotonou, permettra de lutter contre les maladies contagieuses.

Identifier auprès des apprenants des écoles primaires publiques de Cotonou,  les pathologies dont ils souffrent; Traiter les cas graves de ces maladies identifiées ; Enregistrer dans un carnet de santé, les données, les constantes concernant chaque apprenant et Encourager l’excellence en milieu scolaire, sont entre autres objectifs visés par la municipalité de Cotonou en initiant le programme « Santé à l’école ». Au total, 4700 écolières et écoliers issus des complexes scolaires d’Avotrou dans le 2ème, d’Enagnon dans le 4ème, de Xwlacodji dans le 5ème, d’Akogbaton dans le 12ème et d’Agongbomè dans le 13ème arrondissement seront pris en compte par cette deuxième édition du programme.  Pour le premier adjoint au maire de Cotonou, « Il s’agit non seulement d’un gage de réussite pour les écoliers à travers une robuste santé, mais aussi un atout pour l’ensemble des populations de notre ville car sa mise en œuvre évitera l’apparition des maladies contagieuses ». C’est aussi a-t-il précisé, « la preuve de la détermination du Conseil municipal de Cotonou à s’investir dans le processus de la réalisation des Objectifs du millénaire pour le développement (OMD). Entre autres pathologies prises en compte par le programme, on peut citer : les troubles visuels comme la baisse de l’acuité visuelle, les troubles auditifs comme la surdité, les troubles de cardiopathie, les pneumopathies, les ectopies testiculaires, les retards staturo-pondéral, le paludisme etc.
Léhady SOGLO a fini en invitant les écoliers bénéficiaires de ce programme à travailler en classe pour montrer au maire de Cotonou qu’il ne s’est pas trompé en initiant ce programme qui est unique au Bénin.

A noter  que ce sont la clinique Biosso et la clinique de la mutualité de Calavi qui ont été retenues après une procédure d’appel d’offres, pour exécuter  cette deuxième édition.

Cell Com/Mairie

En savoir plus...

Convoqué à comparaître hier au tribunal de Parakou : Le député Orou Sé Guéné défie la justice

justice

Le député Orou Sé Guéné de la 7ème circonscription électorale entend bien engager un bras-de-fer avec la justice. Hier mardi 25 novembre 2014, il n’a pas comparu personnellement comme le souhaite le juge du Tribunal de première instance de première classe de Parakou. Pis, de sources proches du député, on apprend que la sécurité du député Orou Sé Guéné a été renforcée d’une vingtaine d’hommes en uniforme. Ces sources nous soufflent que ce dispositif sécuritaire qui encadre désormais tous les déplacements du prévenu  a une mission claire : servir de bouclier au cas la justice délivrerait un mandat d’amener contre l’honorable qui affiche visiblement sa volonté de ne pas répondre à l’invitation à comparaître. L’élu du peuple accusé de « pression sur magistrat » jouit toujours de sa liberté. Enfin, «sa liberté encadrée».

Loth HOUSSOU

En savoir plus...

Cotonou : Cinq hors la loi tombent sous les balles de la police nationale

braquage

(02 motos, 03 armes et 33 minutions saisies)

Cinq (05) malfrats abattus, deux (02) motos criblées de balles saisies ; avec trois (03) armes à savoir une Akm, deux autres de fabrication artisanale, un sabre, 27 minutions de 7’’62 pour Akm, 06 minutions de calibre 12. C’est le résultat des échanges de tirs dans la nuit du samedi 22 novembre dernier entre les éléments de la police nationale et des malfrats. De sources dignes de foi, aux nombre de six soit deux par motos, ces braqueurs étaient descendus pour aller mettre en exécution leur plan de braquage  dans des bureaux de change situés à Saint Michel. Mais mal leur en a pris. Cinq (05) de la bande ont été abattus par les éléments de la police. Leur sixième a réussi à prendre la clé des champs ; lui aussi, certainement, touché par balle à un point non mortel ; nous ont  confié Victor Tokpanou Lambert Agblo et Agossadou respectivement directeur de la sécurité nationale, commissaires centraux des villes de Cotonou et de Porto-Novo, au cours d’un point de presse animé hier dimanche à l’Ecole de Police nationale.

Le film de l’opération

A en croire le Commissaire Victor Tokpanou, la réussite de cette mission a été obtenue grâce à la vigilance des éléments de la police. Dès lors qu’ils ont eu vent de l’opération, une veille a été montée. Elle aura duré plusieurs jours et nuits, jusqu’au samedi nuit 22 novembre 2014 où trois binômes avaient été identifiés dans la zone de St Michel effectivement. Dès leur identification, ils se sont sentis sans assurance, Après avoir senti qu’un corps étranger était à leur trousse, ils sont aussitôt pris la fuite vers Akpakpa. Les éléments de la police qui s’étaient bien préparés , les ont filés . C’est ainsi qu’arrivés dans la zone d’Agblangandan, ils ont bifurqué par la zone Cen-Sad. Ils ont aussitôt ouvert le feu sur les éléments de la police et la riposte s’en est suivie.

Loth HOUSSOU

En savoir plus...

En prélude à la célébration de son 15e anniversaire de naissance : L’Ong Club excellence Adéco échange avec la presse

association

Dans le cadre des manifestions devant marquer la célébration de son 15e anniversaire le 19 décembre 2014, l’Ong Club excellence Adéco, a offert un déjeuner à l’intention des professionnels des médias, le jeudi 20 novembre 2014. La rencontre qui s’est tenue  au Kta hôtel de Cotonou a été également l’occasion de la signature d’un protocole d’accord entre Adéco-Ong et Global Konsult Group.

L’objectif de la rencontre exprimée de vive voix par le président de l’Ong Club excellence Adéco est de «mettre les hommes de la presse dans la primeur et dans la totalité de l’information relative à nos projets». Ainsi, le Président de l’Ong club excellence Adéco, Brice Hondi a exprimé sa joie de savoir que dans tous ses projets, Adéco-Ong a eu à ses côtés la presse qui s’est montrée toujours disponible. La séance a été aussi l’occasion de la signature d’un protocole d’accord entre le Président directeur général de Global Konsult Group, Arnold Nana et le président de l’Ong Club excellence Adéco, Brice Kondi. Pour le Président Directeur général de Global Konsult-Goupe, ce protocole d’accord permettra de nouer un partenariat gagnant-gagnant entre les deux organisations.

Créée  le 15 décembre 1999, l’Ong Club excellence Adéco a pour but d’œuvrer à l’épanouissement de la  jeunesse. L’Ong passera le cap des 15 années d’existence le 15 décembre 2014. L’événement sera célébré  le 19 décembre 2014 avec plusieurs activités au programme.

Thomas AZANMASSO (Stag.)

En savoir plus...

Entreprises publiques : Toléba quitte la Sobemap, Kouthon assure l’intérim

toleba

Il devra céder son fauteuil dans les prochaines heures. Il a nom Soumanou Toléba (photo), jusque-là Directeur général  de la Société béninoise des manutentions portuaires (Sobemap). Il a en effet été démis de ses fonctions lors du Conseil des ministres d’hier mercredi 19 novembre 2014. Le Directeur général adjoint de la Sobemap, Antoine Kouthon assure pour le moment son intérim. Soumanou Toléba nommé à la tête de cette entreprise publique en juillet 2011 serait appelé à d’autres fonctions au palais de la Marina selon des sources fiables.  

MM

En savoir plus...
S'abonner à ce flux RSS

Application Mobile

app-mobile-android

Abonnement Numérique

abonnement-numerique

Abonnement Papier

abonnement-papier

Inscrivez-vous à notre Newsletter et revevez l'information en continu ! Les dernières nouvelles, les dernières déclarations, l'information où que vous soyez !