TPL_GK_LANG_MOBILE_MENU

MTN COUVERTURE 4G BILLBOARD 970x250-px-01

A+ A A-

Faits Divers

Lutte contre le grand banditisme au Bénin : Le Général Kouyami relève des failles du système sécuritaire national

kouyami1

Le système sécuritaire actuel du Bénin n’est pas efficace. Hier dimanche 19 octobre 2014, le Général à la retraite François Kouyami a souligné sur Océan Fm quelques défaillances de ce système de plus en plus décrié.

Face aux échecs successifs du dispositif sécuritaire national, l’invité de  l’émission «Cartes sur table» d’Océan Fm d’hier n’a pas mâché ses mots. «Lorsque la politique se mêle de tout, il n’y a rien qui marche», a déclaré le Général François Kouyami pour critiquer les immixtions du chef de l’Etat dans la gestion des questions sécuritaires. Il a aussi désapprouvé les fréquentes descentes du Directeur général de la Police nationale, Louis Philippe Houndégnon sur les lieux de braquage. A l’en croire, ces sorties du patron de la police n’influencent en rien les actions des forces de l’ordre. «C’est un show politique… A partir du moment où vous recherchez les galons ou les honneurs, vous ne pouvez pas bien travailler», a-t-il fait remarquer. Le Général François Kouyami déplorera aussi la distribution des armes à tous les agents de police. Pour lui, cette stratégie amplifie plutôt les risques d’insécurité. «La police doit être armée à certaines occasions», a confié l’invité. Au sujet du vol à main armée perpétré le mardi 14 octobre dernier à Cotonou, il a montré que les auteurs du braquage sont des «professionnels». «Ces braqueurs, je suis convaincu que ce sont des militaires», a-t-il lâché dénonçant à mots couverts une collusion entre l’armée et  la pègre. A l’entendre, le système sécuritaire national est à repenser.

«Il faut quitter les choses… »

Hier, l’invité d’Océan Fm a prodigué quelques conseils à l’actuel chef de l’Etat.  Le Général François Kouyami lui a en effet demandé de «laisser les choses avant que les choses ne le quittent». Il a fait allusion au débat sur l’alternance au sommet de l’Etat en 2016. Pour lui, il ne faut pas toucher «maintenant» à la Constitution du 11 décembre 1990. Il s’est par ailleurs dit déçu par le débat politique national. L’ancien ministre de la Jeunesse du Général Mathieu Kérékou a trouvé que c’est un débat de piètre qualité mené par des politiciens de génération spontanée.

Mike MAHOUNA

En savoir plus...

Moments d’émotions aux obsèques de François Mensah

obseques-francois-mensah
Décédé le 1er octobre dernier au Centre national hospitalier et universitaire (Cnhu-Hkm) de Cotonou, à la suite d’une courte maladie, François Mensah a été conduit à sa dernière demeure le samedi 18 octobre 2014 au cimetière de

fran1Grand-Popo. Avant son inhumation, il a reçu des hommages mérités.
Le vendredi 17 octobre, au siège du Groupe de presse Fraternité, la dépouille de François Mensah a été royalement accueillie. L’espace réservé pour les hommages grouillaist de monde. Autorités à divers niveaux, parents amis, sympathisants, curieux, collègues et confrères…, tous étaient présents pour témoigner leur affection. Même scène le samedi en l’Eglise Saint Jean de Cotonou où on a noté des milliers de personnes habillées de tee-shirts à l’effigie de François Mensah.
Après la messe corps présent, cap a été mis sur le cimetière de Grand-Popo. Sur place, la population a également réservé un accueil chaleureux à l’illustre disparu. La place Nonvitcha a servi de cadre d’hommage au grand reporter sportif, en présence des autorités communales et départementales. L’émotion était au rendez-vous. Après ces hommages qui auront duré  quelques heures, la dépouille de François Mensah a été conduit à sa dernière demeure, juste à l’entrée du cimetière de Grand-Popo où il a été inhumé.   L’ex journaliste de Canal3 Bénin.

 

Abdul Fataï SANNI

En savoir plus...

Deuil dans la presse béninoise : Le journaliste Cyriaque Azoma n’est plus

azoma

Le Directeur de publication du journal Tonnerre Info, Cyriaque Azoma  est décédé dans la journée d’hier lundi 13 octobre 2014.  Hospitalisé au Cnhu de Cotonou depuis environ trois semaines, ce professionnel de la presse béninoise a rendu l’âme des suites de la maladie qui l’a affaibli. Avant d’occuper son dernier poste,  Cyriaque Azoma a été journaliste à Liberté et rédacteur en chef du Journal Le Challenge. Il y a deux ans, il a été victime d’un accident de la circulation qui l’a immobilisé un bon moment.  

En ce moment de vives douleurs, la  rédaction du quotidien Matin Libre  présente ses sincères compassions à la famille du confrère.

En savoir plus...

Journée mondiale de la poste : La régulation au cœur des manifestations

poste

Le top des manifestations officielles de la Journée mondiale de la poste, a été donné ce jeudi 09  octobre par le Ministre de la communication. C’était au Palais des Congrès de Cotonou.

« Régulation postale, facteur de stimulation de la croissance et d’amélioration de la qualité ». Le thème retenu pour la célébration de l’édition 2014 de la journée mondiale de la poste est évocateur. Le directeur général des communications électroniques et postales, Ambroise Zinsou, a saisi l’occasion du lancement des manifestations pour justifier la pertinence de ce thème. La poste béninoise est aujourd’hui à la croisée des chemins et de nouvelles possibilités s’ouvrent sur le boulevard.  « C’est une occasion pour s’informer » a dit le Ministre de la communication qui a ouvert les manifestations. En terme d’événements en effet, une journée porte-ouverte sur la poste béninoise et d’autres attractions sont prévues pour marquer ce jour anniversaire de la poste.

La journée du 09 octobre est déclarée jour de la poste, parce qu’elle est la date anniversaire de la création de l'Union postale universelle (Upu) en 1874. Chaque 09 octobre, les postes de nombreux pays saisissent l'occasion pour lancer ou promouvoir de nouveaux produits et services postaux.

Yves-Patrick LOKO

En savoir plus...

Protection de patrimoine : Nadine Dako sécurise les domaines du Cncb

cncb

En tournée dans la partie septentrionale du Bénin, la Directrice générale du Centre national des chargeurs du Bénin (Cncb) a effectué une visite sur différents domaines de l’entreprise étatique qu’elle dirige. La sécurisation des domaines de l’entreprise tient à coeur à Nadine Dako Tamadaho.

Ruffin Nansounou a dit sa disponibilité de soutenir la Direction générale du Cncb dans sa volonté d’acquisition « d’ouvrages dans les années à venir afin de répondre aux attentes des nombreux lecteurs ». Arouna Gounou, représentant des transporteurs du Borgou, a rassuré de la fréquentation par ses pairs et lui de ce centre de documentation. « Le Conseil national des chargeurs du Bénin a entre autres, pour mission l’assistance aux chargeurs que constituent les importateurs et exportateurs qui opèrent au Port de Cotonou, l’information et la formation des opérateurs économiques et des autres acteurs de la chaîne des transports » a rappelé la Directrice générale du Cncb pour qui, ce centre de documentation rentre en ligne de compte de l’accomplissement des missions assignées. « La création de ce centre à Parakou rentre également dans le cadre de notre vision annoncée dès notre prise de fonction et qui est d’accroître la qualité de l’assistance aux chargeurs, de l’information et de la formation des opérateurs économiques et des autres acteurs de la chaîne des transports, et ceci conformément à la vision de son excellence Dr Thomas Boni Yayi » a rappelé Nadine Tamadaho.
Ouaké, Djougou, Madécali, Bodjécali... sont les différentes localités parcourues par la Directrice générale du Cncb et sa suite. A chaque étape de la tournée, des plaques d'identification ont été posées sur les domaines. Une façon pour le Centre de marquer son territoire et de préserver son patrimoine. Aussi le site de Bodjécali a-t-il été remis à une entreprise pour des études qui doivent déboucher sur les travaux de construction d’un parking gros porteurs. Agissant ainsi, Nadine Dako Tamadaho a tenu à marquer d’une empreinte indélébile son passage à la tête de cette structure importante de la chaîne portuaire. Le patrimoine immobilier du Centre se trouve ainsi sauvé des envies des prédateurs fonciers qui profitent du manque d’attention des propriétaires terriens pour s’accaparer des terres non viabilisées et surtout du patrimoine foncier de l’Etat.

Un centre de documentation pour Parakou

Profitant de son périple septentrional, la directrice générale du Cncb a procédé, en présence de son Ministre de tutelle, au lancement des activités du Centre de documentation sis à l’antenne Cncb de Parakou. A en croire le Ministre en charge de l’économie maritime, ce joyau est un centre de référence où se trouvent « des ouvrages des éditions récentes en transport et logistique, en commerce international, en management et gestion, en culture générale pour ne citer que ces domaines… » Indiqué pour étudiants et autres chercheurs, ce centre de documentation reste l’un des premiers centres de documentation et de recherches de Parakou.

M.M

En savoir plus...

Incendie au ministère de la microfinance : Le crime profite bien à quelqu’un

incendie-ministere-microfinance

(La police invitée à démêler l’écheveau)
L’incendie intervenu dans le bureau du Directeur des ressources financières et du matériel (Drfm) du Ministère en charge de la Microfinance, livre ses premiers secrets.    L’acte posé par Samuel Atayi Guèdègbé a bien des mains invisibles.

La police doit aller loin dans les enquêtes en vue de déterminer les réels tenants et aboutissants de l’incendie criminel intervenu dans la nuit du jeudi 02 au vendredi 03 octobre dans le bureau du Directeur des ressources financières et du matériel (Drfm) par intérim du ministère chargé de la Microfinance. Ecouté et mis sous convocation par le Commissariat de police de  Cadjèhoun, ce Directeur financier par intérim devra aider la police à creuser l’abcès de cette affaire. Pour le moment, c’est  l’assistant du protocole du ministère, Samuel Atayi Guèdègbé qui est gardé à vue  pour les nécessités de l’enquête.  Cet assistant retenu dans les liens carcéraux  a reconnu avoir mis le feu délibérément  au bureau vers deux heures du matin. Devant la gravité des faits et la façon dont le sieur Samuel Atayi Guèdègbé lui-même reconnaît avoir perpétré son forfait, des questions se posent quant à la motivation réelle de l’acte. Monter  au septième étage de la tour administrative B, et déguisé en femme, ne doit surement pas avoir comme finalité un simple vol, pensent certaines personnes du côté du ministère de la Microfinance.  Même si des billets de banque et des tickets valeurs de la Sonacop ont été emportés. Ce vol qualifié intervient le jour même où certaines nominations opérées par la Ministre Laurence Sranon, ont été rendues publiques par le communiqué du Conseil des ministres. Encore que le Drfm dont le bureau a été cambriolé, est un Directeur par intérim. Qui a intérêt à brouiller des pistes, au-delà d’un vol de numéraires dans un bureau ? Pourquoi un assistant du chef protocole d’un ministère doit-il détenir des clés des bureaux ? Elles sont nombreuses les questions qui fourmillent dans les têtes et la police doit aider à découvrir l’énigme. Gageons qu’elle réussisse l’exploit.

Mike MAHOUNA

En savoir plus...

Accident de la circulation à Covè : Une dame et 3 véhicules consumés

drame

Un grave accident de circulation s’est produit dans la commune de Covè, plus précisément dans le village Za-Sohounta samedi dernier. Au bilan, une dame et  trois véhicules ont été entièrement consumés. En effet, selon les témoins de l’accident, tout serait parti d’un véhicule transportant des bidons d’essence. Tombé en panne sur  le pont de l’affluent du Zou,  sur l’axe routier Bohicon-Covè, les flammes auraient jaillit du véhicule lors de sa réparation. Ainsi, ces flammes avaient formé un cortège de fumées noires si bien que deux véhicules venant de part et d’autre de la ligne ont été embrasés en voulant forcer le passage. Avec l’opération de sauvetage des riverains, les chauffeurs et les passagers ont pu être sauvés à l’exception de la seule femme victime qui s’est éteinte sous le brasier. Avant l’intervention des sapeurs pompiers, la messe était déjà dite. Les trois véhicules et une dame étaient déjà entièrement consumés.

M.M

En savoir plus...

Après leur interpellation avant hier : Arinloyé et Fachola toujours privés de leur liberté

maires

Les maires de Sakété et d’Adja-Ouèrè ne sont pas encore au bout de peine.  Raliou Arinloyé et Djima Fachola sont toujours gardés à la Brigade de recherche de Bopè suite à leur interpellation  dans l’après-midi du lundi dernier.  Après leur première nuit de garde à vue, les deux autorités communales ont été présentées hier mardi selon nos sources au Procureur du Tribunal de première instance (Tpi) de Pobè. Elles se sont expliquées davantage sur la vente de plusieurs parcelles de l’homme d’affaires Séfou Fagbohoun ; des domaines qui ont été revendus à la Nouvelle cimenterie du Bénin (Nocibe). L’affaire remonte à 2002 et  est faite de gros sous.  Dans ce dossier qui défraie depuis lundi dernier la chronique judiciaire, le député Séfou Fagbohoun détenteur de titres légaux de propriété avait inutilement donné de la voix et réclamé ses droits. L’injustice ayant trop duré, il a décidé de saisir la justice.  Il faut souligner que l’enquête judiciaire ouverte par le parquet du Tpi de Pobè se poursuit et les deux maires sont toujours gardés à vue.
 
Mike MAHOUNA

En savoir plus...

Jci Cotonou Saphir : Vianel-Miguel Houéto investi président

vianel-miguel

Une soirée de gala a été organisée ce samedi 27 septembre 2014 par la Jeune Chambre Internationale Cotonou Saphir. Le nouveau Comité Directeur Local avec à sa tête Miguel Houéto a été installé.
Achille Sonéhékpon s’en va, Miguel Houéto prend place. L’heure était, le samedi 27 septembre,  à l’installation du Comité Directeur Local de la Jeune Chambre Internationale Cotonou Saphir. Le Comité que préside désormais pour une année, Vianel-Miguel Houéto, a été élu au cours de la Convention annuelle tenue du 23 au 25 septembre. La soirée de gala a réuni à la salle de fête Saint Charbel, le Président national de la Jeune Chambre Internationale du Bénin, Marius Eric Kindji et de nombreux autres invités. Le tout nouveau président de la Jci Cotonou Saphir ambitionne de travailler de manière à rehausser l’image de l’organisation créée il y a trois ans. Le social étant au cœur des actions de la Jci Cotonou Saphir, une vente à l’américaine d’un tableau, a permis de collecter une somme qui servira à doter l’école primaire Hindé 2 d’une clôture.

Yves-Patrick LOKO  

En savoir plus...

Cités dans une affaire domaniale avec Fagbohoun : Les maires de Sakété et d’Adja-Ouèrè en garde à vue

maire-ouere-fagbohoun

Raliou Arinloyé et Djima Fachola sont dans les liens de la justice. Depuis hier lundi 29 septembre 2014 ces deux autorités communales qui dirigent respectivement Sakété et Adja-Ouèrè sont placées en garde à vue à la Brigade de recherche de Pobè. Certaines sources informent que les deux maires sont impliqués dans un litige domanial avec le député Séfou Fagbohoun. Plaignant dans ladite affaire, Séfou Fagbohoun reprocherait à ces maires ainsi qu’au Chef d’arrondissement de Massè (Commune d’Adja-Ouèrè) d’avoir vendu irrégulièrement plusieurs de ses parcelles. Les mêmes sources confient que c’est sur ces parcelles litigieuses que la Nouvelle cimenterie du Bénin (Nocibe) se serait installée. Mais on apprend de sources policières que Raliou Arinloyé et Djima Fachola ont été arrêtés sur décision du Procureur de la République de Pobè. L’autorité judiciaire aurait ouvert une enquête pour faire la lumière sur une affaire de détournement de deniers publics dans laquelle les noms des deux maires seraient cités. Il existe donc deux versions des raisons motivant l’arrestation des maires de Sakété et d’Adja-Ouèrè. Mais ce dont on est certain, c’est que les deux autorités communales sont en garde à vue et seront présentées  ce jour au Procureur de la République.

Mike MAHOUNA   

En savoir plus...
S'abonner à ce flux RSS

Application Mobile

app-mobile-android

Abonnement Numérique

abonnement-numerique

Abonnement Papier

abonnement-papier

Inscrivez-vous à notre Newsletter et revevez l'information en continu ! Les dernières nouvelles, les dernières déclarations, l'information où que vous soyez !