TPL_GK_LANG_MOBILE_MENU

SGB MAF GIF 1000x250px

A+ A A-

Faits Divers

Pour ses loyaux services rendus à la Nation : Jacques Okoumassoun fait Chevalier

Jacques-Okoumassoun

Jacques Okoumanssounreçoit le témoignage de la gratitude de la nation béninoise pour les services qu’il lui a rendus.Journaliste à l’ortb, il a été reçu hier mardi 12 septembre 2017, dans l’Ordre national de mérite du Bénin, au rang de Chevalier. La cérémonie officielle de remise de distinction a eu lieu dans l’enceinte de la Grande Chancellerie à Cotonou, sous la direction de la Grande chancelière de l’Ordre national du Bénin, KoubourathOsséni.  

A l’instar du professionnel des medias Jacques Okoumassoun, plusieurs autres citoyens béninois ont été distingués, au cours de la cérémonie, pour avoir servi dignement la République.

Selon la Grande chancelière de l’Ordre national du Bénin, Koubourath Osseni, dans l’exercice de leur fonction, les récipiendaires  ont su donner le meilleur d’eux-mêmes. « La mission de chacun d’eux était et continuera d’être de veiller au bon fonctionnement de l’appareil étatique dans ses démembrements et dans sa diversité » a-t-elle ajouté. Elle martèle pour finir à l’ endroit des récipiendaires que cette distinction énonce le devoir pour eux de rester digne et d’être un modèle pour les autres tant dans l’administration publique que dans la vie de tous les jours.

Né en décembre 1972 à Cotonou, Jacques Okoumassoun est marié et père de 3 enfants. Il est journaliste et expert en communication d’entreprise. Il  est  titulaire d’un diplôme supérieur en journalisme télévision. Le récipiendaire a acquis des connaissances et une Maitrise en droit des affaires et carrière judiciaire. Titulaire d’un Master en communication et marketing et d’un Master en marchés publics, Jacques Okoumassoun est journaliste sportif, politique et présentateur sur l’Ortb,Cfi et Canal sport. Il est aussi le président de la Fédération nationale d’Escrime. Dans son riche parcours, il a été Assistant du ministre de l’Economie maritime et des infrastructures portuaires sous le régime de Yayi Boni. Avec son élévation au grade Chevalier, Jacques Okoumassoun entre désormais dans la famille de l’Ordre national du mérite du Bénin.  

Thérèse Wohndéna GNITONA
& Aziz ADEYEMI (Stag)

En savoir plus...

‘’Rencontres intergénérationnelles des médias’’ : Educ’Action ouvre le bal avec Jérôme Carlos

edu-action

Le tout premier numéro des ‘’Rencontres intergénérationnelles des médias (Rim)’’ s’est tenu  jeudi 7 septembre 2017. Organisé par l’hebdomadaire béninois Educ’Action, cette tribune d’échanges a eu pour invité, Jérôme Carlos, directeur de la radio Capp Fm. Le riche débat qui s’est instauré entre professionnels des médias a connu également la participation de l’ancien conseiller à la Haac Noël Alagbada, du conseiller à la Haac en exercice Marie Richard Magnidet, sans oublier le  président de l’Odem Guy Constant Ehoumi, et de celui del’Upmb, Franck Kpochémè.

Jérôme Carlos, plantant le décor, s’est opposé à toute idée de conflit intergénérationnel au sein de la presse béninoise. Il compare le monde des médias à une école de la vie, où le maître et l’apprenant peuvent s’interchanger. « Le maître devient l’apprenant, et l’apprenant, le maitre», at-il fait remarquer. Pour l’invité, trois conditions sont indispensables pour une bonne pratique du métier. La première condition évoquée est la connaissance du métier. Il faut connaître les tenants et les aboutissants, ainsi que les règles du métier a-t-il fait savoir, et le seul moyen pour y arriver, à l’en croire, réside dans la formation. La deuxième condition est la pratique du métier, aller à l’école de la vie,  être son propre maître et critique par rapport à sa pratique pour ne pas végéter dans la médiocrité. Il faut réinventer le métier sans trahir son esprit conseillera-t-il. La troisième condition réside dans ce qu’il nomme le « soi avec soi-même, dans le miroir de sa conscience ». Jérôme Carlos évoque ainsi le volet éthique et moral de la pratique du métier en accord avec sa conscience. En réponse à l’inquiétude des participants face à  la prolifération des organes de presse le directeur de la radio Capp fm rassure et dénombre 3 catégories de presses. La première catégorie dit-il  est celle professionnelle et efficace, avec des professionnels qui s’exercent à la pratique en dépit des difficultés y afférant. La deuxième catégorie et celle impulsée par  les politiciens avec des journalistes mercenaires à leur service et la troisième catégorie est celle propulsée par les opérateurs économiques détenant le pouvoir de l’argent.  Il se dit tout de même très fier de la pratique du métier au Bénin, même si des brebis galeuses se glissent parmi les plus vertueux. Pour lui, il faut savoir renoncer pour garder son intégrité. Mais le président de l’Odem Guy Constant Ehoumi, ne partage pas entièrement la fierté que nourrit Jérôme Carlos. Il dénonce une certaine presse qui s’adonne à des pratiques peu recommandables en désaccord avec l’éthique et la morale. Il sera contrebalancé par le conseiller Marie Richard Magnidet, qui s’indigne lui aussi contre des professionnels des médias qui confondent information et communication. Pour sa part, l’ancien conseiller à la Haac, Noël Alagbada, appelle les promoteurs et autres patrons de presse à leur responsabilité en vue de faciliter la pratique aux journalistes. Il appelle également les hommes des médias, à plus de professionnalisme face à l’avènement des réseaux sociaux.

Thomas AZANMASSO

En savoir plus...

Construction du contournement et de la traversée de Parakou : Sinohydro confirme son expertise en construction de routes

Sinohydro

Sinohydro est une société d'ingénierie et de construction fondée en 1950 et basée à Beijing, Chine. La notoriété de l’entreprise Sinohydro n’est plus à démontrer.

Dans le Top 225 2017 Global Engineering News-Record des entrepreneurs, un classement par revenu annuel, l'entreprise est en 17ème  position globale, et 6ème parmi les entreprises chinoises de construction.Egalement dans le Top 150 2017 Engineering News-Record des entrepreneurs, Sinohydro est classée 2ème au plan mondial et 1er en Asie.

En Malaisie, la société a travaillé sur une joint-venture avec Sime Engineering pour construire le plus grand barrage du pays. En 2012, l’entreprise Sinohydro a été sélectionnée par le gouvernement nigérian pour construire la centrale hydroélectrique Zungeru, projet d'une valeur de 1,013 milliards de dollars. Egalement par un gouvernement local en Géorgie pour construire une rocade, projet d'une valeur de 129 millions de dollars et en 2013, par le gouvernement de l'Ouganda pour construire Karuma Power Station, une station d'alimentation 600 mégawatts, la plus grande dans le pays.  Il faut ajouter la construction du port de Hambantota au Sri Lanka, qui deviendra le plus grand port d'Asie du Sud en 2014. Il s'est aussi engagé dans la construction de réservoir d'Moragahakanda.L’entreprise Sinohydro est sollicitée pour la construction d’une centrale énergétique en Côte d’Ivoire.

Elle a fait ses preuves dans plusieurs pays à travers la qualité irréprochable des ouvrages qu’elle réalise.

Ce qui a convaincu le Bénin qui lui a confié la construction du contournement et de la traversée de la ville de Parakou. Elle donne encore les preuves de son expertise avec les travaux qu’elle réalise actuellement dans la ville de Parakou.  

Aperçu du projet de Parakou

Démarré le 1er Septembre 2015, l’objectif principal des travaux confiés à l’entreprise Sinohydro est la reconstruction de la traversée et du contournement de la ville de Parakou.

Les travaux sont divisés en deux lots, lot1 et lot2. Pour le compte du lot1, c’est – à – dire la traversée, il commence de la sortie sud de Parakou en passant par le Carrefour Hubert MAGA traversant le Carrefour de la municipalité et le Carrefour Al Houda jusqu’à la sortie nord de la ville et couvre 11,75 km de long.

Le lot2 prend en compte le contournement de la ville et débute du Carrefour Hubert MAGA en passant par le Carrefour Mathieu Kérékou et se termine au Carrefour AL Houda, long de 5.05Km.

De façon globale, le détail des travaux à réaliser se présente comme suit: pour le lot1, les travaux routiers, y compris l’assainissement en caniveaux et fossés des deux côtés, remblai d'excavation de la route, une couche de fondation en latérite stabilisée en ciment, une couche de fondation en grave concassée, une couche de liaison en grave bitume,  les panneaux de signalisation, pavage des trottoirs, éclairage public etc…

A cela s’ajoute le déplacement de réseaux, c’est–à–dire réseau d’eau, réseau électrique, et réseau téléphonique ;  l’aménagement, le levé topographique du terrain naturel, la conception des routes et des ouvrages font partie intégrante du projet.

Le maître de l’ouvrage est le gouvernement béninois et son représentant est la direction départementale des infrastructures. La mission de contrôle est assuré par la Société CIRA-SA.

Le contournement achevé

A la date du 24 Août 2017, les travaux de contournement de la ville de Parakou qui couvre 5.05Km et commence du Carrefour Hubert MAGA en passant par le Carrefour Mathieu Kérékou, carrefour Ocbn, carrefour Aérodrome et se termine au Carrefour AlHouda sont achevés avec la réalisation de la totalité des 12 dalots et des autres ouvrages prévus.

A la findes travaux en cours, l’entreprise Synohydro changera l'image globale de la ville de Parakou, ce qui va améliorer considérablement la fluidité du trafic urbain pour le bonheur des populations de Parakou. Et les nuisances occasionnées par les travaux seront vite conjuguées au passé.

On peut dire que le gouvernement béninois ne s’est pas trompé en décidant de confier les travaux à l’entreprise Sinohydro.

Albérique HOUNDJO
(Br Borgou-Alibori)

En savoir plus...

Port de Cotonou : Plus de 100 véhicules de Guinéens bloqués

vehicules-port-de-cotonou

Près de 150 véhicules acquis par les Equato-guinéens et destinés à être convoyés à Malabo sont bloqués au port de Cotonou depuis environ un an maintenant et sans justification.

Plus rien ne va entre le Bénin et la Guinée Equatoriale?  On est bien tenté de répondre par l'affirmative, eu égard aux derniers développements des relations entre ces deux pays frères. En effet, selon des sources généralement bien informées, c'est en novembre 2016 que la situation a commencé par dégénérer dans les relations commerciales entre les deux Etats; mais sans raison valable. Depuis cette date, ils sont nombreux, les Equato-guinéens à acquérir des véhicules à Cotonou pour les convoyer vers leur terre natale. Malheureusement, lesdits véhicules ont été bloqués au Port. Et pourtant ces Guinéens disent avoir satisfait à toutes les exigences en termes de formalités. Il s'agit soit de véhicules neufs, soit de véhicules communément appelés "venus de France". Mais impossible de faire embarquer leurs propriétés en direction de Malabo, via le Port de Cotonou. Malgré l'implication des autorités au niveau du consul de la Guinée Equatoriale près le Bénin, la situation est restée sans suite. A ce jour, près de 150 véhicules sont bloqués au Port de Cotonou. Inutile d'insister ici sur les frustrations nées de cette situation pour les hôtes, et le  manque à gagner pour le Bénin car cela affecte son économie. Déjà, certains d'entre eux, de plus en plus, préfèrent acheter leurs véhicules dans d'autres Ports car ils ont peur de ne jamais entrer en possession de leur bien.

Pis, on apprend des mêmes sources que même les commandes propres de l'Etat équato-guinéen, des véhicules Duster  flambant neuf acquis à Cotonou, ont failli subir le même sort si le Consulat n'avait pas pris le taureau par les cornes.

Et pourtant, rien ne pouvait présager du traitement que la partie béninoise fait subir aux Equato-guinéens. Aucun antécédent, du moins déclaré par l'un ou l'autre des Etats. Mais le ver semble être dans le fruit. En témoigne les tracasseries que les citoyens de la Guinée Equatoriale subissent au Port de Cotonou depuis environ un an maintenant.

Pour rappel, le Bénin et la Guinée-équatoriale, depuis plusieurs années, entretiennent de bons rapports et cela se traduit par le nombre de Béninois à Malabo et Bata. Les Béninois présents en territoire guinéen sont estimés à plus de dix mille. Aussi, les Guinéens commercent-ils wlibrement avec le Bénin, sans oublier les possibilités de formation au niveau supérieur offertes entre temps par le Président guinéen aux étudiants béninois. Ce n'est pas M. Valère Glèlè de l’Upi-Onm qui dira le contraire.

La situation est préoccupante et il urge que les autorités béninoises interviennent le plutôt pour corriger le tir.

Simplice Comlan (Coll.)

En savoir plus...

Promo Mtn propé : Le gros lot de 10 milions FCfa remis au gagnant

MTN-Prope

Il suffisait d’envoyer ‘’OK’’ par Sms au 7060 et prendre part à un jeu de questions-réponses sur la culture générale pour devenir soit gagnant de 20.000 FCfa par jour, transférés par Mobile money, soit gagnant d’une parcelle de 2 millions par semaine, soit gagnant d’un lot de consolation d’une valeur de 200.000 F par tête ou pour finir, décrocher le gros lot d’un montant de 10 millions Fcfa. Ils étaient nombreux à croire au jeu « promo Mtn propé » et à y prendre part du 24 mars 2017 au 21 juin 2017. Les derniers gagnants dont celui du jackpot sont entrés en possession de leurs lots dimanche 3 septembre dernier à la plage fidjrossè de Cotonou

L’honneur fait aux derniers gagnants de la promo Mtn propé était bien à la hauteur du gros lot de 10 millions FCfa remporté. En effet, c’est le géant podium du plus Grand show des vacances, Y’ello Summer que l’opérateur Gsm a choisi pour remettre à ces veinards leurs lots. C’était sous les regards bienveillants et les ovations de plus de 60.000 spectateurs. A l’instar du sieur Oyewoumi Sylvestre Alayé qui a reçu son chèque de 10 millions, 04 gagnants d’une parcelle de 2 000 000 FCfa ont aussi obtenu leurs gains, sans oublier les trois qui ont empoché 200.000 F chacun.

Un point exhaustif des trois mois de jeu et lots gagnés donne un total de 12 parcelles sécurisées d’une valeur de 2000.000 FCfa distribuées, 450 gagnants de 20.000F par MoMo à raison de 5 gagnants journaliers, 5 gagnants du lot de consolation de 200.000F par tête et le gros lot de 10 millions Fcfa. Les lots ont été attribués au cours de la soirée, sous la supervision de Me Brice Topanou, Huissier de Justice. Les parcelles, disposant des titres, sont situées à Hêvié, dans la commune d’Abomey-Calavi.

Mtn propé, une réussite ! C’est tout à l’actif de géant de la téléphonie mobile Mtn qui ne cesse d’innover pour un mieux-être de la population et de ses abonnés en particulier.

En savoir plus...

Incendie au palais royal d’Abomey : D’importants dégâts enregistrés

incendie-au-palais-royal-dabomey

(Un phénomène qui devient récurrent)
L’important lieu de conservation des œuvres du Danxomè, actuel Bénin, était en feu lundi 28 août dernier. Plein de stands d’exposition d’articles artisanaux ainsi que des œuvres sont partis en fumée. Et ce n’est pas une première. Ce palais a déjà subi des scènes d’incendie en 2009, 2012 et 2013. Mais celui qui vient d’avoir lieu a presque dévasté le palais des Houégbadjavi. Cet incendie n’a pas touché les collections nationales, mais plutôt, les stands des artisans situés dans la première cour du musée, à quelques mètres de la salle des trônes. Le feu est devenu l’un des pires menaces pour les palais royaux d’Abomey selon les analyses de Cécile Zinsou, la responsable de la fondation Zinsou. « Dans n’importe quel endroit au monde, on serait extrêmement soucieux de préserver un patrimoine aussi important et de prendre des mesures urgentes et drastiques » souligne-t-elle, en vue de situer la part de responsabilité des dirigeants béninois en charge de la culture. Ange N’koué et les siens sont donc interpelés. Déjà quatre incendies enregistrés en moins de dix ans et aucune mesure idoine n’est prise.  Alors que cet endroit regorge de patrimoines d’une importance capitale et pourvoyeurs de richesse pour la destination Bénin. Il faut retenir que  l’Unesco entre temps avait déjà retiré les palais royaux d’Abomey de la liste du patrimoine  mondial en péril. Mais à l’allure où vontles choses, il y a une forte chance selon Cécile Zinsou qu’ils soient réintégrés à cette liste. Toute chose qui n’avantagerait point le pays. « Le ministère de la culture est responsable de ce qui se passe dans nos musées. Aujourd’hui, on peut même dire qu’il est coupable de ce qui se passe », accuse la responsable de la fondation Zinsou pour inviter les uns et les autres à revoir leur feuille de route et à prendre conscience de leur mission  à la tête du ministère.

Teddy GANDIGBE     

En savoir plus...

Accident de la route à Djougou : Deux morts et un blessé grave

securite-routiere

Deux morts et un blessé grave. Tel est le bilan d’un accident de circulation survenu dans la nuit de lundi à mardi à Angaradébou, un quartier de la ville de Djougou. Selon certains témoins, c’est un tricycle en provenance de la commune de Copargoqui a violemment percuté un camion de marque ‘’Scania 113’’ pendant que ce dernier faisait des manœuvres au niveau du carrefour ‘’Camp Guézo’’. Il faut préciser que toutes les victimes de cet accident sont des passagers du tricycle.

Les corps des deux personnes décédées ont été remis à leurs familles respectives après constat d’usage par les éléments du commissariat central de Djougou qui se sont transportés sur les lieux du drame, une fois informés. L’autre grièvement blessé, suit des soins au Centre hospitalier-départemental (CHD) de la Donga où il a été admis.

A.H (Br Borgou-Alibori)

En savoir plus...

Ortb : Michel Kindékon, nouveau Sg/Syntrab

Michel-Kindekon

Le conseil syndical de l’Office de radiodiffusion et télévision du Bénin (Ortb), s’est réuni à Bohicon les 25 et 26 Août 2017. Faisant suite à la destitution du désormais ancien Secrétaire général Bernard Bonou et ses deux adjoints, cette session extraordinaire du conseil a connu de l’élection de Michel Kindékon à la tête du Syndicat national des travailleurs de l'audiovisuel du Bénin.

C’est une nouvelle ère qui s’ouvre pour le mouvement syndical à l'Office de radiodiffusion et télévision du Bénin. Michel Kindékon est le tout nouveau secrétaire Général du Syndicat national des travailleurs de l'audiovisuel du Bénin (Syntrab). Il a été élu par 43 voix pour et 2 abstentions sur un total de 45 votants. Il succès ainsi à l’ancien Secrétaire général, Bernard Bonou, destitué depuis peu avec ses deux adjoints. Le Conseil a également procédé au remplacement des   deux secrétaires généraux adjoints. Ce sont désormais   Habib Soumanou et Edgar Vissehinon qui occupent ce poste. Quant aux deux anciens secrétaires généraux adjoints déchus, ils  occupent désormais, les postes de secrétaire administratif adjoint et secrétaire adjoint à l'organisation. Ancien secrétaire aux revendications, Michel Kindékon est  bien imbu des réalités de la vie quotidienne des agents de l’Ortb. A son élection, le nouveau Secrétaire général s’est engagé à travailler pour le bien être du personnel. Il entend par ailleurs prendre en main les préoccupations urgentes du personnel. La Direction générale de l'Ortb était représentée au conseil syndical par le Directeur des relations publiques, Marius Kindji.  Il a fait part aux conseillers, de la disponibilité du Directeur général de l’Ortb, à collaborer avec le syndicat en vue d’œuvrer à l’amélioration des conditions de vie et travail du personnel.

Th. A.

En savoir plus...

Tribunal de Natitingou : Deux trafiquants d’ivoire condamnés à de lourdes peines

trafiquants-ivoires

Ils étaient sans doute à l’origine de l’abattage de sept éléphants dont des éléphanteaux, une espèce intégralement protégée par la loi n°2002-16 du 18 octobre 2004 portant régime de la faune en République du Bénin. Il s’agit de deux trafiquants d’ivoire qui ont voulu commercialiser le vendredi 11 août 2017, la veille de la célébration de la journée mondiale de l'éléphant, les quatorze (14) trophées de ces éléphants abattus. Mais ils ont été arrêtés avec les 14 pointes pesant 24 kg, par les éléments du commissariat central de Natitingou. Lors de l’audience hier jeudi 24 août 2017 au tribunal de Natitingou, la justice n’a accordé aucune clémence aux trafiquants. Ils ont en effet été sévèrement sanctionnés.  Le récidiviste  Basile Kora a écopé de quarante-huit (48) mois d'emprisonnement ferme et le nommé David Doko doit passer quarante (40) mois fermes derrière les barreaux. Les deux trafiquants sont solidairement condamnés à une amende de 400.000F Cfa et au paiement à l'Etat béninois de la somme de trois millions (3.000.000) de francs Cfa à titre de dommages-intérêts. Le juge a fixé la contrainte par corps à 5 jours pour les dommages-intérêts et 10 jours pour les amendes.

« L’heure est grave. Des éléphants sont massacrés pour leurs défenses… », s’était indigné Ban Ki-moon, l’ancien Secrétaire général de l’Organisation des Nations Unies, dans son message dans le cadre de la célébration de la Journée mondiale de l’environnement le 5 juin 2016. Cette journée avait pour thème « Tolérance zéro contre le commerce illégal de la vie sauvage ». Cet appel doit constituer une invite pour tous les acteurs de lutte contre la criminalité faunique. Et Parlant de "Tolérance zéro", le tribunal de Natitingou vient de donner la preuve que l’alerte de Ban Ki-moon  a été prise au sérieux. Cette condamnation bien qu’elle soit dissuasive, encourage les acteurs de lutte et de conservation dont le programme Appui à l'application des lois sur la faune et la flore au Bénin (Aalf-Bénin) qui ne cesse d’apporter son appui technique au gouvernement pour le renforcement de la lutte contre la criminalité faunique.

A.S 

En savoir plus...

Pour meurtre et coups et blessures volontaires : 10 ans de réclusion criminelle pour Wassou Soulémane

justice

(6 mois d’emprisonnement ferme pour Wassou Issiaka et Yacoubou Djobo)
Le dernier dossier inscrit au rôle de la deuxième session de la cour d’assises de la cour d’appel de Parakou pour le compte de l’année 2017 a été examiné dans la journée du mardi 22 Août 2017. Il s’agissait d’un dossier de meurtre et de coups et blessures volontaires. Des infractions prévues et punies par les dispositions des articles 295, 304, 309 et 311 du code pénal.

A l’issue de l’audience qui a duré toute la journée, la cour de céans présidée par  Hubert Arsène Dadjo, assisté de Edouard Ignace Gangny et Richard Limoan a déclaré les nommés Soulémane Wassou, Issiaka Wassou et Djobo Wassou coupables des faits de crime de meurtre et de coups et blessures volontaires et les a condamné respectivement à 10 ans de réclusion criminelle et à 06 mois d’emprisonnement ferme.   

Résumé des faits

Dans la nuit du samedi 12 au dimanche 13 mars 2016, les nommés Mohamadou Abdoulaye, Ikililou, Souaïbou et plusieurs femmes du village Donwari (commune de Kandi) ont accompagné leur sœur jeune mariée chez son époux, dans un quartier voisin de Donwari, comme cela est de coutume en milieu Peulh. Selon cette coutume, les familles des nouveaux mariés doivent se réjouir ensemble au domicile du garçon à travers une cérémonie. Pour cette raison, les garçons alliés à la mariée se sont rendus dans le quartier du marié.
Aussitôt arrivés, Abdoulaye Djouldé a informé les hôtes qu’un coup se prépare contre eux et les invite à quitter les lieux. Sur ce, ces jeunes sont restés sur pied de guerre attendant leurs agresseurs. Djobo Yacoubou, Issiaka Wassou et d’autres ont fait irruption sur leurs adversaires en leur lançant des pierres et en leur portant des coups, de bâton et de poing.

Au cours de cette bagarre, les nommés Djobo Yacoubou et Issiaka Wassou ont porté des coups et fait des blessures à leurs adversaires précisément, Mohamadou Abdoulaye, Ikiliou Matchou et Souaïbou Aboubakari.

Au même moment, Soulémane Wassou s’est servi d’une hache pour blesser grièvement le nommé Soulémane Djouldé qui a rendu l’âme quelques heures plus tard des suites des blessures lors de son évacuation vers un centre de santé.

Les débats

Déposant à la barre, Issiaka Wassou et Djobo Yacoubou ont reconnu partiellement les faits de coups et blessures volontaires et de coups mortels, tandis que Soulémane Wassou les a reconnus avoir porté de coups à la victime. Emmanuel Opita représentant le ministère public a fait observer que ce sont les articles 295, 304 et 311 du code pénal qui constituent les sièges des infractions de la cause.

Après avoir relevé la présence des éléments constitutifs du meurtre et de coups et blessures volontaires par rapport aux faits de la cause, l’avocat général a démontré que la volonté de nuire est manifeste chez l’accusé principal Wassou Soulémane, il a conforté sa démonstration avec les déclarations de l’accusé. Pour Emmanuel Opita, les trois accusés sont coupables des faits mis à leur charge. C’est pourquoi, il a requis que la cour condamne l’accusé Wassou Soulémane à la peine de 15 ans de réclusion criminelle et Issiaka Wassou et Djobo Yacoubou à une peine couvrant la période de leur détention.

Me Sèmiyou-Deen Moustapha a exhorté, dans ses plaidoiries,  la cour à être plus proche des faits car le dossier étal de confusions. Selon Me Sèmiyou-Deen Moustapha, a plaidé la l’acquittement pur et simple pour son client Djobo Yacoubou au  principal et au subsidiaire la clémence. Pour lui, l’infraction de coups et blessures volontaires n’est pas constituée, car les éléments matériel et moral sont inexistants.

Me Séverin Maxime Quenum, avocat de l’accusé Issiaka Wassou a déclaré que son client était position de légitime défense. Il a plaidé en se fondant sur l’article 328 du code pénal, la légitime défense pour demander l’acquittement pur et simple de son client et la restitution de la caution pour sa mise en liberté provisoire au principal et de celui de Djobo Yacoubou au subsidiaire. Il a salué la générosité du ministère public relativement aux conclusions de ses réquisitions à l’égard de son client, mais estime que l’avocat général aurait faire œuvre utile en procédant à la disjonction des cas de Issiaka Wassou et Djobo Yacoubou de celui de l’accusé principal Wassou Soulémane.

Assurant la défense de l’accusé Soulémane Wassou, Me Abdon Déguenon a plaidé la légitime défense et l’acquittement pur et simple pour son client Wassou Soulémane en se basant sur les dispositions des articles 328 et 329 du Code Pénal. Il a déclaré que son client n’a jamais eu l’intention de tuer la victime. Il a relevé certaines incohérences du dossier qui ne permettent d’accéder à la vérité des faits.

Albérique HOUNDJO (Br Borgou-Alibori)

En savoir plus...
S'abonner à ce flux RSS

Application Mobile

app-mobile-android

Abonnement Numérique

abonnement-numerique

Abonnement Papier

abonnement-papier

Inscrivez-vous à notre Newsletter et revevez l'information en continu ! Les dernières nouvelles, les dernières déclarations, l'information où que vous soyez !