TPL_GK_LANG_MOBILE_MENU

- cover VISUEL DE COMMUNICATION - MILLION AVEC FANICKO - by Axel DigitXplusFR 3

A+ A A-

Banniere web 728x90px-01

Faits Divers

Développement agricole au Bénin : Cajù, un magazine pour la promotion de la filière anacarde

Magazine-caju

L’interprofession de la filière  anacarde du Bénin a procédé vendredi 20 avril 2018, en partenariat avec Procad et Icco, au lancement d’un magazine bimestriel intitulé Cajù, spécialisé dans la vulgarisation des informations liées à la filière anacarde. La cérémonie officielle de lancement s’est tenue à la salle des fêtes le Majestic de Cotonou.

Le magazine Cajù est une plateforme d’informations et d’échanges pour relayer toute l’actualité  relative à la filière anacarde, notamment en termes de production, de rendement et de commercialisation. Imprimé en versions anglaise et française, il se veut un creuset  d’échange  d’information et d’analyse aussi bien pour les acteurs de la filière, que pour les décideurs. Plusieurs rubriques meublent ce magazine. Le reflet est une rubrique qui part de l’état des lieux de la filière, pour traiter de son organisation, sa rentabilité, ainsi que des défis à relever pour son évolution. La rubrique  Techniques pour sa part, traite du produit dans les aspects techniques et  financiers, les différentes tendances sur le marché et donne également la parole aux spécialistes. Dans la rubrique Réussite, les promoteurs se proposent d’aller à la rencontre d’un homme ou d’une femme dont les actions auraient impacté la filière, pour en savoir plus sur ses secrets de prospérité. Quant à la rubrique Femme d’impacte, elle réalise un zoom sur les différentes initiatives de transformation du produit, et autres actions des décideurs en faveur de la filière, mais aussi sur des acteurs  influents de la filière. Pour le président de l’interprofession de la filière anacarde au Bénin, Aténi Achadé, le magazine vient relever le défit d’information et de communication autour  de la filière acajou. Ainsi, tout en se félicitant  de l’initiative, il a exprimé sa reconnaissance à tous les partenaires qui ont œuvré à son l’aboutissement. Il a fini son propos, en assurant de la disponibilité de l’interprofession à en  assurer la durabilité. Le spécialiste de la chaîne des valeurs du Procad, Samuel Cossi Akpovi, se félicite lui aussi de l’avènement du magazine qui à l’en croire, participera à relever les défis liés à la production et à la commercialisation, pour hisser la filière au second rang au plan national après le coton. Et selon les dires du représentant de Dedras, c’est un événement très attendu, vu la rareté des sources d’information fiables sur la filière. Il a lui aussi salué l’initiative qui vient combler le déficit de la vulgarisation qui constituait un frein au développement  de la filière. Procédant au lancement du magazine, le représentant du ministre de l’agriculture, de l’élevage et de la pêche, Maxime Yao Gounsè, a exhorté les promoteurs à respecter strictement la ligne éditoriale définie pour le magazine. Il a fini en les rassurant du soutien indéfectible du gouvernement pour assurer la pérennité de l’œuvre.

Thomas AZANMASSO

En savoir plus...

Lancement de Titre foncier nouveau format au Bénin : Le Rp/Andf, Clémentine Dohou Lokossou apporte des précisions

code-foncier

Le Régisseur principal de la Propriété foncière et des hypothèques de l'Agence nationale du domaine et du foncier (Andf), Clémentine Dohou Lokossou, était  l'invitée de Grand format de Canal3 Télévision, dimanche 22 avril 2018. La Rp Andf a apporté des précisions sur les modalités de délivrance du titre foncier nouveau format, lancé par le gouvernement.

Il existe désormais un nouveau format du Titre foncier non falsifiable.  C’est l’annonce faite par le Régisseur principal de la Propriété foncière et des hypothèques de l'Agence nationale du domaine et du foncier (Andf), Clémentine Dohou Lokossou. A l’en croire, c’est un outil issu des différentes réformes initiées par le gouvernement. Sa conception et sa délivrance  sont confiées à l’Agence nationale du domaine et du foncier. Le nouveau format du titre foncier est initié et conçu  par l’Andf en collaboration avec un partenaire technique, a précisé l’invitée. Selon  son propos, c’est un nouveau format qui appelle à des garanties de sécurité et qui présente une dimension différente de l’ancien format. « C’est un format informatisé qui dispense de toute falsification, et reproduction frauduleuse », a-t-elle précisé. Ainsi, contrairement à l’ancienne formule qui se présente sous le format A4, le nouveau format du titre foncier est format B5, difficile à falsifier et dont la réalisation nécessite du matériel de pointe indiqué à  cet effet.  

Les formalités à remplir pour l’obtention

Selon les explications de l’invitée, l’obtention du titre foncier nouveau format est subordonnée à la présentation  d’un levé topographique ou un croquis de la parcelle, un acte de présomption de propriété : soit l’attestation de recasement, soit le certificat administratif, ou des avis d’imposition  des trois dernières années ou encore le certificat foncier rural. A ces différentes pièces s’ajoutent  la photocopie légalisée de la pièce d’identité, le document attestant de la propriété, soit par acquisition avec la convention de vente, soit  par échange ou par héritage. L’Andf se  charge de l’étude du dossier et du calcul des provisions et le titre foncier est délivré dans les 120 jours qui suivent l’étude et la  validation du dossier.  

Un appel à la population

Le Régisseur principal de la propriété foncière et des hypothèques de l'Agence nationale du domaine et du foncier (Andf), Clémentine Dohou Lokossou, a appelé les populations à se procurer massivement le nouveau format de titre foncier non reproductible, gage de fiabilité, de paix sociale, de croissance économique et de développement du Bénin et dont les coûts sont revus à la baisse par le gouvernement passant de 300 voire 350 000  F Cfa, pour une parcelle d’environ 500m2, à 200 et 250 000F Cfa . Elle a fini son propos en adressant ses remerciements au gouvernement pour son accompagnement, au directeur général de l’Andf, pour son efficacité au travail, ainsi qu’à tous ses collègues.

Thomas AZANMASSO

En savoir plus...

Jisleine Adimi Agbozo au sujet de la 3ème édition des Journées Médias Bénin : « L’objectif cette année, c’est que chaque professionnel des médias se sente concerné par les JMB »

Jisleine-Adimi-Agbozo

Encore une dizaine de jours et la 3ème édition des Journées Media Bénin va démarrer. Dans cet entretien, Jisleine Adimi Agbozo, Présidente de Elan Media et du Comité d’organisation de cette initiative en présente les grandes lignes.

Vous organisez la 3ème édition des Journées Media Bénin dans quelques jours. Où en sont les préparatifs ?

Comme vous le dites si bien, les Journées Media Bénin seront à leur 3ème édition du 30 Avril au 5 Mai 2018 pour l’étape de Cotonou, et du 15 au 19 Mai pour la phase décentralisée qui se tiendra à Parakou. Concernant les préparatifs, nous continuons de nous apprêter. Chaque jour avec son lot de courses à faire pour parfaire l’organisation. Notre avantage cette année, c’est que nous avons commencé les préparatifs plus tôt. Dès la fin de la dernière édition, les premières réflexions ont commencé. Ensuite, la conception du document de projet et les autres étapes que sont la mobilisation des potentiels partenaires et l’organisation pratique des activités ont suivi. Actuellement, nous sommes satisfaits malgré tout. Satisfaits parce que comme aux deux premières éditions, les confrères et consœurs de toutes les générations se sont appropriés l’initiative. Les associations faîtières notamment l'Upmb, l'Odem et le Cnpa à travers leurs présidents et leurs bureaux nous ont beaucoup soutenu et encouragé. Dans les comités qui ont été mis sur pieds, les confrères et consœurs ont travaillé, bien sûr bénévolement mais avec un engagement ferme. Ils méritent d’être salués pour ce don de soi. Pour cette mobilisation qui révèle l’unité des médias béninois. Le Leader’s press club, Café Media Plus, Boulevard des infos, les journaux, les radios et les télévisions... Nous autres membres de Elan Media n'avons aucun mérite particulier. Comme le dit la Bible, nous ne sommes que des serviteurs inutiles; nous n'avons fait que notre devoir.
 
Et du côté des partenaires ?

Justement. C’est pourquoi nous avions ajouté « malgré tout » à notre expression de satisfaction. « Malgré tout », parce que nous n’avons pas l’accompagnement attendu des partenaires. Beaucoup nous appuient surtout en nature. Et ils le font sans contrepartie aucune. C’est le lieu de les remercier aussi. Nous citerons Esae, Guru Record, Eurosia, Xplicit touch, Ong Regard fraternel, Lolo Andoche, John Médard International, Coris Bank, la Lnb, le Cnsr, la police républicaine, l'état-major général de l'armée , Agetip, la Sobebra, Isocèle, l’institut Eagle vision, Konrad Adenaeur, Friedrich Ebert, Apiex, Karmod, Kah, les Editions plurielles, Buzzbook, Apic, le Ministère de la communication et le Ministère des sports, la Préfecture de Cotonou, la Mairie de Cotonou…    Mais d’autres hésitent malgré qu’ils soient convaincus de la qualité et de la pertinence de l’initiative. Nous espérons qu’ils vont taire ce doute en eux et nous accompagner.
 
A quoi doit-on s’attendre de nouveau cette édition ?

Nous avons plusieurs innovations. L’objectif cette année, c’est que chaque professionnel des médias se sente concerné par l’initiative. Que chacun d’eux adhère davantage. Dans ce sens, nous avons initié avec l’Union des professionnels des médias un Colloque et un concours sous-régional de productions médiatiques. Le Colloque se tient le 3 Mai, date de célébration de la Journée internationale de la liberté de presse et c’est justement à cette occasion que le verdict du concours sera donné.

Nous organisons aussi une foire-exposition des livres dont les auteurs sont des professionnels des médias. Et croyez-moi, on en a déjà une cinquantaine. La moisson est plus abondante qu’on ne l’espérait.
Nous organisons aussi une sensibilisation sur la sécurité routière avec les camions au Port de Cotonou et une formation sur les premiers secours. Il y aura comme activités sportives le handball féminin et le bountou.

L'autre particularité, c’est que le défilé de mode sera professionnalisé. Nous devons cette innovation à Lolo Andoche et John Médard. Puis il y a les débats grand public et surtout les soirées récréatives qui se dérouleront au village des médias qui sera implanté au Stade de l’Amitié. A ce niveau, nous devons préciser que c’est Guru Record qui se charge de l’invitation des artistes. C’est dire qu’il y aura beaucoup de show.

Nous invitons donc tous les professionnels des médias et tout le public de Cotonou et ses alentours à participer massivement à ces activités ouvertes au public. Puis il y aura l’étape de Parakou dont on parlera plus tard.

En savoir plus...

Phase 2 de la première session radiophonique : Océan Fm lance le défi des animateurs

Ocean-Fm

La phase 2 de la première session de la radio Océan a démarré. Du 15 avril au 15 mai 2018, les animateurs feront face à  la nouvelle mission à eux assignée. Il s’agira de relever un challenge en recevant sur chaque programme des personnalités publiques. C’est une  innovation à l’actif de la direction de la radio dont l’objectif premier est d’offrir du nouveau aux auditeurs. Ils ne devront donc pas être surpris de suivre  l’émission La Matinale de Romain Adohouannon alias Balle au pied et son équipe en direct du marché Dantokpa. Le préfet du Littoral, Modeste Toboula sera le grand  défi de l’émission Melting Pot. L’équipe du 229 matin s’active déjà pour co-animer un numéro de l’émission avec le maire de Cotonou, Isidore Gnonlonfoun. Le petit journal de Claudine Vodounon met les petits plats dans les grands pour concrétiser son challenge : recevoir Steve Facia. Le ministre Oswald Homeky pourrait participer à l’émission Couvre feu. Le grand défi de La chasse au trésor sera de co-animer l’émission avec le directeur de la Lnb, Gaston Zossou. Et le programme se poursuit avec L’ancien ministre Soumanou Toléba qui sera le défi de l’émission Cuto. Parlant d’une autre émission du programme, La place de l’Etoile rouge devra accueillir Rap altitude. Dj Tous de l’or, lui, s’engage à embarquer les auditeurs dans la tempête océanique depuis une boite de nuit. Le grand défi de l’émission Hibiscuis sera une nuit blanche de 6 heures non stop. Ça ne sera pas tout! Midi challenge prend le pari de co-animer l’émission avec le maire Charlemagne Honfo de la Commune de Sèmè-Kpodji. L’émission Androïd de tonton Feno devra avoir pour invité la ministre de l’Economie numérique et de la communication, Aurélie Adam Souley. Educatel pourrait avoir le privilège d’accueillir la première Dame, Claudine Talon. Le président de la Cour constitutionnelle, Théodore Holo constitue le grand défi du débrief  de la semaine. Enfin, l’émission socio politique cartes sur table aura pour défi d’accueillir le président de l’Assemblée nationale Adrien Houngbédji. L’émission l’hebdo de océan fm a déjà réalisél’un de ces défis, en recevant il y a quelques jour, le numéro 2 du gouvernement, Abdoulaye Bio Tchané. Les présentateurs se préparent également pour les vacances prochaines à travers la saison 2 de La Radio de l’été.

M.M

En savoir plus...

Signature du contrat ‘‘Brand ambassador’’ avec la Sobebra : Fanicko à la puissance Xxl Energy

Fanicko-XXL

La signature de contrat pour représenter telle ou telle marque, la légende, l'engrenge encore. Sous le dynamisme de sa maison de production, Blue Diamond, l'histoire continue de s'écrire de fort belle manière. Fanicko, Brand ambassador XXL Energy, ce n'est pas un conte de fée. C'est du réel, du vécu, du palpable. C'est du concret. Le live, c'était hier, mercredi 18 avril 2018, au restaurant "Le Flamingo" par le truchement d'une conférence de presse.

Dans un décor à la Xxl Energy, le rouge et le jaune forçaient les regards. Il  est 16h30. Fanicko accompagné de son fan club, fait une entrée énergisante. La salle s'éveille. La puissante voix de l'artiste transperce ''Le Flamingo" et emporte. La Société béninoise de brasserie (Sobebra) est davantage convaincue de son choix. Xxl Énergy, "c'est petit mais c'est puissant". Et «Fanicko colle à ce slogan», lâche d'emblée le Dga de la Sobebra, Sébastien Yves-Ménager. Si  l'objectif de ce partenariat est de démonter que dans les gammes de la Sobebra, il y a des produits festifs, de bonheur, d'amusement, adaptés à une clientèle jeune, il n'en demeure pas moins que Xxl Energy, cette marque américaine que represente la Sobebra en Afrique, est énergisante. Et qui mieux qu'un jeune dynamique pour la porter. La Sobebra est séduite par la force de Fanicko. Sa petitesse qui contraste avec l'énergie qu'il dégage et transmet à travers ses oeuvres, son talent, son charisme, sa capacité à drainer autour de lui une foule, l'émeut. Ce contrat consenti moyennant la somme de 20 000 000 FCfa l'envoie tout à fait ravi. La Sobebra est donc prête à accompagner l'artiste durant toute sa carrière. Elle se veut un de ses supports officiels quitte à l'icône de promouvoir la marque autour de lui.

En savoir plus...

Séquestration et traite d’enfant : 10 ans de réclusion criminelle pour Emile Madjronon

justice

L’audience du mardi 17 avril 2018, entrant dans le cadre de la première session de la Cour d’assise pour le compte de l’année 2018, a connu d’une affaire de séquestration et traite d’enfant. L’accusé, Emile Madjronon, sous mandat de dépôt depuis le 21 mai 2013,  écope d’une peine de 10 ans de réclusion criminelle. La Cour est présidée par  Christophe Atimakan, le ministère public représenté par Marie-Josée Patinnvoh et le greffier est Louis Houngbo.

L’affaire remonte à 2007, où la petite Sèlimatou, alors âgée de 14 ans a fugué du domicile de sa cousine, épouse du juge Romaric Michel Azalou. Le même soir, contre une somme de 40 000 fCfa, elle a été cédée par William Hounsinou à Emile Madjronon qui l’a conduite à Hêkanmè, commune de Zè, pour en faire sa deuxième femme. Il lui a promis des représailles en cas de fuite.  En 2012, 5 ans plus tard donc, Sèlimatou, déjà mère de deux enfants est retrouvée, après s’être confiée à un habitant de Zè qui a effectué une rapide recherche  de ses parents. Michel Azalou qui représentait son épouse à l’audience n’a pas caché son émotion : « Tous ces événements ont failli disloquer la famille » a-t-il affirmé à la barre. A l’en croire, marabouts, féticheurs et autres devins ont été mis à contribution, dans le cadre la recherche de la fille qui a reçu une petite correction de la part de sa  tante parce que revenue à la maison la veille de sa disparition avec du pain aux origines douteuses. A toutes les étapes de l’enquête, l’accusé Emile Madjronon a reconnu les faits, même s’il a varié dans sa déclaration à la barre. L’enquête de moralité lui est favorable et il a fait la prison pour avoir volé une moto. Condamné par la cour pour séquestration et traite d’enfant, il écope de 10 ans de réclusion criminelle.

Th. A.

En savoir plus...

Marché Dantokpa : Un incendie aux origines inconnues fait des ravages

incendie-dantokpa

(Des hangars et des vivres brûlés)
Bis repetita. Seulement qu’ici, il n’y a rien qui plaise. Dantokpa est encore en feu. Ceci, après l’incendie du samedi 31 octobre 2015.En effet, c’est un drame que vivent les vendeurs de céréales du plus grand marché de l’Afrique de l’Ouest. A l’aube de ce lundi 16 avril 2018, la zone de vente des céréales a pris feu. L’origine de l’incendie reste inconnue. Et si aucune perte en vies humaines n’a été notée, de nombreux dégâts matériel sont été enregistrés. Environ 4000m2 de céréales, malgré la descente des préventionnistes, ont été emportés, dans sa furie, par le feu. Des boutiques et hangars aussi. Sur  les lieux pour s’imprégner de la situation, deux Ministres du gouvernement.Barnabé Dassigli de la Décentralisation, et Didier Tonato du Cadre de vie et du développement durable. Ils étaient accompagnés pour la circonstance du Directeur général de la Société de gestion des marchés autonomes (Sogéma), Armand Gansè.Pour l’heure, aucune mesure de dédommagement n’a été annoncée. Toutefois, les victimes se verront, les prochains jours,convoquer. Les pertes seront évaluées et il sera décidé par la suite de ce qu’il y a lieu de faire.Mais déjà, a rappelé Didier Tonato, «le gouvernement a une solution à divers niveaux». Entre autres, la construction d’un marché à Akassato, la rénovation de tous les marchés secondaires de Cotonou.

Cyrience KOUGNANDE

En savoir plus...

Cour d’assise/Pour crime de viol : 5 ans de travaux forcés pour Victor Gboyo

palais-de-justice-de-cotonou

La 10e  affaire inscrite au rôle de la première session de la Cour d’assise de l’année 2018 est relative au crime de viol, puni par le code pénal et la loi  sur la répression des violences faites aux femmes. Au terme de l’audience, l’accusé, Victor Gboyo écope d’une peine de 5 ans de travaux forcés.

Le 22 avril 2013, l’accusé Victor Gboyo, né en  1992, cultivateur de profession et natif du village d’Avakpa dans la commune d’Allada, a tenu des relations sexuelles avec une fille dans un champ. La victime était âgée de 14 ans au moment des faits et vivait dans la même maison que l’accusé. A toutes les étapes de l’enquête, Victor Gboyo a reconnu les faits. Son casier judiciaire est vierge, l’enquête de moralité lui est favorable et il possédait toutes ses facultés selon le rapport médico-psychiatrique et psychologique quand le crime a été commis. La défense de l’accusé Victor Gboyo a été assurée par Maître Roseline Tadagbé Démagnitché. Au terme des débats, Christian Atayi du Ministère public a requis 15 ans de travaux forcés contre l’accusé. Mais après en avoir délibéré, la cour présidée par Victor Fatindé a condamné Victor Gboyo à 5 ans de travaux forcés. Mis sous mandat de dépôt depuis le 26 avril 2013, l’accusé recouvre sa liberté  dans 10 jours.

Th. A.

En savoir plus...

Affaire domaniale/Tribunal de Pobè : Séfou Fagbohoun écouté et mis sous convocation

Sefou-Fagbohoun

Le président du Mouvement africain pour le développement  et le progrès, Séfou Fagbohoun se serait présenté au juge du Tribunal de première instance de deuxième classe de Pobè hier, lundi 16 avril 2018. L’homme d’affaires serait impliqué dans une affaire domaniale relative à ses deux fermes. Il se serait  présenté devant le juge qui, après l’avoir écouté, l’aurait mis sous convocation. L’un de ses avocats, Me Paul Kato Atita avait affirmé sur les ondes de Soleil fm, que des forces de l’ordre auraient été déployées dans les environs du tribunal dans le but d’arrêter son client. Aux dernières nouvelles, Séfou Fagbohoun aurait regagné son domicile. Cette affaire dite d’escroquerie foncière dans laquelle l’homme d’affaires serait cité, a connu un nouveau développement mercredi 6 décembre 2017, avec la libération de Raliou Arinloyé, ancien maire de la commune de Sakété, incarcéré le mardi 29 août 2017 et placé sous mandat de dépôt le 31 août 2017 à la Prison civile d’Akpro Missérété. Il a recouvré sa liberté provisoire par une décision de mise en liberté provisoire, prise par le juge du Tribunal de première instance de deuxième classe de Pobè après quatre mois de détention.
 
Thomas AZANMASSO

En savoir plus...

Projet "Eyes care" à l'orphelinat Remar Bénin : Jci Cotonou soleil fait don de verres médicaux aux orphelins

don

Les pensionnaires de l'orphelinat "Remar Bénin " sis à Fifadji à Cotonou, avaient le sourire aux lèvres ce samedi, 14 avril 2018. Bénéficiaires du projet "Eyes care" de la Jeune chambre internationale Cotonou soleil, ces orphelins ont été gratifiés de verres médicaux et de médicaments. Ceci, après le diagnostic des affections oculaires. Une action humanitaire saluée par les responsables de l'orphelinat.

Sept (07) enfants orphelins sur les 40 pensionnaires de l'orphelinat devraient recourir à l'usage des verres médicaux et deux enfants étaient en passe de perdre la vue. Plusieurs autres avaient besoin de médicaments pour traiter les affections oculaires. Ce sont les résultats des consultations ophtalmologiques effectuées le 02 mars 2018 dans le cadre de la première phase du projet ‘’Eyes care’’. Toute chose qui démontre non seulement l'importance mais surtout l'opportunité dudit projet dans cet orphelinat. La joie était à son comble ce samedi quand ces orphelins sont rentrés en possession des verres médicaux correcteurs et des médicaments. Ils étaient ravis de cette initiative de l'organisation locale de la Jci qui vient leur garantir une meilleure santé oculaire. A en croire la directrice du projet "Eyes care", Angeline Sewanou, le besoin urgent s'était fait ressenti et grâce à l'appui des partenaires, la Jci Cotonou soleil a soulagé ces orphelins. Tout en témoignant sa profonde gratitude aux partenaires, elle s'est dite comblée de la réussite du projet. A sa suite, le président de la Jci Cotonou soleil, Jean de Dieu Dossa a reconnu que le projet est en phase avec les Objectifs de développement durable (Odd) liés à la qualité de santé pour tous. Pour lui, les consultations ophtalmologiques, bien qu'ils soient indispensables, ne constituent généralement pas une priorité pour les parents. La vue étant très importante, voler au secours des couches défavorisées comme celle des orphelins s'imposait. Ainsi, avec ce projet estimé à environ 1500 000 F Cfa, ces enfants ne craignent plus pour leur vue. Il s'agit d'une œuvre humanitaire, reconnaît le Directeur de l'orphelinat, Benjamin Naté qui n'a pas manqué d'évoquer quelques difficultés de ce centre d'accueil. Quant au représentant du Président de la Jci-Benin, Meriack Dossou, il a félicité le bureau directeur local de la Jci Cotonou soleil pour l'initiative dont l'impact communautaire n'est plus à démontrer. Notons que des dispositions sont également prises pour assurer le suivi des bénéficiaires du projet.

A.B

En savoir plus...
S'abonner à ce flux RSS

Application Mobile

app-mobile-android

Abonnement Numérique

abonnement-numerique

Abonnement Papier

abonnement-papier

Inscrivez-vous à notre Newsletter et revevez l'information en continu ! Les dernières nouvelles, les dernières déclarations, l'information où que vous soyez !