TPL_GK_LANG_MOBILE_MENU

oukoikan-banniere-matin-libre

A+ A A-

Faits Divers

Parakou : Un nouveau Canal + store ouvert pour des services de qualité

canal-store-parakou

C’est le quartier Wansirou dans le 3ème arrondissement de Parakou qui abrite le tout nouveau et premier Canal+ Store dans le Septentrion construit selon le nouveau concept et les nouveaux standards de Canal +. Dans le souci d’être plus proche de sa clientèle, cette nouvelle boutique a été mise en service hier, jeudi 9 Novembre 2017, par le directeur général de Canal+ Bénin Jonathan Lett.

Le tout nouveau Canal + store ouvert et mis en service est une boutique qui veut répondre au souci de faciliter l’accès des populations du Septentrion en général et de Parakou et environs en particulier aux services, offres et innovations de Canal+. C’est une boutique hors du commun qui se démarque de toutes les autres boutiques à cause de ses installations, la disponibilité et le dévouement de son personnel à servir la clientèle.

La grande attraction du nouveau Canal+ Store est la table d’expérimentation, qui permet à la clientèle de découvrir tous les programmes de Canal+ et toutes les autres innovations comme My Canal et Iroko+.

En effet, My Canal est un service de rattrapage qui permet d’avoir accès à l’intégralité des chaînes depuis différents supports tels que les smartphones, les tablettes et les ordinateurs portatifs. Tandis que l’application Iroko+ permet aux abonnés de suivre depuis leur smartphones, les télénovelas et autres séries et films au coût de 1500 F Cfa pour une période de trois mois.

Yacine Alao, directrice des ventes de Canal + Bénin a invité les clients de Canal+ à s’approprier et fréquenter la nouvelle boutique mise à leur disposition, mais surtout à essayer la table d’expérimentation pour découvrir les produits et services qui y sont proposés.  

Jonathan Lett, directeur général de Canal + Bénin, avant de procéder à la coupure du ruban qui consacre l’ouverture et l’inauguration du nouveau Canal+Store, s’est dit très heureux de recevoir la clientèle dans le nouveau Canal+Store de Parakou.

Il a confié que Canal + Bénin a une longue histoire avec la ville de Parakou. Il justifie cela en rappelant : « Nous avons déjà à Parakou, un Canal + store, 7 distributeurs agréés, quelques dizaines de points de rechargements et toute une brigade de vendeurs à domicile .Jonathan Lett fera remarquer ce qui suit parlant de Canal+ : « Nous sommes donc très impliqués, depuis de nombreuses années, dans le microcosme et le tissu économiques de la ville ».

Le directeur général de Canal+ a insisté sur le fait que cette nouvelle boutique est crée selon notre nouveau concept très différent et qui est totalement tourné vers l’expérience clients. La cérémonie d’inauguration de ce nouveau Canal+ Store a pris fin par une visite guidée des lieux pour la découverte d’une boutique totalement moderne.

Albérique HOUNDJO  (BrBorgou-Alibori)

En savoir plus...

Action de grâce pour « La paix par un autre chemin » : Albert Tévoédjrè parle de sa mission particulière

Albert-Tevoedjre

La relance des travaux pour l’achèvement de la « Maison de la Paix », ultime retraite du Frère Melchior et de Sœur Théophane (88 ans d’âge et 65 ans de mariage), a été au menu des échanges avec la presse. L’ancien Médiateur et ancien premier ministre du Mali, M. DiangoCissoko, présent à cette rencontre, à saluer et féliciter le Pr Albert Tévoédjrè, pour les projets réalisés par « La paix par un autre chemin», et a donné un cachet particulier à l’annonce d’une réalisation unique : « La Maison de la Paix ». En effet, l’arrivée au Bénin, ce jeudi 09 novembre 2017 de l’ancien Médiateur et l’ancien premier ministre du Mali, M. DiangoCissoko, a été un engagement pour reconnaître les mérites de l’ancien Médiateur de la République du Bénin. Elle est située en banlieue prend de Porto-Novo, plus précisément à Adjati, dans la commune d’Adjarra. Cette initiative prend un sens particulier lorsque l’on sait que la maison de la paix », a été conçue par le Centre panafricain de prospective sociale (CPPS), a affiché une originalité. Cette maison, va comporter un espace chrétien de prière et de recueillement, dénommé Oratoire Mgr Melchior de Marion Brésillac-Notre Dame de la paix), un espace de prière musulmane, inspirée de l’expérience d’Abou Dhabi, capitale des Emirats Arabes Unis, une nouvelle Mosquée a été renommée « Petite Mosquée Marie Mère de Jésus », Notre dame de tous les peuples, sur ordre du prince héritier et ministre de la défense, un espace de recueillement libre, appelé Temple de l’esprit, pour toutes expressions spirituelles et culturelles différentes. On pourra y reconnaître et implorer ‘’Yahvé’’, ‘’l’être suprême’’, ‘’MahouGbèdoto’’, en hommage au ‘’Dieu qui aime tous les hommes et ne veut en perdre aucun….’’. Par ailleurs, dans cet esprit, il sera installé, en une annexe sécurisée, non loin de la Maison de la Paix, un point de fourniture d’eau potable au bénéfice des voisins, habitants d’Adjati, sans distinction d’origine, de culture ou de religion. Très ému par la présence de l’ancien Médiateur du Mali et ancien premier ministre, DiangoCissoko, le Pr Albert Tévoédjrè, a fait part d’une souscription pour la « Maison de la Paix », et que des soutiens personnels seront les bienvenus, selon le cœur de chacun, pour cette initiative. Aussi, a-t-il répété, que la clé du succès, c’est l’intelligence de l’humilité. Se référant à son professeur qui a préfacé sa thèse doctorale, du nom d’Alfred Sovi, il a rappelé une de ses phrases importantes: « L’opinion publique a une force politique qui n’est inscrite dans aucune constitution ». C’est dans ce créneau qu’il a informé les journalistes qu’ils détiennent cette force et a préféré s’adresser à eux. « C’est une mission qui nous ait été assignée, une mission banale. (…) ». Il s’est rappelé des souvenirs qu’il a gardés de feu Président Mathieu Kérékou, qui lui a offert un livre, qui parle de l’homme poussière, qui finira poussière. A cet effet, l’ancien premier ministre du Mali, DiangoCissoko, a rebondi sur deux mots phares prononcé par le Pr Tévoédjrè, qu’est la vocation et la mission. « Le Pr Tévoédjrè a touché à tout dans ce pays, dans ce monde. C’est un citoyen du monde. Si je me mets à énumérer tout ce qu’il a fait et tout ce qu’il a été et qu’il sera pour l’éternité, ce serait long. Il a une vocation et c’est cette vocation que nous avons découverte depuis longtemps. C’est une mission qui ne prendre jamais fin. Lui et moi, nous avons un idéal commun : C’est la paix ». Pour sa part, Abou Yékini, nommé ambassadeur de la paix, a signalé que l’œuvre du Pr Albert Tévoédjrè ne périra point. Celui qui a foré un puit et qui regorge d’eau, qu’il soit vivant ou mort. Alors, dira-t-il, les œuvres que le Pr Albert Tévoédjrè a accomplit, a déjà mis ensemble, beaucoup de communautés. « C’est par sa modeste personne que j’ai eu des inspirations à des moments donnés et nous sommes aujourd’hui, à un rassemblement, un carrefour des musulmans et catholiques du pays, où on se parle avec beaucoup de joies », a-t-il soutenu.

W. M

En savoir plus...

Mise en œuvre des réformes dans le secteur agricole : Le Renova appelle à une forte implication des acteurs à la base

renova

Le gouvernement béninois a décidé, à travers des réformes, de placer le secteur agricole comme levier de lutte contre la pauvreté et surtout de relance de l’économie nationale. Ainsi, en sa séance du Conseil des ministres du 02 novembre 2017, il a été procédé à l’examen et à l’adoption de nouveaux documents de gouvernance du secteur de l’Agriculture au Bénin. Face à la presse hier, jeudi 09 novembre 2017, l’équipe dirigeante du Réseau national des Ong actives dans l’agriculture durable (Renova) a formulé ses attentes en vue d’une mise en œuvre efficiente desdites réformes…

En sa séance du Conseil des ministres du 02 novembre 2017, le gouvernement a procédé à l’examen et à l’adoption du Plan stratégique de développement du secteur agricole (Psdsa) et du Plan national d’investissements agricoles et de sécurité alimentaire et nutritionnelle (Pniasan). Deux documents importants pour repositionner l’agriculture béninoise. Dans sa déclaration, le président du Renova, Lagnon Patrice Sewade s’est réjoui de la célérité avec laquelle le gouvernement a adopté lesdits documents de gouvernance avant d’estimer que cela témoigne de la volonté du Chef de l’Etat à accompagner le développement agricole à travers la concrétisation des projets contenus dans son programme d’actions. A l’en croire, l’opérationnalisation de ces plans requiert une forte implication des acteurs à la base. « Le Réseau national des Ong actives dans l’Agriculture durable est une institution faîtière des Ong de l’Agriculture, créé pour combler un vide institutionnel et accompagner la mise en œuvre du Psdsa. C’est alors que le Renova se veut être le partenaire de relai pour les différentes interventions de l’Etat, des Ptfs auprès des communautés agricoles à la base », a laissé entendre le président Lagnon Patrice Sewade. Le Renova préconise également que les réformes engagées s’accélèrent avec la mise en place des agences territoriales de développement et surtout avec le soutien des partenaires techniques et financiers du secteur. « L’Etat et les Ptfs doivent faire de l’implication des acteurs non étatiques, en l’occurrence les Ong actives dans l’agriculture, une exigence de gouvernance, pour la concrétisation du partenariat public-privé », a-t-il martelé. Et de poursuivre « ce serait une première de voir le Maep et ses Ptfs appuyer le Renova dans le recensement d’identification des Ong nationales agricoles (Rion-Agriculture) que nous voulons lancer. » Le réseau s’engage, par ailleurs, à œuvrer aux côtés du gouvernement pour la mobilisation des ressources en accompagnant le Bénin dans le processus de son intégration dans l’Agenda scientifique pour l’agriculture en Afrique (S3A). « Les nouveaux documents apportent des innovations qui rendront plus efficace la gouvernance du secteur. Ainsi, l’horizon de dix ans retenu pour le Psdsa permet de traverser deux quinquennats sans rupture d’orientations dans le secteur agricole. Mais le Pniasan opérationnalise le Psdsa pour cinq ans et prend en compte la volonté du gouvernement affirmée à travers le volet Agriculture du Pag », a clarifié le président du Renova.

Aziz BADAROU

En savoir plus...

Code de l’information : Les professionnels des médias de l’Atlantique sensibilisés

medias

Une délégation de la Haute autorité de l’Audiovisuel et de la communication (HAAC) conduite par la Conseillère Rosette Bessou Houngnibo, a entretenu ce mardi au siège de la Radio Immaculée Conception d’Allada, les professionnels des médias exerçant dans le département de l’Atlantique sur la loi numérique du 11 septembre 2014 portant sur la radio diffusion terrestre en République du Bénin et la loi portant sur le Code de l’information et de la communication du 15 mars 2015.

Cette démarche de la HAAC, indique Mme Rosette Bessou Houngnibo, conseillère et présidente de la Commission de la Législation et du contentieux de l’institution de régulation des médias, vise à vulgariser ces deux lois en prélude au lancement imminent de la Télévision numérique terrestre (TNT) en République du Bénin.

« Nous sommes tous embarqués par rapport à l’avènement du passage de la télévision analogique au numérique et que chacun de nous en qualité d’acteur, doit apporter sa pierre au rayonnement de la TNT», a laissé entendre Mme Rosette Houngnibo.

Il est revenu par la suite à Mme Claudine Djidonou, directrice de la coopération et de la communication à la HAAC, d'exposer les avantages de la Télévision numérique terrestre (TNT) pour les promoteurs, les consommateurs et les journalistes.

« Le nouveau code de l’information a aussi des avantages pour les professionnels des médias comme par exemple, l’abolition des peines privatives de la liberté du journaliste dans l’exercice de son métier », a rappelé Mme Claudine Djidonou.

Les participants qui ont émis des inquiétudes par rapport à leur sort dans le basculement à la TNT ont été rassurés par la communicatrice qui assure "qu'il n’y aura pas péril en la demeure".

abp.info

En savoir plus...

Malversations supposées à la Soneb : Le Dg Babalola déposé en prison

david-babalola

La situation se complique un peu pour le Directeur de la Société nationale des eaux du Bénin (Soneb). David Babalola et plusieurs autres responsables de la Soneb ont été mis sous mandat de dépôt hier mardi 07 novembre 2017. Placés en garde à vue depuis une semaine, ils ont été contraints de passer la nuit à la prison civile de Cotonou. Le procureur de la République a ordonné leur détention provisoire afin de permettre sans doute au tribunal d’étudier sans difficulté le dossier auquel ils seraient mêlés. Leurs noms sont en effet cités dans une affaire de fausses quittances d’impôts. A en croire nos sources, les mis en cause se seraient rendus coupables de malversations financières à la Soneb. Un peu plus de 300 millions F Cfa auraient été sortis des caisses de la Soneb pour reversement de la Tva au fisc. Seulement ce seraient de fausses quittances d’impôts qui justifieraient ces décaissements faramineux. Le Dg et ses présumés complices interpellés depuis la semaine écoulée pourraient avoir à répondre de certaines infractions dont  le faux et usage de faux. Leur procès s’ouvrira selon nos sources le 28 novembre 2017.

Mike MAHOUNA  

En savoir plus...

Inhumation de Honoré Avolonto : Un hommage digne pour l’artiste, Homeky ne perd pas son temps

Hommage-Homeky-Honore-Avolonto

L’ancien  sociétaire du groupe Poly Rythmo feu Honoré Avolonto a reçu son ultime hommage, vendredi 03 novembre 2017, à la grande salle du Fitheb. En prélude à l'inhumation qui s’est déroulé samedi 04 novembre,  le ministre Oswald Homeky a rendu hommage à l'illustre disparu en présence d'une horde d'acteurs culturels. Un hommage qui est précédé de la visite d'une délégation du Ministère du Tourisme, de la Culture et des Sports "MTCS" au domicile du regretté Honoré Avolonto.

Une semaine jour pour jour après avoir pris en main les charges du département des arts, de la culture et du tourisme, le MTCS Oswald Homeky séduit déjà par ses actions. En moins d'une semaine, il a tenu le pari de l'organisation d'une cérémonie d'hommage à Honoré Avolonto ex sociétaire du groupe Poly Rythmo. Il s'est recueilli devant la dépouille pour témoigner toute l'administration qu'il a pour cet ambassadeur de la culture béninoise. Mais avant, cette cérémonie d'hommage, le MTCS a diligenté une délégation composée de David Kouété, Secrétaire Général de l'ex MJSL ; Richard Sogan, Secrétaire Général de l'ex MTC ; Henry Sohoungan, Secrétaire Général Adjoint de l'ex MTC et Léon Zoha, Directeur des Arts et du Livre à son domicile. Ils ont porté à la famille éplorée, la lettre de condoléances, signée par le ministre Oswald Homeky.  Depuis l'au-delà, le chanteur de "La mort n’a pas de date" en 1981 et  «  na mi do gbé hué nu », a bénéficié d'un hommage à titre posthume de la part du MTCS dans la salle du Fitheb. Ceci en prélude à son inhumation.  Né le 16 mai 1944 à Abomey, Honoré Avolonto est un artiste chanteur, compositeur rappelé à Dieu, le mercredi 06 Septembre 2017 au CNHU des suites d'une longue maladie. Il a fait ses armes dans le groupe Black Santiago, depuis les années 1970 avant de rejoindre Poly Rythmo.

TG

En savoir plus...

Journée internationale de la fin de l’impunité pour les crimes contre les journalistes : La sécurité des professionnels des médias préoccupe

crime-contre-les-journalistes

Le monde entier a célébré hier, jeudi 2 novembre 2017, la journée internationale de la fin de l’impunité pour les crimes commis contre les journalistes. Au Bénin, l’Union des professionnels des médias du Bénin (Upmb) et l’hebdomadaire Educ’Action, ont organisé, pour l’occasion, en partenariat avec l’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture (Unesco) une conférence suivie de débats à l’intention des professionnels des médias du Bénin. Les manifestationscommémoratives ont eu lieu à la Maison des Médias de Cotonou.  

La journée internationale de la fin de l’impunité pour les crimes commis contre les journalistes est organisée tous les 2 novembre, sur initiative de l’Unesco, en mémoire de Gislaine Dupont et de Claude Verlon, deux journalistes de la Radio France internationale (Rfi), tués à Kidal au Mali en 2013. En effet, en décembre 2013, lors de sa 68e session, l’Assemblée générale des Nations Unies a adopté la résolution 68/163 qui a proclamé le 2 novembre, Journée internationale de la fin de l’impunité pour les crimes commis contre des journalistes. Cette résolution a exhorté les États membres à prendre des mesures précises pour combattre la culture actuelle d’impunité. Le Directeur général du Groupe Educ’Action, Ulrich Vital Ahotondji, président du comité d’organisation a, dans son mot de bienvenue, exhorté les uns et les autres à assumer leur responsabilité, en vue de garantir la sécurité des journalistes béninois dans l’exercice de leur fonction. Pour le président de l’Upmb, Franc Kpochémè, il est une réalité que le Bénin n’est pas mieux loti en matière de liberté de la presse, d’où l’importance de la célébration qui permet de marquer un arrêt pour réfléchir aux moyens de défendre les journalistes et de bannir ces crimes et délits à leur encontre. Franck Kpochémè a été contrebalancé par le président du Conseil national de la presse et de l’audio-visuel, Basile Tchibozo, qui lui, a exhorté à l’union en vue d’éliminer les crimes contre lesjournalistes des habitudes. Présentant un tableau sombre de la situation des journalistes dans le monde, la chargée de la coordination de l’Unesco au Bénin, Corine Moussa, a exprimé l’attachement de son organisation à la sécurité des journalistes qui exercent leur métier en toute liberté. A l’en croire, l'impunité entraîne un plus grand nombre d'assassinats.Et y mettre fin, contribue à renforcer l’Etat de droit. Elle invite elle aussi à l’union, pour garantir la liberté de l’exercice du métier de journalisme. Pour leur part, le directeur général adjoint des médias, Lévi Ayéyèmi, représentant la ministre de l’économie numérique et conseiller à la Haac, Lambert Dogo ont appelé les professionnels à la responsabilité dans l’exercice de leur fonction. Lambert Dogo a, pour finir, exhorté chacun des acteurs de la chaine, à jouer sa partition

En savoir plus...

Malversations présumées à la Soneb : Le Dg Babalola et son Daf en garde-à-vue

David-Babalola

La Société nationale des eaux du Bénin (Soneb) serait très mal gérée. Des soupçons de mauvaises gestions accableraient plusieurs responsables de cette société  qui a pourtant bien marqué l’opinion ces derniers mois. A en croire nos sources, tout ne se passerait pas très bien dans cette entreprise publique comme on a voulu le faire croire. Les mêmes sources révèlent que le Directeur général David Babalola, le Directeur des affaires financières et la Caissière seraient placés en garde-à-vue depuis le mardi dernier pour faux et usage de faux. Plus de 280 millions Cfa seraient sortis des Caisses de la Soneb pour reversement de la Tva aux impôts. Mais un contrôle aurait démontré que ce sont de fausses quittances d’impôts qui ont été établies. Ce qui supposerait que la Direction générale des impôts n’a pas perçu ces taxes. Le nom du Directeur général de la société Stratema, recruté par le premier responsable de la Soneb pour lui servir d’intermédiaire avec les Impôts, serait également cité dans la même affaire.  Les personnes interpelées auraient même été présentées hier jeudi  au Procureur de la République de Cotonou qui aurait prolongé leur garde à vue. Nous reviendrons sur ce dossier dans nos prochaines parutions.

M.M

En savoir plus...

Agence de la Cnss de Cotonou : Le nouveau et somptueux siège érigé dans 24 mois

Eustache-Kotingan

L’agence de la Caisse nationale de sécurité sociale (Cnss) de Cotonou aura bientôt son nouveau siège. Les travaux de construction ont été lancés le mardi 31 octobre 2017 sur le chantier d’Akpakpa en présence du ministre du Travail et de la Fonction publique et de tous les responsables de la Cnss.

La Cnss fait peau neuve. En effet, les conditions de travail des employés de cette grande structure préoccupent l’Etat. L’agence de Cotonou longtemps restée dans un état peu vivable, retrouvera un nouveau siège dans 24 mois. Selon le Directeur général de la Cnss, Dramane Diatema, le nouveau bâtiment  permettra d’offrir un cadre de travail et de service amélioré, des espaces adéquats pour des services de qualité et un cadre adéquat de formation du personnel. « La présente cérémonie qui consacre le lancement des travaux de construction de l’agence de Cotonou vient rétablir  cette agence dans son  statut d’agence pilote de notre institution avec un  volume d’environ  70% des activités techniques de la Cnss », a-t-il martelé. Le président du Conseil d’administration de la Cnss, personne responsable des marchés publics, Eustache Kotingan  a souligné en ce qui le concerne sa fierté d’être «un témoin privilégié du lancement des travaux». La cérémonie, a-t-il montré, lance une série d’actions de la réhabilitation du patrimoine immobilier  de la Caisse qui ne répond plus aux normes de sécurité et de travail. A l’entendre, la passation des marchés publics liés à ces travaux dont le coût est estimé à un peu plus de 4 milliards, a respecté rigoureusement toutes les étapes.

Un belle œuvre architecturale…

Ce mardi, c’est le Directeur général de l’Habitat et de la Construction qui a représenté le ministre du Cadre de vie. Présentant les caractéristiques du vaste projet, M. Victor Ananouh a souligné que le nouveau siège de l’agence Cnss de Cotonou sera un immeuble réparti sur neuf (9) niveaux (sous-sol, rez-de-chaussée et  7 étages) couvrant  une superficie totale de planchers de 5081,62 m2. L’immeuble sera fait entre autres d’un niveau entièrement destiné au service informatique avec une connexion satellitaire Vsat,  des bureaux pour cadres, une salle de conférence d’environ 200 places avec cafétéria et une bibliothèque.  Toutes les installations  réalisées dans le cadre de ce projet seront secourues par un groupe électrogène. L’éclairage intérieur et celui extérieur seront prioritairement en énergie solaire.  La ministre du Travail et de la Fonction publique, Adidjatou Mathys a exprimé sa joie de voir ériger dans quelques mois un cadre qui offre de bonnes conditions et des outils de travail modernes aux  employés de la Caisse. Selon elle, ce projet reste l’une des preuves de la détermination du président Talon à travailler à la modernisation de l’administration publique et de tous ses démembrements. Elle a appelé les entreprises titulaires des différents contrats à exécuter scrupuleusement les contrats qui les lient à la Cnss. La cérémonie de lancement a pris fin par la pose de la première pierre sous les ovations des  travailleurs de l’agence de la Cnss de Cotonou.

En savoir plus...

Lutte contre l’occupation anarchique des forets de la Donga : Le préfet Biao Illiassou désormais aux trousses des transhumants

insecurite

« Depuis quelques temps, les forêts classées de la Donga constituent des zones de retranchement des transhumants en provenance des pays voisins et de certains malfrats. Sur place, ils se livrent à des actes qui touchent à la sécurité et à la quiétude des populations autochtones : il s’agit entre autres des enlèvements, arnaques, et rançonnements divers. Le préfet du département de la Donga Biao Illiassou, l’a fait savoir au ministre de l’intérieur et de la sécurité publique alors en tournée dans son département. Face à cette situation, le préfet avait déjà enclenché plusieurs séries d’échange avec les responsables des  éléments de différents corps des unités de force de défenses et sécurité et des agents des eaux et forêts afin de remédier à cette situation, avec les autorités locales des régions concernées. Au cours de cette rencontre, l’autorité préfectorale a invité le ministre Sacca Lafia à intercéder auprès du gouvernement pour la mise à disposition de moyens de répression nécessaires pour la libération des zones anarchiquement occupées. Ces propos ont été largement soutenus  et approuvés par l’ensemble des maires, chefs de brigades et commissaires présents à cette séance. Ces derniers ont fait remarquer que leur département couvre une superficie de 11 116 km2 avec une population de près de 543 000hbts et comprend plusieurs localités frontalières avec le Togo, la commune de Tchaourou voisine du Nigéria. En cela, plusieurs spectres d’insécurité planent sur leur région. C’est pourquoi, joignant leurs doléances à celle du préfet, ils ont suggéré au ministre de l’intérieur un renforcement des moyens matériels et humains pouvant leur permettre d’assumer pleinement leur mission.

Signalons que l’autre cheval de bataille du préfet de la Donga reste la délimitation des zones frontalières entre d’une part les localités voisines avec le Togo et d’autre part, entre  certaines communes de la Donga. A cet effet, le préfet Biao a entreprit plusieurs tournées dans les régions concernées et échangé avec des autorités frontalières togolaises. Au terme de la rencontre, il a invité les autorités chargées de la protection civile et celles qui ont à charge, l’aménagement des frontières à prendre les dispositions nécessaires pour une résolution apaisée de ces différents problèmes pour le bonheur des populations.

M.M

En savoir plus...
S'abonner à ce flux RSS

Application Mobile

app-mobile-android

Abonnement Numérique

abonnement-numerique

Abonnement Papier

abonnement-papier

Inscrivez-vous à notre Newsletter et revevez l'information en continu ! Les dernières nouvelles, les dernières déclarations, l'information où que vous soyez !