TPL_GK_LANG_MOBILE_MENU

MTN COUVERTURE 4G BILLBOARD 970x250-px-01

A+ A A-

Faits Divers

Trafic de drogue à Tchaourou : 344 kg de chanvre indien saisis

chanvre-indien

Les agents de la douane béninoise ont mis la main sur 752 boules et plaquettes évaluées à 344 kg à Tchaourou, samedi dernier. Il s’agit d’un camion en provenance du Togo et en partance pour le Nigeria qui a été arrêté avec de la drogue, à Bétérou, dans la commune de Tchaourou. Le véhicule chargé des bidons vides et de balles de friperies a été intercepté par les éléments de la douane après des fouilles qui ont permis de découvrir à l’intérieur des balles de friperie, des emballages de chanvre indien. Le chauffeur du véhicule et sa bande ont réussi à s’enfuir. De sources bien introduites, une enquête aurait été ouverte pour retrouver ces derniers et clarifier davantage l’affaire.

A.B

En savoir plus...

Rencontre des membres du forum WhatsApp "Infos collectées" : Le parrain jette les bases d’une Ong

Anicet-Semassa

(L’administrateur principal Anicet Semassa honoré)
Les membres du forum Whatsapp "Infos collectées" (Ic)se sont retrouvés samedi 15 avril 2017 au restaurant Ikoko à Cotonou.  Ce fut l’occasion pour le parrain du forum, Nicolas Matoffi, initiateur de la rencontre, d’émettre le vœu que ledit forum devienne une Organisation non gouvernementale (Ong). Ce samedi, l’administrateur principal du groupe, Anicet Semassa ‘’alias’’ Masley, a vu ses efforts honorés.

Partir d’un simple groupe Whatsapp pour une association dûment connue. C’est à tout le moins, la logique dans laquelle s’inscrit Nicolas Matoffi. Pour lui, le Forum Ic a déjà fait ses preuves dans le social et il serait bon de lui donner un aspect juridique. Et c’est à cela qu’il a appelé la cinquantaine de membres qui a honoré son invitation. Un avis partagé par la plupart. Infos Collectées en une association, mutualiste, ou autre, en tout cas, des membres y croient. Faisant, d’une pierre deux coups, ils ont tenu à saluer la dextérité, le management, et le sacrifice dont faire montre l’administrateur principal du forum, Anicet Semassa, dans la gestion et l’animation dudit forum depuis plus de deux années d’existence. Ils le lui ont exprimé à l’occasion, profitant de la célébration de son anniversaire. Ainsi, l’homme a reçu, entre autres témoignages, un certificat de reconnaissance, un livret spécial ‘’Infos collectées’’, des cadeaux personnels, etc. Le gâteau d’anniversaire en son honneur a été aussi coupé. Ceci, en présence des représentants de sa famille. Rappelons que Infos Collectées est une plateforme d’informations et d’analyses des actualités socio-économiques et politiques du Bénin ou d’ailleurs. Il intervient aussi dans le social. Ic est composé de plus de 200 membres. Plusieurs rubriques y sont animées. Entre autres, ‘’ Débat du jour’’, ‘’Culture générale (Cuge)’’, ‘’Droits et devoirs’’, ‘’Aliments et santé’’, ‘’Débat spirituel’’, ‘’English time’’, ‘’Débat féminin’’, etc.Toutes les catégories s’y retrouvent à confier Anicet Semassa.

CK

En savoir plus...

Fournir de meilleurs services à moindre coût : Mtn réaffirme son engagement

mtn-benin

(Proximité-Simplicité-Transparence au cœur des actions)
A la faveur d’une conférence de presse conjointement animée par les responsables des différents départements de Mtn Bénin, l’amélioration des services et coûts des offres était le plat de résistance. Hier, jeudi 20 avril 2017, l’opérateur de téléphonie mobile Y’ello a, une fois encore, prouvéque la satisfaction du client est sa raison d’être.

Cet exercice devant la presse nationale fait suite aux rencontres qu’ont eues récemment la ministre de la Communication et les membres de l’Arcep Bénin avec les opérateurs Gsm. En effet, déférant à la décision de la tutelle de voir s’améliorer la qualité et la tarification des services au niveau des différents réseaux, Mtn Bénin a jugé utile de faire part à ses abonnés des initiatives prises, en dehors de ce qui se faisait. Ce fut l’occasion pour le Directeur général, Stephen Blewett de dévoiler avec fierté, l’opération « Mtn vis ma vie » qui sera lancé dans les tout prochains jours. A Mtn Bénin, il s’agira désormais à toute l’équipe, responsables comme simple employés, de descendre sur le terrain, d’aller vivre réellement avec la population, ses préoccupations quotidiennes en matière de communication ou toute autre transaction, les recenser et y apporter en retour, la thérapie de choc qu’il faut pour la satisfaction de tous. Cinq (5) piliers essentiels soutiennent l’initiative  « Mtn vis ma vie ». Le premier fondé sur la Facturation ou la tarification n’est rien d’autre que le prix ou le plan tarifaire. A ce niveau, les clients constateront une simplification, une lisibilité voire une transparencedans la gestion des offres proposées. Pour ce qui est de la couverture et la qualité des services, Mtn y travaille ; et bientôt il y aura plus de 120 sites sur l’étendue du territoire seront aménagés pour le data. La 3ème thématique abordée est relative à Internet. Ici, Mtn prévoit des solutions pour renforcer les transactions liées à l’Internet. Au-delà des aspects liés à la consommation, l’opérateur entend éduquer, sensibiliser sur l’usage d’internet avec videos pédagogiques. Si l’opération de libération des espaces publics a impacté négativement certains points de distribution, Mtn entend densifier le réseau pour plus de proximité. A Mtn, on est conscient que tout n’est pas rose en dépit des efforts déployés. C’est pourquoi d’ailleurs on a privilégié l’écoute pour corriger au fur et à mesure les dysfonctionnements. C’est même fort de cela, que chaque mois, plus de 4000 clients sont appelés pour avoir le feed-back. Au-delà du contact physique pour le recensement des plaintes à travers les 150 agences réparties sur l’étendue du territoire, il y a le call center, le numéro Whatsapp (62620000). Par ailleurs, Mtn est pratiquement le seul opérateur qui rencontre régulièrement les associations de consommateurs reconnues par l’Autorité de régulation. Grâce à un comité bipartite mis en place, beaucoup de progrès ont été réalisés. Entre autres, la facturation détaillée internet est une réalité pour des soucis de transparence. Mieux, un simple bip désormais annonce à l’abonné que son crédit de communication est épuisé au lieu d’une voix qui prenait plusieurssecondes. Toujours pour les soucis de transparence, « MyMtn App », une application téléchargeable sur les stores est aussi une réalité avec possibilité de voir les historiques de communication.

Le Mobile money (MoMo)

Il faut noter qu’au niveau du service MoMo, des efforts ont été faits aussi pour une accessibilité des clients à ce service. Plus de 10 000 points de vente sont installés les différents départements du pays. « Nous allons continuer par renforcer notre réseau de distribution », a rassuré Virgile Toffodji, Directeur du service MoMo. Et en termes d’amélioration des services à ce niveau, il y a le réabonnement à canal+, les achats et paiements dans les supermarchés et boutiques par MoMo qui seront revus pour plus de facilité aux abonnés au lieu de toujours suivre les procédés classiques. Bref, les ambitions sont grandes avec un engagement à mieux faire malgré des difficultés. « Depuis plus de 10 ans nous sommes là. Et notre objectif, c’est d’être toujours là, de toujours faire partie de cette communauté ? », Souhaite pour finir, le Dg Mtn Bénin.

En savoir plus...

Tarification et suivi consommation : Moov presénte ses offres

Maxime-Fado

Moov Bénin joue à fond la carte de la transparence en ce qui concerne ses offres. Pour mieux permettre à ses abonnés de maîtriser les tarifs d’appel et de suivre les consommations Voix et Data, la direction générale de Moov Bénin a initié hier, mercredi 19 avril 2017, dans ses locaux, une séance d’explication et de sensibilisation à l’endroit des consommateurs.

Dans un exposé, Maxime Fado a présenté tout ce que les abonnés doivent savoir sur les offres de Moov en ce qui concerne la consommation Voix et Data. S’agissant de la voix, il faut noter qu’aujourd’hui tous les abonnés Moov communiquent au tarif unique de 1F la seconde vers tous les réseaux au Bénin. Mais les abonnés ont aussi la possibilité de communiquer à partir de 0,25F la seconde. Pour cela, il leur suffit juste d’activer le service Moov forfait en tapant *133*montant#. Le montant fait référence aux divers types de forfait, que ce soit le forfait jour de 100F, 250F, 500F, 1000F et les forfaits hebdomadaires de 2500F, 4500F et 7500F. Avec ces forfaits de Moov, les abonnés peuvent appeler tous les réseaux au Bénin. Dès l’activation du forfait, l’abonné reçoit une notification qui l’informe sur le nombre de minutes, le volume du forfait internet y afférent et le délai de validité qui peut être soit de 1 jour ou de 7 jours. Lorsque l’abonné fait des appels à partir de son forfait, à la fin de chaque appel, il reçoit une notification qui l’informe sur le nombre de minutes restant et au besoin le volume de minutes internet également restant. Mais il a aussi la possibilité de consulter à tout moment, où qu’il soit, le solde de son forfait en tapant * 133*5#. Selon les propos de Maxime Fado, au niveau de la consommation voix, Moov Bénin a implémenté pour ses clients la facturation électronique qui donne à la fin de chaque appel, la durée et le coût de la communication, le solde du compte principal et éventuellement le solde des comptes bonus. C’est dire que chez Moov Bénin, tout est transparent.

Quid du Data

Au niveau de la Data, Maxime Fado a expliqué que Moov Bénin a conçu et mis en place pour ses abonnés une meilleure expérience client, une meilleure offre internet. Le récent lancement de son offre 4G s’inscrit d’ailleurs dans ce cadre. Pour souscrire à l’offre internet de Moov, Il faut juste taper *375*1# et vous avez un menu qui donne l’ensemble des forfaits volumes de Moov à savoir le forfait internet jour valable 24h, le forfait internet hebdo valable 7 jours et le forfait internet mois valable 30 jours. Dès activation du forfait, l’abonné  est informé sur la date et l’heure de validité de son forfait et le nombre de méga-octet restant. Ce qui suppose que l’abonné sait à quel moment et à quelle heure son forfait internet va finir. Moov a  également mis en place pour ses clients des messages de notification lorsque leur consommation atteint 50%, 75% et 95%.  Tout ceci pour raison de transparence.

Les Causes de l’épuisement rapide des forfaits

En dépit de toutes ces dispositions que Moov Bénin a mises en place pour la satisfaction de sa clientèle, il faut noter qu’on assiste dès fois à l’épuisement rapide des forfaits de certains abonnés. Pour Maxime Fado, nombre de raisons expliquent cet état de chose dont la lecture automatique des vidéos sur Facebook, le téléchargement automatique des photos et des vidéos sur Whatsapp, la sauvegarde des échanges sur Whatsapp (surtout quand l’abonné a sélectionné la sauvegarde option jour,) la mise à jour des applications qui sont sur le téléphone et qui sont également automatiques. Toutefois, pour permettre aux consommateurs de mieux contrôler leur consommation, Moov Bénin annonce que dans les jours à venir, des tutoriels seront diffusés pour sensibiliser et éduquer les clients sur la procédure de désactivation de ces mécanismes automatiques qui consomment leur forfait.

Au Bénin depuis plus de 10 ans, Moov Bénin qui fait partie du groupe Etisalat Bénin compte près de 4 millions d’abonnés et est certifié Iso 2001, version 2008. Les abonnés qui ont encore un doute sur leur facturation peuvent se rendre dans les agences Moov ou appeler le call center au 1919 et 3333 pour poser leur problème. Moov reste à l’écoute de ses clients pour leur plus grande satisfaction.

En savoir plus...

Lutte contre la contrebande dans l’Ouémé/Plateau : 1200 casiers de boissons nigérianes saisis

trafic

Depuis quelques jours, la lutte contre la vente des boissons nigérianes entreprise par les douaniers s’est vue renforcer par l’entrée dans la danse de la Direction départementale de l’industrie et du commerce (DDIC) Ouémé/Plateau. A ce jour, 1200 casiers de boissons sont déjà saisies par la structure.

« Il n’est un secret pour personne que depuis peu les produits venant du Nigeria et d’autres pays ont ravi la vedette à nos produits locaux suite à la baisse du Naira. Du coût  il revient à mon  ministère de faire respecter les règles qui régissent la concurrence en République du Bénin afin de protéger les usines locales qui paient régulièrement leurs impôts et sont pourvoyeurs d’emplois » a déclaré le directeur départemental de l’industrie et du commerce Apollinaire Togbadji. Pour ce dernier, l’opération qu’il dirige est autorisée par son ministre de tutelle et ce  conformément aux règles qui régissent la concurrence en République du Bénin. Par ailleurs,  le directeur a précisé que n’importe qui  en République du Bénin qui veut faire ce commerce, doit obligatoirement réunir 04 papiers à savoir ;- la carte d’importateur,- les factures d’achats,- les formalisées douanières, et enfin le certificat de mise en consommation des produits. Pour lui, celui qui ne réunira pas ces 04 papiers verra toujours ses produits ramassés et ne seront restitués que sur présentation de ces quarte papiers cités ci-dessus.

A nos jours, le nombre de casiers de boissons nigérianes déjà saisis, par le DDIC Apollinaire Togbadji et ses collaborateurs est de 1200 casiers et cartons.  Il a annoncé ne pas être encore essoufflé. Ce dernier a fait savoir que la répression continuera jusqu’à éliminer des comportements des béninois la culture de la contrebande. Les commerçants sont donc invités à se mettre en règle pour ne pas subir les rigueurs de la loi. «  La vente de ces produits n’est pas interdite mais il faut que son commerce respecte la loi en la matière en vigueur au Bénin » a-t-il conclu.  

Kola Paqui

En savoir plus...

Tribunal de première instance de Parakou : 12 mois de prison ferme pour 4 trafiquants d’ivoire

trafiquants-divoire

(De lourds dommages et intérêts à payer)

Sale temps pour les trafiquants d’ivoire. Plusieurs d’entre eux ont écopé de peines relativement lourdes hier mardi 18 avril 2017. Le Tribunal de première instance (Tpi) de Parakou a en effet donné son verdict dans l’affaire des six (6) trafiquants d’ivoire arrêtés le mardi 28 mars 2017 par l’équipe conjointe des forestiers, des éléments de la brigade anti criminelle et ceux du commissariat de Banikani. Parmi ces six (6) trafiquants appréhendés avec 14 kg d’ivoire, quatre (4) sont retenus dans les liens de la culpabilité et sont tous condamnés à 12 mois d'emprisonnement ferme. Ils devront payer chacun 300.000 francs Cfa d'amendes et quinze millions cinq cent  mille (15.500.000) francs Cfa de dommages et intérêts solidairement. Deux des trafiquants sont relaxés pour défaut de charges. Il faut souligner qu’ils sont 04 trafiquants à être arrêtés le jour où ces criminels de la faune ont voulu faire la transaction des 14 kg d’ivoire à Parakou. Les investigations qui ont suivi l’arrestation ont permis aux forces de sécurité publique de mettre la main sur deux autres présumés trafiquants.

04 personnes  ont donc été condamnées. C’est un signal fort que la justice lance aux criminels. Le Tpi de Parakou montre ainsi son engagement réel  dans la lutte pour la protection de la faune et prouve sa bonne foi à accompagner le gouvernement dans sa détermination à sécuriser les ressources naturelles nationales. Aussi, la « tolérance zéro » recommandée par les Nations-Unies lors de la célébration de la journée mondiale de l’environnement en juin 2016, à l’égard des crimes fauniques est-elle de plus en plus une réalité au Bénin.

Au regard de l’acte commis par ces trafiquants, ils méritaient chacun un emprisonnement de 6 mois à 5 ans et une amende de 300 000 à 800 000F selon l’article 154 de la loi n°2002-16 du 18 octobre 2004 portant régime de la faune en République du Bénin. En plus des amendes, ces 4 trafiquants payeront des dommages et intérêts. C’est dire qu’aucune clémence ne sera prochainement accordée aux réseaux criminels. L’éléphant étant une espèce intégralement protégée, l’application de la loi est aussi indispensable pour la sensibilisation.

M.M

En savoir plus...

Ça suffit !!!! : Rendez-nous ce que vous avez pillé !!!!!

opinion

Incroyable!!! Ils l’ont fait !!! Oui, ils ont osé le faire…au nez et à la barbe de toute la jeunesse africaine qui les observait haletante, au nez et à la barbe des anciens qui sans doute espéraient en être témoin avant de mourir, au nez et à la barbe de nos gouvernants toujours en train d’expliquer la nécessité de coopérer même en dépit du bon sens avec « la métropole », et surtout au nez et à la barbe de tous ceux qui ne s’en préoccupaient pas et qui ont reçu ce pavé en pleine face !!!

Oui, l’Etat Français par la voix du Quay d’Orsay, a fait fi de toutes ces espérances, qu’il a balayées d’un revers de main  gauche, comme on dirait sous les tropiques, et  a notifiéesà l’Etat béninois, un refus catégorique à sa demande de restitution des biens culturels pilléspendant la conquête coloniale achevéeà la fin du XIXe siècle.

Ils n’ont même pas fait dans la dentelle cette fois-ci !!! Pas de justification doucereuse s’appuyant sur l’Etat délabré de nos infrastructures culturelles…même pas !!! A la place de ses caresses dans le sens du poil, on nous a opposé une fin de non-recevoir,sèche, et se justifiant par la législation française en vigueur stipulant que ces derniers sont soumis aux principes d'inaliénabilité, d'imprescriptibilité et d'insaisissabilité. Bref circulez, il n’ya rien à récupérer part ici, et un bien volé depuis si longtemps ne peut en aucun cas être ne fut- qu’être réclamé par ses propriétaires. L’Etat français est donc un receleur impénitent puisque jouissant d’une impunité que lui confère ses propres lois.

Le scandale que constitue cet affront, fait à tous les peuples victimes de colonisation, dont la France refuse toujours d’ailleurs d’assumer la part d’ombre, est quasi passé sous silence au Bénin, sans doute éclipsé par la fièvre de la révision de la Constitution.
Ce silence est tristement assourdissant !!! Il est indigne des héritiers d’une si fière et riche histoire !!!! La presse, les acteurs culturels, artistes les dignitaires traditionnels et autres sommités intellectuelles sont les plus coupables…leurs interventions sont introuvables parce-qu’ inexistantes sur les moteurs de recherche, ce qui est un comble vu le nombre de parutions quotidiennes et pluri hebdomadaires dans le pays.

Nous avons laissé le soin de manifester notre indignation à d’autres, en particulier à Sindika DOKOLO , qui plus sensibles et mieux outillés ont même pris des mesures de rétorsion contre l’ancienne « métropole », à savoir l’annulation de son prêt d’œuvres devant être exposées au musée du Quai Branly –Jacques Chirac dans le cadre d’une exposition sur le Gabon.

Et que disent les Angélique KIDJO ? Les Albert TEVOEDJRE ? Le Président SOGLO ? Les descendants des trônes d’Abomey ? Ils ont fautés en ne portant pas nos voix…ils sont nos dignes représentants pour la plupart et font notre fierté au-delà des frontières !!! Qu’ils prennent position, aucune occasion ne sera de trop dans ce combat, aucune tribune ne sera pas adéquate.

Toutefois, il n’est jamais tard pour mieux faire, dit l’adage, et les questionnements  que soulève ce revers, sont autant de défis et de chances de rassemblement pour notre jeunesse, car il est plus que nécessaire, de savoir-faire d’un écueil une opportunité, dans notre apprentissage vers une véritable autonomie.

Ce refus presque passé en catimini, est une occasion hors pair pour nous autres jeunes, désireux d’une autre approche à l’altérité, que ce misérable lien de colonisé à colon que l’on veut nous imposer coûte que coûte, de nous affirmer et de nous unir dans un combat qui aura tout son sens et réunit en lui , toutes les formes d’appropriation qui nous manque trop souvent dans nos approches, nos méthodes et la définition de nos objectifs.

L’objectif principal ici sera d’arriver à être totalement autonome concernant notre fait culturel et à ce titre mener, ce combat sera un fil conducteur transcendant pour notre peuple et même au-delà !!!

Notre Histoire redeviendra vivante et sue sur les bouts des doigts par le commun, nous apprendrons à démonter les arguments juridiques fondés sur un droit injuste parce-que toujours celui du plus fort, nous apprendrons en nous unissant avec tous les autres colonisés francophones, que nous devons associer à ce combat, car il est aussi le leur, que nos divisions sont factices et mesquinement téléguidées pour servir d’autres intérêts que les nôtres, nous apprendrons à conserver et à mettre ses trésors en perspectives, nous apprendrons à les valoriser et nous apprendrons surtout à prendre notre part, dans ce grand marché du donner et recevoir qu’est devenu le monde moderne auquel nous sommes confrontés…

Nos biens culturels ne peuvent en aucun cas être considérés comme les propriétés de la France si longtemps après…c’est une insulte trop grave et trop lourde de sens, en ces temps où plus rien n’est caché…où tout se sait et se connait !!!!

Devons-nous accepter de renier notre dignité parce-que nous avons été agressés, il y a plus de cent ans dans des conditions que nous connaissons tous aujourd’hui et accepter cette tutelle qui ne dit pas son nom, mais qui n’en est pas moins une, et de  nous laisser déconsidérer de la sorte ?

La France a-t-elle- renoncé, à la moindre de ses œuvres patrimoniales suite aux défaites cinglantes que lui ont imposées l’Allemagne avant que les Alliés ne viennent la libérer du joug germain ? La décence tout au moins et l’esprit de réconciliation, n’ont –ils pas prévalu dans ces cas, permettant sans aucun doute des restitutions et autres manifestations du respect qui doit prévaloir entre des nations qui se veulent, sinon sœurs mais au moins de véritable partenaires ? Cet état d’esprit ne serait-il possible qu’entre caucasiens bon teint ? Et donc, quid, de leur sempiternelle déclaration des droits de l’Homme ? Et tutti quanti ? Serions- nous demeurés des « indigènes » à l’insu de notre plein gré ?

Que devrait répondre les professeurs d’école à leurs élèves qui leur poseraient la question ? Quand ces petits esprits vifs leur demanderont après leurs explications non convaincantes si nous sommes encore une colonie ? Devront-ils répondre que oui ? Et perpétrer ce modèle de résignation morbide dans ces jeunes esprits en formation ?

Non !!!! Résolument non !!!! Il est de notre devoir de désigner les coupables, les malhonnêtes, les brimeurs, les violeurs de mémoires, les brodeurs d’histoires !!!!! Ne nous faisons pas complices de ces mascarades et affichons clairement les couleurs !!! Refusons net cette ultime compromission et prenons le monde à témoin !!!! Que l’on ne soupçonne nullement de ne pas encore une fois vouloir entrer dans l’Histoire, puisqu’un de leur récent dirigeant s’était octroyé la latitude de nous en faire sortir, ne nous ayant pas jugé assez dignes d’en faire partie, comme si cette décision était de son ressort par on ne sait quel pouvoir extraordinaire !!!!!

Bref…la restitution de ces biens pillés devraient être inscrite au programme, proclamer cause nationale jusqu’à obtention de leur retour au pays, être portée haut et fort par nos artistes, nos intellectuels, par tous ceux qui disent nous représenter, par tous ceux qui disent vouloir notre bien !!!!…Organisons des campagnes d’affichage internationales, des spots publicitaires viraux, inondons les media, exposons notre révolte partout où on en aura l’opportunité…impliquons la diaspora, mettons l’Unesco en demeure de prendre position!!! Bref, agissons et en premier lieu ratifions enfin cette sacrosainte convention de l’Unesco de 1970, cadre juridique dans lequel une telle restitution devrait se faire.

Ce n’est pas parce-qu’ un bien a été volé depuis plus d’un siècle, que les descendants de son propriétaire ne peuvent le réclamer !!!!! Et si leurs lois disent le contraire, leurs lois sont liberticides et ignominieuses….Hurlons le !!!! Et organisons-nous !!!! Demandons à ceux qui ont pu récupérer leurs œuvres patrimoniales, Israéliens, Indonésiens, comment ils ont pu récupérer leurs biens spoliés et inspirant nous-en !!!

Hurlons partout notre volonté de récupérer notre histoire, cette Histoire coloniale dont ils n’ont pas le courage de faire la critique et qui leur explosera faute de non-dits en pleine figure s’ils continuent cette politique de l’autruche qui leur sert de cire à faire reluire leur «  roman national », comme on l’a encore constaté lors d’un récent débat de leur élection présidentielle à venir !!!!!

Refusons leur cette morgue et cette suffisance qu’ils affichent par devers tout et forçons les à nous restituer ce qui est à nous !!!! Nous leur rendons volontiers leurs ancêtres gaulois qu’ils ne partagent avec nous que quand cela les arrange, de ne pas nous rappeler que nous ne sommes pas « ensouchés » sur leur terre…

Nous voulons restaurer l’estime de nos héros, partager notre culture, bref reconquérir notre histoire et ils n’y pourront rien !!!!

Le Bénin fût le quartier latin de l’Afrique…que notre ténacité et tous nos talents s’expriment dans ce combat !!! Nous pouvons encore montrer un chemin heureux à nos frères africains après  celui tracé suite à notre Conférence Nationale tant imitée à travers le continent….Ne nous ne gênons pas pour le faire…soyons originaux et dignes de notre réputation « mystique » si nécessaire  !!!! Notre culture est tout aussi importante que la Constitution de 1990 !!!!

Et même les enfants en kaki doivent savoir que la France a refusé de rendre le trône du Roi Glélé !!!!!

Par ODHN
Le 14/04/17.

Sources :
1.    Publié le 14/03/2017 à 13:06 - Modifié le 14/03/2017 à 13:16 | Le Point Afrique
2.    Par Jeuneafrique | Webnews|  Jeudi 30 mars, 2017 15:03  
3.    Emery Patrick EFFIBOLEY (PhD, Andrew W. Mellon Post-doctoralResearchFellow, Université de Witwatersrand, Johannesburg, Afrique du Sud.)
Publié le 11/11/2016 à 17:36 | Le Point Afrique

En savoir plus...

Trafic de drogue : 80 kg de chanvre indien saisis à Hillacondji

chanvre-indien

80 kg de chanvre indien viennent d’être saisis par la douane à la frontière bénino-togolaise de Hillacondji. Les produits répartis dans 2 sacs contenant l’un 42 emballages et l’autre 44 sont retrouvés dans un bus de transport nigérian Chisco qui a quitté Accra pour Lagos. La compagnie spéciale de police de Hillacondji a interpellé le présumé auteur du stupéfiant. Le convoyeur Enemuo Isaac a déclaré que lesdits produits auraient été embarqués dans le bus par le chef escale compagnie Chisco à Accra (Ghana) pour être déposés au bureau de Lagos (Nigeria). Le trafiquant présumé et les produits sont confiés l’Ocertid.
Le bus a été immobilisé sur le parking de la douane.

M.M

En savoir plus...

Effondrement d’un immeuble à Djougou : Un mort et plusieurs blessés graves

immeuble-effondre-djougou

(Le ministre Tonato déplore le laxisme dans la conduite de travaux)
Plusieurs blessés graves et le chef maçon retrouvé sous les décombres, c’est le bilan du drame survenu à Djougou lundi 17 avril 2017. En effet, un immeuble de type R+3, en construction derrière la Boa de Djougou, s’est entièrement effondré. Le bâtiment en question appartiendrait à l’ancien ministre d’Etat Alassane Soumanou Djimba. L’un des maçons, qui se trouverait au troisième étage, et qui a eu la vie sauve explique au micro des confrères de Radio Parakou, qu’ils étaient en haut en train de couler la dalle et qu’il a entendu un cri de tonnerre. « C’était fort, et j’ai vu que le bâtiment s’est fendu en même temps. Tout a commencé par tomber et je suis resté à côté pour attraper un fer », a-t-il confié. Selon le jeune frère du ministre, les ouvriers blessés ont été conduits d’urgence à l’hôpital pour des soins intensifs, tandis que le seul introuvable serait encore sous les décombres. « Je n’ai jamais vu un effondrement pareil », s’est exclamé Radji Soumanou. Apportant des clarifications à ce sujet, sur le plateau de la télévision nationale, le ministre du cadre de vie, Didier José Tonato a fait savoir que le chef maçon a été retrouvé sous les décombres, et huit (8) ouvriers sont répartis dans les deux hôpitaux de Djougou. Selon le ministre, le bâtiment n’a pas suivi la procédure de permis de construire. Et par ailleurs, les études de sol permettant de dimensionner les fondations qu’il faut n’ont pas été conduites. Il dénonce donc beaucoup d’anomalies dans le processus : « Nous avons observé qu’il n’y a pas eu d’architecte qui ait été à l’origine de la conception de ce bâtiment, nous avons constaté que les études techniques conduites par un ingénieur en génie civil n’ont pas été faites », a signalé le ministre.

Th. A

En savoir plus...

La Sobebra à l’honneur : « La Béninoise », médaillée d’or à l’international

la-beninoise-a-lhonneur

Bonne nouvelle pour les consommateurs, dégustateurs de « La Béninoise », la bière nationale. Ils peuvent être d’autant plus rassurés. Leur bière préférée vient d’être mondialement distinguée. L’annonce a été faite à la faveur d’une conférence de presse, hier jeudi 13 avril 2017, à la Direction générale de la Sobebra à Cotonou.

« La Béninoise » certifiée Médaille d’or 2017, parmi plus d’une centaine de bières au monde en compétition est une marque de reconnaissance mais en même temps « une énorme fierté » pour l’équipe de la Sobebra, selon son Directeur général adjoint, Sébastien Yves-Ménager.  Pour en arriver là, ce n’est pas le fruit d’un hasard. C’’est plutôt le couronnement du travail méticuleux qui se fait au quotidien, pour une amélioration de la qualité de cette bière et des autres produits en général. Les vrais consommateurs de « La Béninoise » auraient d’ailleurs remarqué que depuis quelques mois, la Société béninoise des brasseries s’est investie dans le relooking de la bière nationale. Une bière désormais rajeunie, avec beaucoup de soins, de la sélection des matières premières entrant dans sa préparation jusqu’à l’embouteillage. Et si la qualité internationale de « La Béninoise » a été glorifiée par ce label unique décroché, c’est aussi grâce à la clientèle. Au cours de la conférence de presse, le Directeur général adjoint n’a pas manqué de rendre hommage à cette dernière. Ensuite, un nouvel engagement pour rassurer davantage : « (…) une reconnaissance qui ne changera pas notre volonté de mieux faire pour une amélioration constante de nos produits », a confié M. Yves-Ménager qui a martelé que «  innovation, formation du personnel et contrôle de la qualité » seront toujours au cœur des actions.

La Médaille d’or par Monde Sélection

Ce sont les jurys de Monde Sélection à Bruxelles qui décernent les distinctions. Elles vont du label qualité Bronze au Grand or en passant par l’Argent et l’Or. Monde Sélection, ce sont 70 experts internationaux qui dégustent, testent et octroient les certificats. Depuis 1961, le collège d’experts indépendants de l’Institut, travaille dans une approche scientifique et légale. En fonction du type ou des caractéristiques de chaque produit alimentaire ou boisson, les experts effectuent les évaluations ou analyses suivantes : analyses sensorielles par des professionnels expérimentés, analyses chimiques et bactériologiques par des laboratoires certifiés. Les résultats des laboratoires sont confrontés à l’étiquette du produit. Ainsi, on tient compte de deux aspects : les qualités intrinsèques et la communication avec le consommateur qui est également très importante.

Visite des installations

Au terme de la conférence de presse, les professionnels des médias ont eu droit à une visite guidée dans l’usine Sobebra à Cotonou. Occasion pour eux de constater de visu tout le processus de fabrication des produits de la marque.

la-beninoise-a-lhonneur2

En savoir plus...
S'abonner à ce flux RSS

Application Mobile

app-mobile-android

Abonnement Numérique

abonnement-numerique

Abonnement Papier

abonnement-papier

Inscrivez-vous à notre Newsletter et revevez l'information en continu ! Les dernières nouvelles, les dernières déclarations, l'information où que vous soyez !