TPL_GK_LANG_MOBILE_MENU

Banniere web 728x90px-01

Faits Divers

Affaire faux médicaments : Le procès du député Atao renvoyé au 07 août

Atao-Hinnouho

Placé sous mandat de dépôt sur plainte de la douane béninoise pour fraude fiscale, le député AtaoHinnouho a comparu devant le tribunal de Cotonou ce mardi, 24 juillet 2018. Poursuivi dans l’affaire de faux médicaments et qui a conduit des responsables de sociétés grossistes en prison, le député devra encore continuer son séjour en prison jusqu’au 07 août 2018, date à laquelle il comparaîtra de nouveau. En effet, à peine démarré,le procès en flagrant délit pour fraude douanière du député Atao Hinnouho a été reporté. C’est le juge Nadjim Gado qui a dirigé la séance en l’absence de son confrère Rodolphe Azo. Me Aboubakar Baparapé, l’un des avocats du prévenu  a expliqué les raisons du report du procès. « Le juge n’étant pas là, celui qui l’a remplacé a dit qu’il ne prendra que les nouveaux dossiers. Les anciens dossiers, il procédera au renvoi afin de permettre au juge en charge de ces dossiers de venir les prendre lui-même »a-t-il laissé entendre. Pour lui, une procédure qui commence ne peut que connaître une issue. Il espère que l’issue lui sera favorable. Rappelons que le député avait comparu le 12 juin dernier dans un fauteuil roulant. Un procès au cours duquel,deux exceptions ont été soulevées par les avocats de la défense notamment, l’exception d’incompétence et de nullité de la procédure. Concernant l’exception d’incompétence du juge, Me Aboubakar Baparapé et ses collègues estiment que le juge des flagrants délits n’est pas compétent pour connaître du dossier étant donné que le dossier faux médicaments est conduit jusqu’ici par le juge d’instruction. De l’exception relative à la nullité de la procédure, les avocats de l’élu de la 15ème circonscription électorale ont clamé haut et fort que leur client est toujours député de la 7ème législature et, de ce fait, se trouve donc protégé par l’immunité parlementaire. De plus, Me Baparapé a évoqué la non-signature du procès-verbal de constat par le député Atao pour justifier cette exception. Toute chose qui amène l’avocat à conclure que la procédure en cours contre son client est de ce fait, « d’une nullité radicale et absolue ». Rendez-vous le 07 août 2018 pour en savoir davantage sur l’issue de ce procès. Affaire à suivre !!!

A.B

En savoir plus...

Affaire Cnss-Bibe : La torture morale se poursuit pour Mètongnon et Cie

Laurent-Metognon

Alors que la justice devrait rendre son verdict ce mardi, 24 juillet 2018, dans l’affaire Cnss-Bibe dans laquelle il est reproché à Laurent Mètongnon et ses co-accusés d’avoir perçu des rétro-commissions pour des placements “hasardeux“ dans une banque en faillite (Bibe), le délibéré du procès qui a démarré depuis novembre-décembre 2017 a été simplement reporté au 31 juillet 2018. Les accusés retournent donc en prison pour comparaître à nouveau mardi prochain devant le juge. A en croire certaines sources, ce report se justifie par le fait que le juge en charge du dossier soit en mission. Une information qui aurait été portée à la connaissance des prévenus ainsi que de leurs avocats au moment de leur présentation dans la salle d’audience. Un report qui n’est pas du goût de Me Aboubakar Baparapé, avocat de la défense, qui dénonce la torture morale de son client. Pour le président du collectif des avocats de Laurent Mètongnon, il est inadmissible que le juge s’absente pour un dossier pourtant mis en délibéré.  « Ces manœuvres de torture morale prouvent que le dossier est un dossier politique dans lequel on veut torturer au maximum un ennemi politique à savoir Laurent Mètongnon » s’est indigné  l’avocat. Il a par ailleurs cité la constitution qui parle de procès équitable et de délai raisonnable pour rendre une décision de justice. Notons qu’après plusieurs comparutions des détenus devant le juge, le procès de Laurent Mètongnon et de ses co-accusés avait été mis en délibéré pour ce 24 juillet 2018, à l’issue du procès du 27 juin dernier. Un procès qui a vu de nouveaux témoins passer à la barre pour leur déposition et au cours duquel, les avocats de la défense ont exigé la libération pure et simple des détenus pour défaut de preuves matérielles contre ces derniers. Au tribunal de première instance de Cotonou, des acteurs du monde syndical, de la société civile, des jeunes, étaient fortement mobilisés pour réclamer la libération du syndicaliste et ancien Président du Conseil d’administration de la Caisse nationale de sécurité sociale, Laurent Mètongnon et ses co-accusés. Mais, il faudra encore attendre mardi prochain, soit la veille de la fête de l’indépendance nationale pour espérer que la justice prononce enfin sa sentence dans cette affaire. Affaire à suivre !!!

Aziz BADAROU

En savoir plus...

Commune d’Aplahoué : L’Ambassadeur du Roi du Maroc récompense les meilleurs élèves des Ceg d’Atomey

Moov-Benin

Le Maroc célèbre le 30 juillet de chaque année l’anniversaire de l’accession au trône du Roi Mohamed VI. En prélude aux festivités marquant cette année le 19e anniversaire, et pour apporter son soutien au Programme d’action du gouvernement (Pag), Rachid Rguibi, ambassadeur du Roi, a choisi de promouvoir l’excellence en milieu scolaire. 15 meilleurs élèves des Ceg Agodogui et Atomey dans la commune d’Aplahoué ont été sélectionnés pour recevoir des fournitures scolaires en récompense à leurs efforts. La cérémonie de remise a eu lieu, mardi 24 juillet 2018, dans l’enceinte du Ceg Atomey en présence du ministre des Affaires sociales et de la microfinance Bintou Adam Chabi Taro et des autorités locales.

Trois catégories de mérite sont reconnues par le jury chargé de la sélection des élèves les plus méritants  des deux collèges d’enseignement général de l’arrondissement d’Atomey dans la commune d’Aplahoué. Il s’agit des catégories Effort et Encouragement, Mérite et Excellence. Au nombre de 5 élèves par catégorie, les élèves des Ceg d’Agodogui et d’Atomey ont reçu des fournitures scolaires composées de sacs, de cahiers, de livres, de tissus, des tee-shirts du réseau de téléphonie Moov Bénin, des bons de frais de scolarité, un certificat de mérite signé par l’ambassadeur du Roi du Maroc Rachid Rguibi, de téléphones portables Android pour les élèves les plus méritants en l’occurrence le 1er du Ceg Atomey qui a obtenu 18,11 de moyenne.
Ce geste louable de l’ambassadeur du Roi du Maroc a reçu l’accompagnement de l’Ong Jeunes Entreprises Afrique Francophone active dans l’éducation et l’insertion professionnelle des élèves,  l’Association pour le développement et le progrès d’Atomey (Adepa) et du réseau de téléphonie mobile Moov Bénin à travers la Fondation Etisalat Bénin.

A l’origine de cette initiative, Pierre d’Alcantara Zocli ne peut contenir sa joie de voir la promesse à lui faite, il y a deux mois, par son ami l’ambassadeur du Roi du Maroc se transformer en réalité. Tout en adressant ses vifs remerciements à son excellence l’ambassadeur Rachid Rguibi et à Moov Bénin pour l’accompagnement, il a demandé à la ministre des Affaires sociales de plaider auprès de son homologue de l’enseignement secondaire pour la construction d’un cadre décent pour les élèves d’Atomey. Même mot de gratitude de la part du directeur du Ceg Atomey René Ahokpè, du président de l’Adepa et du chef de l’arrondissement d’Atomey Bernard Komagbé.

Pour le donateur l’ambassadeur du Roi du Maroc Rachid Rguibi, le choix des collèges d’Agodogui et d’Atomey a été dicté par la volonté des élèves de démontrer que pour apprendre et pour savoir, les conditions importent peu. Il dit avoir noté chez ces apprenants une volonté de réussir qui se caractérise par leur assiduité aux cours et les résultats obtenus. Tout en remerciant les parents pour leur encouragement et le corps enseignant pour avoir bien encadré les apprenants, Rachid Rguibi croit fermement que de ces élèves sortiront des ingénieurs, des médecins, des avocats qui bâtiront demain le Bénin de la culture, de la science et du savoir.
Le préfet du Couffo Christophe Mègbédji a relevé  tout un symbole dans les relations d’amitié qui lient le Bénin et le Maroc. 30 juillet fête d’anniversaire de l’accession au trône de sa majesté le Roi Mohamed VI, 1er août fête nationale de l’accession du Bénin à la souveraineté nationale. Le moment est donc bien choisi et entre, selon lui, dans la concrétisation de l’objectif N°4 des Objectifs du développement durable : « Assurer une éducation de qualité aux enfants ». Il a salué cette complicité  intelligente avec Moov Bénin dans la célébration de ce qui est bon, l’excellence et le succès.

Invitée par Pierre Zocli et par l’Ambassadeur du Roi du Maroc pour prendre part à cette cérémonie de remise de fournitures aux meilleurs élèves, la ministre Bintou Adam Chabi Taro affirme s’être sentie en plein dans les œuvres de son département, les Affaires sociales. Elle a invité les élèves à rester meilleurs, à persévérer dans l’effort et montrer ainsi l’exemple comme leur sœur aînée docteur en pharmacie Marie Houssou. La remise des dons aux élèves, le mot de gratitude de leur représentant et les présents des élèves à l’Ambassadeur du Roi du Maroc ont mit un terme à la cérémonie.

Situé à 34km du chef-lieu d’Aplahoué, l’arrondissement d’Atomey compte environ vingt mille habitants. Il compte 16 villages et sa population vit à 90% de l’agriculture et de l’élevage. C’est l’arrondissement le plus vaste de la commune mais très difficile d’accès.

En savoir plus...

Lutte contre le trafic d'ivoires au Tpi de Ouidah : 6 personnes dont un roi condamnées à 2 ans de prison ferme

Ivoires

La justice est décidément prête à faire le grand ménage dans le rang des criminels fauniques. Sa dernière décision en date prouve l'engagement des juges. Un roi d’une localité du Bénin devra passer en effet les 24 prochains mois derrière les barreaux. Ses 5 complices et lui sont contraints d’être pensionnaires de la prison civile de Ouidah pour leur implication dans une affaire de trafic d’ivoires. Outre la peine privative de liberté dont ils ont écopé, chacun d’eux doit payer 500.000F CFA d'amendes. Les six prévenus sont aussi condamnés à 10.000.000F CFA de dommages-intérêts. Absents à l’audience le lundi 23 juillet 2018, le juge a décerné un mandat d'arrêt contre tous les prévenus. C'est la décision  rendue par le Tribunal de première instance (Tpi) de Ouidah. Il revient alors aux structures compétentes de se mettre aux trousses de ce dignitaire de moralité douteuse pour qu’il puisse  purger avec ses complices la peine prononcée, et payer les amendes et dommages-intérêts comme l’exige la décision.

Pour rappel, la détention et la commercialisation de l’ivoire d’éléphants sont punies par des conventions internationales (Convention CITES de 1973)  et une loi spécifique au Bénin. Quiconque se livre à cette activité est en infraction et doit répondre de ses actes. Il s’agit de la loi n°2002-16 du 18 octobre 2004 portant régime de la faune en République du Bénin. L’article 154 de cette loi punit d’une amende de 300 000 à 800 000F Cfa et/ou d’un emprisonnement de 6 mois à 5 ans quiconque importe, exporte, réexporte ou commercialise des animaux sauvages ou leurs trophées et dépouilles en dehors des cas permis. Les complices sont punis comme les auteurs principaux et condamnés solidairement aux amendes, frais dommages-intérêts, indique l’article 166. Ce roi et ses complices ont été pris le mercredi 6 décembre 2017 à Ouidah en flagrant délit de commercialisation de deux pointes d'ivoire d'éléphants, une espèce intégralement protégées. C’est la Police républicaine et les forestiers qui ont pu mettre la main sur ces indélicats grâce à la collaboration technique du programme Appui à l'application des lois sur la faune et la flore au Bénin (Aalf-Bénin).

Au regard des menaces d’extinction qui planent sur l’éléphant, les institutions internationales sont mobilisées pour qu’aucune clémence ne soit accordée à ceux qui tuent ces animaux sauvages bafouant les règlementations en vigueur. Par cette décision, le Tpi de Ouidah vient de renforcer la lutte que mène le gouvernement pour que les parcs du Bénin ne soient pas vidés de leur contenu.

Cette sanction à l’endroit de ce roi et ses complices est  un signal fort pour toutes personnes physiques et morales qui doivent savoir que force doit rester à la loi. Les dignitaires religieux ont intérêt à œuvrer pour la protection de la nature plutôt que de devenir des criminels fauniques. En tout cas,la Justice ne fera plus de cadeaux.

M.M

En savoir plus...

Djidja : Le pont de Kitigoudo s’affaisse et occasionne la mort d'un enfant

faits-divers

Le seul pont reliant les deux localités les plus peuplées de la commune de Djidja, Dan et Lalo, s’est effondré ce samedi matin, occasionnant le décès d’un enfant malade en cours d’évacuation vers le centre de santé de Dridji, a appris l’Agence Bénin Presse de source locale.

La population sortie nombreuse a décrié la qualité de l’ouvrage réalisé au temps de l’ancien maire Placide Avimadjènon, et dont la réception avait été contestée par l’ancien chef d’arrondissement de Dan, Roger Adjado.

Les parents du patient, les élus locaux et le responsable du centre de santé de Dridji sont restés impuissants face au drame, et n’ont pas pu traverser le creux du pont, submergé par les eaux de la rivière Kiti. Le nourrisson malade de 18 mois, DossiAkazounnon a rendu l’âme, enflammant la colère de la population qui a crié son ras-le-bol.

Joint au téléphone, le maire de Djidja, Théophile Dako en mission à Cotonou, a affirmé suivre la situation de près. L’autorité communale a annoncé la réfection du pont pour 2019, le collectif budgétaire de l’année en cours étant bouclé.

Il a aussi expliqué avoir tenté de contacter par téléphone, mais jusque-là en vain, les responsables de l’entreprise EBOMAF dont les travaux d’extraction minière sèment des dégâts environnementaux dans la localité. Théophile Dako souhaiterait, de leur part, une intervention technique pouvant permettre aux populations de vaquer à leurs occupations.
Pour l’instant, une population de plus de 4000 habitants, selon les estimations du chef de village de Dridji, René Akabassi, est coupée du reste de Djida pour diverses activités économiques, les soins de santé et autres préoccupations quotidiennes.
Les populations des hameaux et villages concernés projettent manifester ce lundi leur mécontentement, à la préfecture d’Abomey.

Abp.info

En savoir plus...

Affaire Cnss-Bibe : Laurent Mètongnon et ses co-accusés fixés ce jour

Laurent-Metognon

La justice devra finalement trancher ce mardi, 24 juillet 2018 dans l’affaire de placements “hasardeux“ des fonds de la caisse nationale de sécurité sociale à la Bibe. En effet, après plusieurs comparutions des détenus devant le juge, le procès de Laurent Mètongnon et de ses co-accusés avait été mis en délibéré pour ce jour, à l’issue du procès du 27 juin dernier. Un procès qui a vu de nouveaux témoins passer à la barre pour leur déposition et au cours duquel les avocats de la défense ont exigé la libération pure et simple des détenus pour défaut de preuves matérielles contre ces derniers. Pendant que la partie civile malgré l’inexistence de preuves souhaite que les mis en cause soient maintenus en détention, le Ministère public aurait même demandé 60 mois de prison ferme pour Mètongnon et consorts. Un procès qui a si duré semble désormais proche de connaître son épilogue. Les accusés seront donc fixés sur leur sort ce mardi au Tribunal de première instance de première classe de Cotonou. Et déjà, le Front pour le sursaut patriotique et plusieurs organisations syndicales ainsi que de la société civile appellent à une forte mobilisation pour réclamer la libération de Laurent Mètongnon et cie. Mais la dernière décision revient au juge. Affaire à suivre !!!

Aziz BADAROU

En savoir plus...

Affaire faux médicaments : Atao Hinnouho devant le juge ce jour

Atao-Hinnouho

Placé sous mandat de dépôt sur plainte de la douane béninoise pour fraude fiscale, le député Atao Hinnouho comparaitra devant le tribunal de Cotonou ce mardi, 24 juillet 2018. Poursuivi dans l’affaire de faux médicaments et qui a conduit des responsables de sociétés grossistes en prison, le député devra répondre cette fois-ci aux questions du juge sur les faits qui lui sont reprochés. Le procès en flagrant délit pour fraude douanière du député Atao Hinnouho, renvoyé le 8 mai 2018, s’est finalement ouvert mardi, 12 juin dernier. Un procès au cours duquel, l’élu du peuple a comparu très fragile dans un fauteuil roulant. Si aucun incident n’a été signalé dans le déroulement de l’audience qui a duré plusieurs heures, deux exceptions ont été soulevées par les avocats de la défense notamment l’exception d’incompétence et de nullité de la procédure. Concernant l’exception d’incompétence du juge, Me Aboubakar Baparapé et ses collègues estiment que le juge des flagrants délits n’est pas compétent pour connaître du dossier étant donné que le dossier faux médicaments est conduit jusqu’ici par le juge d’instruction. De l’exception relative à la nullité de la procédure, les avocats de l’élu de la 15ème circonscription électorale ont clamé haut et fort que leur client est toujours député de la 7ème législature et, de ce fait, se trouve donc protégé par l’immunité parlementaire. Etant donné que l’immunité parlementaire n’est pas encore levée, la procédure est donc nulle et de nul effet. De plus, Me Baparapé a évoqué la non-signature du procès-verbal de constat par le député Atao pour justifier cette exception. Toute chose qui amène l’avocat à conclure que la procédure en cours contre son client est de ce fait, « d’une nullité radicale et absolue ». Au terme de longs débats, le procès avait été renvoyé au 24 juillet 2018. Si pour beaucoup, le vote favorable du député en faveur de l’amendement de la Constitution devrait faciliter les choses à Atao Hinnouho, il faut souligner que rien ne présage pour l’heure de l’issue de ce dossier. On en saura davantage donc ce jour ! Affaire à suivre !!!


Aziz BADAROU

En savoir plus...

Affaire Cnss-Bibe : Jacques Ayadji croit en la franchise de Laurent Mètongnon

Laurent-Metognon

Le syndicaliste et ancien Président du Conseil d’administration de la Caisse nationale de sécurité sociale (Cnss), Laurent Mètongnon, détenu dans l’affaire Cnss-Bibe peut compter tout de même sur l’un de ses anciens compagnons de lutte, désormais proche du gouvernement de la Rupture, Jacques Ayadji. Invité dimanche, 22 juillet 2018 sur l’émission sociopolitique « Cartes sur table » de Océan Fm, l’actuel Directeur général des infrastructures estime ne pas être convaincu que Laurent Mètongnon soit quelqu’un qui ait un penchant pour la corruption. Jacques Ayadji affirme croire en la franchise de ce dernier…

«…Laurent Mètognon également mérite le même respect. Certes, aujourd’hui, il est en difficulté. Je ne peux pas me prononcer sur une affaire pendante devant la justice. Mais je reconnais que les dix années passées sous Yayi, Laurent Mètongnon ait beaucoup lutté. Je ne suis pas convaincu que ce soit quelqu’un qui ait un penchant pour la corruption. Laurent Mètognon a été le Président du Conseil d’administration de la Cnss. Il a fait appel à des personnalités et à des organisations pour l’assister dans la passation des marchés et dans la gestion. Toute décision qu’il prenait était motivée par le Fonac et d’autres personnalités comme moi. Il m’avait nommé responsable du syndicat de la Cnss mais ne m’a jamais instruit pour aller dans tel ou tel sens » a déclaré Jacques Ayadji sur les antennes de la radio Océan Fm. Des propos transcris et publiés dans la parution du journal “Le Matinal” du lundi, 23 juillet 2018. Par ailleurs, le Président du parti Mouvement des élites pour l’émancipation du Bénin (Moele-Bénin) rejette tout soupçon de la main invisible du gouvernement de la Rupture dans cette affaire dans laquelle serait impliqué Laurent Mètongnon. « Je ne pense pas. Je vous assure que le gouvernement n’a aucun intérêt à monter quoi que ce soit. Il y a un rapport de l’Uemoa qui fait état de rétro-commissions perçues. Attendons que le dossier soit vidé et qu’on sache l’issue. Je ne veux pas interférer dans la procédure mais c’est mon devoir de l’honorer et de le compter parmi les gens qui ont lutté pour qu’on en soit là » reconnaît Jacques Ayadji. Et de poursuivre, « Je crois fondamentalement en sa franchise. Mais, il y a un dossier au tribunal dans lequel il est impliqué. J’espère qu’il sera lavé de tout soupçon et libéré ». Rappelons qu’il est reproché à Laurent Mètongnon et ses co-accusés d’avoir perçu des rétro-commissions contre des placements “à risque“ à la Banque internationale du Bénin (Bibe), une banque qui serait en faillite. Détenus depuis fin d’année 2017, ces derniers seront fixés sur leur sort ce jour, mardi, 24 juillet 2018. Le délibéré de l’affaire est prévu pour être finalement rendu au Tribunal de première instance de Cotonou ce jour. Sera-t-il libéré ou condamné ? Les regards seront tournés vers le Tribunal.

Aziz BADAROU

En savoir plus...

Radio de l’été 2018 : Un programme vacance plein de couleurs sur Océan fm

la-radio-de-lete

Dans la dynamique d’offrir le meilleur à ses auditeurs, la grille des programmes de Oceanfm arbore les couleurs des vacances pour leur offrir près de 2 mois de bonheur.  Ce sera à travers le programme spécial "la radio de l'été". La 2ème édition de cette initiation de la direction de la 88.6 sera lancée dans quelques jours.
Le programme vacance de la radio des défis démarre le jeudi 02 août prochain. Dix émissions originales avec des concepts aussi riches que variés sur une  période qui s’étend au 30 septembre. Ainsi, dans environ 10 jours, et cela sur près de 2 mois, les animateurs et chroniqueurs ( de l’an dernier et quelques nouveaux) vous offriront ce qu’ils ont de meilleur. Les émissions portent toutes la griffe " radio de l'été". Cependant les contenus et les tranches font la différence tout en évoluant dans le même feeling fun. De 6h à 8h, Floriane kpèdé et son équipe ouvrent l'antenne pour un réveil tonique. A 8h, les auditeurs ont rendez-vous avec Boris et son bloc pour 02 heures de pur plaisir. L'aventure continue de 11h à 13h avec Herbert Hougbèmè et ses chroniqueurs. Dans l'après-midi, ‘’Balle au pied’’ et son équipe prennent le contrôle à 17h pour 02 heures de joie. L'autre moment choc du programme est le 22h-23h avec Michelle Dowevi et ses chroniqueurs. Jean Tonoukoin vous accueille dans son univers nocturne de 23h à 01h. Ce programme spécial viendra agrémenter aussi vos week end. Les rendez-vous  explosifs de la fin de semaine  avec Stéphane Makobi les  samedis de 6h à 9h et les dimanches de 6h à 8h. Toujours en weekend, vous retrouverez tonton Feno et ses camarades les samedis et dimanches de 11h à 12h. C'est donc parti pour deux mois de folies avec les émissions de la radio de l'été et d'importants lots à gagner. L’innovation cette année constitue le méga show prévu le 30 septembre pour achever le programme en beauté.

M.M

En savoir plus...

Célébration des 20 ans de la radio Maranatha : La 103.1 Fm marque avec éclat l’évènement

Gervais-Sossoukpe

(De grandes ambitions pour porter haut et loin l’étendard)
La devanture de la radio Maranatha et bien au-delà, a servi de cadre, à la cérémonie de célébration des 20 années d’existence de l’organe. Des noces de porcelaine qui, hier dimanche 22 juillet 2018, se sont déroulées dans une grande liesse avec la complicité d’une foule qui, massivement, a fait le déplacement pour vivre l’évènement, et des prestations d’artistes de renom du gospel béninois. 20 ans, en effet,  d’annonce de l’évangile, d’édification de la foi chrétienne. 20 ans de joie et de lumière dans les cœurs, 20 ans de promotion des églises locales. Ceci, sans avoir eu à égratigner un tiers. Et ça, ce sont les responsables à divers niveaux de structures chargées de réguler la presse qui l’ont laissé entendre. Entre autres, de l'Union des professionnels des médias du Bénin (Upmb), à la Haute autorité de l'audiovisuel et de la communication (Haac), en passant par le représentant du ministre de l'Economie numérique et de la communication, tous ont reconnu et salué le professionnalisme et donc, la qualité du travail qui se fait par la radio. Aux dires du pasteur Gervais Sossoukpè,  Directeur général de la radio Maranatha, celle-ci a fait du chemin. Des efforts, affirme-t-il, sont palpables  du point de vu investissement, formation du personnel pour le renforcement de capacité, équipements de service, partenariats locaux et internationaux, etc.  «La radio Maranatha est aujourd’hui en passe de devenir un groupe multi-médias avec sa station régionale de Parakou…et son projet de création de la première télévision chrétienne au Bénin», confie-t-il. Les difficultés qui ont caractérisé le chemin parcouru ne semblent pas l‘ébranlé, bien au contraire. «Nous  nourrissons de grandes ambitions», fait savoir le Dg de la radio. Citons pêle-mêle, le projet d’installation de 06 relais afin d’assurer la couverture de tout le territoire national, la finition du siège de la radio, le passage de l’analogie au numérique, la construction d’une école primaire ou d’un centre de santé dans le cadre des activités génératrices de revenus. Et pour que tout ceci prenne corps, le  pasteur Gervais Sossoukpè lance un «vibrant» appel à toutes les bonnes volontés. D’ores et déjà, ses remerciements sont allés à l’endroit de l’Amjr, l’Association des amis de la radio et du Conseil des églises protestantes et évangéliques du Bénin (Cepeb), que dirigent respectivement Armand Zinzindohoué et Nazaire Hounkpadodé. Rappelons que Radio Maranatha est suivie sur la station 103.1. Au plan international, elle est disponible sur le site www.maranathabenin.org.

Cyrience KOUGNANDE

En savoir plus...
S'abonner à ce flux RSS

Application Mobile

app-mobile-android

Abonnement Numérique

abonnement-numerique

Abonnement Papier

abonnement-papier

Inscrivez-vous à notre Newsletter et revevez l'information en continu ! Les dernières nouvelles, les dernières déclarations, l'information où que vous soyez !