TPL_GK_LANG_MOBILE_MENU

MTN BUSINESS BRAND

A+ A A-

Faits Divers

Fête culturelle et identitaire : Wémèxwé suspendue

wemexwe

Les Wémènou ont certainement perdu le sourire. Et pour cause. La célébration de la fête Wémèxwé de cette année a été ajournée. Le Tribunal de première instance de Porto-Novo a prononcé cette décision hier jeudi 12 janvier 2017.Selon nos sources, la coordination de cette fête identitaire connait une dissidence depuis quelques mois. La mésentente est tellement profonde que les membres de la coordination générale ont saisi la justice pour faire interdire aux contestataires l’accès au site retenu pour abriter cette année les festivités. Ce jeudi, compte tenu des risques d’affrontement sur le terrain, la justice a ordonnéla suspension de Wémèxwé 2017 qui a été lancée à Dangbo. A en croire nos sources, la célébration ne peut être organisée tant que les parties en conflit ne trouveront pas un terrain d’entente. Les mêmes sources informent que la Brigade de gendarmerie de Dangbo devrait être saisie ce jour pour appliquer la décision.

Mike MAHOUNA

En savoir plus...

C’est ce matin : Tous à la Haac pour exiger le droit à l’information

medias

Communiqué de presse du Parti pour la Libération du Peuple

Le Parti pour la Libération du Peuple (PLP) exprime son soutien à l’Union des Professionnels des Médias du Bénin (UPMB) pour la décision prise d’organiser un sit-in à la HAAC ce vendredi 13 janvier 2017 dès 7 heures du matin, afin d’exiger la réouverture immédiate des organes de presse injustement fermés.

Cela fait 46 jours, en effet, que Soleil Fm, Sikka Tv, Eden Tv, E-télé, La Béninoise Tv, La Chrétienne Tv et Unafrica Tv ont été réduits au silence.

Atterré par la démarche de la HAAC, le Parti pour la Libération du Peuple (PLP) appelle toutes les forces vives de la nation à se joindre aux professionnels des médias, en vue de protéger la démocratie, la fermeture de ces organes étant une attaque sans précédent lancée par les autorités contre les voix critiques.

Outre l'impact dangereux de l’action de la HAAC sur le pluralisme des médias et la liberté de la presse au Bénin, le ciblage de ces organes est particulièrement préoccupant. Elle apparaît comme une réaction injustifiée visant à cibler explicitement les organes de presse dont l'indépendance vis-à-vis de l’action gouvernementale est avérée.

L’attitude de la HAAC représente donc un véritable danger pour la survie des médias libres au Bénin.

Le Parti pour la Libération du Peuple (PLP) invite la HAAC à mettre fin à sa campagne de censure contre les médias privés qui osent accorder la parole à tous les courants d'expression du pays. La HAAC, institution constitutionnelle, doit respecter ses engagements de protéger et renforcer la liberté de la presse reconnue et garantie par l’Etat tel que prescrit par la Constitution.
 
Fait à Cotonou, le 12 Janvier 2017
 
Le Secrétaire Général, porte-parole
 
Cécil Ahouélété ADJEVI

En savoir plus...

Politique et sport : Théophile Montcho est décédé

theophile-montcho

(Emmanuel Totin Akodjènou aussi décédé)
Le monde de l’athlétisme béninois est en deuil. Théophile Montcho, ancien ministre des Sports et ancien président de la Fédération béninoise d'athlétisme n’est plus. Il a cassé la pipe dans la matinée d’hier, mercredi 11 janvier 2017, à la suite d’un court malaise, a-t-on appris. Plutôt ce lundi 9 janvier 2017, l'ancien trésorier de la Fédération béninoise d'athlétisme, Emmanuel Totin Akodjenou s’est éteint. Paix aux âmes des deux défunts.


La Rédaction

En savoir plus...

Police nationale/Elèves gardiens de la paix : La 28ème promotion célèbre 20 ans de parcours

Akodande-Homma

1996-2016, il y a 20 ans que la 28ème promotion des élèves gardiens de la paix d’alors faisait ses pas à la police nationale. Deux décennies, l’eau a coulé sous le pont. Mais pour la plupart, les fonctionnaires de police de cette promotion sont encore là, au service de la nation. Des commissaires, des Inspecteurs de police, des officiers de paix, des brigadiers chef, et même de magistrat sont sortis de la 28ème promotion. A en croire le commissaire Richard Akodandé Honma, président sortant de l’amicale de ces agents représentant la 28ème promotion, c’est une grâce. Et c’est pourquoi ils entendent « célébrer avec faste » l’évènement,a-t-il confié. Pour ce faire, plusieurs activités sont inscrites au menu de cette fête qui s’étendra du vendredi 13 janvier 2017 à Cotonou, au dimanche 15 janvier à Grand-Popo. En effet, outre la cérémonie d’ouverture  officielle qui aura lieu à l’Ecole nationale des Brigadiers et gardiens de la paix (ancienne école de police) de Cotonou, il y aura une messe à l’Eglise Saint Michel de Cotonou pour remercier le seigneur et prier pour le repos des âmes des disparus de la promotion. Le même exercice c’est-à-dire une prière musulmane est aussi prévue à la Mosquée de la place Bulgarie à Gbégamey.  Suivra une série de communications. Au total quatre communications édifiantes seront animées. La première sur le thème « La prise en charge du policier : cadre légal, approche et pratique de solutions» sera conduite par l’ancien Directeur général de la police nationale, Pierre Claver Godonou. La deuxième qui sera développée par l’ancien commissaire central de Cotonou, Constant Sossou actuellement aux Nations Unies, portera sur le thème « Processus de recrutement aux postes professionnels des Nations Unies et la participation aux opérations de maintien de la paix en tant que UNPOL (policier des Nations Unies). En troisième lieu, il s’agit d’un débat qui sera Co animé par le contrôleur général, Boniface Bossoukpè et le commissaire, Célestin Gbété respectivement Directeur et Censeur quand la 28ème promotion entrait à l’Ecole de police. Le débat portera sur « Comment réussir sa retraite ?». Quant à la dernière communication, elle est une réflexion sur « La prise en charge durable des enfants orphelins de la 28ème promotion ». Elle sera l’œuvre du Juge des mineurs du Tribunal de 1ère instance d’Abomey, lui-même recruté policier de la promotion). Le Juge aura à ses côtés pour la co animation, le commissaire Richard Akodandé Honma qui coiffe la section accidents au commissariat central de Cotonou. Et pour boucler en beauté cet anniversaire, des activités ludiques et sportives sont au rendez-vous. « Il y aura des sketchs, des jeux de belotte, des danses et un match de football », a expliqué le commissaire Akodandé. Il faut souligner que la célébration officielle des 20 années de la 28ème promotion des élèves gardiens de la paix est placée sous le thème : « Quelle police pour le Bénin d’aujourd’hui ?».

J.B

Le commissaire Akodandé, fait l’historique de la 28ème promotion
« Cette promotion fait partie des rares ayant en son sein des magistrats »

Mon commissaire, dites-nous le souvenir que vous avez gardé de cette promotion à laquelle vous appartenez.  

Je voudrais saisir l’occasion et le privilège que vous m’offrez pour présenter à tout le peuple béninois en général, des forces de police en particulier et singulièrement celle de la 28ème promotion, les vœux les meilleurs à l’entame de cette année que je veux rose et arrosée pour les uns et les autres. Quand on parle de la 28ème promotion des élèves gardiens de la paix, on parle simplement de cette promotion qui a été recrutée en 1996 dans le cadre du sommet de la Francophonie que le pays avait organisé en 1995. A l’époque, il avait été demandé à la Police de recruter un certain nombre de fonctionnaires de Police pour assurer la sécurité à l’occasion de ce sommet. Et il avait été recruté une première promotion, notamment la 27èmepromotion en 1995 ; donc en 1996, une seconde promotion, la 28ème est celle-là qui a été recrutée pour seconder la 27ème.  Alors, ces 200 personnes avaient été recrutées le 31 décembre 1996 pour une formation de 9 mois. Une formation militaire de 3 mois, et puis une formation professionnelle pour le reste du temps. Mais pour des contingences administratives, la formation a duré pratiquement un an parce que commencée le 13 janvier 1997, elle s’est achevée le 21 novembre 1997. Durant un peu plus de 11 mois nous avons été soumis à de rudes épreuves, à une formation militaire que je refuse de qualifier parce que dès l’évocation de cette formation, elle nous laisse des souvenirs sombres. En plus, nous avons été soumis à une formation professionnelle sous la houlette des magistrats, des commissaires de police, de fonctionnaires de police outillés qui nous ont appris le métier. Mais étant donné que c’est une fonction jalonnée d’embûches, lorsque vous y restez, contre vents et marrées et vous égrenez 20 fois 12 mois, vous êtes en droit de vous sentir à l’aise. C’est pourquoi, nous ne voulons pas en faire un petit événement.

Lorsqu’on interroge les statistiques, au regard des chiffres que nous avons dans chaque grade aujourd’hui, est-ce que vous vous dites qu’il y a de la bonne graine qui a été recrutée ?

A bon vin, point d’enseigne. Il est très difficile de parler de soi-même. J’ai le sentiment que le processus de recrutement de ma promotion a été un tamis, d’une très belle sélection parce qu’à l’époque déjà, il y avait des maîtrisards, des gens qui étaient nantis de la Licence ; les bacheliers c’est plusieurs dizaines. Les meilleures graines aujourd’hui de la police se trouvent dans cette promotion qui constitue un réservoir de bons fonctionnaires de police. Je ne suis pas en train de dire que les autres promotions n’en disposent pas mais j’estime que la 27ème et la 28ème sont à peu près aujourd’hui la crème, l’intelligentsia de la police. Et, c’est à l’actif de ceux-là qui étaient aux affaires lors de ces recrutements. Vous voyez ces statistiques : 33 commissaires de police, on aurait pu mieux faire s’il n’y avait pas des contingences liées  à l’exercice d’une profession aussi rude que la police. Il y a également ce nombre un peu encourageant d’inspecteurs de police 29, et 59 officiers de paix, ce sont des cadres intermédiaires. C’est vous dire que lorsque les concours seront rouverts, les 62 autres vont rapidement franchir le cap, et donc les chiffres ne mentent pas ; constatez avec moi que j’ai de bonnes raisons de m’extasier. Seulement que ma joie aurait été totale si on n’avait pas enregistré de décès dans nos rangs, s’il n’y a pas eu de démissionnaires. Cerise sur le gâteau, la police contient en son n-promotions.Mais cette promotion fait partie des rares ayant en son sein des magistrats. Donc cela confirme tout ce que je suis en train de vous dire.

Nous au niveau de la 28ème promotion, nous allons jouer notre partition, nous allons contribuer, aux côtés de pairs, à régler la question de la sécurité pour que le Béninois se sente en paix, en quiétudeet tranquille.

Je rebondis sur ce dernier aspect de votre intervention pour vous demander si vous êtes en train de transmettre progressivement le flambeau puisque dans une dizaine d’années vous allez vous éclipser et laisser place à d’autres ?

Vous faites bien d’en parler. Nous avons commencé depuis longtemps à transmettre le flambeau comme vous le dites puisque le processus est un travail de longue haleine, et l’administration policière est consciente de la situation. C’est pourquoi il y a eu plusieurs recrutements pour lesquels les éléments de la 28ème promotion et d’autres promotions s’échinent à former tous les jours. Donc le processus de passage de témoin est bien huilé et ça se passe très bien. Mais ce n’est pas dans dix ans que nous allons partir, puisqu’il y a eu des réformes qui nous permettent d’aller au-delà.

Propos recueillis par J.B

En savoir plus...

15e anniversaire de la Cotchab : Sous le signe de la fraternité et de la solidarité

Cotchab

La salle des fêtes de ‘’Prestige’’ a servi de cadre, dimanche 8 janvier 2017, au 15e anniversaire de la Communauté tchadienne au Bénin (Cotchab). Un moment festif placé sous le thème : «Communauté tchadienne au Bénin : Historique, impact socio-culturel et économique».  
Cela fait 15 ans déjà que le Cotchab a été créé avec des objectifs précis, notamment, l’amélioration des conditions de vie, de séjour, et des rapports sociaux entre ressortissants tchadiens vivants sur le territoire béninois. 15 ans que le Cotchab fait son petit bonhomme de chemin afin de répondre aux attentes de ses compatriotes. Après 15 ans de fraternité, de solidarité, et d’entraide, l’heure est au bilan pour repartir sur de nouveaux auspices. Pour Moussa Ibrahim Brahim, président du Comité d’organisation, ladite commémoration a été rendue possible grâce au sacrifice des membres du bureau de Cotchab, aux personnes ressources, mais surtout à tous les Tchadiens vivants au Bénin. A l’en croire, toutes ces personnes n’ont ménagé aucun effort afin que cette fête soit une réalité. C’est pourquoi, le président du Cotchab Saleh Ahmat Doum a tenu à remercier ses frères ayant pris une part active dans la réussite de l’événement. Sa  célébration a été parrainée par le consul du Tchad au Bénin, représenté par le vice-consul, le doyen d’âge Haroun Doumingéré qui n’a pas manqué de féliciter l’organisation. Notons qu’à cette occasion, une communication a été donnée sur le thème : «Communauté tchadienne au Bénin : Historique, impact socio-culturel et économique» et que plusieurs personnes ont été distinguées.

A.F.S.

En savoir plus...

Deuil à la Chambre nationale des notaires du Bénin : Feu Ganiou Adéchy reçoit des hommages mérités

NOTAIRES

Les notaires ont reconnu les mérites d’un des leurs le vendredi 06 janvier 2016. Les qualités exceptionnelles de feu Ganiou Adéchy ont été célébrées au cours d’une cérémonie chargée d’émotions à la Chambre nationale des notaires du Bénin (Cnnb).

Me Ganiou Adéchy s’est éteint le 27 décembre 2016. Ses anciens confrères et consœurs n’entendent pas l’oublier. Ils lui ont rendu hommages vendredi dernier à leur siège.  «  Il n’était pas seulement un confrère. Il est et demeure le grand frère ; le professeur  qui donne l’amour du travail bien fait. Il est le véritable produit de ses œuvres », a déclaré le président de la Cnnb, Me Pamphile Virgile Agbanrin. Pour lui, l’illustre disparu était un homme de culture. «C’est un homme d’exceptions. Il ne reculait jamais face aux difficultés. Il était le confrère, l’ami sur qui on pouvait compter. Il savait donner sans compter », a-t-il souligné. Septuagénaire, Me Ganiou Adéchy avait encore beaucoup de qualités à partager avec les membres de la Cnnb selon Me Pamphile Virgile Agbanrin. Ancien président de la Cnnb, le talentueux  Ganiou Adéchy était Docteur en Droit. Il s’était formé pour la profession d’avocat avant de s’engager dans le notariat. Il a prêté serment en 1986. Pour ses confrères et consœurs, le « grand-frère » disparu trop tôt « restera longtemps dans les cœurs ». Me Pamphile Virgile Agbanrin promettra que la Cnnb veillera sur la famille de «l’aîné». Pour sa part,  le Vice-président de l’Union  internationale du notariat (Uinl) pour l’Afrique, Me Mouhamed Tchassona Traoré montrera que  Ganiou Adéchy était véridique et tenace. « C’est un généreux né… Il est riche par l’expérience qu’il a eue, son altruisme et son sens de partage. C’est un humaniste », a-t-il souligné. Il a convié les membres de la Cnnb à travailler à raffermir leurs rapports pour rendre davantage hommage à l’ancien Conseiller de l’Uinl. Ce vendredi,  Kassirath Adéchy, la représentante de la famille éplorée remerciera la Cnnb pour ses témoignages édifiants. Elle a déclaré compter sur ses membres  pour assurer la relève de Me Ganiou Adéchi. A la suite des hommages,les notaires se sont, pour finir, prosternés devant la toge, le criterium et le Code civil (le bréviaire du Notaire) qu’utilisait leur défunt confrère.

En savoir plus...

Assemblée nationale : Houngbédji honore la mémoire de Thobias Gnansounou

adrien-houngbedji

Pour la première fois en cette nouvelle année, les députés de cette 7ème législature se sont retrouvés en plénière afin d'écouter le gouvernement sur certaines questions posées par ces députés. C’est au début de cette plénière que le président de l'Assemblée nationale Adrien Houngbédji a fait observer la minute de silence en la mémoire du journaliste, directeur de publication du journal l'Iroko Thobias Rufino Gnansounou décédé le 3 janvier 2017 au CNHU des suites d'une courte maladie. L’enterrement aura lieu le samedi 14 janvier à Adjarra.

Kola Paqui

En savoir plus...

Can Gabon 2017 : Le décodeur Canal+ à 5000FCFA

adrien-bourreau

Le groupe Canal+ est au cœur de la plus grande fête du football africain. La Can Gabon 2017 s’ouvre du 14 janvier au 05 février 2017, et pour permettre au plus grand nombre de suivre tous les 32 matchs de cette prestigieuse compétition, Canal+ casse ses prix. A compter de ce jour vendredi 06 au samedi 21 janvier 2017, le décodeur Canal+ est à 5000FCFA avec la formule Evasion+ et la parabole est offerte. L’annonce de cette offre exceptionnelle a été faite hier par le Directeur général Adrien Bourreau au siège de Canal+ Bénin.

De 10 000FCFA lors des fêtes de fin d’année, le décodeur Canal+ passe désormais à 5000FCFA. Cette offre inédite est une réponse à la crise économique que traversent de milliers de foyers béninois suite à la situation au Nigeria. Canal+, dans sa vision de rendre ses produits accessibles  à tous les ménages, saisit l’occasion de la Coupe d’Afrique des nations (Can Gabon 2017) pour rassembler les Béninois autour du sport roi. La promotion qui démarre ce jour et qui va durer deux semaines est une occasion inespérée pour ceux qui n’ont pas encore le décodeur Canal+ de se l’offrir à un prix cadeau. Avec 5000FCFA et un abonnement d’un mois de 18000FCFA, ils pourront suivre en exclusivité sur les chaînes Canal+ sport1 et Canal+ sport2 tous les 32 matchs de la Can Gabon 2017 dont le coup d’envoi est prévu pour le 14 janvier prochain. Ceci grâce à un accord signé avec la Confédération africaine de football (Caf) et qui donne droit à Canal+ de diffuser sur une période de 7 ans les plus grandes compétitions africaines de Football. La Can Gabon 2017 est donc la 1ère d’une longue série et Canal+ a voulu en faire le plus grand événement de ce début d’année.

Canal+ au cœur de la Can

Au-delà des matchs qui seront entièrement diffusés et rediffusés, Canal+ a concocté tout un programme autour de la Can. Deux émissions seront animées par des experts et les meilleurs journalistes et consultants. La 1ère, ‘’En route pour la Can 2017’’, permettra aux journalistes reporters d’être au cœur du quotidien de chaque groupe (préparation physique, entrainement, matchs…) dans les 4 villes du Gabon où se déroule la compétition. La seconde émission, ‘’Soir de Can’’, qui sera présentée par Robert Brazza et Vincent Radureau, va décrypter les enjeux et les faits marquants de chaque journée. Canal+ a aussi prévu des jeux. Une sélection des meilleurs jongles avec le cuir rond, qui seront postés sur la page Facebook de Canal+ Afrique, sera faite et le gagnant ira au Gabon suivre la Finale tout frais payé. De même des jeux pronostics permettront aux férus de football de gagner des postes téléviseurs et un abonnement complet d’un an.

Mais Canal+, ce n’est pas que le football. Le groupe produit également des programmes dédiés à ses abonnés du continent tels que +d’Afrique, Réussite, Talents d’Afrique sans oublier les séries sur les chaînes Nollywood Tv, Novelas Tv, Gospel Music Tv, etc. Toute la famille trouve son compte dans les programmes de Canal+ et avec le décodeur à 5000FCFA, c’est le moment ou jamais pour tous les ménages de s’abonner à Canal+.

En savoir plus...

Secteur des transports : Des responsables syndicaux écoutés par la Bef hier

corruption

La Brigade économique et financière (Bef) a interpellé des responsables syndicaux du secteur des transports hier mercredi 04 janvier 2017. Selon nos sources, plusieurs personnes ont été écoutées suite à une plainte déposée par un acteur du même milieu. Elles ont été entendues par rapport à la gestion d’une forte somme d’argent. Le président de la Confédération des centrales et entreprises de transport des marchandises et des produits de carrière du Bénin (Cocétrac) et le Chef du Patronat des entreprises de transport au Bénin (Petrans-Bénin) seraient parmi les responsables syndicaux arrêtés à en croire nos sources. Hier, joints au téléphone les responsables de la Bef n’ont donné aucune information sur cette nouvelle affaire. Mais nos sources affirment que c’est un « gros dossier » qui pourrait faire tomber plusieurs  têtes dans le milieu des transports.

Mike MAHOUNA

En savoir plus...

Affaire Sobemap : Le dossier de l’ex Dg Kouton renvoyé en instruction

antoine-kouthon

Le juge de la 1ère chambre correctionnelle des audiences des fragrants délits du Tribunal de première instance de Cotonou a ordonné ce mardi, le renvoi devant le juge d’instruction du dossier de détournement de deniers publics impliquant l’ex-directeur général de la Société béninoise de manutention portuaire (Sobemap), Antoine Kouton et compagnies, se déclarant ainsi incompétent pour connaître du dossier.

Délibérant en audience publique dans la salle G du Tribunal de première instance de Cotonou, le juge correctionnel en tant que juge de premier degré s’est déclaré incompétent soulignant que les faits de détournement de 398 millions de francs CFA et d’abus sociaux reprochés aux prévenus sont de nature criminelle au regard de la classification tripartite des infractions.

Le juge renvoie de ce fait devant le juge d’instruction cette affaire qui porte sur un montant de 398 millions de francs CFA dans laquelle est citée la société AFC d’un certain Eric Hounguè en contrat avec la société de manutention depuis 2009.

Les nouvelles autorités de la direction générale de la Sobemap souhaitent quant à elles, qu’on clarifie cette situation puisque des documents auraient prouvé que les fonds ont été effectivement décaissés à l’endroit de l’AFC, mais à la surprise générale, une saisie attribution leur a été adressée aux fins de payer le même montant à Financial SA ayant le même promoteur que la société AFC.

Source ABP

En savoir plus...
S'abonner à ce flux RSS

Application Mobile

app-mobile-android

Abonnement Numérique

abonnement-numerique

Abonnement Papier

abonnement-papier

Inscrivez-vous à notre Newsletter et revevez l'information en continu ! Les dernières nouvelles, les dernières déclarations, l'information où que vous soyez !