TPL_GK_LANG_MOBILE_MENU

MTN COUVERTURE 4G BILLBOARD 970x250-px-01

A+ A A-

Faits Divers

La Sobebra à l’honneur : « La Béninoise », médaillée d’or à l’international

la-beninoise-a-lhonneur

Bonne nouvelle pour les consommateurs, dégustateurs de « La Béninoise », la bière nationale. Ils peuvent être d’autant plus rassurés. Leur bière préférée vient d’être mondialement distinguée. L’annonce a été faite à la faveur d’une conférence de presse, hier jeudi 13 avril 2017, à la Direction générale de la Sobebra à Cotonou.

« La Béninoise » certifiée Médaille d’or 2017, parmi plus d’une centaine de bières au monde en compétition est une marque de reconnaissance mais en même temps « une énorme fierté » pour l’équipe de la Sobebra, selon son Directeur général adjoint, Sébastien Yves-Ménager.  Pour en arriver là, ce n’est pas le fruit d’un hasard. C’’est plutôt le couronnement du travail méticuleux qui se fait au quotidien, pour une amélioration de la qualité de cette bière et des autres produits en général. Les vrais consommateurs de « La Béninoise » auraient d’ailleurs remarqué que depuis quelques mois, la Société béninoise des brasseries s’est investie dans le relooking de la bière nationale. Une bière désormais rajeunie, avec beaucoup de soins, de la sélection des matières premières entrant dans sa préparation jusqu’à l’embouteillage. Et si la qualité internationale de « La Béninoise » a été glorifiée par ce label unique décroché, c’est aussi grâce à la clientèle. Au cours de la conférence de presse, le Directeur général adjoint n’a pas manqué de rendre hommage à cette dernière. Ensuite, un nouvel engagement pour rassurer davantage : « (…) une reconnaissance qui ne changera pas notre volonté de mieux faire pour une amélioration constante de nos produits », a confié M. Yves-Ménager qui a martelé que «  innovation, formation du personnel et contrôle de la qualité » seront toujours au cœur des actions.

La Médaille d’or par Monde Sélection

Ce sont les jurys de Monde Sélection à Bruxelles qui décernent les distinctions. Elles vont du label qualité Bronze au Grand or en passant par l’Argent et l’Or. Monde Sélection, ce sont 70 experts internationaux qui dégustent, testent et octroient les certificats. Depuis 1961, le collège d’experts indépendants de l’Institut, travaille dans une approche scientifique et légale. En fonction du type ou des caractéristiques de chaque produit alimentaire ou boisson, les experts effectuent les évaluations ou analyses suivantes : analyses sensorielles par des professionnels expérimentés, analyses chimiques et bactériologiques par des laboratoires certifiés. Les résultats des laboratoires sont confrontés à l’étiquette du produit. Ainsi, on tient compte de deux aspects : les qualités intrinsèques et la communication avec le consommateur qui est également très importante.

Visite des installations

Au terme de la conférence de presse, les professionnels des médias ont eu droit à une visite guidée dans l’usine Sobebra à Cotonou. Occasion pour eux de constater de visu tout le processus de fabrication des produits de la marque.

la-beninoise-a-lhonneur2

En savoir plus...

Ministère du cadre de vie : José Tonato reçoit officiellement les photographies aériennes

jose-tonato

Le ministre du Cadre de vie et du développement durable,  José Tonato, a reçu mardi 11 avril 2017, dans la salle de conférence du Ministère, 15 500 photos aériennes du territoire national réalisées dans le cadre du Projet pour la cartographie de base numérique. Ces photographies aériennes entrent dans la planification spatiale du développement et les prises de décisions pour une meilleure gestion des investissements de développement. Hier,  José Tonato a reçu les photos des mains de  Josep Coll, chef délégation de l’Union européenne (Ue) au Bénin et Siaka Coulibaly, coordonnateur résident du système des Nations-Unies et représentant résident du Programme des Nations-Unies pour le développement (Pnud) au Bénin.

La cartographie topographique du Bénin est devenue vétuste et date de l’époque coloniale. Souligne d’entrée José Tonato.Avec une population en forte croissance répartie sur le territoire national et inégalement desservie en services sociaux de base, et une urbanisation extensive incontrôlée, le renouvellement de la cartographie de base du Bénin pour une meilleure planification spatiale du développement est devenu une nécessité. Et, c’est pour répondre à ce défi, que le Projet d’appui à la préservation et au développement des forêts galeries et production de cartographie de base numérique (Papdfgc) a été mis en place en novembre 2013. Ceci, avec l’appui de l’Ue et du Pnud. Ces photographies aériennes à entendre le ministre du cadre de vie, permettront d’alimenter une base de données géographiques  actualisées, un modèle numérique de terrain pour l’ensemble du pays, des ortho photos, la cartographie topographique au 1/50 000è et 1/200 000è, un géo portail pour la diffusion au grand public, etc. Par cet acte, le Bénin se veutle premier pays à renouveler sa carte et devra travailler à entretenir le joyau.L’appel ne tardera d’ailleurs pas. «Je voudrais vous exhorter à la mise en place d’un dispositif de conservation, de sécurisation, d’actualisation, et de sauvegarde pour une utilisation optimale et durable des photos aériennes», a souhaité  Siaka Coulibaly. «Je prends personnellement l’engagement de veiller à ce que ce projet ne soit pas dévié de ses objectifs initiaux et contribue effectivement à l’atteinte des grands défis que notre pays s’attache à relever», va rassurer le ministre du cadre de vie.Rappelons que le Papdfgc est réalisé à un coût global de 5,2 milliards de F Cfa et est entièrement financé par les Ptf.

CK

En savoir plus...

Canal + entre accessibilité et proximité : Le décodeur passe à 10 000F, Sègbèya ouvre sa boutique

Canal-plus

Canal + étend ses tentacules. Et, ce sont les populations de Sègbèya (Akpakpa/Cotonou) qui sont honorées. Hier lundi 10 avril 2017, elles ont assisté à l’ouverture de leur boutique Canal+, installée en face de l’ancienne pharmacie Sègbèya. L’inauguration a été faite par Adrien Bourreau, Directeur général de Canal+ Bénin. Ceci, en présence des autorités du quartier. Cerise sur le gâteau, Canal+ baisse définitivement le prix de son décodeur pour se maintenir à un prix permanent de  10.000 F Cfa à partir de la formule Evasion +.

Finies les tracasseries. Plus de longues distances  pour s’abonner ou se réabonner au bouquet Canal+. Avec Canal+ store d’Akpakpa «une première au Bénin», les populations de  Sègbèya peuvent se frotter les mains. «Cette nouvelle boutique qui est la première au Bénin, offre un nouveau concept qu’est le marchandising», confie d’entrée, Adrien Bourreau. Ce concept, explique-t-il, consiste à agencer et à aménager l’espace de vente afin de satisfaire davantage le client. «Cette boutique a  une table d’expérimentation pour faire essayer et découvrir les produits de Canal+ aux clients. Avec un Smartphone ou une tablette, ils pourront essayer notre service My Canal qui leur permet de  suivre la télévision en direct ou de regarder en différer leurs émissions. Cette boutique présente aussi les passions sur les écrans fixés sur trois panneaux de différentes couleurs pour présenter les séries, le cinéma et le sport. C’est une nouvelle manière de présenter le bouquet Canal+ à nos abonnés. C’est une vraie innovation que nous présentons à nos abonnés», s’en est-il réjoui. Tout en invitant alors la population de  Sègbèya à venir découvrir le joyau, Adrien Bourreau a profité de l’occasion pour annoncer la baisse du prix du décodeur.

Le décodeur Canal+ définitivement à 10.000 F Cfa

«Canal+ fait fort et baisse définitivement le prix de son décodeur pour se maintenir à un prix permanent de 10.000 F Cfa à partir de la formule Evasion+», a lâché le Dg de Canal+ Bénin. Ce nouveau prix, précise-t-il, répond aux attentes des abonnés. «C’est donc un véritable coup d’accélérateur que Canal+ donne à son processus de démocratisation des prix en Afrique en facilitant l’accès à des milliers de prospects à l’univers Canal+», va-t-il conclure. Incontestablement, quand accessibilité et proximité s’unissent, il n’y a donc plus de raisons pour se priver du bouquet et donc des belles images de Canal+.

En savoir plus...

Visite des unités des forces de l’ordre : Le Général Amoussou à Porto-Novo et à Gbada

General-Amoussou

Le Chef d’état-major Général des armées, le Général de brigade Laurent Amoussou, dans le cadre d’une tournée entreprise depuis quelques jours afin de prendre contact et de s’imprégner des réalités que vivent ses hommes en uniforme à la base, a été l’hôte de la Direction générale de la Gendarmerie nationale (DGGN) à Porto-Novo et le Camp de Gbada dans la commune Dangbo ce vendredi 7 Avril 2017.

Le but visé par l’organisation de cette descente à l’école de la gendarmerie, à la direction de la gendarmerie nationale et au camp de Gbada est de mettre en confiance les agents par l’amélioration de leur condition de vie et de travail. Ainsi, à l’école de la gendarmerie nationale à Porto-Novo et au camp de Gbada, le Général de brigade Laurent Amoussou a échangé avec les hommes en uniforme. Il s’est agi pour lui de s’imprégner de la réalité que vivent ces agents. Guidé par la volonté affichée de s’enquérir des difficultés que rencontrent les éléments de la Gendarmerie et les hommes de l’armée de terre du camp militaires de Gbada, le chef d’état-major général a d’abord visité compartiment par compartiment les garnisons. Il est allé même jusqu’à contrôler le menu du jour et le repas sur le feu dans la cuisine au niveau de l’école de la gendarmerie. Pour le Général de brigade Amoussou, dans le Nord et au centre, il est constaté que le moral du personnel est très haut. Ce dernier exécute très bien ses missions avec beaucoup de difficultés mais il garde espoir parce qu’il sait que le Haut commandement de l’armée lutte pour l’amélioration de leurs conditions de vie et de travail. « Au niveau de la gendarmerie et de la police, il n’est un secret pour personne que dans le cadre de la sécurité intérieure, la gendarmerie et la police ont bénéficié d’un budget additionnel, c’est-à-dire au-delà du budget de l’Etat 2017, le gouvernement a trouvé une provision importante pour pouvoir les accompagner dans la nouvelle vision de mieux sécuriser les populations. C’est pour cela que vous devez constater que depuis plus de six mois, il n’y a pas de grands braquages, il n’y a pratiquement plus de braquages. C’est vrai, on n’a pas dire qu’il n’y a plus d’insécurité, mais l’insécurité à haute dose est réduite par la Gendarmerie et la Police qui se consacrent à la sécurité de proximité, les patrouilles pour mieux nous sécuriser », a-t-il ajouté. Bien qu’il soit animé d’un sentiment de satisfaction par rapport à ce qui est constaté sur le terrain, le Général Laurent Amoussou reconnait qu’il reste beaucoup à faire même s’il faut encourager ce qui se fait déjà sur le terrain. « J’encourage le personnel à continuer et de mon côté, nous allons nous battre en tant que leur chef pour qu’ils aient plus de moyens pour continuer d’exécuter au mieux les missions qui leurs sont assignées par la Haute Autorité », a conclu le Chef d’état-major général de l’armée béninoise, le Général de brigade Laurent Amoussou.

Il est à noter que pour la circonstance toute la hiérarchie militaire béninioise était en déplacement. On pouvait noter le colonel Montant Kérékou, le colonel Fructeux Gbaguidi, le colonel Emile Elomon, le Directeur de la Gendarmerie nationale le colonel Antoine Dansou et autres   

Kola Paqui

En savoir plus...

Jif 2017 : Dona Atimbada réunit les femmes autour de la gastronomie

celebration

Le 8 mars, jour de la commémoration de la Journée internationale de la femme (Jif), est certes passé mais, les festivités continuent. Samedi 1er avril 2017 à la salle de Conférence du Palais des sports de Cotonou, les femmes étaient réunies autour de la gastronomie. Un événement simple mais ‘’significatif’’ pour elles. Le thème retenu et qui a fait objet d’une communication serait d’une importance capitale pour les femmes. Aux dires de la communicatrice, la femme à une responsabilité qui est celle de bien nourrir sa famille. Elle va inviter ces femmes à se former ou se faire recycler en restauration. Ceci, afin de savoir ce qu’elles doivent préparer à leurs familles. Heureuse de la tenue de la célébration, Dona Atimbada, Directrice des opérations du Dan Rollner Holding, a affirmé que l’objectif était de collecter des fonds pour des œuvres sociales. Précisons que l’événement a connu le soutien de Grant’s.Les invités ont eu droit à un défilé de mode et à la dégustation de quelques mets et du whisky Grant’s.        

A.F.S.

En savoir plus...

Crime crapuleux à Porto-Novo : Un client charcute un « zemidjan »

faits-divers

Hier jeudi 06 avril 2017 en début d’après-midi, la nouvelle de la mort d’un conducteur de taxi moto communément appelé « zemidjan » tué par un étranger, a fait le tour de la ville.

Selon les témoins du crime, le meurtrier, originaire d'un pays frontalier du Bénin, n’a eu la vie sauve que grâce à l’intervention des forces de l’ordre. Les mêmes sources indiquent que ce sont les cris du conducteur de taxi moto qui ont alerté la population. La victime gisait dans le sang au 2e étage de l’immeuble de son client circonstanciel, au quartier voie 40. A première vue, racontent les témoins, « la victime a reçu plusieurs coups de machette et a été poignardé à divers endroits de son corps. Récupéré par la population puis transporté à la clinique, le conducteur de taxi gravement blessé a succombé. Son bourreau, lui,  a tenté de s’enfuir en sautant du 2è étage mais n’a pas pu puisqu’il a eu un pied cassé à l’issue de son saut. La population, très furieuse, a voulu se rendre justice. Elle ira donc dénicher le meurtrier dans sa nouvelle cachette qui n’est rien d’autre qu’une porcherie d’une cour riveraine ». Pour le moment, il est difficile de dire ce qui a opposé la victime à son client. Seulement, les deux ont partagé quelques bouteilles de bière dans la chambre du meurtrier avant le crime odieux, selon la population. Les forces de l’ordre sont à pied d’œuvre pour la manifestation de la vérité.

Kola Paqui

En savoir plus...

Abomey : Un voleur de fil électrique meurt électrocuté

poteau-electrique

Un jeune homme âgé de trente ans environ, présumé voleur de câble électrique a été retrouvé mort mardi matin au pied d’un poteau de la SBEE, brûlé en partie du fait des décharges électriques au bord d’une voie, dans le quartier Hounli-Vèkpa dans la commune d’Abomey, a constaté le correspondant de l’ABP.

Le chef du quartier de Hounli-Vèkpa, Cyprien Damata, a dit que le nommé Nazaire aurait déjà réussi à sectionner le câble dans un boîtier sous terre, et était monté sur le poteau pour en sectionner le cordon supérieure quand il a été foudroyé.

Des traces de fils accidentellement coupés sont visibles, de même que le matériel qui a servi au vol, retrouvé sur place sur les installations de la Société béninoise d’énergie électrique (SBEE) dans la localité.

Le médecin légiste responsabilisé, a confirmé le fait que le jeune est mort par électrocution.

Les forces de sécurité ont pris le contrôle de la situation dans la matinée.

abp.info

En savoir plus...

Cour d’assisses : Le dossier de Gilbert Honvou et consorts renvoyé à une session ultérieure pour défaut de pièce

justice

La Cour d’assises de Cotonou a renvoyé lundi à une session ultérieure, le dossier de Gilbert Honvou et consorts, septième dossier inscrit au rôle de ladite session pour absence de la pièce d’enquête de moralité.

Présents à la barre et accusés d’association de malfaiteurs, vol à mains armées, les sieurs Gilbert Honvou, Atèmènou Adrien Sognigbé, Félix Mikinhouessé et Yessoufou Mitchidigni, n’ont pu être fixés sur leur sort pour défaut de la pièce « enquête de moralité », objet de long débat entre le ministère public et les avocats des accusés détenus depuis le 30 mai 2008 pour association de malfaiteurs et vol à mains armées.

Mes Gildas Hervé Soukpon, Ibrahim Salami, Gilbert Y. Houédan et Mousbaye Padonou-Aminou, avocats de la défense ont allégué que ladite pièce est nécessaire pour pouvoir apprécier et juger les accusés.

Fondant son raisonnement sur les termes de l’article 87 du code de procédure pénale, la défense ne varie pas dans sa position et soutient que le juge d’instruction devrait joindre cette pièce au dossier.

A défaut, démontrent les avocats de la défense, le dossier doit faire objet de renvoi à une session ultérieure.

Niet ! rétorque le ministère public représenté par Raymond Godémè qui affirme que la pièce sur l’enquête de moralité ne fonde pas la culpabilité des accusés.

Mettant fin au débat, la cour dans sa délibération a renvoyé le dossier à une session ultérieure pour complément de cette pièce.

Pour rappel, les accusés qui auraient courant année 2008, formé une bande pour commettre des vols à mains armées dans la localité d’Abomey-Calavi, se seraient rendus le 18 février 2008 aux environs de 03 heures du matin, à Womey Plateau, au domicile de Claude Kakpo et auraient emporté sa motocyclette Pablo, et des numéraires.

Dans la nuit du 19 au 20 février 2008, le domicile de Prudence Gbèkonnou à Godomey-Salamey aurait été également cambriolé par les susnommés qui auraient emporté des bijoux, des habits et des numéraires.

Le même groupe se serait dans la nuit du 12 au 13 février 2008 rendu chez Ignace Sossaminou et le 09 au 10 avril 2008 chez le tontinier Thomas Djomatin. Interpellés et inculpés d’association de malfaiteurs et vol à mains armées, Gilbert Honvou, Atèmènou Adrien Sognigbé, Félix Mikinhouessé et Yessoufou Mitchidigni, ont reconnu les faits à l’enquête préliminaire avant de les nier devant le juge d’instruction.

Les casiers judiciaires de Gilbert Honvou et de Félix Mikinhouessé ne portent mention d’aucune condamnation antérieure. Les enquêtes de moralité ne sont pas au dossier. Le rapport de l’examen psychologique et psychiatrique conclut que Gilbert Honvou et Félix Mikinhouessè, jouissent de toutes leurs facultés mentales au moment des faits.

La Cour a été présidée par Marie Soudé Godonou. Les assesseurs sont Mrs Perpétus Djèhoué et Paul Fagnidé et Me Edouard Zavonon a tenu la plume.

abp.info

En savoir plus...

Brigade de recherche de Porto-Novo : Le CB Bertille Gbaguidi porte ses galons d'adjudant-chef

Bertille-Gbaguidi

Promue au grade d'adjudant-chef, le commandant de la brigade de recherche de Porto-Novo, Bertille Gbaguidi, a porté ses galons hier lundi 03 avril 2017 à la Compagnie de Porto-Novo. C’est le commandant du Groupement mobile, le commandant Lucien Bonou qui a conduit de mains de maître cette cérémonie, en présence d'autres gradés et des sous officiers de la Gendarmerie nationale. Tout a commencé par la lecture de la décision qui autorise le port de galon. Ensuite, l’assistance a eu droit à la présentation de l’heureuse du jour à qui le commandant  Lucien Bonou a porté  ses nouveaux galons  d’adjudant chef. Dans son intervention, le capitaine Kérékou, commandant de compagnie de Porto-Novo a félicité le CB Bertille Gbaguidi pour  son endurance au travail.  Il sera soutenu par le  commandant Lucien Bonou qui a rappelé les qualités de l’heureuse du jour. «…Elle a été identifiée par ses chefs pour son comportement et l’observance de la discipline. Je voudrais tout juste lui souhaiter d’aller de l’avant parce que ce n’est pas fini. Je voudrais vous féliciter car vous êtes une femme combattante… », a-t-il déclaré. Pour sa part, l’adjudant chef Bertille Gbaguidi a remercié le Seigneur et ses supérieurs hiérarchiques qui ont vu en elle des compétences et des mérites; toutes choses qui lui permettent de porter ces galons ce mois d’avril.

Kola PAQUI

En savoir plus...

Lutte contre la criminalité faunique : 4 présumés trafiquants arrêtés à Parakou

ivoires

Des trafiquants sont tombés le mardi 28 mars 2017 dans les mailles des forestiers, des éléments de la brigade anti criminelle et ceux du commissariat de Banikanni dans la ville de Parakou. Les 4 présumés trafiquants appartiennent selon nos informations à un réseau de criminels qui par le passé a abattu deux éléphants, une espèce intégralement protégée par la loi n°2002-16 du 18 octobre 2004 portant régime de la faune en République du Bénin. A leur arrestation, ils avaient sur eux quatre pointes (défenses d’éléphants), qu’ils voulaient échanger contre de l’argent. Les forces de sécurité publique ont fait irruption sur les lieux et ont mis la main sur eux, grâce à l’appui technique du Programme d’appui à l’application des lois sur la faune et la flore au Bénin (Aalf-Bénin). On compte un éléphanteau parmi les deux espèces abattues et provenant des parcs nationaux. Les enquêtes sont en cours pour plus de précisions sur l’origine de ces quatre pointes d’ivoire. Les présumés trafiquants sont aux mains des forces de sécurité publique pour la suite de la procédure.     

Si la responsabilité de ces présumés trafiquants est établie, ils pourraient être punis d’une amende de 100.000 à 800.000F Cfa et / ou un emprisonnement de 3 mois à cinq ans, selon les articles 153 et 154 de la loi n°2002-16 du 18 octobre 2004 portant régime de la faune en République du Bénin. C’est bien la sanction prévue  pour être infligée à ceux qui font circuler des trophées ou des dépouilles sans certificat d’origine ; et ceux qui importent, exportent, réexportent ou commercialisent des animaux sauvages ou leurs trophées et dépouilles en dehors des cas permis. L’article 166 stipule que les complices sont punis comme les auteurs principaux et condamnés solidairement aux amendes, frais dommages-intérêts et restitutions. Le gouvernement étant très engagé dans cette lutte, il urge que les dispositions soient prises avec le ministère du cadre de Vie pour le suivi de la procédure afin que les textes soient appliqués.

Les derniers échos de nos parcs montrent que les braconniers sont vraiment décidés à décimer nos ressources naturelles. Il est alors nécessaire que la bataille contre la criminalité faunique soit renforcée.

M.M

En savoir plus...
S'abonner à ce flux RSS

Application Mobile

app-mobile-android

Abonnement Numérique

abonnement-numerique

Abonnement Papier

abonnement-papier

Inscrivez-vous à notre Newsletter et revevez l'information en continu ! Les dernières nouvelles, les dernières déclarations, l'information où que vous soyez !