TPL_GK_LANG_MOBILE_MENU

Banniere web 728x90px-01

Faits Divers

Supposée augmentation du prix de vente de la bière Béninoise : La Sobebra apporte un démenti ferme

beninoise

Trois responsables de la Société béninoise de brasseries (Sobebra) étaient face à la presse mardi 13 janvier 2015. La raison fondamentale de leur sortie médiatique est d’apporter un démenti formel aux rumeurs de plus en plus persistantes dans le pays, et qui font état de ce que la Sobebra aurait procédé à une augmentation des prix de ses produits en janvier 2015.

En fait les rumeurs qui ont cours ont engendré une inflation sur les prix de vente des produits de la Sobebra dans les points de vente de détails. Ainsi, la Béninoise 65cl (le grand format) se vend à 700 FCfa contre 550 FCfa en décembre 2014. « A aucun moment, la Sobebra n’a procédé à une augmentation des prix de ses produits », a martelé d’entrée, le Directeur commercial, Abdramane Timité qui avait à ses côtés la Directrice des ressources humaines, Yolande Zossoungbo et le Directeur des relations extérieures, Rodolphe Adanzounon. Dans leur logique de restitution de la vérité des prix, les conférenciers ont précisé que « le prix conseillé par la Sobebra pour ce produit (la bière) est de 600 FCfa ».  Selon les explications du Directeur commercial, « la sobebra a une politique de prix de vente aux distributeurs agréés qui est uniforme sur toute l’étendue du territoire. C’est la raison pour laquelle elle prend en charge, depuis des années, le transport et la livraison de ses produits au seuil des magasins de ses distributeurs agréés où qu’ils se trouvent sur le territoire national. ».  Cette politique, bien que coûteuse, a-t-il dit, participe de la volonté de tenir compte du pouvoir d’achat de tous les Béninois. Il est donc clair que ce n’est pas sur un coup de tête que l’entreprise citoyenne fixe les prix de livraison de ses boissons. Pour finir, le trio conférencier a rassuré de l’attachement de la Société de brasserie à la paix sociale. C’est pourquoi d’ailleurs elle privilégie l’écoute du client ou du consommateur tout en lui offrant des produits de grande qualité. Les responsables de la Sobebra se sont insurgés contre cette campagne de spéculation et de sabotage de la société. Ils en appellent à la vigilance des consommateurs. La Sobebra, faut-il le rappeler, c’est l’un des plus grands contributeurs au Budget national. Elle emploie près de 600 personnes avec plus de 200 000 emplois indirects et plus de 300 Pme autour de son activité.

prix-sobebra

En savoir plus...

Au sujet des problèmes non résolus de la presse au Bénin : L’Upmb invite Yayi à ses responsabilités

yayi-boni

Au lendemain de la marche de Paris sur l’attentat terroriste contre Charlie Hebdo, le président de l’Union des professionnels des médias du Bénin (Upmb) est monté au créneau. En effet, Franck Kpochémè dans sa déclaration a salué la participation du chef de l’Etat béninois, Yayi Boni à cette marche pour la liberté de la presse. Par ailleurs, il a tenu à attirer son attention sur les nombreux problèmes non solutionnés de la presse au Bénin. « En effet, il nous est constamment revenu de constater avec effroi que notre président de la République n’en fait pas suffisamment pour assurer à ses compatriotes exerçant la profession de journalisme, cette liberté de la presse qu’il est allé réclamer et défendre à Paris pour faire plaisir, dit-il souvent, à son ami François Hollande», a déclaré le président de l’Upmb avant de lister les problèmes auxquels est confrontée la presse béninoise. Lisez plutôt.

go here Mesdames et Messieurs
http://bti-defence.com/language/en/tag/aerospace/ Chères consœurs et confrères,

Comme l’exige la tradition, je voudrais commencer mon propos par nous souhaiter les meilleurs vœux de bonne et heureuse année 2015 à tous les professionnels des médias du Bénin. Que Dieu le Tout-puissant, ainsi que les mânes de nos ancêtres nous aident à concrétiser nos rêves tout au long de la nouvelle année.

go Chères consœurs et confrères,

Je voudrais aussi vous remercier pour avoir répondu à mon appel. J’ai dû recourir à vous, pour la première fois depuis la capitale historique d’Abomey, actualité oblige.
D’entrée, acceptons d’observer une minute de silence en la mémoire de ces 17 victimes fauchées durant ces trois jours douloureux aussi bien pour la France que pour le monde entier sans oublier nos sœurs et frères qui tombent, presque chaque jour, sous les bombes assassines du groupe terroriste Boko Haram au Nigéria . Nous ne le répéterons jamais assez. Nous sommes tous Charlie.

C’est pourquoi nous condamnons avec la dernière rigueur cet acte barbare, cette entrave à la liberté de la presse perpétrée à Paris, le mercredi 07 janvier dernier. Nous avons déjà, à la faveur d’une déclaration conjointe UPMB-CNPA-Bénin, vendredi dernier, condamné cette atteinte inédite à la liberté de la presse. C’est à croire que nous sommes à une autre époque révolue. Surtout lorsque cela se passe dans un pays comme la France, Etat de droit par référence. Comme un seul homme, toute l’humanité doit se lever pour contrer la nouvelle dimension que les chantres du terrorisme donnent à leur honteuse lutte. Aussi, devons-nous remercier tous ceux-là qui, d’une manière ou d’une autre, ont soutenu la presse mondiale dans cette épreuve aussi douloureuse. Une mention bien spéciale à la quarantaine de Chefs d’État qui, aux côtés de leur homologue français, ont marché à Paris, le dimanche 11 janvier 2015 contre le terrorisme et par ricochet, contre cette grave atteinte à la liberté de la presse.

http://www.topcanon.fr/figase/opie/1336 Chères consœurs, Chers confrères,

Parmi cette quarantaine de chefs d’Etat et ces milliers de marcheurs de Paris, il y avait notre chef d’État, le président béninois Boni YAYI. En soi, sa participation à cette marche n’est pas une mauvaise chose. Car, l’UPMB encourage toutes les actions visant à assurer la liberté de la presse sous toutes ses formes. Seulement, à notre entendement, il se pose quelques problèmes en ce qui concerne le président Boni YAYI et la presse nationale. En effet, il nous est constamment revenu de constater avec effroi que notre président de la République n’en fait pas suffisamment pour assurer à ses compatriotes exerçant la profession de journalisme, cette liberté de la presse qu’il est allé réclamer et défendre à Paris pour faire plaisir, dit-il souvent, à son ami François Hollande. Quelques morceaux choisis pour illustrer notre amertume déjà trop contenue :
1- Les journalistes béninois n’ont jamais reçu autant d’assignations de la part d’un chef de l’Etat comme c’est le cas sous président Boni Yayi depuis son avènement en 2006 ;
2- La fermeture de certains organes de presse sous le régime du président Boni Yayi;
3- L’épée de Damoclès qui plane en permanence sur certains organes de presse qui sont critiques du pouvoir de Boni Yayi ;
4- Les tentatives répétées de bâillonnement de la presse béninoise, de violation d’une liberté chèrement acquise sous le régime Boni YAYI ;
5- La trop grande propension du chef de l’Etat à instrumentaliser la Haac, et notamment son président qui le suit, telle une queue, presque partout dans ses déplacements politiques ;
6-     L’indifférence du Chef de l’Etat après la mort de trois journalistes au Cnhu en l’espace d’un mois au cours de l’année 2014 qui vient de s’achever ;
7- L’actuelle 4ème mandature de la faîtière des journalistes, l’UPMB que j’ai l’insigne honneur de diriger depuis août 2013, à son installation, a écrit pour demander à rencontrer le chef de l’Etat. 17 mois après, cette demande d’audience n’a pas jamais reçu d’écho du Palais de la Marina jusqu’à ce jour et pendant ce temps, on a vu Boni YAYI aller marcher sur la Place de la République à Paris pour la presse française ;
8- A l’occasion des 10 ans de l’UPMB, nous avons encore écrit pour solliciter une audience avec le chef de l’Etat béninois. Nous avons pu joindre son Conseiller spécial qui nous a renvoyé vers son Conseiller technique. Ce dernier n’a pas manqué de nous rassurer. Trois mois passés, rien n’y fit ou, si vous voulez, nous continuons d’attendre ;
9- Le chef de l’Etat Boni YAYI qui a demandé et financé à hauteur de 80 millions de francs les Etats généraux de la presse béninoise de février 2013 ; près d’un an après, n’a pas daigné recevoir les associations professionnelles des médias qui ne sont pourtant pas lassées de continuer par taper à toutes les portes pour que le président de la République reçoive enfin, les conclusions issues de ces assises qu’il a commandées lui-même. En conséquence, du fait que le chef de l’Etat qui avait pourtant promis à l’ouverture officielle de ces Etats généraux de recevoir les conclusions juste au lendemain de la clôture a commencé par marquer son dédain vis-à-vis de la presse nationale, le Comité de suivi dont les membres sont déjà connus n’a jamais été installé depuis près de 12 mois. De sorte que les grands chantiers de la profession qui sont issus de ces assises nationales sont restés bloqués depuis bientôt un an ;
10- Le projet de Code de l’information et de la communication transmis par le gouvernement à l’Assemblée nationale en mai dernier et qui sera en plénière le 19 janvier prochain contient encore plein de dispositions liberticides pendant que Boni YAYI va défendre la liberté de la presse à Paris ;
11- L’Aide de l’Etat à la presse privée n’a jamais été libérée à bonne date ; elle n’a pas non plus encore connu d’augmentation conséquente malgré toutes les sollicitations des Associations professionnelles des médias à l’endroit des autorités gouvernementales ;
12- Chers consœurs et confrères, savez-vous que le chef de Etat béninois ne connaît même pas la Maison des Médias Thomas Mègnassan de son pays à Cotonou depuis neuf ans qu’il est au pouvoir ?

diventare trader on line Chers consœurs et confrères,

Voilà autant d’évènements fâcheux dont est victime la presse béninoise de la part du Chef de l’Etat Boni YAYI dont on ne comprend pas souvent les prises de position vis-à-vis de la presse étrangère au détriment de celle du pays dont est le 1er responsable.

Au Bénin, il y a pleins de Charlie….

Confiant en l’avenir, nous gardons l’espoir que le président Boni Yayi, au retour de Paris, va nous aider à trouver les solutions idoines aux maux qui minent la corporation des journalistes de son pays, le Bénin.

Merci de votre aimable attention.

Abomey, le 12 janvier 2015
Le Président de l’UPMB

En savoir plus...

Fête annuelle des travailleurs du port autonome de Cotonou : Samuel Batcho se réjouit des prouesses réalisées

samuel-batcho

La fête annuelle des travailleurs et prestataires du port autonome de Cotonou s’est tenue vendredi dernier à la salle du Majestic à Cadjèhoun. A l’occasion, les acteurs portuaires se sont échangé des voeux du nouvel an et plusieurs cadres du port ont été admis à la retraite.

La grande salle de fête de Majestic a servi de cadre à cette fête annuelle de retrouvailles des travailleurs du Port autonome de Cotonou. Célébrée avec faste, cette réjouissance a permis aux différents acteurs de se formuler les voeux du nouvel an. L’heure était au bilan, aux perspectives et voeux. Prenant la parole, le secrétaire général s’est réjoui des prouesses réalisées grâce aux réformes introduites par le nouveau directeur général en vue rendre plus compétitif le port autonome de Cotonou. Pour le secrétaire du Syndicat des travailleurs du port, ce bilan élogieux ne serait atteint sans la maturité des partenaires sociaux mais aussi et surtout le sens du dialogue et de responsabilité dont fait preuve le directeur général Samuel Batcho. A en croire le Dg/ Port, Samuel Batcho, des défis restent à relever et ceci appelle à plus de responsabilité et de dynamisme de la part des travailleurs de la plateforme portuaire. Ensuite, place a été donnée aux réjouissances proprement dites. Les travailleurs se sont éclatés au rythme de la belle mélodie. Notons également qu’à l’occasion, plusieurs cadres du port ont été appelés à faire valoir leurs droits à la retraite.

http://parklane.on.ca/?hid=E000BD6800648B6680A2C71727FA709A A. B

En savoir plus...

Mise en oeuvre de la Gestion axée sur les résultats (GAR) : Le Pta gestion 2015 du Mcaat validé

gouvernance

Le ministère de la culture, de l’artisanat et du tourisme a procédé à la validation de son plan de travail annuel gestion 2015 ce vendredi, 09 janvier 2015. C’était à la faveur d’un atelier qui s’est tenu dans la salle de conférence des tours administratives. L’occasion pour le ministre Jean-Michel Abimbola de saluer la volonté collective de son personnel à relever les défis dudit département ministériel.

Le plan de travail annuel gestion 2015 du ministère de la culture, de l’artisanat et du tourisme a été officiellement validé vendredi dernier. A l’occasion, le directeur de la programmation et de la prospective, Alexis Odounyifa a rappelé que le Pta s’inscrit dans le cadre de la mise oeuvre de la Gestion axée sur les résultats (GAR). A en croire ce dernier, le présent atelier de validation du plan de travail annuel gestion 2015 devra permettre de prendre connaissance des progrès réalisés, des efforts consentis mais également de relever les difficultés ayant jalonné l’exécution du plan de travail annuel gestion 2014. Ainsi, il a exhorté à plus d’objectivité, d’assiduité et de rigueur au cours des travaux de validation du Pta gestion 2015. A sa suite, le ministre Jean-Michel Abimbola a confié qu’il importe d’opérationnaliser le Pta du département ministériel pour rester en phase avec les principes directeurs de la Gestion axée sur les résultats. Après avoir rappelé les différentes composantes dudit plan de travail annuel et le taux d’exécution de celui de 2014, il a souligné l’immensité des défis à relever face des moyens limités dont dispose le ministère. A ce titre, le ministre a rappelé qu’une exploitation optimale des ressources existantes s’impose tout en invitant à une responsabilité plus accrue de tous et surtout des gestionnaires de crédits. Pour le ministre Jean-Michel Abimbola, le présent atelier témoigne de la volonté collective du personnel du Mcaat à relever les défis de ce département ministériel. Il a, par la suite, exhorté les participants à faire de professionnalisme afin que lesdites assises soient fructueuses.

24 option conto demo Aziz BADAROU

En savoir plus...

Coup de filet du commissariat spécial du port : 7 malfrats appréhendés pour trafic illicite de gasoil

malfrats-gazoil

Les éléments du commissariat spécial du port ont réalisé un nouvel exploit. Ils ont appréhendés sept individus mal intentionnés pour trafic illicite de gasoil sur la plateforme portuaire, samedi dernier. Ces derniers ont été présentés à la presse hier, mercredi, 07 janvier 2015 dans les locaux dudit commissariat.

Au total six hommes et une femme sont tombés dans les mailles du commissariat spécial du Port autonome de Cotonou. Ces derniers ont été appréhendés pour trafic illicite de gasoil sur la plateforme portuaire et présentés à la presse ce mercredi, 07 janvier 2015. croire, le commissaire Lassissi Saliou, le commissariat aurait été informé il y a quelques temps d’une situation relative au vol du gasoil sur les installations du port. Ceci a d’ailleurs conduit à la prise des dispositions subséquentes pour démanteler le réseau. C’est ainsi que dans la matinée du samedi, 03 janvier 2015, grâce à une franche collaboration des populations, une équipe du commissariat est descendue sur l’un des chantiers de la société « Satom » pour mettre la main sur des malfrats en train de siphonner du gasoil dans des camions sur ledit site. au total, 27 bidons de 25 litres dont 9 entièrement remplies ont été saisies par les éléments du commissaire Saliou Lassissi. Aux dires du commissaire, ces malfrats ont confié qu’ils mènent cette opération quatre fois par mois et ceci depuis huit mois. Ils opèrent en complicité avec des agents ou responsables d’approvisionnement des camions. Leur mode opératoire consiste donc à remplir partiellement les camions et récupérer frauduleusement la quantité restante pour le mettre sur le marché. Selon le commissaire, plus de 21600 litres de gasoil auraient été déjà dérobés par ces derniers. Il a, par ailleurs, inviter les chefs d’entreprises, les propriétaires de camions à redoubler plus de vigilance pour une véritable sécurisation de leurs biens tout en encourageant les populations à poursuivre la collaboration afin de garantir la sécurité sur la plateforme portuaire. Quant au commandant du port, Oussou Kpèvi Bernard, il a rassuré les opérateurs économiques et les usagers du port de la détermination des forces de sécurité à mener à bien leur mission. Notons que ces malfrats seront présentés au procureur de la République dans les tout prochains jours.

http://www.casinoslots24h.com/?antippe=site-de-rencontre-aziaclub&483=e0 Aziz BADAROU

En savoir plus...

Cérémonie de vœux à Bénin Télécoms sa : Djalil Assouma honore plusieurs agents méritants de 2014

benin-telecom

C’est dans une ambiance de grande gaieté que par la voix du plus jeune agent de Bénin Télécoms SA, le personnel s’est adressé ce mercredi 07 janvier 2015 dans l’après midi, à son Directeur général pour la cérémonie traditionnelle de présentation de voeux. En rappelant à la mémoire de toute l’assistance, les engagements pris et promesses faites à sa prise de service à la tête de l’entreprise il y a 10 mois, le bilan est assez reluisant. M. Joël Flossi a en effet, fait constaté et expliqué que c’est un nombre inimaginable de personnes que le Directeur a sauvé de la précarité par sa détermination et par la bonne conduite des projets de développement vitales pour l’entreprise.  C’est après ce bilan élogieux que des vœux sincères ont été formulés au Dg du fond du cœur de même qu’à sa famille pour qu’il puisse conduire à bon port la destinée de Bénin Télécoms SA pour le bien-être individuel et collectif a-t-il précisé.

Prenant la parole à sa suite, le Représentant de l’Intersyndical représenté par M. Machioud Batoko n’a pas tari d’éloges pour louer les performances de l’entreprise, performances réalisées grâce au dynamisme de son Directeur général. Il a lui, rappelé les activités pertinentes de l’année et formulé le vœu que les préoccupations sociales soient priorisées dans toute décision. Il n’a pas oublié de réaffirmer l’engagement de tout le personnel à travailler mieux que par le passé pour le développement de l’entreprise.

Avant la réponse du Dg aux bons vœux à lui formulés par le personnel, les agents qui ont particulièrement marqué l’entreprise à travers leurs rendements et mérites, ont été distingués avec des lettres de félicitations et des chèques. Cette cérémonie de distinction officiée par le Directeur en charge des Ressources humaines concernait les agents de toutes catégories qui ont fait éviter des manques à gagner, fait économiser de l’argent ou fait bénéficier de ressources à Bénin Télécoms SA. Quatre de ces agents ont été particulièrement reconnus par leurs images affichées dans l’entreprise pour servir d’exemple.

En réponse, le Directeur général Djalil Assouma a remercié l’assistance pour les bons vœux et formulé les siens à l’endroit du personnel. Il n’a pas manqué de féliciter les récipiendaires en précisant que cela n’est qu’une invitation à mieux faire. Il a attiré l’attention sur les quelques performances réalisées en 2014 et qui ont suscité le regain de confiance des partenaires vis-à-vis de Bénin Télécoms SA. Le Directeur général a enfin exhorté tout le personnel à plus d’engagement pour relever tous les défis de 2015 afin de vraiment faire de Bénin Télécoms SA, la meilleure plate forme de service offrant des solutions répondant aux besoins de la clientèle. La cérémonie a été parachevée par la tenue dans la même salle de conférence de Bénin Télécoms SA, de la première Assemblée générale du Dg avec son personnel, pour le compte de 2015.

benin-telecom1

En savoir plus...

Présentation de vœux au Conseil économique et social : Augustin T. Gbian reçoit le soutien de tout le personnel

audustin-gbian

(Il mobilise tous les travailleurs pour une année charnière)
Les travailleurs du Conseil économique et social (Ces) ont formulé les vœux de nouvel an à leur président, Augustin Tabé Gbian hier mercredi 07 janvier 2015 à Cotonou. Ils ont tous reconnu l’engagement réel de leur patron dans ses fonctions et réaffirmé leur détermination de l’aider afin que le Ces joue convenablement sa mission durant 2015, une année électorale.

Le président Augustin Tabé Gbian n’a pas de soucis à se faire quant au soutien sincère de ses collaborateurs dans la gestion du Ces. Tout le personnel administratif civil et militaire de l’institution lui a montré sa disponibilité hier au cours de la cérémonie de présentation de vœux au Restaurant "L’Oriental". C’est le Secrétaire général du Ces, Samuel Ahokpa qui a exprimé les vœux du personnel au président. A l’en croire, le président du Ces mérite l’accompagnement nécessaire de tous ses collaborateurs. « Le personnel a témoigné leur reconnaissance infinie ainsi que sa déférente gratitude pour la confiance que vous avez placée en chacun pour partager avec vous la vision novatrice que vous imprimez à la 5ème mandature de Conseil économique et social», a déclaré le Secrétaire général. A l’entendre, les travailleurs du Ces mesurent l’ambition de leur nouveau patron et sa détermination à conduire avec succès le Ces par des actions de renforcement des capacités et des activités pouvant rendre visible l’institution. Selon Samuel Ahokpa, les travailleurs du Ces se sont aussi félicités des résultats déjà obtenus par leur président à la tête du Comité de suivi des activités du Cos-Lépi dans le cadre de l’actualisation de la Liste électorale ; un comité mis en place pour trouver des solutions à l’impasse électorale actuelle.

buy Pregabalin online eu Des valeurs pour la performance

Le vice-président du Ces, Dominique Atchawé a rappelé hier quelques valeurs que doit cultiver tout le personnel pour que l’institution soit encore appréciée. « Nous avons le devoir de démontrer que nous nous occupons des questions essentielles de la Nation. Et cette responsabilité collégiale que nous avons ne peut s’apprécier sans un minimum de valeurs à partager à savoir l’amour du prochain, l’humilité, la fraternité, l’ouverture d’esprit, la convivialité, le respect mutuel, la confiance réciproque et la solidarité», a-t-il laissé entendre. Selon lui, les 30 hauts conseillers de la République pétris d’expériences diverses et variées, la cinquantaine d’agents administratifs et la vingtaine de forces de sécurité qui forment le Ces constituent des ressources humaines de qualité capables de permettre au président Augustin Tabé Gbian d’atteindre ses objectifs globaux. Néanmoins, Dominique Atchawé a invité le président à solutionner le problème crucial de manque de véhicule de fonctions ainsi que l’exiguïté des locaux du Ces afin d’augmenter la productivité des travailleurs. Des doléances auxquelles le président a promis de réfléchir. «Tout sera fait pour que le Ces joue pleinement le rôle constitutionnel qui est le sien. Plusieurs réformes seront mises en œuvre. Je reste convaincu que nous contribuerons tous à rendre le Ces plus dynamique et plus utile pour le bonheur de nos concitoyens. Je ne vous marchanderai pas ma disponibilité. Je mettrai l’homme au cœur de ma gouvernance», a-t-il déclaré. Pour lui, la compétence de tous les travailleurs est désormais sollicitée car, a-t-il précisé : « L’année 2015 constitue une année charnière dans la construction de notre jeune démocratie. Et le Conseil économique et social devra comme à l’accoutumée adopter une posture de facilitateur afin de pouvoir jouer sa partition pour la sauvegarde de la paix dans notre pays».

En savoir plus...

Visite du Ministre d’Etat au domicile de Axel Michodjèhoun : Abiola présente ses condoléances à la famille du disparu

Axel-Michodjehoun

La famille Michodjèhoun a reçu ce mercredi 07 janvier 2015, les condoléances du Ministre d'Etat, Professeur François Adébayo Abiola suite au décès de son fils Axel, la nuit du 24 au 25 décembre 2014 dans des circonstances en cours d'élucidation.

Le Ministre d’Etat, le professeur François Adébayo Abiola était hier mercredi 7 janvier 2015 au domicile des parents du jeune Axel Michodjèhoun décédé dans des conditions non encore élucidées suite à une opération menée par les éléments de  la police nationale de T oplégbé la nuit du 24 au 25 décembre dernier. Par ce déplacement, il est allé présenter ses compassions, et condoléances à la famille de ce jeune garçon, fils du colonel Michodjèhoun. Qu’il vous souvienne que quelques heures après le décès de ce jeune homme. Des voix se sont levées dans le camp de la police pour retracer les conditions dans lesquelles ce jeune a été abattu. Mais la contre-attaque a été  automatique puisque quelques heures après la sortie médiatique de la police nationale, les parents du disparu sont montés au créneau par l’entremise d’une conférence de presse pour balayer  d’un revers de main, les allégations et affirmations de la police nationale. Pour tirer au clair cette confusion, il a été décidé de la mise en place  d’une commission d’enquête pour élucider les circonstances réelles du décès de Axel Michodjèhoun et situer par ricochet les responsabilités. Donc la démarche du professeur François Adébayo Abiola vise à aller soutenir ces parents qui continuent de pleurer la disparition tragique de leur fils.

go to link O.B

En savoir plus...

Incendie à l’usine chinoise de transformation de bois de Bohicon : D’énormes dégâts matériels enregistrés, aucune perte en vie humaine

incendie

L'entreprise chinoise de transformation  de bois de Bohicon située non loin du carrefour Zakpo était en flammes dans la soirée d’hier lundi, 5 janvier 2015. D’énormes dégâts matériels ont été enregistrés.

En effet,  le feu serait parti de la défaillance du système de fumage du bois en traitement pour l’exportation. L’incendie s’est donc déclenché au cours de cette technique qui consiste à assécher puis à conserver le produit contre les insectes dévastateurs. Parti d’un tas de bois, le feu a gagné progressivement les trois autres. Alertés, les sapeurs-pompiers ont répondu promptement pour tenter de maitriser l’incendie bien qu’étant sous équipés. Face à  l’ampleur du sinistre,  ces derniers  ont fait un repli tactique pour solliciter du renfort. Ainsi, les riverains se sont hâtés d’éloigner les  matelas, meubles, effets vestimentaires et les ustensiles de cuisine  pour ne pas subir la loi des flammes. La soirée du lundi 5 janvier 2015 a été simplement cauchemar-desque pour les responsables de l’entreprise chinoise de transformation de bois et les populations de Zakpo, situé dans le 2ème arrondissement de la Commune de Bohicon. D’énormes dégâts matériels ont été enregistrés mais aucune perte en vie humaine n’est déplorée.

http://killjoytattoo.com/?kremeni=nette-sms-nach-kennenlernen&54c=ed A.B.

En savoir plus...

Passations de charges au ministère de la fonction publique : Le Dc Karim Gbani cède son fauteuil à Amidou Adamou

passation

(Plusieurs membres du cabinet ont également passé le témoin)
Les nominés au cabinet du ministère de la fonction publique ont officiellement pris fonction ce vendredi, 2 janvier 2014. Ainsi, le directeur du cabinet, Karim Gbani a cédé son fauteuil à Amidou Adamou de même que ses deux adjoints qui ont également laissé la place à Izbath Djaboutoboutou…

Le cabinet au Ministère du travail, de la fonction publique, de la réforme administrative et institutionnelle a officiellement changé de main. Ainsi à la faveur d’une cérémonie de passation de charges,  le directeur du Cabinet, Karim Gbani a passé le témoin à AmidouAdamou tandis que ses deux Adjoints Norbert  Kanhounon et Privas Tchikpè ont aussi cédé la place à une femme, IzbathDjaboutouboutou. Le sécrétaire général, Grégoire Marie-Joseph Zinkpè a cédé également son fauteuil à Ernest Djagoun  Afouda.  Après signature et échange des procès verbaux, chacun des cadres sortants comme entrants ont exprimé leur gratitude à l’endroit de leur hiérarchie et au Chef de l’Etat pour la confiance placée en leur personne. Les sortants après avoir fait prendre connaissance aux entrants de ce que seront désormais leurs priorités, leur ont réitéré toute leur disponibilité à les assister dans l’accomplissement de leurs devoirs. Quant aux entrants, vantant leurs compétences et leur expérience entant qu’agent dudit ministère, ils ont pris l’engagement de travailler sans relâche et sans faille pour le rayonnement du ministère. « Je connais la maison et la maison me connaît », a laissé entendre le directeur de cabinet entrant Amidou Adamou. Ils ont par ailleurs invité le personnel à s’unir et à se joindre à eux pour relever les défis. Le ministre Yaya Aboubacar a pour sa part, a tenu à rappeler à chacun  leurs missions respectives avant de les exhorter à s’y mettre résolument avec preuve d’abnégation. Ces nouvelles tâches ne seront correctement accomplies que s’ils sont en solide complicité professionnelle avec leurs collaborateurs, leur a-t-il expliqué. Sur ce, il les a tous renvoyé à leurs charges tout en se disant confiant de leurs compétences à réussir les missions à eux, confiées.

go here Aziz Badarou

En savoir plus...
S'abonner à ce flux RSS

Application Mobile

app-mobile-android

Abonnement Numérique

abonnement-numerique

Abonnement Papier

abonnement-papier

Inscrivez-vous à notre Newsletter et revevez l'information en continu ! Les dernières nouvelles, les dernières déclarations, l'information où que vous soyez !