TPL_GK_LANG_MOBILE_MENU

Banniere web 728x90px-01

Pour coups mortels : Béhika Idrissou Yaya écope de 7 ans de réclusion criminelle

justice

Behika Idrissou Yaya poursuivi pour coups mortels, faits prévus et punis par les dispositions de l’article 309 alinéa 4 du code pénal, a été coupable et condamné à 7 ans de réclusion criminelle par la cour présidée par Richard T. Limoan assisté de Affognon Taurin Gabriel et de Djiménou Lucien. La cour est arrivée à cette décision après l’instruction à la barre, les réquisitions du ministère public, représenté par l’avocat général Léon Pape Parfait Yéhouénou et les plaidoiries de Me Maximin Cakpo Assogba l’avocat de la défense. Placé sous mandat de dépôt depuis 2016, l’accusé BehikaIdrissou Yaya devra passer encore 5 ans en détention.

Résumé des faits

Béhika Kouassi a été accusé de sorcier et d’être à l’origine des multiples cas de décès survenus dans la famille. Une fois encore ce lundi 11 juillet 2016 aux environs de vingt heures, au quartier Djakpingou sis au deuxième arrondissement de Djougou, Béhika Kouassi, invité est allé à une réunion convoquée par sa mère, dame Kondoli Mariama, pour trouver une solution à ces nombreux cas de décès enregistrés. A cette séance, il fut à nouveau indexé par ses frères comme sorcier donc l’auteur des morts car n’enregistrant aucun cas de décès dans sa petite famille.

En signe de protestation, Béhika Kouassi s’est levé pour s’en aller lorsque BéhikaIdrissou Yaya s’est subitement saisi d’un pilon et lui assena un coup à la tête et prend la fuite. Evacué à l’hôpital Ordre de Malte de Djougou, Béhika Kouassi rend l’âme quelques instants après.

Les débats

L’accusé Behika Idrissou Yaya cultivateur, à la barre a reconnu les faits mis à sa charge. Plusieurs témoins ont déposé à la barre, au nombre desquels on retrouve la maman de l’accusé et de la victime en même temps parce qu’il s’agit d’un drame familial. L’accusé, tout en pleurs lors de l’audition et dépassé par les mensonges de sa génitrice, a demandé à cette dernière de dire la vérité par rapport aux faits.

L’avocat général Léon Pape Parfait Yéhouénou après avoir démontré la constitution de l’infraction de coups mortels relativement à ses éléments constitutifs et aux faits de la cause. Il a relevé que l’accusé peut bénéficier des circonstances atténuantes. Il a requis que l’accusé Behika Idrissou Yaya soit déclaré coupable des faits de coups mortels parce que, accessible à la sanction pénale et qu’il plaise à la cour de le condamner à 8 ans de travaux forcés.

L’avocat de la défense Me Maximin Cakpo Assogba a demandé à la cour de ne pas donner droit à la requête du ministère public qui voudrait que son client soit condamné à 8 ans de travaux. Se basant sur l’aveu de l’accusé qui a déclaré être coupable, l’avocat a plaidé que la cour revoit la peine proposée par le représentant du ministère public à la baisse. C’est-à-dire condamner son client à 5 ou 6 ans de réclusion criminelle. Car, les faits renvoient à un drame familial et il est important que la cour tienne compte de cela dans le secret de son délibéré afin de rendre une décision adaptée.

Albérique HOUNDJO (Br/Borgou-Alibori)

Dernière modification lelundi, 04 juin 2018 04:55
Connectez-vous pour commenter
Retour en haut

Application Mobile

app-mobile-android

Abonnement Numérique

abonnement-numerique

Abonnement Papier

abonnement-papier

Inscrivez-vous à notre Newsletter et revevez l'information en continu ! Les dernières nouvelles, les dernières déclarations, l'information où que vous soyez !