TPL_GK_LANG_MOBILE_MENU

oukoikan-banniere-matin-libre

A+ A A-

Au sujet de la pièce ‘’Le Chroniqueur du PR’’ : Daté Atavito Barnabé-Akayi jette une bougie dans le noir

le-chroniqueur-du-PR

(La nouvelle classe politique  au pouvoir est au bout de la plume)
Il est sans doute l’un des plus prolifiques auteurs de la jeune génération des écrivains béninois. Daté Atavito Barnabé-Akayi, celui qu’il convient aujourd’hui d’appeler l’écrivain à multiple casquettes, puisque, poète, dramaturge, nouvelliste et autre, vient d’enrichir la bibliothèque béninoise d’une nouvelle pièce de théâtre. L’œuvre est intitulée ‘’Le chroniqueur du PR’’. Un ouvrage qui époussette les actions de l’actuel pouvoir en place et met au clair, dans une satire à peine voilée, une conscience collective à rude épreuve.

A travers la voix de deux personnages : le Chroniqueur et le Confrère, le dramaturge a osé. Exprès, le choix des noms des personnages a été orienté vers un secteur d’activité précis, le monde de la presse. Comme pour indiquer qu’il s’agit de l’actualité pour de vrai. Et comme des poupées Russes, les vérités sont imbriquées les unes dans les autres pour former à la fin un coffret de sous-entendus qui caractérise l’interaction entre l’actuel pouvoir et le peuple béninois. L’auteur est parti d’une discussion axée autour d’un sujet bateau,  presque anodin, le terrorisme. Mais par le truchement de l’œuvre, le dramaturge a réussi à démontrer qu’à travers les actions que mène déjà le pouvoir en place, le peuple béninois n’est plus loin du phénomène, du moins, de la catastrophe. Dans une allégorie indicative de l’éléphant et de la fourmi, l’écrivain a mis par exemple un accent sur l’affaire de 18 kilos de Cocaïne découvert au port. Puis, de coq à l’âne, plein d’autres sujets qui malaxent l’actualité présente sont abordés par les personnages sur un fond de conscience ivre, que l’auteur a bien voulu leur attribuer. Comme quoi, rien ne va rompre en politique au Bénin. En claire, Talon et Ajavon sont déjà en scène dans une œuvre de fiction d’environ 80 pages et il reste à découvrir l’ouvrage à travers une lecture ou un spectacle pour tirer des conclusions personnelles.

Teddy GANDIGBE

En savoir plus...

Entretien avec la présidente du Cna-Bénin : «Un état civil à jour est une nécessité absolue pour un Etat…»

rosalie-ndah

Une équipe du Cinéma numérique ambulant (Cna-Bénin) était récemment dans les communes de Savalou et de Tchaourou pour des campagnes de sensibilisation des populations de ces localités. Au cours d'un entretien qu'elle  nous a accordé, la présidente du Cna-Bénin, Rosalie N’Dah revient sur les objectifs de cette descente. Lisez-plutôt !!!

Matin Libre : vous êtes la présidente du Cinéma numérique ambulant. Et récemment, vous étiez dans les communes de Savalou et de Tchaourou. Parlez-nous un peu de ces deux sorties…

Rosalie N'Dah : Le Cna Bénin a été sollicité pour organiser des projections causeries-débats afin de faire passer sensiblement des messages auprès des populations. Nos deux équipes de projection ont respectivement travaillé du 14 novembre au 16 décembre 2016 dans 32 villages de Savalou et du 03 au 16 décembre dans 12 villages de Tchaourou. Les deux tournées de sensibilisation ont visé deux grands objectifs. D’abord,celui de promouvoir les actes d’état civil, en particulier l’acte de naissance en informant les populations des conséquences de l’absence de ce document important et légal dans la vie d’un individu pour accroître le taux d’enregistrement dans les communes. Et enfin, celui d’informer les populations des villages bénéficiaires de l’implantation des centres secondaires d’état civil (centres de proximité) et de leur accès facile pour éviter aux parents les longs déplacements. En optant de rapprocher ce service plus près des populations, c’est un défi de l’amélioration de l’état civil béninois que la Direction Générale de l’Etat Civil et les communes relèvent. Un état civil à jour est une nécessité absolue pour un Etat qui aspire au développement et l’établissement des actes d’état civil est un droit humain essentiel. Mais la réhabilitation de l’état civil n’est possible que si les populations sont éduquées à l’importance des déclarations d’actes d’état civil et prennent l’habitude de déclarer systématiquement les naissances. L’un des facteurs du défaut d’acte d’état civil est l’insuffisance d’une communication appropriée qui doit aussi être soutenue. Le Cna Bénin fait un grand travail de terrain et touche les populations les plus isolées des centres villes pour faire passer l’information.

Un mot pour conclure…

Je demande aux autorités de notre pays de nous aider. Nous rencontrons assez de difficultés. Nous menons des actions de sensibilisation sur le terrain et dans plusieurs communes. Et c'est notre manière à nous d'apporter notre pierre à l'édifice. Je voudrais pour finir, présenter mes vœux à tous les Béninois, sans oublier surtout la presse pour le travail qu'elle fait. Je vous remercie.

AFS

En savoir plus...

“Trophées vierges“ et “Royaume international des vierges“ : Kiki Delano cède aux filles leur patrimoine !

kiki-delano

Une décennie après avoir initié et piloté le Programme d’assistance et de suivi des filles vierges dénommé ‘’Trophées Vierges’’, le Président de l’Ong Social Pact, Kiki Hountin Delano se retire officiellement en transmettant les commandes à une nouvelle équipe. C’était à la faveur d’un dîner de gala des filles vierges à la salle de fêtes “Le Présage“ que le précurseur de l’initiative a décidé de faire piloter le programme par des femmes…

« Je crois qu’il est temps que je cède aux filles mêmes leur patrimoine. Delano  KIKI n’était que le précurseur d’une initiative qui bientôt va impacter toute l’Afrique » avait déclaré l’initiateur de “Trophées vierges“. Aujourd’hui, c’est chose faite. C’est la nouvelle Direction exécutive conduite par Dr Vanessa Noukoudodji qui pilotera le programme “Trophées vierges“ désormais. « J’ai pris le soin de former sur dix ans une équipe de jeunes dames qui ont fait le royaume et qui maitrisent bien de quoi il est question, pour continuer l’œuvre. Une fois le témoin passé, je voudrais réaliser d’autres rêves qui me sont chers car je ne vis que du rêve et de l’initiative. J’aime innover, faire pousser plus que cèdre dans un désert » rassure Kiki Delano quant à la capacité de la nouvelle équipe à relever le défi. Faut-il le rappeler, le programme d’assistance et de suivi des filles vierges regroupe les filles qui optent pour la virginité jusqu’au mariage. L’objectif étant  de les féliciter, encourager et accompagner tout en faisant la promotion de l’excellence juvénile et la culture du leadership féminin. Dix ans après, l’homme affirme avoir réussi sa mission avec la satisfaction morale d’avoir cru en une inspiration depuis 2002. Et depuis 2007, date à laquelle s’est déroulée la première édition de “Trophées vierges“, on est passé de 08 Filles à plus de 1700 filles décorées et membres du Royaume International des Vierges. Dans l’ouvrage intitulé « Virginité, 10 ans de Combat, 77 Autres Regards », divers témoignages des personnes de tout bord qui ont connu et côtoyé l’organisation retracent si bien le parcours.  

Aziz BADAROU

En savoir plus...

Championnat de zone à Lomé : 12 jeunes défendent les couleurs nationales

  • Publié dans Sport

delegation-beninoise-tennis

(La délégation béninoise déjà au Togo)
Une sélection composée de jeunes tennismen séjourne depuis lundi 9 janvier 2017 à Lomé au Togo, pour prendre part au championnat de Zone de tennis. Une compétition qualificative pour les championnats d'Afrique des jeunes de septembre 2017. Cette compétition se déroule en deux phases.La première, est le tournoi individuel qui se tiendradu 10au 17 janvier 2017 et la seconde, le tournoi par équipe qui aura lieu du 18 au 21 janvier 2017. Pendant environ deux semaines, ces 12 jeunes béninois défendront les couleurs nationales. Rappelons que la sélection est conduite par le duo RomainSetomè et DanielMarèté, et que les jeunes enfants sont âgés de 14 à 16 ans.

Identité des jeunes sélectionnés

14 ans et moins filles:

1-Houngbo Frida
2-Honfoga Emeline
3-Nahum Gloriana

14 ans et moins garçons

1-Setomè Aristide
2-Kpodeziaou Mariani
3-Noudogbèsis Sodick–

16 ans et moins filles

1-BECOUDE Carmine
2-Kpadonou Carmène
3-Lassissi Bissola

16 ans et moins garçons

1-Bokini Robert
2-N'TCHA Vence
3-Bruce Dylan

Coaches:

Setomè Romain ; Marèté Daniel

A.F.S.

En savoir plus...

Who is who : Top 5 des sélections nationales ayant marqué 2016

  • Publié dans Sport

Roller-Africa-Games

L’année 2016 est conjuguée au passé. Le desk sport de votre quotidien «Matin Libre» vous propose le top 5 des sélections nationales du Bénin qui y ont laissé des traces à travers leurs différentes prestations sur le plan régional, continental, et mondial.

N°1 : Pétanque, Vice-championne du monde
 
A Antananarivo au Madagascar, les Ecureuils boulistes ont laissé des traces positives. En effet, lors du 47e championnat du monde de la pétanque (Antananarivo 2016), les boulistes béninois ont été tout simplement héroïques. A la grande surprise des observateurs de cette discipline sportive, ils ont été sacrés vice-champions du monde devant le pays hôte, le Madagascar. Depuis l’indépendance du Bénin, aucune sélection nationale ne s’est hissée à ce rang. Cet exploit, nos boulistes entendent  le rééditer, et aller même au-delà. «Nous allons vous ramener le titre mondial dans ce pays», a promis Aurélien Vianou, président de la Fédération béninoise des sports boules.      

N°2 : Roller sport, 1er du championnat Ouest-africain
 
Cette discipline sportive fera parler d’elle les années à venir. A chaque sortie, le Bénin s’impose en jouant les premiers rôles. Lors du premier championnat Ouest-africain de roller sport organisé à Cotonou du 1er au 4 septembre 2016, la sélection nationale du Bénin a fait, à elle toute seule, une moisson de 28 médailles dont 12 en or, 11 en argent, et cinq en bronze. Outre ces médailles, le Bénin a été premier dans l’épreuve de course décrochant ainsi deux trophées. Des prestations qui restent à confirmer en 2017 sur le plan continental.       

N°3 : Handball, double vainqueur au challenge Trophy
 
Même si le Bénin a déjà été une fois vainqueur au niveau des hommes, c’est une première dans le tournoi Challenge Trophy qui a eu lieu à Lomé du 21 au 28 août 2016. Sans tapage et dans une totale discrétion, il a décroché les deux trophées de cette compétition. Les juniors hommes et dames du Bénin ont tenu le pari du début du tournoi jusqu’à la fin, en tenant en respect tous leurs adversaires. Désormais, les regards sont tournés vers la phase continentale où la bande à Aimé Sèbio et AntoineAlladé doit certifier tout le bien qui se dit d’elle.

N°4 : Karaté, 2e au Championnat Ouest-africain de la zone 3
 
La sélection nationale de karaté a participé du 14 au 21 août 2016, au 6e championnat Ouest-africain de karaté de la zone 3. Au terme de la compétition, elle est revenue au bercail avec 22 médailles dont 10 en or, 6 en argent, et 6 en bronze et termine deuxième derrière la Côte-d’Ivoire. Pour Océane Ganiero, médaillée de bronze des derniers Jeux africains et capitaine de la sélection, la tâche n’a pas été facile. Aux dires de Rock Quenum, l’objectif du karaté béninois est le rendez-vous des Jeux olympiques de 2020.

N°5 : Wushu, 2e au Championnat Ouest-africain
 
Au championnat Ouest-africain de wushu, le troisième du nom, le Bénin a décroché 13 médailles dont sept en or, cinq en argent, et une en bronze et termine à la 2e place derrière la Côte-d’Ivoire. La compétition a eu lieu du 23 au 27 août 2016 et a connu la participation de sept nations à Lomé. Il s’agit du Mali, du Burkina Faso, du Niger, de la Côte-d’Ivoire, de la Guinée, du Bénin, et du Togo. Notons que le Bénin a été plus présent en Taolu avec six médailles en or, contrairement au Sanda où la sélection béninoise a laissé un goût amer. En neuf combats, le Bénin s’en est sorti avec une seule victoire dans la catégorie des 65 Kg.

Bonus : Taekwondo, huit médailles ramenées…

Absente aux Jeux olympiques Rio 2016  et au Championnat d’Afrique des nations du 20 au 22 mai 2016 à Port-Saïd en Egypte, la sélection nationale du taekwondo a pu se rattraper lors de la 11e édition de la Coupe du monde francophone de taekwondo et du 6ème championnat méditerranéen de taekwondo. A ces deux rendez-vous, le Bénin a ramené au bercail, huit médailles dont cinq (une en argent et quatre en bronze) pour le compte de la Coupe du monde francophone de taekwondo. Concernantle Championnat méditerranéen, le Bénin a décroché trois médailles de bronze. Désormais, les ambitions sont claires : faire mieux sur le plan africain et mondial en 2017,et décrocher la qualification pour les Jeux olympiques de 2020.

Réalisation : Abdul Fataï SANNI

En savoir plus...

Abomey/Pour défaillance professionnelle lors des affrontements : Le commissaire central et le commandant de gendarmerie relevés de leurs fonctions

pascal-koupaki-1

Le Conseil des ministres d’hier, mercredi 11 janvier 2017, s’est penché sur les mobiles des tristes événements du lundi 09 janvier dernier à Abomey. Lesquels ont occasionné la mort de deux personnes puis de nombreux dégâts matériels suite aux affrontements entre ‘’Daagbovi’’ et population. Des défaillances professionnelles graves ont été observées au niveau des forces de sécurité publique. Le Conseil des ministres a, de ce fait, décidé du limogeage du commissaire central et du commandant de la brigade de gendarmerie.

Lire l’intégralité du point fait par le ministre d’Etat Pascal Irénée Koupaki.

Présidence de la République du Bénin

Intégralité du Point de Presse

Le Président de la République, Chef de l’Etat, Chef du Gouvernement, a présidé la séance hebdomadaire du Conseil des Ministres qui a eu lieu ce mercredi 11 janvier 2017.

Au nombre des questions examinées, j’ai relevé dix à votre attention.

1. Recensement des occasionnels, éducateurs, éducatrices et communautaires recrutés par les Communautés et autres structures de l’Etat servant le système éducatif béninois depuis 2007 et années antérieures et restés aux postes jusqu’en 2016.

En 2006, le gouvernement avait décidé de faire procéder au reversement, en agents contractuels de l’Etat, les agents dits occasionnels (occasionnels des structures centrales et déconcentrées, éducateurs, éducatrices, communautaires).

Des irrégularités ont jalonné le processus de reversement et cette opération peine à prendre fin, en raison de cas non encore pris en compte.

C’est pourquoi le Conseil a autorisé le recensement sur toute l’étendue du territoire et ce, à partir des circonscriptions scolaires, des occasionnels, des éducateurs, éducatrices et communautaires recrutés par les communautés à la base, qui servent le système éducatif béninois depuis 2007 et années antérieures et qui sont restés aux postes jusqu’en 2016.

2-Situation des agents occasionnels et autres reversés dans la Fonction publique en qualité d’agents contractuels de l’Etat.

En marge des lois et règlements fixant les modalités d’intégration dans la Fonction publique, le gouvernement avait procédé à partir de 2006 au reversement en qualité d’agents contractuels de l’Etat, des catégories ci-après de personnes : enseignants communautaires, contractuels locaux recensés et reconnus par l’Etat, agents ˝mesures sociales˝, agents contractuels des budgets-programmes, agents payés sur recettes hors budget, agents recrutés par les partenaires au développement, occasionnels payés sur les fonds spéciaux de juridictions ; agents ˝financements communautaires˝, agents contractuels payés sur les projets, les stagiaires restés au service de l’administration au terme de leur période de stage de pré-insertion professionnelle et qui ont été redéployés.

Des missions de vérification des conditions de reversement ont relevé les dysfonctionnements avec de faux diplômes, faux certificats, des discordances de date d’une pièce à l’autre.

Ces dérapages ont fait porter l’effectif global des agents reversés à 35.000 au lieu d’une estimation initiale de 8.000.

Ces dérapages ont fait significativement augmenter la masse salariale, dont l’évolution s’est décrochée de celle des recettes fiscales.

Dans le cadre de l’amélioration de la qualité de la gouvernance administrative et du renforcement des capacités de notre administration, le Conseil a décidé de faire faire le suivi-évaluation de l’opération de reversement, en vue de clôturer définitivement cette opération qui aurait dû prendre fin il y a neuf ans, c’est-à-dire en décembre 2007.

3-Audit des effectifs de la Fonction Publique

L’effectif de la Fonction publique s’est accru de 40.500 agents en 2005 à 73.000 agents en décembre 2015, notamment par l’effet des reversements en qualité d’agents contractuels de l’Etat de plus de 30.000 personnes sans statut.

Malgré cette augmentation sensible, l’administration publique continue d’exprimer des besoins sans cesse croissants en personnel.

Les besoins cumulés exprimés par 10 Ministères pour la période 2016-2019, s’établissent à 110.765 agents à recruter.

Le Conseil considère qu’une connaissance précise et fine des effectifs et compétences des agents de l’Etat est un impératif qui doit être pris en charge.

Il a ainsi décidé de faire réaliser un audit des effectifs de la Fonction publique par un Cabinet spécialisé.

Ce Cabinet devra proposer des approches de solutions permettant le redéploiement des agents, le renforcement de l’employabilité des agents dans de nouvelles structures d’accueil, une meilleure adéquation profil-poste.

La finalité de cet audit est d’asseoir une véritable gestion prévisionnelle des emplois, des effectifs et des compétences.

4-Campagne de vaccination contre la méningite dans certaines communes

Notre pays qui se situe dans la ceinture méningitique au sein de la sous-région, doit organiser dans les meilleurs délais, la vaccination des populations exposées dans les Communes de Boukombé, Cobly, Matéri, Kérou, Tanguiéta et Ouaké.

Le Conseil a instruit le Ministre de l’Economie et des Finances à l’effet de débloquer le montant de 3,7 milliards pour l’achat de vaccins – solvants consommables médicaux ; et le Ministre de la Santé, d’organiser la campagne de vaccination de masse contre la méningite dans les Communes concernées.

Le Conseil a, par ailleurs, instruit le Ministre de la Santé pour proposer de nouvelles dispositions en matière de commandes de médicaments dans un rapport qualité-prix qui renforce la gouvernance dans ce secteur sensible pour le mieux-être des populations.

5-Plan d’urgence de sécurisation pour la sauvegarde de la réserve de biosphère de la Pendjari pendant la saison touristique 2017

Le gouvernement avait autorisé des opérations spéciales de sécurisation dans les parcs nationaux de la Pendjari, du W et des zones cynégétiques attenantes.

Cette mission avait été assurée par les forces de sécurité et de défense nationales, en mai-juin 2016 et au cours du second semestre 2016.
Après évaluation des résultats obtenus et au regard de l’ambition que nourrit le Gouvernement pour intégrer cette réserve transfrontalière de la biosphère dans le système productif national, le Conseil a décidé d’adopter une nouvelle approche, celle d’affermage.

L’approche d’affermage est proposée par AfricanParks Network, une ONG de conservation et de renom en Afrique. Elle a une solide expérience dans plusieurs parcs animaliers africains et est en mesure d’instaurer une gestion plus efficace de la réserve de biosphère de la Pendjari.

A partir de février 2017, il y aura une reprise en main progressive des hommes en charge de la surveillance du Parc pour le contrôle des zones-clefs du Complexe Pendjari.

Un contrat de partenariat sera conclu avec AfricanParks Network, en relation avec l’Agence Nationale de Promotion des patrimoines et de Développement Touristique (ANPT), la Direction du Parc, le CENAGREF et les autres partenaires.

Ce partenariat permettra :

- de mettre fin à l’utilisation anarchique des ressources de la Pendjari ; -d’obtenir l’appui et l’implication des communautés et des autorités locales ;
- de rendre opérationnelles deux brigades spécialisées dans la lutte contre les exploitations illicites des ressources du Parc ;
- d’établir un système de renseignement et de suivi judiciaire ; -et d’améliorer la gouvernance dans la gestion du Parc.

6-Projet de propreté et de sécurisation des plages du Bénin

Le Ministre du Cadre de Vie et du Développement Durable a fait un compte rendu de la campagne nationale de salubrité et de sécurisation des plages du littoral béninois depuis Sèmè-Kraké (frontière du Nigéria) jusqu’à Hillacondji (frontière du Togo).

Les résultats probants obtenus ont conduit le Conseil à instruire les Ministres concernés pour la mise en œuvre de la phase de pérennisation de cette activité en vue de sécuriser les plages et de les maintenir en état de propreté permanente.

Le Ministre d’Etat chargé du Plan et du Développement et le Ministre de l’Economie et des Finances ont été autorisés à inscrire au titre de l’année 2017 sur la liste du PIP, le projet de propreté et de sécurisation des plages du littoral béninois, avec un volet information, éducation, et communication des populations sur les éco gestes à adopter au niveau des plages.

7-Résiliation du Contrat de délégation des activités aéronautiques nationales et mise en concession de la gestion des aérodromes du Bénin

En décembre 2011, le gouvernement a confié à l’Agence pour la Sécurité de la Navigation aérienne en Afrique et à Madagascar (ASECNA), la gestion des activités aéronautiques nationales pour une durée de 2 ans renouvelable par tacite reconduction.

Cette mission s’inscrit dans le cadre d’un contrat de délégation. Les résultats attendus ne sont pas atteints. Le Ministre chargé des Transports avait notifié le 3 juillet 2013 à l’ASECNA, le non renouvellement du Contrat.

Nonobstant cette notification, un avenant a été signé le 4 avril 2016, en violation des termes de la lettre du 3 juillet 2013, pour une nouvelle période de 5 ans à compter du 1er janvier 2017.

Le Ministre des Infrastructures et des Transports, a réaffirmé à l’ASECNA, dont le cœur de métier est la sécurité de la navigation aérienne, dans une lettre du 29 juillet 2016, la volonté du gouvernement de mettre un terme au Contrat de délégation des activités aéronautiques nationales du Bénin.

La gestion des aérogares et installations commerciales, la gestion technique et l’entretien des installations aéroportuaires, la gestion et l’entretien des aérodromes secondaires devront être confiées à des structures qui en ont l’expertise et l’expérience.

Le Conseil a ainsi pris 3 décisions.

- Il a autorisé la résiliation du Contrat de délégation de gestion des activités aéronautiques nationales entre le gouvernement et l’ASECNA.
- Il a autorisé la mise en concession de la gestion des aérodromes appartenant à l’Etat béninois.
- Le Conseil a autorisé le Ministre des Infrastructures et des Transports à mettre en œuvre une procédure de sélection d’un Concessionnaire.

8-Etat du lac Ahémé, du lac Nokoué et de la lagune de Porto-Novo

La poussée démographique aux abords de lac Ahémé, du lac Nokoué et de la lagune de Porto-Novo se traduit par une surexploitation des plans d’eau avec l’utilisation anarchique des engins et méthodes prohibés de pêche.

La pollution des plans d’eau et leur encombrement, la destruction des mangroves empêchent le développement des poissons et crevettes notamment.

Le gouvernement envisage de prendre des mesures particulières pour favoriser une meilleure restauration des pêcheries.

Le Conseil a pris un décret portant création, composition, attributions et fonctionnement de la Commission chargée de proposer des mesures d’assainissement et de réhabilitation du lac Ahémé, du lac Nokoué et de la lagune de Porto-Novo. La Commission déposera son rapport dans un mois.

9-Suivi de la réforme du cadre institutionnel du secteur de l’agriculture

Dans le cadre de la mise en œuvre de la réforme du secteur agricole, il est prévu que certaines structures seront liquidées et leurs activités intégrées aux nouvelles structures en création.

C’est dans ce cadre que le Conseil a pris le décret portant nomination de liquidateurs de l’Office National d’Appui à la Sécurité Alimentaire (ONASA), de l’Office National de Stabilisation et de Soutien des Prix des revenus agricoles (ONS), de la Centrale d’Achat des Intrants Agricoles (CAIA-SA), de la Société Nationale de Promotion Agricole (SONAPRA), de l’Agence de Promotion des Aménagements Hydro-agricoles (APAHSA), de l’Agence de Développement de la Mécanisation Agricole (ADMA -SA) et des six CARDER (Centres d’Action Régionale pour le Développement Rural) .

10-Mesures individuelles

A la suite d’évènements récents qui se sont produits à Abomey, entre des citoyens béninois, et après analyse des défaillances professionnelles graves constatées au niveau de certains agents de l’administration de la sécurité intérieure, le Conseil a décidé de relever les deux agents ci-après de leurs fonctions et de les décrocher pour six mois : il s’agit du Commissaire Central de la ville d’Abomey et du Commandant de la Compagnie de gendarmerie de la Ville d’Abomey.

Par ailleurs, le gouvernement tient à faire observer que le principe de la laïcité suppose le respect mutuel des confessions religieuses.

Enfin, le Conseil a décidé de relever de ses fonctions le Directeur Général Adjoint des Douanes et Droits Indirects.

En savoir plus...

Président d’un Jour : Déo-Gracias Waro parle des frais de consultation gratuite

DEo-Gracias-Waro

Il est élève en classe de 6ème au Complexe scolaire Grâce de Marie. Déo-Gracias Espoir Waro, puisque c’est de lui qu’il s’agit, est notre invité dans ce numéro de votre Rubrique Président d’un jour. Agé de 12 ans, il nous reçoit dans sa demeure à Godomey-N’Ounvènoumèdé dans la commune d’Abomey-Calavi.

Matin Libre : 2017 déjà! Notre toute première question pour vous monsieur le président est de savoir comment va le Bénin?

Déo-Gracias Waro : Le Bénin se porte très bien

Ah ! Pourtant les Béninois se plaignent. Il n’y aurait pas d’argent, les activités ne marchent pas, etc.

Oui. Je dis que le Bénin va bien parce qu’on a la paix. Il y a la vie, la joie. Dans certains pays, il y a la guerre, la famine.

Dans le secteur de la santé quels sont vos défis en cette nouvelle année ?

Les citoyens se plaignent beaucoup. Quand ils vont à l’hôpital, les soins ne sont pas bien donnés. Quand ils n’ont pas d’argent on les laisse. Je vais rendre gratuits les frais de consultations. Quand le malade fait l’effort d’aller à l’hôpital, il faut le soigner. Quand la personne a 20 000 et c’est 40 000 F Cfa que les médecins demandent, on laisse le malade mourir. Même s’ils ont besoin de l’argent pour les soigner, qu’ils prennent soin d’eux d’abord, garder la personne et ses parents vont payer après.

Mais, il arrive qu’on assiste à des fuites de malades pris en charge!

En cas de fuite, l’Etat va payer les frais.

Vos défis dans le secteur de l’éducation à présent

Il y a des enseignants qui manquent beaucoup l’école. Parfois, on les voit se promener dans la cour de l’école et les élèves sont dans les classes, s’amusent ou se battent. Ils ne font pas bien leur travail. Après, le Directeur, la secrétaire, et le fondé se promènent pour renvoyer les élèves parce qu’ils n’ont pas payé la contribution. On doit corriger ça. Les professeurs doivent faire ce pourquoi ils sont payés.

Président Déo-Gracias Waro, quelles sont vos mesures pour pallier le déficit énergique ?

Il faut doter chaque maison de groupes électrogènes. On doit aussi développer l’énergie solaire. Il faut installer les panneaux solaires.

Le déguerpissement des espaces publics en cours, est-il nécessaire?

Oui. Il faut embellir les villes. En plus, les espaces ne sont pas pour eux (occupants Ndlr). Le Béninois fait trop la tête. Avant qu’on ne les chasse, on les a avertis. On leur a demandé de quitter.

Vos vœux à l’endroit des Béninois en cette nouvelle année monsieur le président

A tous les enfants du Bénin, je souhaite mes meilleurs vœux. Que l’argent vienne, que la paix soit toujours au Bénin. Plus de vol ni de mensonge.
 
Cyrience KOUGNANDE

En savoir plus...

1er Festival international du court-métrage des écoles du cinéma : Le Colonel Zannou et l’Isma célèbrent le 7e art

isma

L’Institut supérieur des métiers de l’audiovisuel  (Isma) du  Colonel Marcellin Zannou  organise du mercredi 11 au samedi 14 janvier 2017, la 1ère édition du Festival international du court-métrage des écoles du cinéma(Ficmec). La cérémonie d’ouverture s’est tenue à l’Hôtel Azalaï de Cotonou en présence du ministre du tourisme et de la culture, Ange N’Koué.

C’est autour du thème « L’audiovisuel à l’ère du numérique en Afrique », que L’Institut supérieur des métiers de l’audiovisuel  (Isma) célèbre le cinéma mondial. Et ce, à travers le Festival international du court-métrage des écoles du cinéma (Ficmec). Un festival qui regroupe 10 pays avec 69 films participants venant de 14 écoles de formation. 8 communications meubleront ce festival qui rend par ailleurs hommage à Pascal Abikanlou, fondateur du cinéma au Bénin, réalisateur du premier long-métrage du pays. L’Isma a tenu à lui rendre hommage par la voie du Professeur Noukpo Agossou qui reconnaît en lui, un  « Travailleur infatigable ». Un film documentaire a également été réalisé en mémoire de Pascal Abikanlou par Doriane Zannou. Parallèlement à cette 1ère édition du Fimec, l’Isma organise un colloque qui regroupe des chercheurs internationaux venus de plusieurs universités et qui partageront leurs réflexions avec les gouvernants et les professionnels des médias du Bénin, ainsi qu’avec l’ensemble des étudiants qui participent au festival et au colloque. Pour le Colonel Marcellin Zannou, président-fondateur de l’Isma, le but du festivalest de renforcer la place culturelle du Bénin sur la plan international et d’offrir aux jeunes cinéastes, des quatre coins du monde une occasion de se rencontrer, de s’ouvrir sur des pays, des cultures, des traditions et des cinémas différents. Le festival vise aussi, à l’en croire, à dynamiser la production audiovisuelle et cinématographique au Bénin et en Afrique,ainsi qu’à assurer la relève dans les métiers du septième art par les jeunes cinéastes du pays. Le directeur-fondateur de l’Isma a donc exprimé sa reconnaissance  aux partenaires et à tous ceux qui ont œuvré à l’organisation du dudit festival. Le directeur du cabinet du ministre de l’économie numérique et de la communication a, pour sa part,adressé ses vives félicitations au fondateur de l’Isma et a promis au nomdu ministre, son soutien à l’initiative. Et  selon le ministre du tourisme et de la culture Ange N’koué, le festival  s’inscrit dans la ligne droite de la vision du ministère et du Programme d’action du gouvernement. Il a pour ce faire,salué l’initiateur, le Colonel Marcellin Zannou, ainsi que les sommités de la mission d’enseignement  pour la promotion du cinéma en Afrique.


Thomas AZANMASSO

En savoir plus...

Politique et sport : Théophile Montcho est décédé

theophile-montcho

(Emmanuel Totin Akodjènou aussi décédé)
Le monde de l’athlétisme béninois est en deuil. Théophile Montcho, ancien ministre des Sports et ancien président de la Fédération béninoise d'athlétisme n’est plus. Il a cassé la pipe dans la matinée d’hier, mercredi 11 janvier 2017, à la suite d’un court malaise, a-t-on appris. Plutôt ce lundi 9 janvier 2017, l'ancien trésorier de la Fédération béninoise d'athlétisme, Emmanuel Totin Akodjenou s’est éteint. Paix aux âmes des deux défunts.


La Rédaction

En savoir plus...

Police nationale/Elèves gardiens de la paix : La 28ème promotion célèbre 20 ans de parcours

Akodande-Homma

1996-2016, il y a 20 ans que la 28ème promotion des élèves gardiens de la paix d’alors faisait ses pas à la police nationale. Deux décennies, l’eau a coulé sous le pont. Mais pour la plupart, les fonctionnaires de police de cette promotion sont encore là, au service de la nation. Des commissaires, des Inspecteurs de police, des officiers de paix, des brigadiers chef, et même de magistrat sont sortis de la 28ème promotion. A en croire le commissaire Richard Akodandé Honma, président sortant de l’amicale de ces agents représentant la 28ème promotion, c’est une grâce. Et c’est pourquoi ils entendent « célébrer avec faste » l’évènement,a-t-il confié. Pour ce faire, plusieurs activités sont inscrites au menu de cette fête qui s’étendra du vendredi 13 janvier 2017 à Cotonou, au dimanche 15 janvier à Grand-Popo. En effet, outre la cérémonie d’ouverture  officielle qui aura lieu à l’Ecole nationale des Brigadiers et gardiens de la paix (ancienne école de police) de Cotonou, il y aura une messe à l’Eglise Saint Michel de Cotonou pour remercier le seigneur et prier pour le repos des âmes des disparus de la promotion. Le même exercice c’est-à-dire une prière musulmane est aussi prévue à la Mosquée de la place Bulgarie à Gbégamey.  Suivra une série de communications. Au total quatre communications édifiantes seront animées. La première sur le thème « La prise en charge du policier : cadre légal, approche et pratique de solutions» sera conduite par l’ancien Directeur général de la police nationale, Pierre Claver Godonou. La deuxième qui sera développée par l’ancien commissaire central de Cotonou, Constant Sossou actuellement aux Nations Unies, portera sur le thème « Processus de recrutement aux postes professionnels des Nations Unies et la participation aux opérations de maintien de la paix en tant que UNPOL (policier des Nations Unies). En troisième lieu, il s’agit d’un débat qui sera Co animé par le contrôleur général, Boniface Bossoukpè et le commissaire, Célestin Gbété respectivement Directeur et Censeur quand la 28ème promotion entrait à l’Ecole de police. Le débat portera sur « Comment réussir sa retraite ?». Quant à la dernière communication, elle est une réflexion sur « La prise en charge durable des enfants orphelins de la 28ème promotion ». Elle sera l’œuvre du Juge des mineurs du Tribunal de 1ère instance d’Abomey, lui-même recruté policier de la promotion). Le Juge aura à ses côtés pour la co animation, le commissaire Richard Akodandé Honma qui coiffe la section accidents au commissariat central de Cotonou. Et pour boucler en beauté cet anniversaire, des activités ludiques et sportives sont au rendez-vous. « Il y aura des sketchs, des jeux de belotte, des danses et un match de football », a expliqué le commissaire Akodandé. Il faut souligner que la célébration officielle des 20 années de la 28ème promotion des élèves gardiens de la paix est placée sous le thème : « Quelle police pour le Bénin d’aujourd’hui ?».

J.B

Le commissaire Akodandé, fait l’historique de la 28ème promotion
« Cette promotion fait partie des rares ayant en son sein des magistrats »

Mon commissaire, dites-nous le souvenir que vous avez gardé de cette promotion à laquelle vous appartenez.  

Je voudrais saisir l’occasion et le privilège que vous m’offrez pour présenter à tout le peuple béninois en général, des forces de police en particulier et singulièrement celle de la 28ème promotion, les vœux les meilleurs à l’entame de cette année que je veux rose et arrosée pour les uns et les autres. Quand on parle de la 28ème promotion des élèves gardiens de la paix, on parle simplement de cette promotion qui a été recrutée en 1996 dans le cadre du sommet de la Francophonie que le pays avait organisé en 1995. A l’époque, il avait été demandé à la Police de recruter un certain nombre de fonctionnaires de Police pour assurer la sécurité à l’occasion de ce sommet. Et il avait été recruté une première promotion, notamment la 27èmepromotion en 1995 ; donc en 1996, une seconde promotion, la 28ème est celle-là qui a été recrutée pour seconder la 27ème.  Alors, ces 200 personnes avaient été recrutées le 31 décembre 1996 pour une formation de 9 mois. Une formation militaire de 3 mois, et puis une formation professionnelle pour le reste du temps. Mais pour des contingences administratives, la formation a duré pratiquement un an parce que commencée le 13 janvier 1997, elle s’est achevée le 21 novembre 1997. Durant un peu plus de 11 mois nous avons été soumis à de rudes épreuves, à une formation militaire que je refuse de qualifier parce que dès l’évocation de cette formation, elle nous laisse des souvenirs sombres. En plus, nous avons été soumis à une formation professionnelle sous la houlette des magistrats, des commissaires de police, de fonctionnaires de police outillés qui nous ont appris le métier. Mais étant donné que c’est une fonction jalonnée d’embûches, lorsque vous y restez, contre vents et marrées et vous égrenez 20 fois 12 mois, vous êtes en droit de vous sentir à l’aise. C’est pourquoi, nous ne voulons pas en faire un petit événement.

Lorsqu’on interroge les statistiques, au regard des chiffres que nous avons dans chaque grade aujourd’hui, est-ce que vous vous dites qu’il y a de la bonne graine qui a été recrutée ?

A bon vin, point d’enseigne. Il est très difficile de parler de soi-même. J’ai le sentiment que le processus de recrutement de ma promotion a été un tamis, d’une très belle sélection parce qu’à l’époque déjà, il y avait des maîtrisards, des gens qui étaient nantis de la Licence ; les bacheliers c’est plusieurs dizaines. Les meilleures graines aujourd’hui de la police se trouvent dans cette promotion qui constitue un réservoir de bons fonctionnaires de police. Je ne suis pas en train de dire que les autres promotions n’en disposent pas mais j’estime que la 27ème et la 28ème sont à peu près aujourd’hui la crème, l’intelligentsia de la police. Et, c’est à l’actif de ceux-là qui étaient aux affaires lors de ces recrutements. Vous voyez ces statistiques : 33 commissaires de police, on aurait pu mieux faire s’il n’y avait pas des contingences liées  à l’exercice d’une profession aussi rude que la police. Il y a également ce nombre un peu encourageant d’inspecteurs de police 29, et 59 officiers de paix, ce sont des cadres intermédiaires. C’est vous dire que lorsque les concours seront rouverts, les 62 autres vont rapidement franchir le cap, et donc les chiffres ne mentent pas ; constatez avec moi que j’ai de bonnes raisons de m’extasier. Seulement que ma joie aurait été totale si on n’avait pas enregistré de décès dans nos rangs, s’il n’y a pas eu de démissionnaires. Cerise sur le gâteau, la police contient en son n-promotions.Mais cette promotion fait partie des rares ayant en son sein des magistrats. Donc cela confirme tout ce que je suis en train de vous dire.

Nous au niveau de la 28ème promotion, nous allons jouer notre partition, nous allons contribuer, aux côtés de pairs, à régler la question de la sécurité pour que le Béninois se sente en paix, en quiétudeet tranquille.

Je rebondis sur ce dernier aspect de votre intervention pour vous demander si vous êtes en train de transmettre progressivement le flambeau puisque dans une dizaine d’années vous allez vous éclipser et laisser place à d’autres ?

Vous faites bien d’en parler. Nous avons commencé depuis longtemps à transmettre le flambeau comme vous le dites puisque le processus est un travail de longue haleine, et l’administration policière est consciente de la situation. C’est pourquoi il y a eu plusieurs recrutements pour lesquels les éléments de la 28ème promotion et d’autres promotions s’échinent à former tous les jours. Donc le processus de passage de témoin est bien huilé et ça se passe très bien. Mais ce n’est pas dans dix ans que nous allons partir, puisqu’il y a eu des réformes qui nous permettent d’aller au-delà.

Propos recueillis par J.B

En savoir plus...

Mécontentements dans le secteur de la santé : Grève illimitée des médecins en spécialité

sante

Ils n’entendent point baisser la garde jusqu’à satisfaction totale de leur plateforme revendicative. Indignés et frustrés contre les conditions précaires et misérables de leur formation, les médecins en spécialité décident donc de recourir à un mouvement illimité de paralysie des activités dans les Centres hospitaliers universitaires (Chu). Et ceci depuis lundi dernier. Réunis au sein de l’Association Médecins en Spécialité (AMES), ces derniers exigent l’abrogation de l’arrêté rectoral N° 048-2015/UAC /SG/AC/ VR-AARU/SS du 15 juillet 2015 portant fixation des droits universitaires des apprenants en formation pour les diplômes d’études spécialisées à la Faculté des Sciences de la Santé de l’Université d’Abomey-Calavi. A en croire les grévistes, avec cet arrêté, les frais ont subi une augmentation de 500.000 FCFA d’emblée contraignant beaucoup de médecins à mettre en berne leur volonté de se spécialiser. « Cette hausse des frais de formation survient dans un contexte où il y a une absence de bourses d’entrée en spécialité avec un concours d’internat qui a du plomb dans l’aile », a souligné Dr Gilbert Fassinou, le porte-parole de l’association. les médecins en spécialisation revendiquent également, entre autres, la définition du statut du médecin en spécialité au Bénin, l’amélioration du plateau technique des CHU, la baisse des coûts des prestations des soins au CNHU afin de faciliter l’accès des populations à des soins de qualité et l’attribution d’un salaire minimum à tous les médecins en spécialité.

Aziz BADAROU

En savoir plus...

Fonction publique sous la Rupture : Bientôt de nouveaux chômeurs

patrice-talon

De nouvelles personnes pourraient perdre leurs emplois prochainement. Plusieurs décisions du Conseil des ministres de ce mercredi annoncent en tout cas un grand nettoyage au sein de la fonction publique.

Le gouvernement de la Rupture compte assainir l’administration publique. Patrice Talon et son équipe veulent en finir avec les faussaires qui jonchent la fonction publique. Au moins trois décisions ont été prises à cet effet le mercredi 11 janvier 2017 au cours du Conseil des ministres. « En marge des lois et règlements fixant les modalités d’intégration dans la Fonction publique, le gouvernement avait procédé à partir de 2006 au reversement en qualité d’agents contractuels de l’Etat, des catégories ci-après de personnes : enseignants communautaires, contractuels locaux recensés et reconnus par l’Etat, agents ˝mesures sociales˝… agents contractuels payés sur les projets, les stagiaires restés au service de l’administration au terme de leur période de stage de pré-insertion professionnelle et qui ont été redéployés. Des missions de vérification des conditions de reversement ont relevé les dysfonctionnements avec de faux diplômes, faux certificats, des discordances de date d’une pièce à l’autre», a soulignéhier le ministre d’Etat, Secrétaire général de la présidence de la République, Pascal Irénée Koupaki au cours d’un point de presse. « Ces dérapages, a-t-il poursuivi, ont fait porter l’effectif global des agents reversés à 35.000 au lieu d’une estimation initiale de 8.000 ». A l’entendre, le suivi-évaluation de l’opération de reversement sera réalisé« en vue de clôturer définitivement cette opération qui aurait dû prendre fin il y a neuf ans, c’est-à-dire en décembre 2007». Il y aura également le recensement des occasionnels, éducateurs, éducatrices et communautaires recrutés par les Communautés et autres structures de l’Etat servant le système éducatif béninois depuis 2007 et années antérieures et restés aux postes jusqu’en 2016. L’autre opération non moins importante qui sera bientôt concrétisée reste selon Pascal Irénée Koupaki, l’audit des effectifs de la fonction publique.  Ladite opération sera conduite par un  cabinet qui « devra proposer des approches de solutions permettant le redéploiement des agents, le renforcement de l’employabilité des agents dans de nouvelles structures d’accueil, une meilleure adéquation profil-poste ». « La finalité de cet audit est d’asseoir une véritable gestion prévisionnelle des emplois, des effectifs et des compétences», a précisé le Secrétaire général de la présidence de la République. Mais il ne faut pas se leurrer : plusieurs personnes pourraient quitter l’administration publique puisque l’objectif du gouvernement est de "purger"la fonction publique. Il y aura  sans doute de nouveaux chômeurs. Ils devront gonfler le rang de  ceux qui sont déjà en difficulté  à l’Office national d’appui à la sécurité alimentaire (Onasa), de l’Office national de stabilisation et de soutien des prix des revenus agricoles (Ons) ; des structures qui seront incessamment liquidées. Plusieurs détenteurs de faux diplômes seront démasqués. C’est évident. Mais le nombre des sans-emplois va s’accroitre. Patrice Talon a-t-il les solutions pour épargner au pays des mouvements sociaux que pourraient déclencher les milliers de personnes renvoyées de l’Administration? C’est une grande préoccupation.

Mike MAHOUNA

En savoir plus...
S'abonner à ce flux RSS

Application Mobile

app-mobile-android

Abonnement Numérique

abonnement-numerique

Abonnement Papier

abonnement-papier

Inscrivez-vous à notre Newsletter et revevez l'information en continu ! Les dernières nouvelles, les dernières déclarations, l'information où que vous soyez !