TPL_GK_LANG_MOBILE_MENU

Cash-and-arts-4-matin-libre

A+ A A-

Banniere web 728x90px-01

Faciliter la libre circulation sur le Corridor Abidjan-Lagos : Borderless en caravane pour sensibiliser les acteurs

Borderless

Sous les auspices de la Commission de la Cedeao, l’Alliance Borderless a entamé depuis le 13 mars 2018 une caravane sur le corridor Abidjan-Lagos. Pendant 12 jours, une série d’activités à savoir des ateliers de sensibilisation des acteurs des secteurs privé et public, des ateliers d’échanges bilatéraux un atelier à Abidjan et à Lagos sont organisés sur tout long du corridor. Hier, lundi 19 mars 2018, c’était le tour de la frontière Bénin-Nigéria à Sèmè-Kraké d’accueillir l’atelier conjoint des agences frontalières sur la facilitation du commerce. Il a connu la participation des autorités béninoises et nigérianes, de même que des transporteurs, des commerçants des agents de la Police et de la Douane des deux pays.

En organisant cette mission, l’Alliance Borderless veut renforcer les capacités des fonctionnaires et parties prenantes aux frontières, recueillir des informations au plan national dans la mise en œuvre des accords de la Cedeao sur la libre circulation des personnes et des biens et sur la facilitation du commerce et des transports sur le corridor Abidjan-Lagos. Pour le secrétaire exécutif de l’Alliance Borderless, la caravane vise spécifiquement à sensibiliser les acteurs du commerce transfrontalier en vue de l’élimination des barrières qui l’entravent, échanger sur les difficultés entre les deux pays en matière d’échange, explorer des pistes pour accroître les échanges sur le corridor Abidjan-Lagos.

Dans son allocution, Hassan Bello, directeur général du Conseil national des chargeurs du Nigéria, structure partenaire de l’Alliance Borderless, a mis l’accent sur la protection des transports en coopération avec le port, poumon économique, la protection des investisseurs, la mise en place des informations afin de réduire les coûts et les protocoles. Tout en regrettant le niveau très bas des échanges, 8%, entre les pays africains, il dit espérer de cet atelier la mise en œuvre des stratégies pour la facilitation du transport des personnes et des biens sur le corridor.Son homologue du Bénin Bruno Kangni, Dg/Cncb a abondé dans le même sens. Pour lui, suivre les pratiques nuisibles à la fluidité du transport, les tracasseries routières en vue de leur élimination, contribue au développement du commerce transfrontalier. Cette initiative de Borderless qui vise à faire de la gestion optimale des corridors un vecteur essentiel de l’économie entre les pays de la sous-région, a-t-il souligné, est en parfaite symbiose avec les missions de la Cncb. Que ça soit l’ambassadeur du Nigéria près le Bénin, ou Victorin Honvo, directeur du cabinet du ministre des infrastructures et des transports, ils ont tous plaidé pour le retour des bonnes pratiques sur le corridor afin de faciliter les échanges entre le Bénin et le Nigéria.

Après quelques exposés, les échanges interactifs ont permis d’énumérer quelques entraves à la libre circulation sur le corridor Abidjan-Lagos qui regroupe la Côte d’Ivoire, le Ghana, le Togo, le Bénin et le Nigéria et représente 60 à 75% du commerce de la Cedeao.

Bertrand HOUANHO

Dernière modification lemercredi, 21 mars 2018 04:12
Connectez-vous pour commenter
Retour en haut

Application Mobile

app-mobile-android

Abonnement Numérique

abonnement-numerique

Abonnement Papier

abonnement-papier

Inscrivez-vous à notre Newsletter et revevez l'information en continu ! Les dernières nouvelles, les dernières déclarations, l'information où que vous soyez !