TPL_GK_LANG_MOBILE_MENU

Cash-and-arts-4-matin-libre

A+ A A-

Banniere web 728x90px-01

Gestion du Port autonome de Cotonou par Port of Antwerp International : Les syndicats de la plateforme optent pour la paralysie

port-autonome-de-cotonou

Suite à la décision du gouvernement béninois de confier la gestion du Port autonome de Cotonou au délégataire, le Port d’Anvers, les syndicats de la plateforme portuaire viennent d’opter pour la paralysie des activités comme stratégie de riposte. La décision a été prise à la faveur d’une Assemblée générale qui s’est déroulée dans les locaux du ministère des transports hier, jeudi 11 janvier 2018…

Si malgré la menace de paralysie des syndicats de la plateforme portuaire de Cotonou, le gouvernement béninois a procédé, lundi 08 janvier 2018, à la signature du contrat de gestion du Port autonome de Cotonou avec l’administrateur délégué du port international d’Anvers, Kristof Waterschoot, les travailleurs n’entendent pas également se laisser faire. Le ton étant déjà à la révolte dans le rang des travailleurs de la plateforme portuaire de Cotonou, le bras de fer gouvernement-syndicats semble désormais inévitable. Prenant la parole, le secrétaire général de la Confédération des syndicats des travailleurs du Bénin (Cstb), Kassab Mampo a dénoncé la politique de “tout privatiser“ du régime en place et la bâillonnement des libertés. Pour lui, le gouvernement a déjà sacrifié des milliers d’emplois pour accroitre le taux de pauvreté et ne privilégie point un dialogue social franc et inclusif. A l’en croire, le retrait du droit de grève aux travailleurs de certains secteurs constitue une violation de la Constitution béninoise et qu’il urge que tous les travailleurs s’entendent pour freiner le gouvernement dans cet élan anti-démocratique. Il a invité les syndicats de la plateforme portuaire de Cotonou à se joindre à la grève déclenchée par la Confédération syndicale. Des interventions des travailleurs, il ressort qu’il faut recourir à un mouvement de paralysie. Quant au secrétaire général du Syntrapac, Urbain Kanlinsou, il a rassuré de la détermination des responsables syndicaux à déclencher la grève mais il a mis en garde les briseurs de grève qui pourraient fragiliser le mouvement. Ainsi, un délai de 72h a été accordé aux responsables syndicaux de la plateforme pour rendre public, la motion de grève. La cessation de travail sur la plateforme portuaire est annoncée donc pour la semaine prochaine. Dans une correspondance adressée à l’autorité ministérielle, les responsables syndicaux du Port, de la Sobemap, du Cncb, de la Cobenam et du ministère ont désapprouvé la décision du Chef de l’Etat de confier la gestion du poumon de l’économie nationale à un délégataire. Pour ces derniers, il s’agit d’une “réforme dénudée de tout sens et qui viole les conclusions de l’atelier de réflexion sur le dossier de recrutement d’un mandataire pour la gestion du Port autonome de Cotonou tenu à Bohicon du 10 au 12 août 2017. Un atelier au cours duquel, des experts nationaux et internationaux ont ressorti les dangers encourus par le peuple béninois au cas où le gouvernement mettrait en œuvre une telle réforme. De plus, ces derniers déplorent ne pas avoir été associés à la mise en œuvre d’une réforme qui concernent pourtant les travailleurs, les acquis socioprofessionnels des partenaires sociaux. « Comment comprendre le conflit d’intérêt qui entoure la désignation du délégataire retenu qui en effet, avait été commis par le gouvernement pour un audit organisationnel et dont le rapport n’a jamais fait objet de restitution, ni d’approbation par le Conseil d’administration ? Ne s’agit-il pas dès le départ d’un complot délibéré et arbitraire en vue de la délégation de gestion préméditée au profit de cette société belge qui avait fait l’audit courant janvier-février 2017 ? » S’interrogent les syndicalistes dans leur correspondance. De toute façon, si la Rupture n’entend pas abandonner l’idée de confier la gestion du poumon de l’économie nationale à un privé, les travailleurs également n’entendent pas démordre. Et ils pourraient déclencher un mouvement grève d’ici mardi prochain.

Aziz BADAROU

Dernière modification lelundi, 15 janvier 2018 04:24
Connectez-vous pour commenter
Retour en haut

Application Mobile

app-mobile-android

Abonnement Numérique

abonnement-numerique

Abonnement Papier

abonnement-papier

Inscrivez-vous à notre Newsletter et revevez l'information en continu ! Les dernières nouvelles, les dernières déclarations, l'information où que vous soyez !