TPL_GK_LANG_MOBILE_MENU

Cash-and-arts-4-matin-libre

A+ A A-

Banniere web 728x90px-01

Contrôle interne des comptes de la Ccib : De graves manquements relevés dans la gestion de Satchivi

jean-baptiste-satchivi

La gestion faite de la Chambre du commerce et d’industrie du Bénin (Ccib) par son président Jean-Baptiste Satchivi depuis l’installation en 2014 de la nouvelle équipe ne respecte aucune orthodoxie financière. Outre le trésorier général qui, dans un courrier, a dénoncé la confiscation par le secrétaire général de ses prérogatives avec la bénédiction du président Satchiviet la mise en exécution du budget du Trie sans l’approbation du Bureau et de l’Assemblée consulaire, les commissaires aux comptes de l’institution ont relevé de graves irrégularités après l’audit de contrôle interne, exercice clos le 31 décembre 2015. Dans une note de recommandations qu’ils ont adressée en novembre 2017 à la Ccib, les commissaires aux comptes ont dressé la liste des manquements constatés dans la gestion. Dans un premier temps, ils ont fait le Point des recommandations antérieures à l’exercice 2015 et qui n’ont pas été mises en œuvre. Il s’agit par exemple de l’inexistence de contrôles internes liés à la qualité des imputations comptables avec comme risque la non fiabilité  de l’information comptable de la Ccib, l’inexistence d’un mécanisme de contrôle du recouvrement effectif des fonds Trie en l’occurrence les reversements de la part de l’administration douanière, l’inexistence des livres comptables obligatoires cotés et paraphés… la liste n’est pas exhaustive. Après avoir fait le rappel des recommandations antérieures non prises en compte, les commissaires aux comptes ont, en second lieu, dresser la liste d’autres irrégularités tout aussi graves. On peut citer, la non élaboration des comptes et la non accomplissement de la reddition de comptes en vue d’un contrôle juridictionnel pour les comptes du fonds de garantie Trie, le retard dans l’arrêté des comptes avec pour effet une comptabilité non à jour, le paiement de jetons de présence dépourvu de base légale, la non justification des missions par des ordres de mission et des rapports de mission, la non justification des achats de billet d’avion par une copie du billet, etc.

Ces manquements, par leur nature et leur nombre, dénotent d’une légèreté rare dans la gestion de la Chambre de commerce et d’industrie. Pire, c’est comme si le président n’est nullement préoccupé par les irrégularités relevées dans les rapports des commissaires aux comptes à tel point que la liste des manquements s’allonge chaque année et s’ajoute à celle des rapports antérieurs et dont les recommandations n’ont même pas connu un début d’amélioration. A ce rythme, les opérateurs économiques peuvent s’inquiéter du sort de leur maison commune après le passage de l’actuel président.

M.M

Dernière modification lemardi, 26 décembre 2017 06:24
Connectez-vous pour commenter
Retour en haut

Application Mobile

app-mobile-android

Abonnement Numérique

abonnement-numerique

Abonnement Papier

abonnement-papier

Inscrivez-vous à notre Newsletter et revevez l'information en continu ! Les dernières nouvelles, les dernières déclarations, l'information où que vous soyez !