TPL_GK_LANG_MOBILE_MENU

MTN NEW GO 970x250 Px-01-1

A+ A A-

Revirement spectaculaire dans le dossier Pvi : Avec Laourou, la Douane inquiète

marcelin-laourou

Lors d’une conférence de presse, mercredi 19 avril 2017, la Douane a pris fait et cause pour le Retour du Programme de vérification des importations (Pvi-Ng). Curieuse position qui, non seulement va à l’encontre des craintes exprimées par l’Amicale des retraités de la Douane, mais qui est également contraire à la position défendue en son temps par le secrétaire général du Sydob Marcellin Laourou lorsqu’il soutenait le gouvernement Yayi dans le conflit qui l’opposait à l’homme d’affaires Patrice Talon à propos de la suspension du Pvi-Ng.

Le 11 avril 2017, lors d’une sortie médiatique, l’Amicale des retraités des douanes béninoises a émis de sérieuses réserves quant à la probabilité d’un conflit d’intérêt avec la reprise des activités de Bénin Control. Selon la déclaration des douaniers retraités, les risques d’une parfaite collusion contre les intérêts de l’Etat sont très élevés avec les positions stratégiques actuelles de certains autres anciens responsables et collaborateurs de cette société : il s’agit de Bernard Amoussouprécédemment Directeur d’exploitation adjoint de Bénin-Control et actuel Directeur Général de la Sobemap, Hervé Hêhomey ancien responsable important de Bénin-Control et actuel Ministre des Infrastructures et des Transports, Joseph Djogbénou avocat de Bénin-Control et actuel Ministre de la Justice. Au cours de cette sortie, l’Amicale des retraités avait déclaré exactement ceci : « Ainsi, en instruisant le Ministre de l’Economie et des Finances et celui des infrastructures et des transports à l’effet de négocier avec BENIN-CONTROL la modification du contrat de marché du 09 Février 2011 relatif à la mise en place du Programme de vérification des importations de Nouvelle génération sur la base des propositions retenues par les deux parties, le Gouvernement donne carte blanche à la société BENIN-CONTROL pour fixer unilatéralement les conditions de ses prestations. Quand on se rappelle qu’au plus fort de son idylle avec le régime YAYI Boni, les agents de BENIN-CONTROL arrivaient facilement à dessaisir les agents des Douanes de leurs prérogatives sur les parcs de ventes des véhicules d’occasion, que le Directeur d’Exploitation pouvait dicter des instructions au Receveur des Douanes, quand on se souvient qu’à ce moment-là BENIN-CONTROL tentait de manière insidieuse de se  substituer à la Douane, il y a de quoi s’inquiéter sérieusement aujourd’hui ». Les douaniers retraités émettaient ces critiques le 11 avril 2017, soit 11 jours après la reprise des activités de Bénin-Control après une décision prise en Conseil des ministres le 15 mars 2017.

Dès lors on est en droit de se demander à quel moment les inquiétudes émises quant à la relance du Pvi ont été prises en compte, les divergences applanies pour que la Douane se mette aujourd’hui à défendre  ce même Pvi qu’elle avait combattu sous le régime Yayi. Les questions liées ai respect des prérogatives de la Douane et de Bénin-Control sont-elles maintenant toutes résolues?

Le Pvi, mauvais  sous Yayi, bon sous Talon On se souvient également, au temps fort de la crise née de la suspension du Pvi par le régimeYayi, des multiples déclarations du Sg/Sydob Marcellin Laourou qui se fait toujours entouré, comme c’est encore aujourd’hui le cas, du Dg/Douane et d’autres responsables pour accabler l’homme d’affaires Patrice Talon et donner sur toute la ligne raison au gouvernement Yayi pour avoir eu la ‘’brillante’’ idée de mettre fin aux activités de Bénin-Control au port de Cotonou. Face à la presse, le vendredi 06 novembre 2015, Marcellin Laourou, le Dg/  Douane et le colonel Théophile Soussia, ex-Dg/Douane d’alors déclaraient ceci : « dans la filière des véhicules d’occasion, de 2011 à mars 2012 (Période de la mise en œuvre du Pvi),  l’Etat béninois a perdu plus de 07 milliards de Fcfa, pendant que Bénin Control Sa gagnait environ 06 milliards. Pendant  la même période, une baisse de 18% a été enregistrée sur les trafics portuaires. Après la suspension des prestations de Bénin-Control, la douane béninoise a pu enregistrer une recette de 322 milliards de  Fcfa à la fin de l’année 2012. Mieux, l’année qui a suivi, elle a enregistré un dépassement de 19 milliards en dehors du gap des 500 milliards fixés et obtenus ». Raison pour  laquelle, ils remercient le Chef de l’Etat d’alors (Boni Yayi) pour avoir supprimé ce partenariat qui n’a fait que ruiner les caisses de l’Etat. Au sujet du décaissement « frauduleux » des 2,7 milliards par Patrice Talon, Marcellin Laourou avait affirmé que l’homme d’affaires (Patrice Talon) était une menace pour le développement des activités douanières.

Mais ça, c’était avant. Autre temps, autre mœurs est-on censé de dire. Aujourd’jui le discours a changé de façon radicale.

La douane inquiète

Des soupçons de corruption à l’organisation de concours jugé frauduleux, la Douane fait maintenant parler d’elle par ces revirements spectaculaires au sujet du Pvi. Elle était le corps doigté à tort ou à raison comme le plus enclin à la corruption du fait de sa fonction. Au temps de Yayi, c’est l’organisation de concours « frauduleux » au profit de la Douane qui a alimenté la polémique. Aujourd’hui, la Douane en arrive jusqu’à battre en brèche les arguments qu’elle-même avait développé pour aller contre le Programme de vérification des importations. Demain sur quoi la Douane va-t-elle encore surprendre les Béninois ? Matin Libre reviendra sur quelques propos tenus par Marcellin Laourou contr le Pvi dans ses prochaines parution.

B.H

Dernière modification lelundi, 24 avril 2017 05:02
Connectez-vous pour commenter
Retour en haut

Application Mobile

app-mobile-android

Abonnement Numérique

abonnement-numerique

Abonnement Papier

abonnement-papier

Inscrivez-vous à notre Newsletter et revevez l'information en continu ! Les dernières nouvelles, les dernières déclarations, l'information où que vous soyez !