TPL_GK_LANG_MOBILE_MENU

MTN COUVERTURE 4G BILLBOARD 970x250-px-01

A+ A A-

Culture

Sketches radiophoniques : Le nouveau « topo » de la Lapro-Théâtre pour démocratiser l’accès à l’art

sophie-metinhoue

La section béninoise de la Ligue africaine des professionnels de théâtre (Lapro-Théâtre) s’engage à servir du sketch aux populations, par le biais de la radio. Un rendez-vous qui est fixé tous les dimanches à la radio nationale.

Des sketches pour divertir et éduquer les auditeurs de la radiodiffusion nationale. Sur la 98.2 et la 94.7 qui sont les fréquences de Radio Bénin et Radio Bénin Alafia. Désormais, tous les dimanches à partir de 15 heures 10 minutes, la Lapro-Théâtre s’invite dans les ménages pour apporter de la joie aux auditeurs, à travers ces sketches de bonne facture, avec de talentueux interprètes, membres de la Ligue. Après donc ses différentes tournées pour amener le théâtre à l’école et d’autres projets de développement de l’art, la Lapro-Théâtre veut désormais diffuser l’art à partir de la radio.

Créée il y a environ neuf ans, la Ligue africaine des professionnels de théâtre, regroupe des comédiens professionnels qui tirent la majeure partie de leurs revenus de la pratique du théâtre et des métiers connexes. L’association est actuellement dirigée par Sophie Mêtinhoué-Dansou, une comédienne bien connue au Bénin et ailleurs.

YPL

En savoir plus...

Hkh-Mtn 2015 : Un concert met fin au festival

hkh

Du 30 mars au 04 avril 2015, le festival Hip-hop kankpé – Mtn aura mobilisé la jeunesse béninoise autour de la musique urbaine. Les feux se sont éteints samedi 04 avril dernier sur cette édition de l’événement créé il y a quatorze ans par le groupe Ardiess.

Et de deux pour Hkh-Mtn. La quatorzième édition du  festival organisé pour la deuxième fois  grâce au réseau de téléphonie  mobile Mtn-Bénin a pris fin par un concert au Palais des congrès de Cotonou. Sur la même scène, la crème du hip hop béninois et africain, a évolué et le public a pu suivre les prestations des artistes comme Mutant,, Hypnoz, le cmerounais Jovi et le nigérian J.Martins, tête d’affiche de ce concert de clôture du festival Hkh-Mtn 2015.

Pendant les six jours sur lesquels s’est tenu Hkh-Mtn 2015, ateliers de formation, débats et spectacles ont meublé le programme. Le successeur de Hypnoz qui a enlevé le grand prix d’un montant de 5 millions l’année dernière, a été connu. C’est au cours d’une soirée  de délibération tenue le vendredi 03 avril à l’institut français du Bénin. Les projecteurs sont donc éteints sur Hkh-Mtn 2015 et rendez-vous est pris pour les éditions à venir.

En savoir plus...

Nouvelle édition du roman ‘’Amour de féticheuse’’ : L’œuvre de Félix Couchoro établie et annotée par Guy Ossito Midiohouan

amour-de-feticheuse

C’est à un véritable travail de fourmi que le professeur de littérature africaine, Guy Ossito Midiohouan, s’est consacré. Pour une version authentique quasi inexistante du roman intitulé ‘’Amour de féticheuse’’ dont l’auteur est Félix Couchoro, l’universitaire s’est donné les moyens pour reconstituer ce texte dont lui-même ne possède que « la photocopie de la photocopie de la version originale datée du 20 Mars 1939». Ce qui sans doute semble être l’authentique version selon les explications du Professeur. En réalité il s’agit d’un texte dont la facture littéraire, aux dires du Professeur, n’est plus à démontrer. Et il s’est fait qu’au cours de son étude dans les amphis théâtre à l’université, les différentes fouilles pour l’obtention de la version originale se sont révélées infructueuses voire vaines. Ainsi, la seule détenue par le Professeur a commencé par voler en lambeaux puisque photocopié par la pléthore d’étudiants qu’il a à sa charge. C’est alors que le Professeur Guy Ossito Midiohouan s’est donné la mission de restituer en réédition le texte. Mais il faut souligner qu’il n’est pas le premier à se donner à cet exercice. Avant lui,  d’autres versions ont été déjà servi notamment dans le journal ‘’Togo-presse’’ puis dans les ‘’œuvres complètes’’. Cela n’a quand même pas émoussé l’ardeur du critique Guy Ossito Midiohouan, qui lui,  avec les son regard d’analiste a trouvé des incorrections qu’il s’est évertué de redresser. C’est donc cette nouvelle version annotée et introduite qui vient de paraitre fraichement sur le marché bibliographique béninois. Il importe de mentionner qu’en dehors des quelques incorrections retouchées au plan grammatical et autres, c’est la vrai version qui a été restituée sans écorcher la mémoire de l’auteur réel, Félix Couchoro.  

 (Stag)

En savoir plus...

4ème édition du festival Cantique : Boko Nahum et son équipe mettent l’art au service de Dieu

boko-nahum

« Il faut que être artiste gospel ne soit pas juste pour passer un message et parler de Jésus. Il faut qu’il y est la technique et que le spirituel accompagne aussi »  c’est convaincu de cette vision prospective que Boko Nahum, Cyriaque Batcho  et tout le reste de l’équipe organisatrice du festival cantique s’attellent à transmettre, depuis quatre ans, les rudiments nécessaires pour aguerrir tous ceux qui aspirent à être chantre de l’éternel par le biais des arts. Dans ce sens, la grande salle du Fitheb a abrité ce Lundi 06 Avril une séance de restitution des acquis par le truchement d’un géant concert pour ce qui concerne la catégorie musique. Le festival cantique, aux dire de ses organisateurs,  sert de plateau pour outiller les aspirants au métier de Cinéma, de musique, du théâtre, la danse pour ne citer que ceux-là. « Notre objectif c’est de mettre l’art au service de l’évangélisation » aura laissé entendre Boko Nahum, le coordonnateur du festival.   Au nombre des artistes venus égailler le public au cours du concert figurent : Aimé Isaac, Manuella, Egénin, Geoffroy pour ne citer que ces chantres de Dieu.

boko-nahum1

 (Stag)

En savoir plus...

Marché bibliographique béninois : « Omon-mi (Mon enfant) » désormais disponible

omon-mi

Une nouvelle pièce de théâtre du promoteur culturel, dramaturge et ancien Directeur par intérim du Fitheb, Ousmane Alédji, sur le marché. Paru aux Editions Plumes soleil en collaboration avec Artisttik Edition, l’ouvrage a été rendu public ce mercredi 08 Avril 2015 au centre culturel Artisttik Africa pour le grand bonheur des lecteurs, comédiens et metteur en scène. Il s’agit en fait d’une pièce qui a été créée  depuis une décennie par le théâtre Agbohounkoko en coproduction avec le festival ‘’Afrique noire’’ et qui a été déjà distribuée plus d’une fois. Aujourd’hui le dramaturge  a fait l’option de faire un condensé de toutes ces scènes,  entre temps interprétées, au format livresque. Présenté au cours de la cérémonie par le Professeur de théâtre Pierre Mèdéhouègnon, ‘’Omon-mi (Mon enfant)’’ traite d’un sujet qui défraie la chronique aujourd’hui et alimente les débats. ‘’Le traitement réservé aux enfants dits sorciers dans certaines communautés’’ est le sujet passé au peigne fin. A la suite donc des ‘’Couleurs de la nuit’’, du ‘’Cadavre mon bel amant’’ et ‘’Le temps des sourires’’, Ousmane Alédji tutoie de nouveau par écrit l’un des problèmes qui farcirent l’image de l’Afrique mais qui continue de faire la fierté de certaines communautés au Bénin. Et si on devrait résumer l’ouvrage en un mot, dira son présentateur, ce sera « l’infanticide ».  Le dramaturge s’est investi à placer ce sujet dans un contexte socioculturel particulier, fera savoir Pierre Mèdéhouègnon. « Les politiques traditionnelles imposent dans certains milieux qu’on sacrifie des enfants qui ont des marques particulière à la naissance » va-t-il laisser entendre. Ainsi Ousmane Alédji n’est pas allé par deux chemins pour peindre de manière esthétique cette sombre réalité de la tradition africaine qui se trouve être en déphasage avec les principes humanitaires et qui arpente, pour le moins qu’on puisse dire, l’animosité crue.  Au plan formel, il faut retenir que cette pièce riche de treize scènes réparties sur environ quatre-vingt-douze pages marque la rupture avec les structures et règles canons connues aux pièces de théâtre et il faut y avoir accès pour mieux la découvrir.

ousmane-aledji

Teddy GANDIGBE (Stag)

En savoir plus...

Prix du Président de la République : Le concours littéraire va feuilleter sa cinquième page

councours-litteraire

(Les éditeurs béninois à l’honneur)
Le concours national littéraire « Prix du Président de la République » va connaître sa cinquième édition. Une édition de renaissance de ce challenge qui vise à susciter chez les écrivains béninois, le goût du travail bien fait.

Les inscriptions au concours national littéraire « Prix du Président de la République » sont ouvertes jusqu’au jeudi 30 avril prochain. Cette cinquième édition du concours répond, selon le Secrétaire général du ministère de la  culture, aux recommandations de la charte  culturelle du Bénin. C’est une manifestation mise en œuvre par la Direction nationale de la promotion du livre et de la  lecture qui vise à  positionner le Bénin sur la scène littéraire africaine et mondiale. Son objectif est  également d’encourager et soutenir  les acteurs de la chaîne nationale du livre, de promouvoir la création littéraire et enrichir le patrimoine éditorial  national. Le Concours littéraire « Prix du Président de la République » est un événement biennal qui s’intéresse au genre « roman », pour le compte de cette  cinquième édition.

Les auteurs de nationalité béninoise qui ont déjà  publié des œuvres  entre le 1er janvier 2010 et le 30 avril jour de clôture, sont concernés par ce concours. Toutefois, ce sont les éditeurs  qui sont habilités à présenter des candidatures parmi les auteurs de leur catalogue.

Rigobert Kpanikpa Kouagou aura son prix

C’est  en août prochain que l’opinion connaîtra le nom de l’heureux gagnant du « Prix du Président de la République » d’une valeur financière de deux millions de francs Cfa. Un prix qui  sera remis dans le  cadre  de manifestations de la Journée de  l’écrivain africain célébrée chaque 07 novembre. La réédition de l’œuvre à hauteur de 1.000 exemplaires,  sa promotion et celle de son auteur, sont les autres composantes du contenu de ce prix.

Gagnant de la quatrième édition du « Prix du Président de la République », le professeur Rigobert Kouagou attend toujours de recevoir son gain. L’occasion de lancement de la cinquième édition a été saisie par Anne-Marie Odounharo, Directrice nationale de la promotion du livre et de la lecture, pour rassurer de ce que le lauréat sera primé en même temps que le vainqueur de la cinquième édition.

Un comité de présélection et un jury composé d’écrivains, d’enseignants et de journalistes-chroniqueurs, sont mis en place pour le compte de cette cinquième édition du « Prix du Président de la République ».

YPL

En savoir plus...

Festival Hkh-Mtn : Les hostilités de la quatrième édition sont lancées

hkh-affiche

C’est parti pour l’édition 2015 du Festival Hip hop Kankpé (Hkh-Mtn). Le top des activités a été donné hier mercredi 1er avril où des attractions ont déjà été au programme. Une fois encore, le festival Hip Hop Kankpé écrit sa propre histoire. Une histoire qui a commencé depuis plus d’une dizaine d’années et qui n’est pas prête de s’arrêter en si bon chemin. Le festival a d’ailleurs pris de l’ampleur depuis le début de la collaboration entre ses initiateurs, le groupe de rap Ardiess et la société de téléphonie mobile Mtn. A la salle 3 de l’Institut français du Bénin ce mercredi 1er avril, une conférence débat a capté l’attention de la jeune génération de rappeurs béninois. En face d’eux, il y avait les arrangeurs et par ailleurs artistes, Eric Gbèha et Oscar Kidjo. A leur côté, un rappeur interplanétaire qui n’est plus à présenter, Didier Awadi le bénino-sénégalais. L’objectif de cette rencontre était d’échanger des expériences entre professionnels avertis et classe montante de la musique urbaine béninoise. « Comment assurer la participation des rappeurs béninois sur les scènes des festivals africains, voire internationaux ? » était le thème autour duquel les discussions ont été menées. Rappeurs, aspirants au métier de management, managers, régisseurs et journalistes ont confronté leurs idées au cours de cette belle rencontre de donner et du recevoir. Du côté des panélistes que de celui des participants à la rencontre, beaucoup de points de vue pertinents ont été soulevés. La journée de ce mercredi a également été meublée par des ateliers de rap et de graffiti et un podium rap qui a réuni de jeunes gens et férus de la musique rap. Démarrée ce lundi 30 mars, le festival Hkh-Mtn 2015 prendra fin le samedi 04 avril prochain avec un géant concert prévu pour se tenir sur l’esplanade du palais des congrès de Cotonou. Ardiess dans sa forme réduite, Wilf Enighma, Big C, Joci, Tour de Garde, 4 Seasons, 100 Mark, Mutant et J. Martin seront sur la scène au côté du jeune talent Hypnoz qui a enlevé l’année dernière le grand prix du festival Hkh-Mtn 2014. Un prix constitué d’une importante enveloppe financière et de la réalisation de son single « Kounawo » dont le clip est disponible depuis quelques jours.

YPL

En savoir plus...

Faci 2015 : Pleins feux sur les arts et culture Isha, Ifè et Idaasha

faci-2015

La commune de Dassa abrite à partir de ce mercredi 1er avril 2015, la cinquième édition du Festival des arts et culture Idaasha (Faci). Une occasion pour les natifs de l’aire culturelle Isha, Ifè et Idaasha de célébrer leurs valeurs culturelles.

A la veille du lancement des manifestations, le comité d’organisation dirigé par Emile Kougbadi, Directeur général de l’Agence béninoise de service universel des communications électroniques et de la poste (Absu-Cep), a rencontré les médias pour préciser les enjeux du festival.

Pour la cinquième fois, le Festival des arts et culture Idaasha (Faci) qui se tient alternativement entre les communes de Dassa et de Glazoué, va mobiliser les Idaasha et assimilés autour des richesses de leur aire culturelle. Cette fête identitaire est initiée depuis cinq ans et se propose de créer un cadre de fraternité et de communion qui rassemble les populations issues des communes de Savè, Savalou, Glazoué et Dassa. Les natifs de la ville d’Atakpamè au Togo sont aussi concernés par le Faci qui se veut un creuset de célébration de la richesse et de la diversité des arts et culture Idaasha.

L’acte cinq du Festival des arts et culture Idaasha (Faci) se déroulera dans la ville de Dassa et c’est la place historique Egbakokou qui est retenue pour abriter le gros des activités prévues.

Le Faci faut-il le rappeler, vise comme objectifs de mieux connaître  les arts et culture Idaasha, de créer un cadre d’échanges, d’apprentissage et d’émulation aux artistes de la région, d’offrir un cadre d’immersion culturelle à plusieurs  catégories socioprofessionnelles et de créer une plateforme de brassage entre le peuple Idaasha et les autres communautés.

Réflexion, loisirs et détente…

Tout est mis en œuvre pour offrir une belle fête aux natifs Isha, Ifè et Idaasha entre autres dans le cadre du Faci 2015. Un volet intellectuel avec des communications axées sur le Fâ et les rites funéraires en milieu Idaasha est initié ; tout comme le volet artistique qui sera fait d’exhibitions de rythmes, danses et autres savoir-faire culturels. Les organisateurs du Faci s’engagent à faire connaître les jeux et loisirs traditionnels. Il y aura également une diffusion des contes de l’aire culturelle à l’endroit de la jeunesse surtout. L’art culinaire Idaasha ne se fera pas compter Faci 2015 et des plats traditionnels comme le Olèlè ou le Tchombô se laisseront déguster par les festivaliers qui arroseront leur nourriture du bon « tchakpalo », boisson de mil ou de maïs.
Placée sous le haut patronage de Boni Yayi, la cinquième édition du Faci est parrainée par les ministres Komi Koutché  et Jean Michel Abimbola. Les organisateurs souhaitent à terme l’institutionnalisation du festival et l’intégration des termes « Isha » et « Ifè » au sigle du Faci. Depuis 2013, un tissu imprimé avec différents motifs, est arboré par les festivaliers. Un tissu qui est encore disponible cette année.  

Y.-P. L.

Grandes lignes du programme du Faci 2015


Mercredi 1er avril :    Concert-lancement du 2ème album des « Volcans des Collines »
Jeudi 02 avril :     Election Miss Faci et projection de films  
Vendredi 03 avril :    Activités intellectuelles, projection de films, concert et soirée-conte
Samedi 04 avril :    Cérémonie officielle de lancement, dégustations populaires et appel de fonds pour la réhabilitation du palais Egbakokou 2, Concert de l’intégration et projection de films
Dimanche 05 avril: Messe d’actions de grâce, festivités  populaires, pique-nique sur  les collines et nuit de la fraternité.

En savoir plus...

Le couvre-chef à Porto-Novo : Charles Ligan «dévoile» les secrets du «gobi»

charles-ligan

Un essai pour faire connaître le chapeau traditionnel de Porto-Novo communément appelé « gobi ». L’œuvre est du journaliste, linguiste, communicateur et tout nouveau docteur de l’Université d’Abomey-Calavi, Charles Dossou Ligan.

Un livre qui se laisse lire tout le long de ses 68 pages. Il aide in fine, le lecteur a cerné tous les contours du chapeau porté par excellence par les porto-noviens. Il y a quelques semaines en effet que Charles Dossou a mis à la disposition du public, un ouvrage qui renferme les secrets du « gobi », ce complémentaire vestimentaire qui est aussi vecteur de communication.  A en croire, les lignes de l’essai « Le couvre-chef à Porto-Novo. Le gobi : sens et significations » le chapeau traditionnel « parle » selon qu’il est orienté à gauche ou vers la droite, qu’il est relevé et positionné tout droit sur la tête ou pointé horizontalement par rapport aux yeux, vers la droite ou vers la gauche. Un ensemble de messages que l’ouvrage de l’auteur Charles Ligan, a le mérite d’expliquer. La valorisation de la tenue portée par un individu, le soin apporté à son élégance, sont  entre  autres les sens du « gobi » porto-novien qui permet aussi de classer dans la hiérarchie sociale, son porteur.
Charles D. Ligan : un journaliste au parcours atypique

Sociolinguiste de formation, Charles Ligan s’intéresse à juste titre aux questions de terminologie et de traduction. L’actuel  Chef  service du développement des ressources humaines de l’Office de radiodiffusion et de télévision du Bénin (Ortb), est un spécialiste de la langue Goun. Diplômé entre autre de la Chaire Unesco des droits de la personne et de la démocratie, Charles Dossou Ligan, l’ancien enseignant  du primaire qui est passé au secondaire  puis à l’université, est depuis la semaine dernière, membre du cercle restreint des docteurs de l’Université d’Abomey-Calavi, après  la soutenance de sa thèse.
« Le couvre-chef à Porto-Novo. Le gobi : sens et significations » est son premier essai.

YPL

En savoir plus...

Théâtre : Une célébration mondiale sous le signe de la pauvre production béninoise

comediens

La communauté internationale célèbre ce jour, le quatrième art. Cette fête intervient à un moment où la création artistique théâtrale se fait désirer.

Le 27 mars est retenue pour la célébration de la journée mondiale du théâtre. C’est une journée célébrée au Bénin, à l’instar des autres pays. Généralement et comme cela sera encore le cas aujourd’hui, le message délivré par une importante personnalité sera délivré par quelques associations du secteur théâtral. Au Bénin, la situation du théâtre n’est pas reluisante en ce sens où la production se fait désirer. Pas de créations nouvelles. Professionnelles pour ainsi dire. L’univers est caractérisé par la mise en scène de pièces au programme dans les écoles. Aussi quelques festivals amateurs obligent quelques établissements scolaires ou des troupes à répéter sommairement des pièces à présenter au cours de ces festivals qui pullulent.

M.M

Une fête cinquantenaire…

La Journée mondiale du théâtre a été initiée par l’Institut international du théâtre (Itt) en 1961. Elle est célébrée le 27 mars par les Centres Itt et la communauté théâtrale dans le monde entier. De nombreuses manifestations, nationales et internationales, sont organisées pour fêter l'occasion. Mais l’événement le plus important de la Journée est certainement la diffusion du « Message international de la journée mondiale du théâtre », dans lequel une éminente personnalité des arts vivants est invitée à partager ses réflexions sur le thème du théâtre et de la paix entre les peuples. Jean Cocteau était l’auteur du premier Message international en 1962.

C’est à Helsinki, puis à Vienne lors du 9ème Congrès de l'ITI, en juin 1961, que le président Arvi Kivimaa, au nom du Centre finlandais de l’ITI, a proposé la création d'une Journée mondiale du théâtre. Le projet, soutenu par les centres scandinaves, fut acclamé. Depuis 1962, chaque 27 mars (date de l'ouverture de la saison du Théâtre des nations à Paris en 1962), la Journée mondiale du théâtre est célébrée de diverses manières par les Centres nationaux de l'ITI.

Chaque année, une personnalité reconnue pour ses qualités de cœur et d’esprit est invitée à partager ses réflexions sur le thème du théâtre et de la paix. Ce Message international est traduit dans une vingtaine de langues, lu devant des dizaines de milliers de spectateurs avant la représentation du soir dans des théâtres, publié dans des centaines de journaux et diffusé par radio et télévision dans les quatre coins du monde.

En savoir plus...
S'abonner à ce flux RSS

Application Mobile

app-mobile-android

Abonnement Numérique

abonnement-numerique

Abonnement Papier

abonnement-papier

Inscrivez-vous à notre Newsletter et revevez l'information en continu ! Les dernières nouvelles, les dernières déclarations, l'information où que vous soyez !