TPL_GK_LANG_MOBILE_MENU

MTN NEW GO 970x250 Px-01-1

A+ A A-

Culture

Akdt 2015 : Sadky se forme à nouveau

sadky

Après sa participation à l’académie d’été (Akdt) à Libramont, la jeune artiste musicienne et styliste, Sadky Goudou remet ça. Depuis quelques jours, elle est en Belgique en vue de perfectionner son art.

Sadky Goudou s’est envolée pour la Belgique, après le lancement de son premier album. C’est en effet pour la deuxième fois que Sadky part pour la Belgique dans le cadre de cette formation. L’an dernier, elle était accompagnée par une autre jeune artiste Koudy Fagbémi et a eu l’occasion de se former aussi bien en musique qu’en stylisme, deux arts dans lesquels elle veut réussir. La formation à en en croire Sadky, n’est pas de tout repos cette année. « J'ai fais la musique la semaine passée en jouant avec un groupe de jazz et j’ai fais le rap en fon » Après cette performance, la jeune artiste a suivi une formation en atelier de mode avec une professionnelle et historienne de l’art. Eric, un styliste belge a également partagé ses connaissances avec l’artiste béninois qui a été à l’école d’une autre styliste, Françoise. « J'ai beaucoup appris avec le groupe de jazz appelé Combo Jazz » affirme celle qui est à la recherche permanente du savoir. Cela a-t-elle confié, lui a permis d expérimenter son style de rap et d’élargir sa vision sur ce genre musical. Des découvertes professionnelles et techniques magnifiques, l’impression végétale qu’elle veut essayer sur ses créations futures, sont les différentes richesses que tire Sadky de sa participation à l’Akdt 2015.

M.M

En savoir plus...

Théâtre national : Quel résultat attendre de la deuxième promotion ?

theatre-national

Depuis quelques jours, la liste des nouvelles recrues du théâtre national, est rendue publique. La nouvelle section de l’Ensemble artistique national qui est à sa deuxième promotion peut-elle impacter le secteur théâtral béninois ? On attend de voir…

Une révolution notée à la Direction de l’ensemble artistique national (Dean). L’année dernière, ce qu’attendait depuis cet ensemble, est devenu une réalité. Après un appel à candidatures publié et qui a même été au cœur d’une controverse, tant les termes de l’appel étaient sujets à discussions. Les conditions posées pour être candidats étaient si bizarres que nombre d’acteurs ont dû monter au créneau pour dénoncer la chose en son temps. Le casting a été finalement chose effective et le théâtre national a été créé pour animer comme le ballet national, l’ensemble artistique national. Une création a été tentée et le peuple béninois dans son ensemble a été témoin de la pagaille enregistrée lors de la représentation du spectacle créé par cette première promotion.

Exit donc, la première génération du théâtre national béninois. L’appel à candidatures moins tapageuse pour cette deuxième promotion a accouché d’un groupe constitué de visages connus du milieu. Certains noms sont également inconnus du public habitué aux spectacles. C’est chose normale quand on sait qu’une configuration nationale devrait être donnée à cette formation théâtrale qui doit refléter un visage national.

Quel sera l’apport de cette nouvelle formation ? On se le demande et déjà la qualité et le talent reconnus  à quelques comédiens et professionnels du secteur ne font l’ombre d’aucun doute. Toutefois, il va falloir que l’ensemble des professionnels sélectionnés fassent preuve de créativité en montant ne serait-ce qu’un spectacle pour marquer leur passage au sein du théâtre national. Cela dépendra également des moyens à mettre à la disposition de cette équipe. A eux de démontrer ce dont ils sont capables alors. Ce qui est certain, c’est qu’ils participeront à une création sous la férule de metteurs en scène talentueux.

Mike MAHOUNA

Liste des comédiens du Théâtre national


1-QUENUM Kombert
2-De SOUZA Cybelline
3-FADONOUGBO Alfred
4-MIGAN G. Bardol
5-BOKO O. Humbert
6-HOUANSOU Giovani
7-LOKOSSOU Carole
8-AMAH Abdel-Fadel
9-LAOUROU Koudoussou
10-AGBOSSAGA S. Radis
11-CHAGAS Marie Madeleine Eliane
12-KPOHENTO E. Guy
13-NASSEGANDE Didier
14-AVALIGBE Judicaël
15-DARA-TRAORE Mariam

METTEURS EN SCENE
1-Kocou YEMADJE,
2-Raphaél HOUNTO
3-Nicolas HOUENOU de DRAVO
        

 
En savoir plus...

Mode : La 2ème édition du « Carrefour des Modeuses » pour bientôt

carrefour-des-modeuses

L’hôtel du Lac de Cotonou, accueillera le samedi 25 juillet prochain la 2ème édition du « Carrefour des Modeuses » initié par Rudelle Aboua et Zakiyath Ottola.

Il s’agit d’une vente privée d’une journée initiée par deux grands noms de la mode, Rudelle Aboua et Zakiyath Ottola, toutes deux reconnues comme de grandes modélistes béninoises et férues de mode. L’objectif de l’événement consiste à exposer leur talent tout au long de ce carrefour. « Carrefour des Modeuses», se veut être un concept qui propose à tous les amoureux de la mode, la panoplie idéale d’articles vestimentaires pour être au top des tendances. Au cours de cette journée, les participants auront le choix entre tenues chics, urbaines en tissus africains et vêtements prêt-à-porter. Ils auront également droit à des ateliers conseils mode et beauté. Toutes les filles présentes bénéficieront également de précieux conseils pour conquérir le marché de la mode. A en croire la programmation communiquée par les organisatrices, ce carrefour sera meublé des mini-défilés, une vente privée avec plusieurs exposants en cosmétiques, maquillage, prêt-à-porter et accessoires de mode, un bar à ongles pour s’occuper de la manucure des dames, un atelier « make up » pour apprendre les basiques du maquillage, un atelier « cheveux » pour donner des conseils d’entretien et des astuces pour les faire pousser, un atelier « attaché de foulards » pour apprendre à nouer le foulard comme une vraie femme africaine, et un atelier « douceurs & gourmandises » pour régaler les papilles des hôtes. Tout ceci sera auréolé de surprises pour les férues de mode. Le  « Carrefour des Modeuses » est donc un rendez-vous d’échanges professionnels entre tous les acteurs du secteur.

Kamar ADJIBADE

 
En savoir plus...

Miss Bénin 2015 : Douze créatures à l’assaut de la couronne

miss-benin-finale

Bidé Stéphanie Foumilayo, Bada Marthe, MoutaÏrou Romziath Adéyèmi Abèkè, Houngbo Sèna Sandra Darelle, Gangbo Nina Phany Sonagnon, Ekpérigin Carine Roli Omolara, Houégbèlo Osnelle E. Melys Lokonon, Ornela Pereira, Barra Corine Sophiath, Fandohan Sylvania Chelsca, Bobou Kabataca Nathalie et Condo Aïcha sont les douze candidates représentant à la quête de l’ultime couronne du prestigieux concours de beauté Miss Bénin 2015. Organisé par Fortuné Dégbégni, ce challenge prévu pour se dérouler, comme à l’accoutumée à la salle rouge du Palais des Congrès de Cotonou, a été délocalisé pour le compte de cette édition-ci à la plage Dream Beach située derrière le centre commercial Erevan. Devant un jury composé de personnes averties, chaque postulante aura à faire ce 25 Juillet 2015, plusieurs parades en tenues diverses. Au terme donc des prestations, elles seront fixées sur leur sort conformément aux critères d’éligibilité qui régissent depuis lors ce concours à savoir : la beauté physique et intellectuelle. Déjà Fortuné Dégbègni et son équipe mettent les bouchées doubles pour la réussite de l’événement. « Il  n’y aura pas de faille dans l’organisation. Car toutes les dispositions sont prises pour assurer une belle fête » a-t-il martelé avant de convier le public amoureux de la beauté physique à la soirée glamour qui va couronner les manifestations.

Teddy GANDIGBE (Stag.)

 
En savoir plus...

L’époussette de la honte froide

plume-veilleuse

Le tout nouveau ministre de la culture a passé une saison en enfer la semaine écoulée au Parlement.  Il a fallu un pas de la culture à l’agriculture pour que la déculottée fumante se livre au grand public. L’inculture de l’homme fort en charge du portefeuille ministériel de la culture a tutoyée  impudiquement tout le monde. Fraichement nommé en conseil de ministre, l’autorité était appelée le 13 Juillet dernier à défendre à l’hémicycle le dossier relatif à la convention de crédit liée au financement du projet d’appui au développement agricole des Collines (Padac), puisqu’il assumait l’intérim de son collègue de l’Agriculture. Et déjà l’expression de l’incapacité s’est mêlée à la trouille pour offrir un plat indigérable d’horribles comportements à la grande masse. Des œillades complexées et inexplicables ont ponctué çà et là l’intervention de l’autorité qui semble renifler les papiers qui se trouvaient devant lui. Peu s’en fallait pour les larmes. Mais on peut se permettre de chercher à savoir ce qui pouvait bien justifier une telle attitude du ministre au palais des gouverneurs. Etant nommé à ce poste de ministre de la culture, l’homme est tout de même supposé avoir un niveau requis. Ainsi, à défaut de mettre en exercice son intellect sur ce dossier dont il ne cerne pas apparemment le contour, il pouvait au moins rester fidèle aux documents qui lui ont été confiés et en faire une lecture suivie et dirigée à la scolaire. Malheureusement, son fourvoiement laisse pantois plus d’un et conduit inexorablement à jeter furtivement un regard sur son passé scolaire. Puisqu’il a au moins eu l’occasion d’occuper le poste de maire avant que le sort ne le jette dans la foulée des remerciements, comment est-il parvenu à persuader ses partenaires  pour le développement de la localité dont il a eu la charge ? L’on peut bien parier qu’avec une telle carence la tâche aurait été mal labourée. On imagine un instant qu’il est un cadre qui n’a pas encore eu l’occasion d’assurer un poste de gestion et que c’était alors pour une première fois qu’il est envoyé devant des partenaires pour représenter le pays et défendre un dossier d’importance capitale. C’est donc de cette manière que les lacunes seraient épongées. Pire encore, il occupe le poste du Ministre de la culture. Comment en est-on arrivé à le proposer pour un tel poste alors qu’il y a des acteurs culturels fortement outillés pour assumer la charge. C’est encore là, jusqu’à preuve du contraire, un sacré coup d’une navigation à vue. Et cela vient démontrer combien tout s’opère dans un hasard parfait dans le pays. Nommer au ministère de la culture quelqu’un dont la culture présente une incertitude choquante, semble être une insulte à l’intelligence d’un peuple dit analphabète dans sa majorité. C’est peut-être la naïveté des Béninois qui est ainsi indexé.  Puisque celui-là bénéficiera de tous les honneurs et grâces dus à son rang au frais du contribuable, pour peut-être passer un séjour douillet dans son fauteuil ministériel regardant du haut de son perchoir les misérables défilés dans son département. Il faudra nécessairement mettre un terme à la promotion de la nonchalance et de la médiocrité pour le bien être des caisses de l’Etat et le développement du pays.

Teddy GANDIGBE (Stag)

En savoir plus...

Protection de l’environnement : Salim Jah Peter ou l’engagement d’un rasta à une noble cause

salim-jah-peter

Véritable homme de scène et artiste, Salim Jah Peter  de nationalité nigérienne et résidant en France depuis plus d’une décennie, est un artiste musicien  engagé. Depuis quelques années l’homme a décidé de mettre sa voix et sa musique au service de la protection de la nature. Avec des hommes et femmes de divers horizons et tous engagés, le chanteur nigérien crée l’association racines profondes.

Racines Profondes est une association française d'aide au développement à but non lucratif. Elle a comme objectif de soutenir les projets sociaux culturels, d’aide au développement en matière d'environnement, santé et éducation. Elle a pour vocation de sensibiliser et informer les populations. Elle est indépendante de tout pouvoir religieux, politique ou militaire. L’association Racines profondes est solidaire avec l’Afrique pour un développement durable et une économie verte à long terme. Sous la bannière de cette association Salim Jah Peter sort bientôt son nouvel album. Intitulé ‘’Nature’, cet album comporte 15 titres. Il est une invite à un environnement sain. Selon l’artiste, les déchets qui constituent aujourd’hui un danger et un casse-tête pour les dirigeants africains, sont une richesse dans nos poubelles. C’est une matière première et une mine d’or pour une entreprise verte, la solution idéale contre le chômage et la pauvreté. Salim Jah Peter invite alors les dirigeants africains à investir dans le développement et la promotion des entreprises vertes pour une Afrique forte, prospère et bien assainie. C’est le combat de Racines profondes mené par Agathe Chikitou et son équipe et porté par Salim Jah Peter. C’est tout ce que recommande Jah, le suprême pour le continent, laisse entendre le chanteur Nigérien. De passage à Cotonou où avec le bureau de l’association racines profondes, composé des battantes et dévoués Agathe Chikitou la directrice et la chargée de communication Axelle Bazin, Salim Jah Peter a lancé le projet Afrique Eco 2016.Une caravane environnementale qui va parcourir douze pays africains pour la promotion d’une nation verte où il fait bon vivre pour tous les citoyens.Ce proje tes le deuxième galons de combat que porte le reggae man nigérien. Salim Jah Peter a mis sa carrière artistique au service des causes humanitaires. Alors que son album Hold-up de pouvoir est censuré par les autorités nigériennes en décembre 2009, il retrouve sa terre natale après le coup d’Etat du 18 février 2010. Redécouvrant un pays profondément divisé, il met en place le projet « La Caravane pour la Paix, la Démocratie et la Réconciliation Nationale au Niger ». Cette caravane se déplace de ville en ville au gré de concerts, et sensibilise la population aux thèmes de la paix, la démocratie et la tolérance, en vue d’une réconciliation nationale. Organisé en collaboration avec l’Association Planète Humascène, cet événement a démarré la semaine dernière et se poursuivra jusqu’au 20 novembre et un concert final dans la capitale, Niamey.

Profondément ancré dans ses racines…

Salim Jah Peter est né le 5 juin 1973 à Niamey de parents nigériens. Sa grand-mère maternelle Fatimata a bercé sa jeunesse de chants traditionnels, au bord du fleuve Niger à N’Dounga Kollo. Son parrain, Lenny Garden, métis afro-américain en poste à Niamey, révèle ses dons artistiques, comme comédien et danseur. En 1990, Salim Jah forme le groupe de danse New Generation à Niamey et décide aussi de se consacrer à la musique. L’année suivante, il rencontre Féla Kuti au Nigéria et commence un périple à travers l’Afrique de l’Ouest qui le conduit en Côte-d’Ivoire où il a le soutien de ses frères spirituels Daveson Camus et Marcellin Yacé.

De 1994 à 1998, Salim Jah chante avec le groupe afro-reggae Mystic Vibration. Il rencontre alors Alpha Blondy, Tiken Jah Fakoly, Rita Marley, Ki-Mani Marley, Ijahman, Lucky Dube, Sista Carol, Michael Rose … Chacun lui prodiguera des conseils pour l’évolution de sa carrière.

Voulant porter haut les couleurs de son pays, Salim Jah Peter crée son groupe « Mystic Ténéré » en 1998 à Abidjan puis tourne dans plusieurs pays d’Afrique. Auteur, chanteur, compositeur et arrangeur, le sorcier du Ténéré quitte la Côte-d’Ivoire à cause de la guerre en 2002. Il rentre au Niger où il sort en 2003 son premier single, « Le message de Jah », qui connaît un immense succès.

Figure de la nouvelle scène reggae nigérienne, Salim Jah Peter s’installe à Paris en 2004.Véritable homme de scène et artiste engagé, avec son dernier album « Hold-up de Pouvoir », Salim Jah Peter fait voyager ses mélomanes dans une Afrique mystique où les djinns du désert du Ténéré chuchotent aux oreilles de l’étranger les espoirs et les interrogations des sans voix.

A travers ses mélodies africaines colorées au rythme de la musique reggae, Salim Jah Peter dénonce les fléaux qui déciment l’Afrique. Le vétéran de la musique afro chante aussi l’amour, la paix et l’union entre les peuples. Il milite ainsi pour la liberté des hommes et des femmes à penser, créer, et disposer d’eux-mêmes.
La protection de la nature est le nouveau combat qu’il mène depuis quelques années déjà et ceci à travers diverses actions qu’il organise sur le continent noir avec l’association française Racines profondes dont il est un des initiateurs.

M.M

En savoir plus...

Renforcement de capacité en danses traditionnelles chinoises : La culture resserre les liens entre la Chine et le Bénin

danse-chinoise

La cérémonie officielle consacrant le lancement de la formation à courte durée en danses traditionnelles chinoises à l’intention du ballet fédéral béninoiss’est déroulée à la salle polyvalente du Centre Culturel Chinois le samedi 18 juillet 2015.

Cette formation qui est prévue pour  durer 1 mois démarre ce jour lundi et réunit des danseurs du ballet fédéral béninois. Elle se déroule  dans l’enceinte du centre culturel chinois sous le contrôle de l’expert chinois Liu Cong venu  spécialement de la province Sichuan en Chine. Il sera question durant les 30 jours de formation, des différentes caractéristiques des danses traditionnelles chinoises et leurs pas d’exécution. Les participants découvriront deux types de danses. La danse classique (Ethnique) et la danse folklorique. La danse classique chinoise se réfère généralement aux danses transmises parmi les nombreuses minorités ethniques à travers la Chine. La danse folklorique quant à elle se réfère aux danses populaires transmises au sein de l’ethnie majoritaire Han, comme la danse Yang Ge, la danse du ruban, la danse du mouchoir. Dans l’histoire de la Chine, les mouvements et les styles de danses traditionnelles ethniques et folkloriques de chaque région ont été progressivement codifiés, si bien qu’aujourd’hui, elles occupent une place de choix dans le monde de la danse. Dans son mot introductif lors cette cérémonie de lancement, la première autorité du centre culturel chinois BaïGuangming a fait savoir que la danse fait partie intégrante de la culture chinoise. Il précise que dans la continuité de cette formation, d’autres activités sont prévues dans les prochains mois. Tout ceci pour renforcer les échanges culturels entre les deux peuples. Pour sa part, le directeur de la promotion artistique et culturelle Patrick AdjadiIdohoureprésentant le  ministre de la culture à l’occasion, s’est réjoui de l’initiative des autorités chinoises. Il pense que cela dénote de la franche collaboration qui existe entre le Bénin et la Chine. Le Dpac  a profité pour exhorter les participants à plus d’attention et de sérieux lors  des enseignements qui seront donnés par l’expert, pour qu’à la fin, ils puissent en tirer profit. Quelques démonstrations liminaires de Liu Congont donc marqué le départ du périple des 30 jours.

Teddy GANDIGBE (Stag.)

En savoir plus...

Trois ans après « Alènu »: « Asha kasha », le 2è film de Mc Yoko Yoko lancé hier

ashakasha

Le monde cinématographique béninois s’enrichit à nouveau.C’est à travers la sortie d’une nouvelle œuvre, une production de l’humoriste et cinéaste béninois Moufoutaou Akadiri alias Mc Yoko Yoko. Baptisée « Asha kasha », l’œuvre a été lancée hier dimanche 19 juillet 2015 à la maison du peuple d’Akpakpa.

Célèbre animateur d’émissions de la langue yoruba, l’humoriste et cinéaste Moufoutaou Akadiri est de retour pour ses milliers de fans. Ceci, trois (03) années après son premier essai dans le monde du cinéma. D’une durée de 98 minutes, « Asha ka sha », le deuxième film de Mc Yoko Yokoque les cinéphiles vont découvrir ce jour dans les bacs est une autoproduction. Comme l’insinue bien le nom de cette œuvre, « Asha ka sha » ou encore « des actes et pratiques indélicats » dénonce des manières insociables des hommes, ce qui constituent des freins pour le réel développement individuel et commun. Entièrement tourné dans le dialecte Yoruba puis sous-titré en français, l’œuvre a été réalisée par une équipe de jeunes professionnels du domaine grâce aux moyens techniques du studio ‘’Bas Média International’’. Un envolé lyrique de ce film qui sera distribué par ‘’Vinaim’’ laisse voir des images admirables répondant aux normes requises, avec une qualité sonore irréprochable. « Asha ka ska », c’est une œuvre qui doit son inspiration et son scénario au producteur lui-même, mais réalisée par Bissi Aladé-Bello. Moukaïla akanni, Ashabi, Bola N’lé, Basile Botondji, Bankolé Saliou, Ogoundjobi Adiatou, Osséni Manzouratou, Edjè djié : ce sont entre autres les comédiens et cinéastes béninois qui ont participé à la production de cette œuvre qui vient enrichir la carrière artistique du producteur Mc Yoko Yoko. Rappelons qu’à l’occasion de la cérémonie de lancement de cette œuvre, l’artiste a reçu le soutien de plusieurs artistes humoriste et musiciens dont Pipi Wobaho, Eléphant mouillé, Abèkè.

Loth HOUSSOU

En savoir plus...

Spectacle à la place du souvenir : Angélique Kidjo célébrée par les mélomanes béninois

angelique-kidjo

La diva Angélique Kidjoa souffléle mardi 14 juillet dernierune bougie de plus. Pour immortaliser l’événementun concert a été donné à l’intention de l’ambassadrice. C’était l’apothéose à la place des martyrs samedi dernier.

55 bougies soufflées avec une carrière musicale alléchante. C’est ce que les mélomanes béninois se sont réunis pour festoyer à travers un époustouflant spectacle dans l’unique but de témoigner leur attachement à la lauréate du GrammyAwards, Angélique Kidjo. Une  manière symbolique pour ses compatriotes de  lui dire  heureux anniversaire.Sur le même podium il y avait Faty, Zeynab, HagbèGopalDas, Koudy, Adukè du Nigéria et bien d’autres, ont rivalisé d’ardeur pour afficher du talent et style. Toute chose qui en présence de l’heureuse du jour ne manquerais pas de l’émouvoir. Ce concert live offert à Angélique KidjoKpasselokoHintoKandjo Manta Zogbindévoile poids de la starqui n’est plus à présenter au plan africainvoire international. C’est donc à juste titre que cet hommage lui a été rendu. Née à Cotonou dans les encablures des périodes des indépendances, précisément le 14 juillet 1960,Kidjo reste aujourd’hui pour le commun des béninois le talent qui attend d’être emboité.  Aujourd’hui Angélique Kidjo peut être sans doute, citée parmi les célébrités de cette planète. Elle a à son actif plusieurs albums et des distinctions dont le fabuleux Grammy Awards, qu’elle a doublement reçu. La dernière lui a été décernée en début d’année avec son album ‘’Eve’’. Il faut rappeler que lors de ce concert, l’heureuse du jour est intervenue depuis les Etats-Unis, et s’est adressée à ses compatriotes par visioconférence.

Teddy GANDIGBE (Stag.)

En savoir plus...

« Aléké man non » : Un single qui relate un événement vécu

musique

Depuis quelques jours, une chanson tourne sur des chaînes de radiodiffusion, et fait aussi l’objet de partages sur les réseaux sociaux et whatsapp notamment. C’est un morceau qui traite d’une situation vécue par le compositeur.

« Aléké man non » est une question que se pose l’auteur. Comment doit-il se comporter parmi les siens…La chanson a été écoutée pour la première fois sur une radio de la place, il y a quelques semaines. L’auteur y dénonçait une affaire d’enterrement d’une parente notamment sa maman. Selon les propos à retenir de la chanson, les obsèques de la maman de l’artiste auraient été organisées sans un minimum de consensus où le tribunal est même intervenu. L’auteur qui est allé lui-même déposer le corps de sa mère n’a pas trop su par quelle alchimie, c’est d’autres personnes de sa famille qui sont allées retirer ce corps pour l’inhumation. L’auteur informe l’opinion que bientôt, il demandera des comptes à sa famille. Où sa mère a-t-elle été enterrée ? Pourquoi en l’absence d’attente, y a-t-il eu enterrement avec le changement de l’église prévue pour accueillir la messe corps présent. Autant de questions que se pose le compositeur de la chanson « Aléké man non » qui attend toujours réponse. Rencontré récemment, il affirme que pour l’instant c’est le tribunal qui est attendu pour le règlement du désaccord entre lui et les siens.

Mystère sur un artiste…

Qui est cet artiste qui pour le moment préfère rester dans l’anonymat ? Beaucoup se le demandent depuis la diffusion du morceau et son partage via les réseaux sociaux. Ce qui est sûr, c’est quelqu’un qui existe et qui au moment opportun, sortira la tête de l’eau. Ce sera annonce-t-il, le samedi 08 août prochain dans le cadre du premier anniversaire du décès de sa mère. Ce sera sur Radio Tokpa au cours de l’émission nocturne de la bonne ambiance qui se déroule de 23 heures à 02 heures du matin. Aussi a-t-il accordé une interview à la presse. Une interview qui sera publiée la veille, le vendredi 07 août. Le rendez-vous est donc pris.

M.M

En savoir plus...
S'abonner à ce flux RSS

Application Mobile

app-mobile-android

Abonnement Numérique

abonnement-numerique

Abonnement Papier

abonnement-papier

Inscrivez-vous à notre Newsletter et revevez l'information en continu ! Les dernières nouvelles, les dernières déclarations, l'information où que vous soyez !