TPL_GK_LANG_MOBILE_MENU

bandeau-TocToc 1

A+ A A-

Culture

Révélation de jeunes talents du Bénin : Thibaut le «Magicien» a assuré le spectacle

spectacle

(Hounkanrin et Homeky révèlent l’artiste)
 Le théâtre de verdure du Hall des arts, loisirs et sports (Hals) de Cotonou a servi de cadre, samedi 4 février 2017, à un spectacle inédit dénommé «spectacle révélation de jeunes talents du Bénin». Lequel a réuni sur un même podium, des artistes en herbe, révélés, et confirmés. L’initiative est du Directeur générale de l’Office de gestion des centres de loisirs (Ogcl), Félicien Hounkanrin en collaboration avec le ministère des Sports.

La première édition du «spectacle révélation de jeunes talents du Bénin» a tenu toutes ses promesses. Spectacle de magie, de cycle, de danse traditionnelle, musique traditionnelle d’inspiration moderne, rap populaire. Tel est le menu offert par les organisateurs pour révéler au public la structure «Ogcl». Des artistes en herbe comme Prime Landry, Petit Judicaël, Aziza Toyi; ceux révélés à l’instar de Thibaut le «Magicien», et confirmés tels que Dahouè, Faty, Don Métok, ont tout simplement assuré le spectacle du début jusqu’à la fin. Des ovations nourries du public pour motiver les artistes étaient la preuve, que ces genres d’initiatives manquaient à la population de Cotonou. Laquelle n’a pas manqué d’effectuer massivement le déplacement. D’ailleurs, Thibaut le «Magicien», tête d’affiche dudit spectacle, vice-champion du concours «L’Afrique a un incroyable talent organisé en Côte-d’Ivoire», révélé comme une star en devenir, a emballé le public de par sa magie. Il a montré qu’il y a le talent au Bénin et qu’il suffit juste de donner aux artistes, la chance de s’exprimer. Pour le Directeur Félicien Hounkanrin, l’objectif visé est non seulement, d’offrir aux populations un instant de détente et d’épanouissement mais aussi de célébrer les performances de Thibaut Adotanou. A l’en croire, c’est un spectacle innovant car il y a eu sur la même scène, des artistes en herbe, révélés, et confirmés. «Et ce, dans une vérité de disciplines artistiques», a-t-il précisé. «C’est des sentiments de joie et de fierté de voir tous ces talents s’exprimer et de révéler au Bénin, le talent de notre frère Thibaut qui nous a valablement représentés à l’étranger», dira le ministre Oswald Homeky. Pour Homeky, le Bénin n’avait pas bien célébré ce magicien béninois. Par ailleurs, le ministre a clarifié, que l’organisation du spectacle par le Hals (structure du ministère des Sports) est une question de solidarité. «Tout ce que nous faisons est à l’actif du gouvernement. Il n’a pas de succès individuel. (…) C’est à mettre à l’actif du gouvernement » a-t-clarifié pour conclure.

A.F.S

En savoir plus...

Projection de film à ‘’Okpara Culture’’ : ‘’Les inséparables’’ sensibilise jeunes et adultes sur la traite des enfants

Christiane-Chabi-Kao

L’espace de promotion culturelle et de divertissement ‘’Okpara culture’’, sis à Zogbohouè (Cotonou), a servi de salle de cinéma samedi 04 février 2017à la projection du film intitulé ‘’Les inséparables’’ réalisé par Christiane Chabi Kao.

Ils sont un nombre important d’enfants à prendre le rendez-vous d’Okpara culture pour suivre avec intérêt le film titré ‘’Les inséparables’’ de la réalisatrice béninoise Christiane Chabi K    ao.Il s’agit d’un long métrage dont l’intrigue capte l’attention sur le travail et la traite des enfants. En réalité, le film retrace l’histoire d’une famille pauvre mais heureuse dès le départ dans un village. Selon la trame, la conjoncture a eu raison de ce ménage qui n’a trouvé mieux à faire que de placer les enfants auprès de personnes supposées pourvues de moyens financiers et capables d’entretenir des enfants. Alors que, de cet acte farci d’ignorance,résulte misère, fléaux de toutes sortes et une aventure ambiguë pour les enfants innocents qui étaient vulnérables et sans défense.Quelques années plus tard,ces enfants notamment Abi, supposé être un apprenti vulcanisateur en ville,est devenu par la force des choses, fumeur de cigarette et voleur de pièces de voiture. Quant à sa sœur aînée, placé au prêt d’un ménage pour faire les travaux domestiques, elle est devenuel’objet de satisfaction sexuelle du mari de sa patronne déjà à treize ans, puis à la longue une travailleuse professionnelle de sexe au bord de la rue et dans les bars.Toute chose qui expose le danger qu’il y a dans le système des enfants placés communément appelé ‘’Vidomègon’’. Et comme si ce n’était pas suffisant, le film montre plein d’autres enfants qu’on convoie sans pitié vers le Nigéria et d’autres destinations inconnues des géniteurs pour des travaux durs, le concassage des pierres par exemple. A la fin du film qui a eu un dénouement heureux, puisque la mère d’Abi et sa sœur ont fini par les retrouver au prix d’un lourd tribut, les cinéphiles de la circonstance ont eu la leçon nécessaire. «Il faut garder son enfant par devers soi quel que soit le degré de misère que l’on serait en train de vivre». Une leçon qu’Okpara culture aurait réussi à transmettre à son public ce samedi à travers la projection de ce film qui a déjà reçu un prix au plus grand festival de cinéma de la sous-région, Fespaco.

Teddy GANDIGBE

En savoir plus...

Apres l’histoire de ‘’hominssi’’ : Sadky revient avec djivini

Sadky

Quand ‘’Hominssi’’(femme)  a ‘’kèssa’’, elle est tombée enceinte et a ‘’Djivini’’(enfanté). Une suite logique donc de l’histoire. En effet, la jeune artiste aux talents multiples passe par ce titre pour conscientiser les filles afin qu’elles arrêtent d’arnaquer les hommes. Quand une femme sort avec un homme, c’est pour fonder une famille, conseille-t-elle. ‘’Djivini’’, c’est aussi un appel aux hommes. Ces derniers sont invités à bien prendre soin de leurs femmes. ‘’Djivini’’, se joue dans un rythme tradi-moderne. C’est un mélange de musique moderne et du ‘’ogbon’’ à travers lequel tout Béninois se retrouverait. Le morceau est l’un des cinq titres que comporte le nouvel mini album de l’artiste et qui est intitulé «Intervalle». L’album est déjà disponible sur le marché et le titre «Djivini» est disponible en vidéo. Sadky prépare un show case le 25 prochain.

Qui est Sadky

De son vrai nom Prisca Estelle Goudou, Sadky Goudou est mariée. La jeune dame arrive à associer vie de couple, musique, et stylisme. Très généreuse envers son public, elle déborde tellement d’énergie qu’il est impossible de s’ennuyer en sa compagnie.  

Sadky est tombée amoureuse très tôt de la musique. Quand on lui demande, elle n’hésite pas à dire qu’elle a, depuis toute petite, eu du plaisir à écouter Robinson Sipa et A. John qui sont ceux qui l’ont bercé et sont aujourd’hui ses références en matière de musique.Sadky a fait le groupe ‘’houezehoue’’ avec Synauqueen  2006 avec à la clé, un lancement d’album au Ministère de la culture. En 2008, elle évolue dans le groupe’’Aditi’’ avec ‘’St Maurice’’. Cette collaboration a abouti à la sortie d’un album lancé au Cncb et  produit par Elmancio Godson. Il s’agit d’un album spirituel. L’artiste a commencé sa carrière solo en 2009 et actuellement, elle a, à son actif, deux albums. Avec la maison de production Gangan Production, la jeune artiste promet encore plus de belles choses à ses fans.

Sadky et la mode.

En dehors de la musique, Prisca Goudou a fait de 2008 à 2012, la couture après le collège. Dans le souci de vendre ses propres créations elle a commencé par faire des créations et en 2014, elle fait une formation en stylisme. Une fois au pays, elle a commencé une école de couture qu’elle vient de finir après  3 ans de formation. Sadky continue de suivre les cours en Belgique dans une école d’art.

Codjo Donatien SODEGLA (Stag.)

En savoir plus...

Morceau choisi : ‘’Follow me’’ de Sessimè en feat avec Clark Donovan

SESSIME

Cette nouvelle rubrique qui alimentera désormais votre page préférée chers lecteurs est dénommée ‘’Morceau choisi !’’. C’est une simple manière pour la rédaction de votre journal Matin Libre de varier le contenu habituel de la page Culture. Cette rubrique vous permet de changer d’air et vous conduit tout droit dans l’univers de la grosse artillerie de la production artistique et culturelle au Bénin. Elle vous amènera à vous intéresser aux morceaux et clips de nos artistes chanteurs, et vous permettra de découvrir parfois les coulisses des productions musicales et le fonctionnement de l’industrie musicale au Bénin.Et ça, c’est ce qui est mis en avant. ‘’Morceau choisi !’’s’étendra par ailleurs sur la production théâtrale et cinématographique voir les arts plastiques. Entendez donc par ‘’morceau’’ la production artistique.Rendez-vous tous les jeudis sur votre page culture !

Un morceau qui aurait pu plus convaincre si…
 
Il s’agit de l’un de ses nouveaux clips qui tourne en boucle en ligne sur You tube et sur les chaînes de télévision et stations de radio de la place. Son texte qui traite d’une thématique récurrente aux discussions de la gent féminine, le mariage, est incrusté dans une mélodie forte belle et agréable à l’écoute.Surtout quand on sait que c’est un morceau arrangé par un des grands producteurs de la place, ‘’Méco Prod’’ et dont la promotion est en train d’être assurée par l’une des maisons les plus côtés de l’espace culturel béninois, ‘’Nouvelle Donne’’. D’abord la qualité des images en dit long sur le travail de fond qui a été fait sur le morceau. Et au-delà, la simplicité du texte marque l’attention et donne envie de réécouter la chanson autant de fois que l’on l’aurait voulu.

Un pan du texte : «mon chéri
Ça fait des années que…
Que tu reprends toujours la même histoire
Mon bébé
Ça fait bien longtemps
Que tu dis que tu veux m’épouser
Mais à quand ce jour hou ou ou ou ?! »

C’est peut être une prétention que de tenter une transcription du genre en écoutant juste les paroles du morceau. Cela peut ne pas correspondre au texte original. Mais ce qui compte ici, ce sont les paroles pour les lecteurs. Un texte qui pose avec acuité, l’éternelle question sur le manque de sincérité des hommes vis-à-vis des femmes.  

Seulement que…

Ces indices seuls n’attribuent pas au morceau la caution parfaite. L’extraversion de la mélodie fait que la chanson a pris une coloration étrangère qui pourrait déplaire facilement à ceux qui ont un trop grand penchant pour la chose locale. C’est évident que la vedette ne chante pas forcément pour le marché local. Et aussi elle n’est pas obligée de le faire, vu même que le featuring dans le morceau en question a été avec un artiste étranger. Mais une prise en compte de ce paramètre sera peut-être un début pour la construction du marché local de la musique, ce qui n’existe pratiquement pas. Puisque le constat devient de plus en plus général. La collaboration des artistes béninois avec d’autres les intéresse plus aux rythmes venus d’ailleurs. Mais quand est-ce que les Béninois aussi pourront intéresser les autres à leurs rythmes ? La question pour l’heure reste sans réponse.

Teddy GANDIGBE

En savoir plus...

Rencontres mensuelles de la culture : La saison II démarre sous peu

Rencontres-mensuelles-de-la-culture

En prélude au démarrage de la saison II des Rencontres mensuelles de la culture, le Forum invite les acteurs culturels à une séance de réflexion dont l’objectif est de faire le bilan de la première saison d’une part, et de discuter des perspectives, thématiques, et orientations de la nouvelle saison, d'autre part. La date du Samedi 4 février 2017 est donc retenue par le comité d’organisation pour une rencontre essentielle qui se tiendra à partir de  9h 30  et prendra fin à 12h au  Centre culturel Artisttik Africa (Agla).  Au cours de ladite assemblée, la modération sera assurée par l’éditeur Koffi Attédé. Et  compte tenu de l’ordre du jour, la coordination compte sur la présence et l’exactitude de tout un chacun pour l’effectivité de la saison 2 des Rencontres mensuelles de la culture.

TG

En savoir plus...

Showbiz : Wily Mignon signale son 4è album

willy-mignon

Après ''Akpé’’ en 2007, ''Maturité'' en 2011, et ''Que du succès’’ en 2016, le précurseur de la tendance Noudjihou, Wily Mignon annonce la sortie du 4è album de sa carrière. L’œuvre est riche de 10 titres et elle incarne un concept nouveau qui séduit déjà plus d'un. Il s'agit du concept ''attraper-serrer’’. Produit sous le label ''Fox productions’’ du Docteur Guy Wokou, ce nouveau livre sonore sera officiellement mis sur le marché à travers un spectacle de haute facture. De ‘’attraper-serrer'' à ‘’Mindékpo’’, en passant par ''Stratégie'', ''Na God'', les chansons soigneusement concoctées et arrangées par la vedette elle-même abordent la vie et ses multiples contours : l'espoir, l'amour, le courage, le respect, la considération du prochain, le respect des lois de la nature. Comme d'habitude, dans cette œuvre aussi, l'artiste fait véhiculer ses messages en dialectes Fon et Français, avec quelques bribes en Anglais. Pour le moment, l'artiste que l'on appelle affectueusement ''Le génie des arrangeurs’’ préfère garder le nom de l'album. Les mélomanes, fans, et accrocs des belles mélodies, qui brûlent d'impatience, devront attendre avril prochain pour être servis. Quoi qu'on dise, l'engouement que suscitera cet album s'annonce déjà très immense, lorsqu'on s'en tient au grand monde qui applaudit ''Mindékpo'', un single de l'album lancé le 30 décembre 2016.


Loth HOUSSOU

En savoir plus...

Showbiz : Le tout nouveau clip de Fanicko disponible

fanicko

Annoncé en début de semaine dernière par l’artiste lui-même sur les réseaux sociaux avec sa célèbre phrase «le feu va encore prendre», la vidéo de «Faut pas m’embrouiller» est enfin disponible en ligne et sur les chaînes de télévision.La chanson a fait l’unanimité au sein des fans qui attendaient sûrement avec impatience la sortie du clip. La preuve, certains fans ont publié des vidéos d’eux entrain de chanter «Faut pas m’embrouiller». On y compte parmi, la réputée Fashion business woman Maureen Ayité alias «Nanawax» et le fameux comédien youtuber béninois Axel Merry.«Faut pas m’embrouiller» est la première chanson sortie après que l’interprète de «On va faire comment» a signé avec la maison de production Blue Diamond dont le patron est Sidikou Karimou. Une signature qui a succédé à son divorce avec son ex mentor, Mister Blaaz. Selon des dires, Fanicko aurait fait allusion au divorce dans ladite chanson en affirmant : «l’élève a dépassé le maître. En fait, ça n’a jamais changé».Coïncidence ou préméditation? La question se pose avec acuité. De toute façon, ce nouveau départ s’annonce bien pour l’artiste puisqu’en quelques heures, la vidéo totalise déjà des dizaines de milliers de vues sur Youtube.

Afrikopus-Matin libre

En savoir plus...

Lecture du texte ‘’Les fantômes du Brésil’’ à Comé : Ebénizer Amah, pour une formation artistique à la base

lecture

Afin d’inciter les apprenants à la lecture et les amener à découvrir d'autres facettes du roman ‘’Les fantômes du Brésil’’  de l’écrivain béninois Florent Couao-Zotti, le Comédien,metteur en scène, et professeur de Lettres, Ebénizer Codjovi Amah, a organisé une lecture du texte le vendredi 27 janvier 2017 au Ceg1 de Comé. C’était en présence des membres de l’administration, des professeurs de Lettres, et les élèves des classes de première.

Cette lecture intervient dans le cadre  de l'exécution du décret signé par le Directeur départemental en charge de l'enseignement secondaire, l'inspecteur Rodolphe Godovo, qui stipule que les vendredis soirs, les cours devront s'arrêter à 17 h au profit des activités culturelles et sportives dans les collèges sous sa tutelle. Pour Codjovi Ebénizer Amah, cette activité permettra de déceler  des talents artistiques cachés chez les apprenants et faire d'eux des comédiens à la base. Selon lui, ce travail précède la création proprement dite qui se fera après la réadaptation du texte par le comédien Joël Lokossou avec l’accord de l’auteur. Le travail est fait avec les comédiens de la compagnie ‘’Africapsud théâtre’’  de «carrefour jeunesse Bénin», avec le soutien de l’administration du Ceg1 de Comé à travers sa directrice Jocelyne Amoussou. Il faut noter que le même travail a été déjà fait avec : ‘’Le lion et la perle’’, ‘’Le gong a bégayé’’, et autres. Rappelons que la veille de cette lecture, Africapsud théâtre avait déjà organisé sa traditionnelle nuit de conte.


Codjo Donatien SODEGLA (stag)

En savoir plus...

1ère édition de ‘’Oson Fashion’’ : Le styliste Aagg s’arroge le premier prix

Oson-Fashion

Ils sont treize maîtres couturiers et stylistes de haut niveau,du département de l’Atlantique,à prendre part à la phase finale de la compétition de mode dénommée ‘’Oson Fashion’’. Ce concours dont le promoteur est Adossou Carmel dit ‘’Camo style’’, a vocation de promouvoir le talent des créateurs de la mode et du style. Dans cette perspective, Destin couture, Etianos Fashion, La volonté de Dieu, Gontran couture, Bella couture, La transfiguration, Opz confession, Ericson création, Rolandos, Ayikam couture, Aa66     confession, Aagg Création, Madelas, et Création Garcia, se sont livrés le challenge à travers leurs mannequins,samedi 28 janvier 2017, dans la grande salle du Festival international de théâtre du Bénin (Fitheb).C’était une soirée modash exceptionnelle où les mannequins ont fait l’exposition de la créativité des stylistes ayant pris part à la compétition.Des tenues de plage, aux tenues de ville, en passant par les tenues traditionnelles, les différentes parades ont régalé avec chaleur, le public qui a effectué le déplacement du Fitheb. La créativité a fait parler d’elle dans les diverses confections présentées au public. Des tenues transformées en poisson, ananas, coupe-coupe, bananes, et autres objets inimaginables, ont fait qu’à chaque  passage, la foule se confondait en applaudissement avec à la clé, des cris de stupéfaction. Mais auterme de la rude bataille cousue de démonstrations surprenantes, c’est le génie du styliste Aagg et celui de son mannequin togolais Aliou qui a convaincu le jury dont la rapporteuse était Sandra Adjaho. Il était celui qui a réussi à surexciter la masse par sa création surtout au dernier passage de son mannequin qui, lui aussi, a fait montre d’un talent irréprochable et atypique. Ainsi, des trois lots prévus, à savoir : un poste téléviseur écran plasma, une machine à coudre de marque Singher, et une moto dame communément appelé ‘’Djènana’’, Aagg est reparti avec la moto, en plus du précieux sésame : le prestigieux trophée prévu pour la circonstance. Les projecteurs sont ainsi tournés vers l’édition 2018 de ‘’Oson Fashion’’


Teddy GANDIGBE

En savoir plus...

Lancement du projet « Cinéma dans la cité » : L’amélioration des conditions de la femme au cœur de la 8ème édition

genre

C’est à travers un point de presse que le top de la 8ème édition du projet « Cinéma dans la cité » a été donné vendredi dernier au centre de rencontre ancrage culture dans la cité des koburus. Pour ce point de presse, Claude Balogoun, directeur du projet était entouré de Broutani Adiza, présidente des femmes élues conseillères des départements de l’Alibori, du Borgou et des Collines et de Sylvain Cornevoix, représentant de la Coopération Suisse, bras financier du projet. C’est la femme qui est au cœur de cette 8ème édition.

Contribuer à l’amélioration des conditions de vie des femmes du Bénin à travers des séances de sensibilisation par le cinéma et plus particulièrement par le film « Gnonnou ». Tel est l’objectif visé par Réussir Ong en décidant de consacrer une édition de son activité « Cinéma dans la cité » sur  financement du Bureau de la Coopération Suisse au Bénin à la promotion, la protection et l’autonomisation de la femme.

Et pour atteindre cet objectif, Réussir Ong de Claude Balogoun animera une campagne de 13 projections gratuites de films sur les droits de la femme suivies de débat dans les communes de Tchaourou ; N’Dali ; Nikki ; Pèrèrè ; Kalalé ; Bembèrèkè ; Sinendé ; Gogounou ; Kandi ; Banikoara, Ségbana ; Karimama et Malanville. La première phase du projet « Cinéma dans la  cité » avec la projection du film « Gnonnou » démarre le 1er Février à Cotonou pour prendre fin le 19 Février 2017 à Malanville.

Pour Claude Balogoun, directeur du projet « Cinéma dans la  cité », c’est le souci de l’amélioration des conditions de vie des femmes et la sensibilisation pour la promotion de leur droit qui ont motivé, Réussir Ong à consacrer la 8ème édition de « Cinéma dans la  cité » à la valorisation de la femme. Tout en remerciant le bureau de la coopération Suisse pour l’appui financier, il n’a pas manqué d’exhorter les populations des différentes communes hôtes des projections à sortir massivement pour voir le film « Gnonnou », qui donne le pouvoir à la femme.

Adiza Broutani présidente de l’Union des femmes élues conseillères de l’Alibori, du Borgou et des Collines (Ufec-ABC), dans son mot de soutien à l’évènement, a témoigné ses gratitudes à la Coopération Suisse pour l’appui financier qui a rendu possible le projet « Cinéma dans la  cité ». Pour elle, c’est un projet qui est en droite ligne des objectifs de Ufec-ABC, qui travaille à la promotion du leadership féminin. Convaincue que la femme peut changer le monde, la présidente de Ufec-ABC, s’engage à accompagner le projet dans la mobilisation des femmes au niveau des différentes communes qui recevront le film.

Sylvain Cornevoix, représentant du bureau de la Coopération Suisse au Bénin, justifie l’accompagnement de sa structure au projet « Cinéma dans la  cité » par le fait que ce dernier se trouve dans le domaine d’intervention de la Coopération Suisse qui s’investit dans le renforcement du leadership de la femme dans tous les domaines. Pour lui, il reste du chemin pour atteindre l’égalité homme et femme au Bénin.

Les projections de films, visent entre autre à montrer aux populations, à travers les sensibilisations sur la loi sur les violences faites aux femmes, les comportements qui ne permettent d’assurer le bien-être de la femme, qu’elles doivent éviter à tout prix, afin de faire de la femme un véritable acteur de développement. Il est important de préciser que le film Gnonnou qui sera en projection a été doublé dans toutes les langues des localités qui recevront la projection.

Marx CODJO (Br Borgou-Alibori)

En savoir plus...
S'abonner à ce flux RSS

Application Mobile

app-mobile-android

Abonnement Numérique

abonnement-numerique

Abonnement Papier

abonnement-papier

Inscrivez-vous à notre Newsletter et revevez l'information en continu ! Les dernières nouvelles, les dernières déclarations, l'information où que vous soyez !