TPL_GK_LANG_MOBILE_MENU

Banniere web 728x90px-01

Culture

Concert du groupe Wood-Sound : Coup de maître pour un coup d’essai…

wood-sound

Rien n’a pu empêcher le groupe musical béninois Wood-Sound de donner son spectacle « coup de cœur » à l’institut français du Bénin. Même pas dame nature qui a fait déverser sur la ville de Cotonou, une pluie ce samedi 11 octobre. Il y a eu plus de peur que de mal. Mais au finish, le théâtre de verdure de l’Institut français du Bénin a vibré.

Bonaventure Didolanvi plus connu sous le diminutif de son prénom Bona et sa « bande » composée par Fidel Agossou, William Codjo, Brice Tchégnon, Djawou Didolanvi, Yvan Atindokpo, et Noël M’Bouékè ont donné le meilleur d’eux-mêmes, ce samedi 11 octobre à l’ex Centre culturel français de Cotonou. Ces jeunes musiciens qui ont déjà fait des scènes avec d’autres formations, ont d’abord émerveillé par leur polyvalence. Percussion et chant pour les uns, guitare et chant pour les autres. Cette première sortie « officielle » de Wood-Sound a marqué le public hétérogène d’expatriés, de béninois fans et simples curieux qui ont effectué le déplacement du théâtre de verdure de l’Institut français du Bénin. Les cinq percussions et les deux guitares de Wood-Sound ont confirmé à l’occasion, le bien qu’on pouvait penser d’eux. Car, ce sont en effet des « vieux routards » qui ont roulé leur bosse avec des musiciens de renom et qui sont habitués des scènes. Face au public, ils ont convaincu. Seul bémol, il y avait un peu de bavardage pendant le spectacle. Cela n’a pas influé sur le bon cours du spectacle fait de mélange de rythmes, de tambours traditionnels, de sonorités funk, afro, high-life, jazz, blues et reggae. Un plat résistant a donc été servi par Wood-Sound qui a chanté en langues mina, fon, goun, adja et autres. Occasion pour démontrer l’enracinement du groupe dans la pure culture béninoise. Le son du bois « wood » a été mélangé à l’occasion à celui du cuivre, grâce aux instrumentistes Sam Isaac, l’américaine Sarah et Félix Saxe invités sur la scène. Ces saxophonistes aux côtés de l’artiste Jah Baba invité sur scène, ont exécuté avec Wood-Sound le morceau « gbeti madjro » du mythique orchestre, le tout-puissant Poly Rythmo de Cotonou. Car, depuis quelques temps, le leader de Wood-Sound, Bona, officie dans les rangs de Poly Rythmo qui a repris de plus belle, une carrière internationale. Clément Mélomè de regrettée mémoire, méritait donc cet hommage rendu par Bona et Wood-Sound à travers la reprise de ce morceau.  Le théâtre de verdure de l’Institut français a également vu deux jeunes révélations Faty et la rappeuse Sadky qui ont également répondu présentes à l’invitation de Wood-Sound. Une douzaine de morceaux et la quintessence du premier album du groupe ont été servis dans le cadre de ce concert qui est la première vraie sortie de Wood-Sound. L’orchestre monté en 2010  a été remarqué à la Fête de la musique en 2011. Il était également présent aux deux dernières éditions du Festival Cotonou Couleurs Jazz et au Festival Lissa. Wood-Sound sera également présent sur les podiums du prochain Festival international de théâtre du Bénin (Fitheb).
Le concert passé, le groupe de Bonaventure Didolanvi va s’atteler à la finalisation de son premier album prévu pour début 2015.

Y.-P. L.

En savoir plus...

Pour une rentrée apaisée : Plus de 50 artistes sur scène

artistes-beninois

Un géant spectacle a mobilisé du monde, ce samedi 11 octobre 2014 à Parakou. Placée sous le haut patronage du Chef de l’Etat, cette activité a été une occasion pour plaider pour une rentrée scolaire apaisée.    

Un spectacle riche en sons et danses a été offert aux habitants de Parakou, ce samedi 11 octobre. Sur le podium, de nombreux forces vives de la musique béninoise dont Danialou Sagbohan (photo), Vivi  l’Internationale, Stan  Tohon, Nel  Oliver, Jolidon Lafia, Ignace Don  Métok et  bien d’autres. Des artistes comédiens comme Eléphant Mouillé  de la Compagnie de théâtre  Sèmako et  les  Supers Anges Hwendo Naboua et plusieurs orchestres  provenant  des quatre coins du septentrion, ont également répondu présents à cet événement gracieusement offert par le Chef de l’Etat Yayi Boni. Dans le cadre d’un programme trimestriel qui consiste à organiser des spectacles. Une ambiance de fin de vacances a donc régné ce samedi 11 octobre, sur la ville de Parakou en présence d’un trio ministériel composé de  Jean Michel Abimbola de la culture, Aboubakar Yaya du Travail  et de la Fonction publique et Barthélémy Kassa. Des députés, le Préfet  des départements du  Borgou et  de l’Alibori et le maire de  Parakou ont aussi pris part à la fête.  Les différentes personnalités présentes au spectacle, ont plaidé pour une rentrée scolaire 2014-2015 apaisée et ont invité tous les  acteurs éducatifs à œuvrer pour la consolidation de la paix sociale. Il faut rappeler que les  responsables en charge  de  la promotion artistique et culturelle, ont promis d’autres  spectacles dans les mois à venir.

Mike MAHOUNA

En savoir plus...

« Héritages » Une œuvre de Thomas Adjani Adégnandjou

heritages

La ville de Kétou a accueilli, samedi 11 octobre 2014, la présentation officielle du roman « Héritages ». C’est une œuvre du cadre de l’Ambassade du Bénin à Accra, Thomas Adjani Adégnandjou.

Pour l’auteur Thomas Adjani Adégnandjou , l’héritage n’est pas toujours un bien matériel. Raison pour laquelle, il a bien voulu partager son héritage avec le monde entier à travers « Héritages ». Son héritage, selon ses explications, se traduit par le respect des interdits, la culture du travail bien fait, la solidarité et autres valeurs morales et culturelles, à lui, léguées par ses aînés. « Héritages » est donc un ouvrage qui prône la valorisation et la conservation des valeurs culturelles anciennes. Parlant de ce premier ouvrage écrit en une dixaine d’années, l’auteur  avance qu’il veut rendre hommage à ses anciens maitres d’école en évoquant sa vie d’enfance à leurs côtés. Après près de cinquante ans, ces derniers, présents à la cérémonie de lancement, ont vanté les mérites de l’auteur qui depuis son jeune âge, était prédestiné à un avenir radieux en raison de son intelligence. Pour Edmond Ikokpata, l’ancien directeur d’école de l’auteur, c’est surprenant qu’après tant d’années, un élève parvienne à faire l’éloge de ses anciens éducateurs à travers un ouvrage qui fait revivre l’enfance également à ses anciens camarades de classes.

Le représentant du roi de Kétou, a souligné l’importance dudit ouvrage dans la promotion et la conservation des valeurs anciennes et a imploré la clémence et la protection des mânes des ancêtres de Kétou sur l’auteur. A en croire le Secrétaire permanent de la Commission nationale de la Francophonie, Adolphe Kpachavi, a l’exercice auquel s’est livré l’auteur Thomas Adégnandjou répond à une  mission classique de la francophonie qu’est la promotion de la culture. Le ministre Jean-Michel Abimbola présent au lancement de l’œuvre, a rappelé que la localité de Kétou a un passé glorieux qui mérite d’être perpétué Tout en saluant l’intention de l’auteur de partager ses racines avec le monde, le ministre a confié que l’ouvrage mérite d’être lu et recommandé. Il a aussi rassuré du soutien de son département ministériel à la promotion du roman.

L’ouvrage en question

« Héritages » est un roman de 135 pages qui retrace l’enfance de Thomas Adjani Adégnandjou du village Illagbé à Kétou en passant par Illikimou. Le décor présente la vie rurale, un milieu non atteint par la modernité. Cet ouvrage est composé de huit chapitres et fait ressortir la rudesse des travaux champêtres, la vie à l’école et l’importance des veillées dans son village natal. Préfacé par docteur Roger Koudoadinou du département des Lettres de l’Université d’Abomey Calavi, ce roman invite surtout à la conservation des valeurs culturelles anciennes.

auteur-heritages

Aziz BADAROU

En savoir plus...

Prix Orisha pour l’art contemporain africain : Le Béninois Kifouli Dossou remporte la première place

kifouli-dossou

Pour la première fois, le jeudi 2 octobre 2014, a été décerné à Paris (France) le prix Orisha pour l'art contemporain africain.

Créé par la Béninoise Nathalie Miltat, spécialiste des arts africains et le commissaire d'exposition français Timothée Chaillou, ce prix international vise à "mettre en lumière les démarches les plus emblématiques de la scène africaine subsaharienne". Pour cette première édition, le jury composé de Jean-Hubert Martin – à qui l'on doit la fameuse exposition fondatrice Les Magiciens de la terre en 1989 – de Touria El Glaoui (fondatrice de la foire 1 : 54 à Londres) et de Marc-Olivier Wahler (directeur de la Chalet Society) a décidé d'honorer l'artiste Béninois Kifouli Dossou. Connu pour son travail sur les masques gélédé, revisités pour offrir une vision du quotidien des Béninois, le plasticien bénéficiera d'une dotation financière de 10 000 euros "lui servant à la production d'oeuvres pour deux expositions personnelles, l'une en France et l'autre en Afrique".

Kifouli Dossou avait été sélectionné pour ce prix par Marie-Cécile zinsou, fondatrice de la Fondation Zinsou... qui accueillera justement l'exposition africaine. Les autres artistes en lice étaient Gopal Dagnogo (sélectionné par la commissaire Elise Atangana), Ori Huchi Kozia (sélectionné par le commissaire Abdelkader Damani), Dineo Seshee Bopape (sélectionné par le critique Hervé Mikaeloff), Boubacar Touré Mandémory (sélectionné par l'artiste Barthélémy Toguo) et Mame-Diarra Niang (sélectionné par la commissaire Marie-Ann Yemsi).

En présence du pape de la peinture congolaise Chéri Samba, le Prix Orisha a été confié à Marie-Cécile Zinsou par le parrain de l'événement, le footballeur à la retraite Lilian Thuram – dont la dernière blague est de se présenter sous le nom du Dieppois Emmanuel Petit...

Le cocktail de remise du prix, dont Jeune Afrique est un partenaire, était abrité par la maison de vente Piasa. Le prix Orisha, qui vient fort à propos combler un vide regrettable, sert en effet aussi de produit d'appel pour la vente aux enchères African Stories qui aura lieu chez Piasa le mardi 7 octobre à 18 heures. À cette occasion, le galeriste André Magnin, en collaboration avec Philippe Boutté, a sélectionné plus de cent œuvres qui seront proposées aux collectionneurs. Pour des prix oscillant entre 800 et 120 000 euros, les lots donnent dans leur ensemble un aperçu classique de la création au sud du continent. Une occasion unique, pour les fortunes du Continent, de montrer qu'elles soutiennent la création contemporaine.

Source Externe

En savoir plus...

Nathalie Hounvo-Yêkpê : Elle a sillonné tous les compartiments !

nathalie

La série « Resto faits divers » a été lancée le 1er août 2014 à Parakou. Cet événement marque un renouveau chez la jeune artiste béninoise Nathalie Hounvo-Yêkpê. De comédienne, elle devient réalisatrice. Pleins feux sur une artiste qui fait son chemin…

Nathalie Hounvo Yepke est l’actrice principale de la série « Resto faits divers » lancée il y a quelques semaines dans la Cité des Kobourous. Nathalie donne le ton d’une carrière de réalisatrice en écrivant par ses propres soins le scénario du film qu’elle a fait réaliser par Claude Balogoun de Gangan Production. Nathalie Hounvo-Yêkpê ne veut cependant pas s’en arrêter là. Puisqu’elle a bien les moyens de sa politique. Elle qui a commencé sa carrière artistique sur les planches. Au théâtre. Nathalie Hounvo -Yékpé est jeune, belle et talentueuse. Des atouts qui militent en sa faveur, en ce sens qu’elle est devenue depuis quelques temps une des têtes d’affiche de l’embryonnaire cinéma béninois. L’artiste qui est passionnée par les bijoux, déclare aimer s’habiller et mettre de petites chaines.

De l’Eace aux planches professionnelles

Ses premières armes, Nathalie les a faites du côté de la première université du Bénin. Dans le célèbre Ensemble artistique et culturel des étudiants (Eace). Après son Bac. Le metteur en scène Euloge Béo Aguiar alias Masta Cool repèrera la jeune artiste et lui proposera un rôle dans son spectacle « Dodaï », dans le cadre de l’édition 2004 du Festival international de théâtre du Bénin (Fitheb). Les signatures de contrats se sont enchainées pour Nathalie qui était du côté du Festival de théâtre de la fraternité (Festhef) en août 2005 à Azanhoun au Togo où elle a joué dans le spectacle « Ont-ils clabaudé ou grogné » aux côtés d’un certain Koffi Attédé.

Piquée véritablement par le virus du quatrième art, Nathalie a décidé de s’inscrire à l’Ecole internationale de théâtre du Bénin (Eitb)  que dirige Dine Alougbine. C’est là que Nathalie Hounvo-Yêkpê apprend véritablement le métier. Nathalie y rencontre des metteurs en scène, des scénographes, des régisseurs, des comédiens de plusieurs nationalités. Elle apprend beaucoup dans cette école située en bordure de mer à Togbin non loin de Cotonou. Sortie de l’Eitb, Nathalie Honvo lancée ainsi sur le marché théâtral a été distribuée dans des spectacles aussi bien au Bénin, en Afrique que dans le monde. La jeune fille qui rêvait d’être journaliste comme une certaine Annick Balley ou Jocelyne Alladayè, s’est résolue à poursuivre son histoire avec la caméra d’une autre façon. Elle sera distribuée dans plusieurs téléfilms béninois avec des comédiens comme Oncle Bazar, Prince Yadjo et autres.

Licenciée en géographie, celle qui avoue avoir de l’admiration pour l’artiste Zeynab a voyagé à travers plusieurs pays. Grâce au théâtre. Les projets de Nathalie Hounvo-Yêkpê sont nombreux. Pour le moment, elle s’active à compléter d’autres épisodes à sa série « Resto faits divers ».

Yves-Patrick LOKO

En savoir plus...

« Le show grandpublic » Désormais un rendez-vous mensuel

show-grand-public

Vendredi 26 septembre 2014, le public a été convié à l’Espace Tchif dans le cadre de l’événement dénommé  « le show grandpublic ». Une manifestation à laquelle ont participé à travers une prestation, les artistes Yaris et Wp Babadjêdjê.

L’ambition de Max Africa, la structure organisatrice de l’événement « le show grandpublic », c’est de faire de ce creuset une rencontre mensuelle où jeunes talents, artistes confirmés et le public pourront communier. Le top du projet a été donné ce vendredi 26 septembre où malgré la pluie qui s’est abattue sur la ville de Cotonou, de nombreux spectateurs n’ont pas voulu se faire conter l’événement. Ce fut un grand moment de partage entre artistes et participants. C’est d’abord à une animation d’un Disc-jockey béninois venu du Maroc que le public a eu droit. Avec un doigté impressionnant cet animateur a réussi à tenir en haleine les jeunes et les quelques rares personnes âgées qui ont effectué le déplacement de l’Espace Tchif pour vivre le spectacle. Les animateurs de l’émission « le rendez-vous grand public» ont par la suite, occupé la scène pour faire vivre au public, les conditions d’enregistrement de l’émission qui passe sur Océan Fm du lundi au mercredi matin. L’homme du Cro-Magnon était également de la partie, aux côtés de Irenée Sossoukpê l’animateur principal et les autres intervenants sur l’émission. Le jeune talent Yaris a été reçu sur l’événement, tout comme Wp Babadjêdjê, le rappeur de Porto-Novo.  Rendez-vous est pris pour le prochain numéro.

YPL

En savoir plus...

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

vlisco

Interdiction de publication : veuillez noter qu’une interdiction de publication stricte s’applique aux droits à l’image jusqu’au lancement prévu le 3 octobre 2014.

Splendeur   Entrez en scène et étincelez

Bienvenue dans la nouvelle collection Splendeur de Vlisco et découvrez couche après couche tout un monde d'opulence, de grandeur et de théâtralité féminine.
Avec la nouvelle collection de pagnes Vlisco, les femmes peuvent désormais incarner une sophistication mêlée de splendeur à l’état pur.

La campagne Splendeur. Cette saison, Vlisco s'adresse à toutes les femmes qui rêvent de s'habiller comme les stars glamour du grand écran. Pour un bal, une fête ou un simple dîner romantique, elles brilleront sous les projecteurs. La collection Splendeur donne aux femmes la liberté de créer des tenues qui révèleront leur séduction et les encourageront à faire une entrée remarquée. Les ornements pour inspiration. Les ornements opulents ont inspiré à Vlisco un grand nombre de ses créations vestimentaires cette saison. De petites paillettes, des perles nacrées et des bijoux en tissu confectionnés à la main en découpant les motifs ornementaux des pagnes viennent ainsi mettre en valeur, rehausser et compléter les imprimés.
La couleur faite haute couture. Les riches couleurs et le côté bohème de l’époque Art déco ont beaucoup inspiré le laboratoire Vlisco cette saison, tout comme les qualités fascinantes du velours et les bijoux somptueux. La richesse, l’intensité et la beauté de chaque coloris ont été distillées avec art dans chaque dessin.

Une collaboration avec Lanre da Silva. Styliste célèbre au Nigeria et ailleurs, Lanre da Silva possède un style qui se caractérise par sa féminité et son abondance d’ornements... et correspondait par conséquent à merveille au concept de Splendeur adopté cette saison. C’est donc tout naturellement que Vlisco l’a invitée à réaliser une parure élégante pour la campagne de communication en employant les pagnes dorés en édition limitée imaginés par la marque. Lanre a également dessiné une inoubliable robe de fête que les clients pourront tenter de remporter.

Des ornements Vlisco gratuits. Pour tout achat de deux coupons de six yards (dont impérativement une Limited Edition), les clients se verront offrir deux ornements Vlisco gratuits. Vlisco a imaginé de somptueux dessins décoratifs confectionnés à la main qui réinterprètent les ornements visibles sur les pagnes de la marque et qui, une fois utilisés sur un vêtement, lui insufflent un surcroît de Splendeur et de grâce. Mais ce n'est pas tout : la personne qui aura la chance de trouver la carte à gratter gagnante (exclusivement disponible à partir du 18 novembre dans les Boutiques Vlisco, sur www.vlisco.com/shop et dans les points de vente participants) remportera la robe dessinée par Lanre da Silva, confectionnée à ses mesures pour qu'elle lui aille parfaitement.

Des coupons de 2 et 4 yards. Avec ces coupons de taille réduite, les femmes peuvent maintenant associer et mélanger en toute facilité différents pagnes pour créer des looks résolument mode qui n’appartiendront qu'à elles. Disponibles en longueurs 2 et 4 yards et en lots préemballés, ces coupons sont disponibles exclusivement dans les boutiques Vlisco et sur www.vlisco.com/shop. Une histoire à ne pas oublier. Depuis 1846, Vlisco crée des pagnes de toute beauté qui ont marqué de leur empreinte la mode d’Afrique centrale et de l’Ouest. Reflet du grand savoir-faire néerlandais, ces textiles sont aujourd'hui encore connus sous le nom de « Hollandais ». Vlisco est la seule marque à produire d’authentiques wax hollandais, reconnaissables à leurs dessins originaux, leurs couleurs éclatantes et leur aspect craquelé unique.

Vlisco, le vrai, l’original, depuis 1846.

En savoir plus...

Mode vestimentaire : A la découverte du pagne

pagne1

Le pagne africain est une étoffe rectangulaire, en coton imprimé, qui peut servir aussi bien de vêtement que de couverture. Le pagne le plus connu est le pagne Wax (cire en anglais) qui est utilisé essentiellement par les femmes de l’Afrique de l’ouest dans la confection de leurs vêtements. Le pagne Wax a été introduit en Afrique de l’Ouest il y a 150 ans par les hollandais. Il est inspiré de trois cultures : indonésienne,  hollandaise et  ouest africaine. Sa fabrication se fait selon un processus mi-industriel et mi-artisanal. Généralement, les femmes des générations passées utilisaient le pagne pour le nouer autour de la taille, attacher leur bébé au dos ou encore confectionner des tenues traditionnelles comme le "Boubou" ou le "Bohoumba".

Mais au fil des temps cette conception du pagne a beaucoup évolué et les stylistes des générations qui ont suivi, ont apporté de nouvelles touches au port du pagne, rendant le pagne africain un peu plus moderne. Le port du pagne ne se résume plus aux tenues traditionnelles. Les femmes ont donc une plus large variété de modèles en pagne à porter. La génération de jeunes stylistes actuels a poussé la réflexion encore plus loin dans le but de rendre le pagne africain compétitif au plan international. Leur ambition étant de permettre aux personnes désireuses de s’habiller en pagne quotidiennement, de le faire tout en restant stylées et actuelles. Ils ont donc poussé leur créativité loin en mélangeant les pagnes africains aux autres tissus (soie, taffetas, mousselines, jeans…). C’est dans cet environnement  que  Nawal et Nadine, deux stylistes, apportent le coup de maitre en confectionnant des accessoires de modes en pagne. Elles viennent ainsi boucler la boucle et montrer leur maitrise du pagne.

En effet, elles ouvrent des perspectives plus grandes pour toutes les personnes qui comme elles, sont des amoureuses du pagne et qui souhaitent s’habiller tous les jours en pagne. Elles proposent donc une large gamme d’accessoires en pagne. Rien n’échappe à leur génie. Tout y passe. Des chaussures aux sacs en passant par les bijoux. Elles modernisent totalement le domaine du pagne et nous ramènent à nos racines. En toutes circonstances, les femmes ont le pouvoir et le choix de s’habiller en pagne maintenant que ce soit à la plage, en boîte, à un cocktail, à une soutenance et tout autre événement. Le pagne devient trsès prisé et ceux qui l’ont compris seront toujours tendance.

Kamar ADJIBADE

En savoir plus...

Soirée After work, octobre 2014 : Patch, la nouvelle collection Woodin présentée aux After workers

woodin

Jeudi 02 octobre 2014, une fois encore la tradition des Soirées After work a été respectée. Rien n’a manqué à ce rendez-vous mensuel, même si cette fois-ci, c’est un night club qui a accueilli l’initiatrice, Madame Virginie de Baglion et les After workers.

D’un lounge bar à un night club pour une Soirée After work, cela n’arrive pas tous les mois. Et quand il s’agit du nouveau night club L’ESCROC situé dans la Haie vive à Cotonou, nul doute que le cadre et le décor sont des facteurs qui ont dû amener l’équipe de Dôma Organisations à faire cette option exceptionnelle pour le plaisir des After workers. Au vu de la bonne ambiance qui a d’ailleurs prévalu à la soirée, Madame Virginie de Baglion, Directrice de l’Agence de communication et d’événementiels Dôma Organisations et son staff ne se sont donc pas trompés. Après le rappel du concept des soirées After work qui s’organisent depuis trois ans à Cotonou (se retrouver chaque premier jeudi du mois entre amis, cadres d’entreprises, fonctionnaires des secteurs public et privé, élargir son carnet d’adresses, prendre un pot, se récréer sans se coucher tard), Mme de Baglion, l’initiatrice desdites soirées a profité pour annoncer à la grande famille After work que le Guide 2014 des bonnes adresses de Cotonou, élargi à d’autres villes du Bénin est prêt. Le lancement officiel aura lieu à la prochaine soirée, celle de novembre, a-t-elle précisé. L’exclusivité du tout mignon Guide, c’est donc pour les After workers qui seront présents. Grâce à leurs Android, Ipad ou tablettes, ils auront également la primeur de télécharger l’application du Guide, a fait savoir la Directrice de Dôma Organisations.

Présentation de la nouvelle collection Woodin

Acte 2 de la Soirée. Woodin, partenaire des Soirées After work 2014 a dévoilé sa nouvelle collection aux After workers. Patch, c’est le nom de cette gamme resplendissante de tissu que les uns et les autres ont contemplé. Il faut retenir que c’est une collection vive en couleurs, des couleurs qui rappellent la terre et la flore de l’Afrique. Cette nouvelle collection qui est disponible dans les boutiques Woodin depuis le 29 septembre, c’est au total cinq dessins et plus d’une centaine de couleurs.
Partie de danse suivie de la récompense de la meilleure danseuse, quizz sanctionné par d’intéressants lots ; ce sont là, les autres temps forts de la soirée.

En savoir plus...

Trois questions à Bona Didolanvi : « …On a beaucoup de projets. C’est l’album qui nous bloquait »

bona-didolanvi

Fils du chanteur gospel traditionnel Félix Didolanvi alias pêcheur, Bona le leader du groupe Wood-Sound est percussionniste et batteur. A la veille de ce premier véritable spectacle de sa bande, il répond à quelques-unes de nos préoccupations.

Pourquoi monter le Wood-Sound, alors qu’on vous connaissait avec Afassa ?

Avant Afassa, j’ai connu d’autres groupes comme Jaya. Si j’ai laissé tomber Afassa, c’est parce que ça ne marchait pas avec les musiciens. Et là, j’ai voulu transformer le concept. Nous sommes deux d’Afassa à continuer l’aventure avec Wood-Sound. J’essaie toujours de trouver le concept nouveau et le transformer. C’est d’ailleurs après toutes ces expériences que j’ai décidé de la création de Wood-Sound qui existe en 2010. Depuis ce temps, on n’a pas encore effectué de sortie véritable. On s’est signalé pendant la Fête de la musique en 2011, au cours des deux dernières éditions du Festival Cotonou Couleurs Jazz et au Festival Lissa. Le concert de samedi 11 octobre prochain est notre premier concert. Nous serons également sur les podiums du Fitheb 2014.

Que devient votre projet de réalisation d’album ?

Le premier album de Wood-Sound est en cours. On avait prévu le présenter dans le cadre du spectacle. Mais là, on est en retard. Ceux qui n’auront pas la chance de suivre notre concert, pourront nous apprécier à travers l’album dont la nouvelle date de lancement est prévue pour début 2015. Nous y aborderons beaucoup de thèmes dont la joie, la paix. Bref, un peu de tout.
Nous avons aussi des projets en tête. C’est l’album qui nous bloquait et puisqu’on est presqu’à la fin, ça va bouger. Je profite pour lancer un appel à la jeunesse musicale. Elle doit comprendre qu’on doit travailler ensemble.  Nous devons faire des projets ensemble, pour évoluer comme c’est le cas dans certains pays proches de nous.

Parlons à présent de votre concert de l’Institut français du Bénin. De quoi sera-t-il fait ?

Nous présenterons le résultat de notre travail au cours de ce spectacle. Nous avons invités des artistes comme Faty et la rappeuse Sadky. Un morceau sera exécuté en hommage au feu chef d’orchestre du tout-puissant Poly-Rythmo de Cotonou. Cinq cuivres sont également conviés à animer ce concert avec nous. Nous attendons Magloire, Jérémie, Sam Isaac, l’américaine Sarah et Félix Saxe.

Propos recueillis par YPL

En savoir plus...
S'abonner à ce flux RSS

Application Mobile

app-mobile-android

Abonnement Numérique

abonnement-numerique

Abonnement Papier

abonnement-papier

Inscrivez-vous à notre Newsletter et revevez l'information en continu ! Les dernières nouvelles, les dernières déclarations, l'information où que vous soyez !