TPL_GK_LANG_MOBILE_MENU

bandeau-TocToc 1

A+ A A-

Culture

A l’occasion du lancement de son premier album : Sénateur Dico annonce un spectacle inédit

Senateur-Dico

Une nouvelle étoile montante s’affiche et s’affirme dans la galaxie du showbiz béninois. Révélé au monde du showbiz il y a quelques années lors d’un géant spectacle à Abidjan, l’artiste accroc des sonorités modernes s’annonce en grand pour ses fans. A l’honneur,Victorin Amoussou, mais ‘’Sénateur Dico’’ pour ses fans et mélomanes. Désormais pétri d’expériences, il lance sur le marché de disque une œuvre, la toute première de sa carrière. Baptisé « La lumière », l’album est riche de 10 titres et sera lancé le samedi 15 avril prochain au palais des sports du stade Gal Mathieu Kérékou.Evénement de grande envergure, ce sera un spectacle de lancement d’album inédit, encore jamais déroulé au Bénin. Pour la circonstance, l’artiste met à la disposition des spectateurs, d’importants lots à gagner, selon le coût des tickets d’entrée. Il s’agit d’un véhicule de marque Lexus 350, une moto Wave 110, un écran plasma et un téléphone android de marque Infinix. Exécutées en dialectes fon et français, les chansons que le Sénateur Dico entend mettre à la disposition des amoureux de la belle mélodie baignent dans des sonorités modernes, notamment la world music et majoritairement très dansantes. A l’en croire, c’est une sauce merveilleusement bien épicée dans le studio du Dj Mathieu 1er. « Sans la lumière, on ne peut pas connaître l’obscurité. Avant, nous étions dans l’obscurité ; maintenant, nous sommes devenus enfants de la lumière », annonce l’artiste, très serein, prêt à offrir une soirée indélébile à tous ceux qui feront le déplacement le samedi 15 avril 2017 au palais des sports du stade Gal Mathieu Kérékou.

Loth HOUSSOU

En savoir plus...

Edition 2017 de la "Nuit poétique" : Rendez-vous fin mars pour les belles paroles

Guy-Ernest-Kaho

La ‘’Nuit poétique’’ se déroulera le vendredi 31 mars 2017 à partir de 19 heures au Théâtre de verdure de l'Institut français de Cotonou.Il s’agit d’une initiativedont le Directeur  artistique est le talentueux comédien, Guy-Ernest Kaho. L'événement connaîtra la mise en harmonie des déclamations poétiques avec la musique et une performance de sculpture vivante avec l’atypique peintre sculpteur Laudamus Sègbo.


Teddy GANDIGBE

En savoir plus...

Entretien avec une étoile montante M’Bassi : «Musicalement je concours à être …»

MBassi

L’artiste chanteuse,  choriste et interprète, Laetitia Yotto alias M’Bassi Laetitia, émerveille les mélomanes d’ici et d’ailleurs à travers les notes musicales dont le timbre reflète le septentrion. La chanteuse espère découvrir l’univers artistique africain et du monde dans les jours à venir.

Matin Libre : En peu de mots si tu dois te présenter

L’artiste : Laetitia Yottoalias M'bassi Laetitia, est une artiste béninoise, environ la quarantaine d’années, et est originaire du Nord Bénin précisément de l’ethnie waamade Natitingou. Mère de 2 filles, j'ai démarré la musique depuis le bas âge dans une chorale de l’école catholique des sœurs de Natitingou. C'est surtout les appréciations qui fustigeaient parci parlà qui m'ont plus motivée à faire carrière dans la musique.

Comment décris-tu ton album, depuis quand est-ce que tu l'as composé, et en t'inspirant de quoi?

Mon premier album « M'bassi »  composé depuis 2 ans, qui signifie en langue Waama le signe de la détermination, tiendra d’abord compte des rythmes traditionnels « yoobou » du Nord Bénin à la base, mais sera varié sur des airs de la musique importée comme le « Coupé décalé » de la Côte d’Ivoire, la salsa, et reggae. Voilà brièvement ce que je peux dire de mon album, qui traite des thèmes relatifs aux faits sociaux, comme Dieu, amour, jalousie, trahison, maltraitance des femmes...C’est-à-dire ce que nous vivons chaque jour en tant qu'individu dans nos divers maisons et foyers.

Quel est ton modèle dans la musique béninoise et pourquoi ce choix ?

Beh! Et oui, je m’inspire de moi-même comme modèle, Kiri Kanta que j'affectionne particulièrement lorsqu’elle chante, car on sent en elle qu'elle vit ce qu'elle chante. Avec Kiri Kanta, j'ai compris qu'on peut mieux véhiculer ce qu'on vit.

Mot de fin

Mon mot de fin pour dire que je me défends seule à pouvoir réaliser tous mes projets, et musicalement, je concours à être aussi un modèle pour le Benin en particulier la gent féminine du Nord Bénin. D’où, j'ai donc besoin de producteur.

Kamar ADJIBADE

En savoir plus...

Miss estudiantine Bénin 2017 : La touche particulière des députés Ahouanvoébla, Abimbola et Okounlola

miss-estudiantine-benin

Le comité d’organisation de l’édition 2017 du concours de beauté féminin en milieu estudiantin dénommé Miss estudiantine Bénin a été reçu, jeudi 16 mars 2017, par les députés Augustin Ahouanvoebla, Jean-Michel Abimbola, et André Okounlola, en présence de quelques candidates et de la miss estudiantine Bénin 2016. Le promoteur du concours Miss estudiantine Bénin, Eméric Joël Allagbé était à la tête du comité d’organisation de la 10e édition de cette célébration  de la beauté féminine et intellectuelle qui aura lieu le samedi 15 avril 2017 dans la salle rouge du Palais des congrès de Cotonou. Une fois dans le bureau  du président du groupe parlementaire Prd, Augustin Ahouanvoebla, les échanges de civilités ont planté le décor d’une véritable séance de travail. Le groupe a été rejoint par la suite par le président Jean-Michel Abimbola.D’entrée de jeu, Eméric Joël Allagbé a partagé avec les députés, les ambitions que poursuit le concours Miss estudiantine Bénin. Cela fait 10 ans que ce concours vise à mettre en valeur à la fois, la beauté physique et intellectuelle des femmes  en milieu estudiantin. «….Nos candidates ont besoin d’être soutenues….», mentionne le promoteur.Prenant la parole, le président Augustin Ahouanvoebla a félicité les candidates et le comité d’organisation car pour lui, ce n’est pas facile d’investir dans la culture et il faut toujours y croire. Dans ce genre d’événement, rien ne doit être négligé, a-t-il déclaré. Pour le président du groupe parlementaire Prd, toute activité de la vie est un jeu, il faut donc réussir. Pour y arriver, a-t-il martelé, il faut de la rigueur et de la méthode. Il a, dans son propos, aussi demandé au comité de voir dans quelle mesure, une visite du Benin aux candidates peut être organisée.  Quant au président Jean-Michel Abimbola, il a souhaité beaucoup de courage et d’endurance au comité d’organisation et aux candidates. Au comité d’organisation, il a surtout demandé de trouver une formule pour accrocher afin de différencier ce concours des autres qui s’organisent. Car, a-t-il dit, ce qui importe,  c’est l’après miss. Pour sa part, le député André Okounlola qui a rejoint plus tard le groupe, a dit toute sa joie d’appuyer des événements culturels. Pour lui, personne ne viendra développer le Bénin pour les Béninois. «…Nous devons agir pour le succès de l’événement», a-t-il conclu.

 Kola Paqui

En savoir plus...

Causerie mensuelle de l’association «Okpara Culture» : Les femmes sensibilisées sur les valeurs culturelles dans le ménage

causerie-debat

La causerie du mois de mars à la termitière de l’association  ‘’Okpara Culture‘’ s’est déroulée autour du thème relatif au «Rôle de la femme dans la transmission des valeurs culturelles au sein du ménage». Pour coller à l’actualité de la célébration de la Journée internationale de la femme, l’association a convié, samedi 18 mars 2017, les femmes et les jeunes filles des quartiers  Zogbohouè, Mènontin, etKindonou a échangé autour de cette problématique qui interpelle la gent féminine. Comédienne et réalisatrice de profession, Sandra Adjaho a entretenu l’assistance sur le volet de l’art vestimentaire dans la transmission des valeurs culturelles. Selon l’invitée, c’est du devoir de la femme d’inculquer  la culture vestimentaire aux enfants dans le foyer. «Nous sommes envahis aujourd’hui par des cultures occidentales, mais cela ne devrait pas nous détourner de nos habitudes vestimentaires qui valorisent notre culture», soutient la communicatrice. Conviée à se prononcer sur la transmission des valeurs culturelles dans le domaine de l’art culinaire, Nelly Gougla, représentante du chef quartier de Mènontin, a fait savoir que les enfants aussi bien garçons que filles, doivent-être associés dans la préparation des repas dans le ménage. Une alimentation saine, poursuit-elle, oblige à adopter des règles indispensables d’hygiène dans la préparation des repas. Avant de mettre un terme à sa communication, Nelly Gougla a exhorté les hommes présents à cette causerie mensuelle à accompagner souvent leurs épouses à la cuisine pour l’harmonie du foyer. La troisième intervention de Jeanne Aguiar, représentante du chef quartier de Zogbohouè a permis de sensibiliser les femmes sur l’entretien du ménage. Invitée d’honneur de cette troisième causerie mensuelle de la nouvelle saison artistique 2016-2017, Larissa Adjagba, Miss Bénin 2016 a affirmé que : «L’éducation passe forcément par l’entretien de la maison et l’habillement. Pour ce fait, notre habillement doit valoriser notre culture béninoise parce que c’est de cette manière que nous allons affirmer notre identité culturelle».

TG

En savoir plus...

1ère édition du festival ‘’Fami’’ : Paterne Tchaou et les siens prennent rendez-vous avec l’histoire

festival-FAMI

L'Association culturelle Arc-en-ciel organise du 14 au 16 avril 2017, dans la commune de Savalou, la Première édition du Festival des arts Mahi et d'IléIfè (Fami). Ce festival est le premier projet du Programme d'actions artistiques et Culturelles (Paac) 2017-2019 qui est un paquet de 12 projets orientés vers la valorisation des richesses patrimoniales et touristiques de la commune de Savalou en particulier, et des Collines en général. Ce festival est une plateforme d'expression artistique et culturelle qui regroupe les pratiques musicales et théâtrales des différentes ethnies du département des Collines. «Il y a d'une part, les communautés Mahi et d'autre part, les Tchaabè, Idaasha, Nagot, Ifè, et Yoruba qui sont regroupés sous l'appellation IIéIfè compte tenu de leur origine commune», souligne le promoteur Paterne Tchaou. À travers les arts de la scène, le ‘’Fami’’ veut valoriser le patrimoine culturel des Collines, département que partagent ces différentes communautés qui ont longtemps évolué sur le plan culturel en rangs dispersés. Ce festival se veut donc un espace où tous ces peuples peuvent se rencontrer pour impulser la diversité culturelle. Le ‘’Fami’’ est itinérant et passera à tour de rôle dans les six communes du département des Collines : Bantè, Savalou, Dassa-zoumè, Glazoué, Savè, et Ouèssè. Les dispositions sont en train d'être prises pour qu'il y ait une variété de rythmes connus ou méconnus des différentes communautés. «Nous programmons du spectacle de Guèlèdè, de Tchingoumin, Bolou, Anglissin, Akpanhoun, et d'autres rythmes méconnus du grand public», laisse entendre le journaliste culturel de Benincultures. Les jeunes troupes théâtrales de la zone sont aussi à pied-d’œuvre pour offrir aux populations des créations théâtrales dans lesquelles elles peuvent se retrouver. Le potentiel du patrimoine culturel des Collines est énorme et déjà en étant une plateforme qui favorise les rencontres, une nouvelle dynamique de diversité culturelle s'installera. Ce festival va créer une effervescence autour du patrimoine musical en disparition progressive dans les Collines. Les rythmes seront restaurés. La pratique théâtrale dans les Collines va se renforcer davantage grâce à cette tribune d'expression offerte aux jeunes troupes en quête d'émulation. Au cœur des activités, il y aura une conférence débat ayant pour thème : Le rôle de l'art et de la culture dans l'unification des peuples. Il y a aussi un atelier de formation en théâtre organisé avec la collaboration de la Fenat. Cet atelier a pour thème : ‘’La dramatisation du conte’’ et sera animé par Hermas Gbaguidi.

Teddy GANDIGBE

En savoir plus...

Tournoi de la francophonie pour le scrabble : Roland Kouton fait jouer les débutants

scrabble-jeu

L’Institut Français à Cotonou en  République du Bénin, le samedi 18 mars 2017, a été le centre d’intérêt pour  les passionnés du jeu de scrabble. L’Institut français a initié le Tournoi de la francophonie qui a connu un succès grâce à l’appui de la Fédération béninoise de scrabble.

En collaboration  avec la Fédération béninoise du scrabble présidée par le colonel Roland Kouton, l’Institut Français a organisé en faveur des amoureux du jeu de scrabble, le tournoi de scrabble de la francophonie. Ainsi, pendant toute la journée du samedi 18 mars 2017, les passionnés du jeu de scrabble, une fois encore, se sont donné rendez-vous à l’Institut français où ils se sont livrés au challenge selon deux variantes : il s’agit du podium «duplicate» réservé aux débutants et le classique qui a été réservé aux professionnels.Dans cette perspective, le jeu consiste à s’affronter l’un contre l’autre jusqu’à retrouver le duo finaliste. Pour le podium duplicate, les débutants qui n’étaient pas nombreux à participer à la compétition, n’ont pas eu beaucoup de parties ce qui a fait que la compétition a vite pris fin à leur niveau. Chez les joueurs confirmés, ils étaient une trentaine à participer à cette compétition. Après neuf rounds, seuls les trois premiers ont reçu des prix auprès de l’Institut Français. On retient donc à l’issue de la compétition, le classement ci-dessous suivant chaque variante. Pour le compte du Podium classique, il y a Rodrigue Adjahoungbéta, Emil Diaz Agbanglassi, et Hervé  Ayodélé Boni.  En ce qui concerne le Podium duplicate, Arnaud Amoussou, Bob Agbangla, et Rivelino Zoundji ont tiré leur épingle du jeu. Ils ont reçu des livres, des romans, et des dictionnaires comme prix.

Kola Paqui

En savoir plus...

Nuit des hôtesses 4è édition : L'évènement prend l'allure d'un concours

Nuit-des-hotesses

Le Premium palace du Campus d'Abomey-Calavi a servi de cadre pendant le week-end, à la 4è édition de la nuit des hôtesses, grande soirée de réjouissance des hôtesses. Elles étaient venues de plusieurs horizons. La cérémonie, riche en couleurs et parrainée par Simon Houéva et Ginette Téglessou, a connu la présence d’une panoplie d’artistes chanteurs, comédiens, animateurs, et acteurs culturels. Entre autres artistes, Nikanor, Sena Noble, Norbeka, Fanny, et le comédien ‘’Éléphant mouillé''. Le programme bien concocté en ambiance musicale, a été une compétition entre 16 hôtesses à l’issue de laquelle la première est repartie avec une moto. Le jury composé de trois membres avait à sa tête, l’artiste Jah Baba accompagné de Norberka et de Djibril. C’est d’ailleurs ce qui constitue la grande innovation de cette année. Il convient de préciser que la nuit des hôtesses est organisée par 2L'or productions dont le Pdg est Stanislas Dossou plus connu sous le pseudo Stan 2L'or.

Source : Authentique Tv

En savoir plus...

Programmation et animation des salles du Fitheb : Le projet "tous au Fitheb" lancé

tous-au-Fitheb

C'est au cours d'une rencontre avec les journalistes et acteurs culturels jeudi 16 mars 2017,que le directeur du Festival international de théâtre du Bénin (Fitheb) a lancé le projet "tous au Fitheb". Pour Erick Hector Hounkpè, directeur du Fitheb, ce projet vise à faire connaître l'institution au public avec la programmation des spectacles de Théâtre, de danse, de cirque, de lecture scénique, de clown, etc. Le projet s'adresse donc aux créateurs et à la communauté. Un appel à spectacle a été lancé depuis le 15 mars et  prend fin le 29 prochain afin de sélectionner  les spectacles à programmer dans ce processus d'animation du siège du Fitheb et de diffusion des œuvres artistiques créées par des Béninois. Le Fitheb mettra donc gracieusement ses salles à disposition des créateurs. Il s'agit de la grande salle d'une capacité d'environ 400 places qui est l'une des meilleures salles actuellement au Bénin, selon le Directeur.Le Fitheb dispose également d'une petite salle d'environ 80 places pour des lancements d'ouvrages, des lectures, du cinéma, et des conférences. Les salles seront ouvertes au public du mardi au Jeudi avec des programmations de spectacles à 13h et à 19h. Le Directeur justifie cette programmation par le fait qu'il faut tenir compte du public qui se situe aux alentours du Fitheb. Pour lui, «l'institution se trouve dans une zone où nous avons des collèges publics comme privés, le lycée Coulibaly, des écoles primaires et maternelles dont la plupart des apprenants ne rentre pas après les cours de la matinée. Il faut donc leur proposer des distractions saines». Cette programmation s'adresse également aux administratifs et à tous ceux qui fréquentent la zone pour des échanges commerciaux. Erick Hector Hounkpè veut donner une nouvelle habitude au public, les amener à consommer les produits artistiques de nos créateurs qui doivent vivre de leur art. Les créateurs du Nord au Sud, de l'Est à l'Ouest, sont appelés à s'inscrire au siège du Fitheb afin de bénéficier de cette programmation. Les créateurs présents ont apprécié cette initiative qui leur permettra de faire connaître leurs productions. Pour finir, Erick Hector Hounkpè a annoncé que ce processus va conduire à un réseau de salles avec la programmation des spectacles dans ces salles et dans des structures à travers l'autre projet "Fitheb chez vous"

Codjo Donatien SODEGLA

En savoir plus...

Showbiz : Turbo Queen Tintin signale son retour !

Turbo-Queen-Tintin

L’artiste accroc du ‘’Zobla dance’’, Stanislas Augustin Quenum alias Turbo Queen Tintin, est de retour pour ses fans et mélomanes. C’est à travers son nouvel album, le 5è de sa carrière, avec lequel il entend renouer avec lemarché du showbiz. Baptisé « Minsèminsè », l’œuvre est riche de douze (12) titres. Prévu pour être officiellement lancé en juin 2017, l’album est une autoproduction a été enregistré puis arrangé au studio Madson music du Dj Mathieu Premier. Cette fois-ci, Turbo Queen Tintin a travaillé un livre sonore pour satisfaire toutes les catégories et genres d’accrocs de belles mélodies. D’abord, les douze titres sont exécutés dans des dialectes diversifiés tels que le français, le fon, en yoruba, le mina et baignent dans des sonorités à savoir le « zobla dance » (sa propre création), du zobla dance métissé, du zouk. « Minsèminsè », le titre qui a donné son nom à l’œuvre, « Merci papa Yavé », « les jaloux vont maigrir », « Maman Thereza », sont entre autres des titres de cette œuvre que les mélomanes découvrent déjà peu à peu à travers le lancement du single phare. A l’en croire, la vidéo de ce titre viendra agrémenter et renforcer la promotion les semaines à venir.

« Minsèminsè » parle de moi-même, surtout de l’accident fatal qui a failli m’ôter la vie, il y a trois (03) ans », a confié l’artiste qui s’est révélé à travers « Gogo zangni », un titre qui date de plus de 15ans. Turbo Queen Tintin est, depuis plusieurs années, animateur d’une émission culturelle dénommée « Bénin Top show couleur béninoise) sur la radio Océan Fm.


Loth HOUSSOU

En savoir plus...
S'abonner à ce flux RSS

Application Mobile

app-mobile-android

Abonnement Numérique

abonnement-numerique

Abonnement Papier

abonnement-papier

Inscrivez-vous à notre Newsletter et revevez l'information en continu ! Les dernières nouvelles, les dernières déclarations, l'information où que vous soyez !