TPL_GK_LANG_MOBILE_MENU

bluediamond-TV

A+ A A-

Tenue à Bonne date du Festival international de théâtre du Bénin : Tout meurt dans le secteur culturel mais le Fitheb doit vivre

Esckil-Agbo

(Le journaliste culturel Esckil Agbo lance la campagne…)
Un doute fantomatique circule autour de la tenue à bonne date de L’édition 2018 du Festival International de Théâtre du Bénin.  Prévue pour se dérouler à partir du 22 jusqu’au  31 Mars à Cotonou, l’unique grand rendez-vous de l’Afrique de l’ouest qui rallie la crème des acteurs du monde théâtral semble voir son organisation repoussée. L’appel à spectacle lancé depuis le mois de septembre n’a toujours pas livré ses résultats. Le doute s’empare de certains acteurs culturels béninois dont le journaliste culturel Esckil Agbo. Il a lancé la campagne « Je suis FITHEB 2018 », afin que les autorités se penchent rapidement sur la question de la tenue ou non de la 14ème  édition du festival qui est vieille aujourd’hui de 27 ans. « Je suis FITHEB 2018 » est une campagne  pour réclamer ou revendiquer si vous voulez  l’organisation de la 14ème  édition  du Festival international de théâtre du Bénin (Fitheb).  Conformément à l’appel à création que la direction générale du festival avait lancé   courant le 2ème semestre de l’année 2017,  la 14ème  édition de la biennale   est annoncée pour  se tenir en mars 2018.  Le mois de janvier a fini d’égrener  ses jours,  celui de février a ouvert ses portes. Mais  jusque- là, nous n’avons aucune information officielle sur la tenue de l’événement.

Je n’arrive pas à comprendre qu’à  moins de trente jours du  mois de mars,  rien n’annonce les couleurs de l’organisation du Fitheb 2018. Nous n’avons aucune information  sur la délibération de l’appel à création,  les artistes  devant prendre part à la biennale ne sont  donc pas connus. L’appel à accréditation pour la presse  et autres n’est pas lancé. En un mot, il n’y a aucun signe de communication qui promet  l’événement. Rien du tout. Face à cette situation qui  défigure davantage le visage  culturel du Bénin, je pense qu’aucun acteur culturel béninois ne saurait rester insensible.  En tout cas,  le comédien, le metteur en scène, le dramaturge, le scénographe, le conteur, le slameur, le poète, le chanteur, le danseur  qui aime le Bénin et qui  aime ce festival ne peut rester indifférent à ce sort  qu’on lui inflige.  D’où la campagne « Je suis FITHEB 2018 ». Pour emprunter  les mots  du poète- dramaturge  béninois Daté Barnabé Atavito – Akayi,  « le Fitheb ne mourra  pas car il n’y a pas de morgue pour l’accueillir », fait savoir le Journaliste pour exposer le mobile de son engagement.

 

Dernière modification levendredi, 09 février 2018 04:32
Connectez-vous pour commenter
Retour en haut

Application Mobile

app-mobile-android

Abonnement Numérique

abonnement-numerique

Abonnement Papier

abonnement-papier

Inscrivez-vous à notre Newsletter et revevez l'information en continu ! Les dernières nouvelles, les dernières déclarations, l'information où que vous soyez !