TPL_GK_LANG_MOBILE_MENU

SGB MAF GIF 1000x250px

A+ A A-

Représentation théâtrale : ‘’L’os de Mor Lam’’ ou ‘’L’Avare’’ joué à la béninoise

Los-de-Mor-Lam-theatreLos-de-Mor-Lam

Un spectacle d’environ une heure qui emporte dans un monde de fou-rire. C’était samedi 29 juillet 2017 à la grande salle de théâtre de l’école internationale de théâtre du Bénin (Eitb) avec les étudiants de la quatrième et de la cinquième promotion.

Quatorze (14) acteurs ont évolué sur scène. Ce sont les étudiants de la quatrième et de la cinquième promotion de l’Eitb qui ont exposé au public amoureux du théâtre les travaux d’un atelier expérimental. Le spectacle porte sur le théâtre Jeune public. ‘’L’os de Mort Lam’’ mis en scène par  Alain Héma retrace l’histoire d’un avare de bonne facture. Pour avoir demandé à sa femme de faire cuire un os, il était assis à côté d’elle dans la cuisine et demandait de temps à autre si l’os s’est bien ramollit.  Et puisqu’il déteste des visiteurs, pendant son repas, tous ceux qui lui rendaient visite à l’instant étaient indésirables. Mais il en est un qui lui a tenu tête et a fini par le dévoiler. Moussa est l’ami sincère, mais très tenace, de Mor Lam. Lorsqu’il a visité ce dernier, il y est resté. Mais Mor Lam sentant une faim accrue au ventre et ne voulant partager son repas avec personne, a joué toutes les cartes pour faire partir son cher ami qui, lui, a déjà constaté ce pour quoi sa présence dérange si tant. Mor Lam a beau jouer au fatigué, au malade et même au mort, Moussa est resté égal à lui-même dans sa position de visiteur. Finalement quand est arrivé le moment de l’enterrer sa femme était dans l’obligation de tout dévoiler et de livrer son avare de mari aux responsables du village qui eux aussi n’en croyaient pas à leurs yeux.

Une sorte de miroir de société…

À travers le décor et les tableaux présentés, ce spectacle conçu spécialement pour les enfants est un fou-rire qui dénonce la condition malheureuse de vie du bas peuple.  Il faut remarquer déjà avant la scène de Mor lam lui-même dans le spectacle, un brouillant tableau  a d’abord exposé une sorte de marché de petits métiers où escroquerie, moquerie et sadisme font bon ménage. Un décor modeste sous un feu de jour où les différents acteurs se frottent dans des tenues de fortune dans un fond pauvre. Tout montre, respire la misère que traverse le bas peuple même si le travail du metteur en scène a tenté de camoufler cela dans un comique satirique. Le public convié s’y est retrouvé malgré le moment de détente qu’ils se sont offert. Il est à souligner que quelques cuisines internes restent à faire au niveau des jeux d’acteurs pour que le travail tende vers la perfection.

Teddy GANDIGBE 

Dernière modification lemercredi, 02 août 2017 06:08
Connectez-vous pour commenter
Retour en haut

Application Mobile

app-mobile-android

Abonnement Numérique

abonnement-numerique

Abonnement Papier

abonnement-papier

Inscrivez-vous à notre Newsletter et revevez l'information en continu ! Les dernières nouvelles, les dernières déclarations, l'information où que vous soyez !