TPL_GK_LANG_MOBILE_MENU

MTN COUVERTURE 4G BILLBOARD 970x250-px-01

A+ A A-

Culture

Théâtre : ‘’Tiens bon Bonkano’’ de Alfred Dogbé en spectacle

theatre

(Un travail de Mariam Darra et Nathalie Hounvo Yèkpè)
"Tiens bon Bonkano" et "L'Œuf dans la poule" sont deux aventures artistiques qui closent le projet de résidence de quatre metteurs en scène débuté en 2015. Après Guy Ernest Kaho et Michael Todego, c'est au tour de Nathalie Hounvo-Yèkpè et de Mariame Darra de présenter leurs réponses à l'interrogation: c'est quoi mettre en scène? «Nous vous convions le 29 Avril 2017 à l'Institut français de Cotonou pour partager notre expérience. Une coproduction de Germes de Pensées et de l'Institut Français du Bénin», a fait savoir les acteurs. Joué par Jean Louis Kedagni, Tiens bon Bonkano de Alfred Dogbé part de l'envie de plonger le spectateur dans un bout de la vie d'un mendiant. Provoquer un état émotionnel et ou plastique en continue, qui commencerait au coin d'une rue et qui finirait dans les méandres de nos faiblesses. La pièce étale les travers de la société, les dédales de notre quotidien, questionne l'humain sur ce qui fait de nous des Hommes. Samedi 29 Avril à 18h30 et 20h au théâtre de verdure de l'Institut français de Cotonou, le grand théâtre déroulera son tapis. Trois comédiens portent "l'Œuf dans la poule" de Catherine Verlaguet, une pièce qui révèle à quel point les adultes se perdent, à force de vouloir tout compliquer. C'est avec cette simplicité que Nathalie Hounvo Yekpe compte mettre en vie cette pièce, dans un espace fermé afin de conserver l'intimité dans lequel père et fils échangent.  

TG

En savoir plus...

Exposition Photo : Un angle ouvert sur l’érotisme à travers la photographie

expo-photo

Dans le cadre de la commémoration de la Journée des médias au Bénin, une exposition de photographie d’art se déroulera au village des médias qui sera installé au cœur du stade de l’amitié Générale Mathieu Kérékou de Kouhounou. Les œuvres qui seront exposées sont du photojournaliste Erick-Christian Ahounou. Le vernissage porte sur le thème «Erotisme du regard» et dans cette perspective, dévoile la beauté du corps humain à travers la nudité de l’homme et de la femme. La cérémonie officielledu lancement des activités de cette journée des médias est prévue pour se tenir à partir du 30 Avril et se poursuivra jusqu’au 07 mai 2017. L’événement accueillera également des spectacles de musique en live et plein d’autres activités culturelles en marge des activités médias prévues par la programmation.

TG

En savoir plus...

Gestion de la culture : Les 3 motifs de satisfaction des acteurs culturels

acteurs-culturels

La plateforme des acteurs culturels du Bénin a  rendu publique une déclaration,  ce samedi 22 avril 2017 au Stade de l’Amitié Général Mathieu Kérékou. Même si les 12 mois de gestion du secteur de la culture par le ministre Ange N’Koué leur ont  laissé un goût amer, ils ont relevé quelques motifs de satisfaction à travers les dernières décisions prises par le Président Patrice Talon.

«Depuis 12 mois, le secteur culturel béninois est plongé dans une situation de crise sans fin, dans une léthargie totale…». C’est ce qu’on peut retenir du bilan fait par la plateforme des acteurs culturels dans leur déclaration lue par Pascal Wanou, leur porte-parole. Toutefois,  ils ont relevé, dans leur déclaration,  quelques décisions prises par le Chef de l’Etat  en «vue de résoudre, sinon, d’atténuer la crise». Et pour ça, ils ont tenu à lui exprimer  leur gratitude. Au nombre de ces motifs de satisfaction des acteurs culturels, il y a «la nomination d’un nouveau Directeur général du Fonds des arts et de la culture». Un homme qui, aux dires des acteurs culturels réunis au sein de la plateforme «maîtrise bien les problèmes du monde artistique et culturel parce que artiste et acteur culturel lui-même».

Le 2ème motif de satisfaction souligné, c’est l’augmentation qu’a connu le budget du Ministère du tourisme et de la culture. «…Un accroissement considérable, passant de 11 milliards de FCfa à 35 milliards, 755 millions.346 mille Francs Cfa, démontrant ainsi la volonté et la détermination du Chef de l’Etat de booster le secteur culturel béninois et de l’arrimer véritablement au tourisme».

Le 3ème et dernier motif de satisfaction des acteurs culturels se justifie par «les mesures justes» prises par le Président Patrice Talon après avoir été éclairé par la mission d’audit qu’il a envoyée au Fonds des arts et de la culture, après les nombreuses dénonciations de la gestion de l’institution. Au nombre de ces mesures, les acteurs culturels ont relevé entre autres, «la non suppression du Fac, mais sa restructuration, le paiement effectif et intégral des reliquats des avances sur financement de projets, la mise à disposition diligente du nouveau Décret portant Attributions, organisation et fonctionnement (Aof) en vue de permettre la mise en place de ses nouveaux organes de fonctionnement». Au-delà de ces motifs de satisfaction, les acteurs culturels ont également formulé quelques doléances dont entre autres, «le lancement diligent de la saison artistique 2017, la nécessité de tenir compte du profil devant guider au choix du ministre de la culture…». Une déclaration remise, à la fin de sa lecture, en main propre, au directeur du Fonds des arts de la culture, qui a promis la transmettre au Chef de l’Etat dès ce lundi 24 avril 2017.

Source : Blog Mémoire d’artiste

En savoir plus...

Spectacle de musique : Le groupe Divine Mélo offre un show

divine-melo

Le groupe ‘’Divine Mélo’’ s’apprête à donner un éblouissant spectacle de musique aux mélomanes béninois. Pour réussir, rendez-vous a été pris au temple des spectacles lives, le Yes Papa de Cotonou. Ce groupe de variété tradi-moderne entend exploiter son savoir-faire pour laisser une trace indélébile samedi 29 avril 2017.  Il s’agit d’un club de musique qui émerveille depuis peu au Bénin en matière de la musique. Fait d’excellents pratiquants des cuivres, des instruments à corde, et des percussions, Divine Mélo est un groupe qui hisse haut le flambeau de la musique béninoise.

TG         

En savoir plus...

Morceau Choisi : ‘‘Hongan’’ de Don Metok

don-metok

La clé de mon bonheur se trouve dans ma main...

Couplet 1:

Moi je suis un homme libre
I'm a free man
Je vais faire le tour du monde
Comme le vent qui souffle
Et quand j'arrive à une porte
Oui, elle s'ouvre toute seule
Bô n'zinalôôôô
d'akonou...
Do gbènon man djomido
nèn
Nontébowakponbo...
Sèdjrogan, bôalônado
Kpèdjènkpolobô mina do
Alôyintônonwlidjôhon
an...?
Eo golo oooo......
Sèdjrogan, bôalônado
Kpèdjènkpolobô mina do
Alôyintônonwlidjôhon
an...?
Eo golo oooo.....

Refrain:

N'golo yaaaaaaa.....
N'golo azon.....
N'golo houé ééooooo.....
Hongan do yènsibô
n'nadôhôntaaa?
A golo yaaaaaaa.....
A golo azon.....
A golo é looooo.....
Hongan do houè si bô
houènadôhôntaaa?
E'goloyaaaaaaa.....
E'goloazon.....
E'goloéloooooo.....
Hongan do mèô si bô
énadôhôntaaa?

Couplet 2

Mais le ciel,
lui il nous reste fidèle
Quand on sait ce qu'on veut
aussi Quand je vois un nouveau jour
Moi, je chante
Brise-moi dans toutes les chaînes
Et sors de cette prison
Les fenêtres et les portes sont ouvertes
Il n'y a pas de gloire sans toi...
Alors, enseigne ton fils
Que celui qui habite là-haut
Qu'il entende son cri
Quand je lève mes yeux au ciel
Je vois mon étoile qui brille
Et qui brille...
Sèdjrogan, bôalônado
Kpèdjènkpolobô mina do
Alôyintônonwlidjôhon
an...?
Eo golo oooo......
Sèdjrogan, kpônalônado
Kpèdjènkpolobô mina do
Alôyintônonwlidjôhon
an...?
Eo golo oooo.....

Refrain: (Chœur et Lead)

N'golo yaaaaaaa... (N''golo ya) N'golo azon...(N'golo azon) N'golo wéééooooo...(N'golo wélooooo) Hongannandoyèn si bô n'nadôhôtaaa? (Hongannandoyèn si bô n'nadôhôtaaa?) A'goloyaaaaaaa... (Héééééééééééééééé...) A'goloazon... A'golowéééooooo...Hongannandohouè si bôhouènadôhôtaaa? E'goloyaaaaaaa... E'goloazon... (A golo azon) E'golowéééooooo... (A golo yéloooooo...) Hongannandoéyè si bô é nadôhôtaaa? (Hongan do yèn si iiii…)

En savoir plus...

Gestion de la Direction des arts et du livre : Léon Zoha lance les signaux de sa détermination

Leon-Zoha

À peine est-il venu à la tête de la Direction des arts et du livre (Dal), et plein d’activités à impact positif s’affichent à son compteur. Léon Zoha a été nommé le 11 octobre 2016 à la tête de cette direction technique du Ministère du tourisme et de la culture. Dès sa prise de fonction, le jeune directeur marque sa détermination à accompagner le gouvernement dans sa dynamique de faire de la culture le fer de lance du développement du Bénin. Une série d’événements a déjà connu de succès sous sa responsabilité malgré les maigres moyens dont dispose la direction. L’organisation à Abomey du Festival départemental des arts et la culture (Fesdac) a été un grand défi que Léon Zoha a brillamment relevé, puisque depuis 2014, cette manifestation n’a plus lieu. Alors qu’un peu avant l’organisation dudit Festival, le Dal a eu la charge d’honorer en novembre, le rendez-vous de la célébration de la Journée internationale de l’écrivain africain. Une activité exigeante qui sollicite bien d’effort. L’événement a rassemblé les têtes de pont de la littérature béninoise avec à la clé, un débat enregistré avec les journalistes Florent Eustache Hessou et Tanguy Agoï. À tout cela s’ajoute le méga concert et la brillante participation du Bénin au Salon du livre à Paris. La direction, sous l’égide de Léon Zoha, a également consenti l’effort d’organiser un atelier de curricula qui a mobilisé les professeurs d’universités pour réfléchir sur l’adéquation des formations. «L’administration est une continuité. Ceux qui m’ont précédé ont fait ce qu’ils peuvent selon les moyens qu’ils avaient à leur disposition. Mais chaque régime vient avec sa stratégie et sa politique culturelle. Nous, nous sommes en train de restructurer les choses. Parce que dans le secteur, il y a beaucoup de maldonnes, où ceux qui se font appeler acteurs culturels ne sont pas forcément les vrais. Donc, il faille mettre de l’ordre. Dans les reformes en cours, il a été par exemple initié le statut de l’écrivain. Et plais à Dieu, ce sera une réalité avant la fin de cette année. Il y a aussi la validation du projet de texte juridique de la maison de l’artiste qui est en cours d’élaboration», a dévoilé le directeur avant de signaler que jusque-là, il travaille hors Pta (Plan de travail annuel). Et maintenant que cet important outil a été adopté par le gouvernement pour le compte de l’année 2017, les fruits tiendront plus la promesse des fleurs. On ne peut que souhaiter bon vent au directeur des arts et du livre, Léon Zoha.

T G          

En savoir plus...

Audience au palais de la République : Sa Majesté Sabi Nayina III reçu par le Président Patrice Talon

Patrice-Talon-et-Sa-Majeste-le-roi-Sabi-Nayina-III

(Le pied mis à l’étrier pour le développement du tourisme)
Le roi de Nikki, Sa Majesté Sabi Nayina III,  était au palais de la Marina, lundi 24 avril 2017. Le Président Patrice Talon a accordé une audience au royaume, vu la place de choix qu’il occupe dans le circuit touristique au Bénin.  Et puisque le tourisme est l’une des pierres angulaires du Programme d’action du gouvernement (Pag), le Président Patrice Talon a voulu avoir cet entretien avec le haut dignitaire et sa cour afin d’évaluer les voies et moyens à mettre en place pour que les richesses patrimoniales du royaume de Nikki servent d’éléments fondamentaux dans le processus de la promotion du tourisme béninois. Pour le chef du gouvernement, le tourisme béninois se portera mieux s’il y a une entente entre les chefferies traditionnelles et le pouvoir central. «Nous réclamons haut et fort qu’il conviendrait que nous fassions la reconnaissance officielle de notre chefferie traditionnelle. Je dois vous annoncer chère majesté que le royaume de Nikki, à travers son histoire, son palais, et vous qui l’incarnez aujourd’hui,  constitue un patrimoine que nous devons révéler», a fait savoir Patrice Talon. Et au roi de remercier les mânes des ancêtres avant de notifier avec une ferme conviction que le vœu du président de la République de faire de son royaume une vitrine du tourisme au Bénin est déjà exhaussé par la providence. En marge de cette préoccupation majeure de l’audience, les membres de la cour en ont profité pour présenter, au président de la République, les doléances du royaume à savoir : la reconstruction d’un palais impérial, le bitumage de quelques artères pour ne citer que ses besoins. Lesquels besoins ont reçu l’assentiment du président de la République.

T G

En savoir plus...

Causerie débat à Okpara culture : L’organisation des journées culturelles dans les lycées et collèges en débat

causerie-debat

«Qu’est-ce que les parents n’ont pas pu faire pour qu’on voit aujourd’hui ce qu’on voit dans nos rues ?» cette interrogation semble être adressée spécifiquement à une cible. Mais s’il y a des ratés ou des réussites dans l’éducation des adolescents qui se trouvent dans les lycées et collèges du Bénin, la responsabilité est bien partagée. La question a été décortiquée de fond en comble samedi 22 avril 2017 à la termitière de la culture dénommée Okpara culture et située dans les encablures du quartier Zogbohouè à Cotonou.  En réalité, lorsqu’on parle d’éducation culturelle dans les lycées et collèges, l’un des événements qui mobilisent le plus les apprenants autour de leur culture ce sont les journées culturelles. C’est à cette occasion que les talents se découvrent. C’est également à cette même occasion que chacun donne une autre coloration à son attitude vestimentaire. Donc, ce moment reste une occasion solennelle où la variété d’expression artistique et culturelle s’observe. Mais des années 60 à ce jour, quelle en est l’évolution et quel impact cette occasion a sur la génération actuelle? C’est à cette question que les panélistes de causerie ont essayé de répondre. En rappel de l’organisation de ces activités para-artistiques d’avant la période des années 60, CombertQuenum souligne qu’au bon vieux temps, ce sont ces journées qui faisaient germer les grands talents. Et le Dahomey d’alors a été classé premier au festival nègre initié à l’école William Ponty. Mais le flambeau est-il gardé jusqu’à ce jour? La jeune génération tient-elle toujours ce pari? La question se pose avec acuité. Pour la simple raison que tout est au rabais aujourd’hui au sein des lycées et collèges. La copie des modèles culturels d’ailleurs a pris le pas sur l’implication des apprenants aux manifestations culturelles.  Ils ont une autre vision de leur propre culture, le foisonnement de la nouvelle technologie obligeant. La jeunesse s’intéresse peu à ces réalités d’origine.  Ainsi, pendant les activités culturelles dans les collèges, la culture béninoise perd du terrain.  Face à la situation que faut-il faire? La réponse est toute simple, sans pour autant s’emmurer dans les vielles pratiques, il faut quand même renouer avec des habitudes telles que : le parler des langues locales partout où besoin se fait sentir; réorienter la jeunesse vers les valeurs culturelles; puis mettre en place des cadres de médiation culturelle pouvant permettre à tous les citoyens d’être au contact permanent de sa culture. C’est un ensemble d’approches que les panélistes ont pu déterminer afin de proposer une voie de sortie de situation.

T.G

En savoir plus...

Journée de restitution des travaux d’enfants en art plastique : Le projet ‘’Jardin d’enfants’’ fait germer des talents

Zoulkouflou

L’initiative est à sa deuxième édition. ‘’Jardin d’enfants’’ c’est un projet qui vise à réveiller dans les enfants l’esprit de la créativité en matière d’art plastique, culinaire, et autres. Le samedi 22 avril 2017, la salle polyvalente du Centre de promotion de l’artisanat (Cpa) a accueilli la cérémonie de restitution des travaux des enfants encadrés en dessin. À travers la multitude de tableaux présentés au public ayant effectué le déplacement du Cpa, l’inspiration des enfants à l’étape naturelle s’est affichée. De jolis crayonnages coloriés laissent entrevoir l’artiste qui est en gestation dans ses âmes fragiles. Ce sont les résultats de quatre jours de travaux avec les enfants dans le cadre du projet ‘’Jardin d’enfants’’ initié par Julien Akodjènou. C’est un projet qui a regroupé plus d’une cinquantaine d’enfants de la tranche de 07 à 17 ans pendant les congés de Pâques. «Avec les enfants que j’ai encadrés, j’ai eu de la joie et je suis sûr d’une chose, j’ai des artistes qui viennent derrière moi», souligne l’artiste peintre LawaniZoulkouflou, l’un des encadreurs des enfants. Ce projet vient comme une vision pour préparer la relève pour l’épanouissement des arts et de la culture au Bénin.

Teddy GANDIGBE

En savoir plus...

Rencontre entre la presse et le Dg/Fac : Gilbert Déou Malé ouvert aux critiques des journalistes

Gilbert-Deou-Male

Le Directeur général du Fonds des arts et de la culture (Dg/Fac), Gilbert Déou Malé, a tenu ce vendredi 21 Avril 2017, une rencontre d’échanges avec la presse culturelle au Restaurant ‘’Le Pitivier’’ de Fidjrossè. L’objectif est de s’entretenir avec eux sur sa vision pour l’assainissement du Fac tout en se montrant ouvert aux critiques.

 «Je voudrais établir une relation avec vous les journalistes culturels. Je ne veux pas qu’on lave proprement ce que je fais de mal. Je ne veux pas non plus qu’on gonfle ce que je fais de bien. Car je suis convaincu que je ferai mieux que mes prédécesseurs et que mes réformes vont arranger tout le monde». C’est ainsi que le Dg/Fac Gilbert Déou Malé plante le décor avec la presse culturelle. Dans un langage franc, il a partagé avec les journalistes culturels aussi bien de la presse écrite, en ligne, qu’audiovisuelle, ses projets pour la prospérité du Fac. «Nous avons trop de problèmes dans le secteur mais nous avons assez d’opportunités», fait-il savoir tout en indiquant qu’il va exploiter toutes les compétences qui s’offriront à lui. Pour lui, chaque acteur a quelque chose de positif en lui qu’on peut exploiter. «Les problèmes sont là et il faut juste chercher les solutions. C’est une perte de temps que de chercher à incriminer ceux qui en sont les acteurs», précise-t-il.

Il a également partagé avec l’assistance tout ce qu’il a appris à propos du disfonctionnement du fonds et des maux qui minent le secteur. Ce qui le motive à opter pour des réformes devant assainir le milieu pour gagner la confiance de l’Etat. Dans ses réformes, il projette que désormais, le dépôt des dossiers au Fac se fera en ligne. Une réforme pour non seulement archiver tous les projets mais également faire obstacle à ceux qui suivent les bénéficiaires des financements au trésor.  «Les sous des artistes doivent aller aux artistes», soutient-il en rassurant les journalistes que le fonds ne sera plus géré depuis le cabinet. Il trouve que c’est une injustice que d’empêcher ceux qui travaillent au Fac d’introduire quand on sait qu’ils seront obligés de contourner pour prendre plus gros que ce qu’on devrait leur donner. «Nous devons innover de sorte à mettre tout le monde au travail. Nous devons sortir des produits vendables. Et cela passe par la formation des acteurs à divers niveau», a-t-il souhaité.

Dans sa peau d’artiste, Gilbert Déou Malé pense restaurer l’image respectable des artistes. «Nous allons nous mettre ensemble pour montrer que l’artiste est quelqu’un qu’on doit respecter», exhorte-t-il. Et pour y arriver, il lance une guerre sans merci à l’endroit des artistes qui se présentent comme des vecteurs de mauvaises réputations. «Notre pays est désormais un pays voyou parce qu’on pense que c’est dans le monde des artistes que la drogue se consomme. Nous devons décourager en ce qui concerne les artistes, tous ceux qui contribuent à faire de notre pays une plate tournante de drogue», avertit-il.

Source : Jaimelaculture

En savoir plus...
S'abonner à ce flux RSS

Application Mobile

app-mobile-android

Abonnement Numérique

abonnement-numerique

Abonnement Papier

abonnement-papier

Inscrivez-vous à notre Newsletter et revevez l'information en continu ! Les dernières nouvelles, les dernières déclarations, l'information où que vous soyez !