TPL_GK_LANG_MOBILE_MENU

SGB MAF GIF 1000x250px

A+ A A-

Situation actuelle de la Fièvre hémorragique de Lassa au Bénin : 49 cas de malades, 23 décès et 28 cas suspects soit 47% de létalité

fievre-lassa

Le bilan relatif à la fièvre hémorragique à virus de Lassa continue de s’alourdir. Depuis la date du 21 janvier 2016, date de confirmation de l’épidémie au Bénin à ce jour, le taux de létalité est passé à 47% à la date du 29 février 2016. Le bilan a été présenté lundi dernier par le ministre de la Santé, Pascal Dossou-Togbé. Des 83 cas recensés et mis en isolement, 34 ont été déclarés non atteints de la fièvre après des analyses réalisées dans deux laboratoires épidémiologiques agrés par l’Organisation mondiale de la Santé (Oms). Au total, on dénombre 49 cas de malades dont huit (08) confirmés,  13 cas jprobables et 28 cas suspects. De même, 23 décès ont été enregistrés dont 4 décès confirmés, 23 décès probables et 06 décès suspects. L’autorité ministérielle a par ailleurs rassuré de l’efficacité de la riposte contre la fièvre hémorragique de Lassa grâce à une implication des partenaires techniques et financiers du secteur dont l’Oms.

Aziz BADAROU

La situation toujours inquiétante…


La situation est plus qu’inquiétante. La panique gagne désormais le rang des populations. Si le bilan ne cesse de s’alourdir, malgré l’acquisition depuis 2015, du remède efficace contre la maladie, la Ribavirine, il y a vraiment lieu de s’interroger. Ces ravages de la fièvre de Lassa seraient-ils imputables à un dysfonctionnement du système sanitaire?  Les acteurs de la pyramide sanitaire et les partenaires techniques et financiers seraient-ils en train de faillir à leur mission? Autant de questions qui trottinent actuellement dans la tête des Béninois.

Curieusement, le pays n’est toujours pas en état d’alerte maximum et l’on communique très peu sur l’épidémie malgré les proportions qu’elle prend. Des mesures urgentes ont-elles vraiment été prises pour limiter les dégâts? Qu’en est-il des mesures préventives et de veille sanitaire au niveau de nos frontières notamment avec le Nigéria, beaucoup plus touché par l’épidémie? En tout cas, si on en arrive aujourd’hui à ce bilan, c’est visiblement, soit, parce que la riposte n’a pas été efficace, soit,parce qu’elle n’a pas été immédiate. Car si des stocks de médicaments Ribavirine ont été pré-positionnés à Cotonou et dans la Commune de Tchaourou, il est inconcevable que la situation s’empire au jour le jour.

A.B

Dernière modification lejeudi, 03 mars 2016 05:35
Connectez-vous pour commenter
Retour en haut

Application Mobile

app-mobile-android

Abonnement Numérique

abonnement-numerique

Abonnement Papier

abonnement-papier

Inscrivez-vous à notre Newsletter et revevez l'information en continu ! Les dernières nouvelles, les dernières déclarations, l'information où que vous soyez !