TPL_GK_LANG_MOBILE_MENU

Banniere web 728x90px-01

Rejet des quittances des recettes-perceptions pour certaines formalités : Existe-t-il une différence entre les quittances du Trésor et celles des recettes ?

quittance-prefecture

(L’informatisation des recettes-perceptions : un défi à relever)
Le doute semble toujours persister quant à une évidente différence entre les quittances du Trésor public et celles des recettes-perceptions. On en arrive à se demander si les recettes-perceptions demeurent encore des structures déconcentrées ou décentralisées du Trésor public. En effet, après le feuilleton lié au surcoût des frais des prestations au Trésor avec pour motif fallacieux, l’informatisation des services, un autre constat vient renforcer le doute. Ce n’est plus un secret, les quittances des recettes-perceptions ne sont plus acceptées pour certaines formalités dans l’administration publique.

Alors que nous dénoncions, il y a quelques jours seulement, dans le cadre de l’opération de saisie des engins pour des infractions sur les axes routiers, une pratique peu orthodoxe au Trésor public, assimilée à de l’amateurisme par certains et à de l’escroquerie par d’autres, une autre recommandation de l’administration publique vient entretenir davantage le flou quant au crédit accordé aux quittances des recettes-perceptions comparativement à celles du Trésor public. Si, pour le paiement de l’amende pour non présentation de permis catégorie A2, les recettes ont perçu normalement les 3000F inscrits sur la fiche du commissariat, le Trésor public en avait perçu le double soit 6000F chez les usagers sous prétexte qu’à ce niveau, tout est informatisé. A ceci, vient alors s’ajouter le rejet des quittances des recettes-perceptions pour certaines formalités administratives au niveau de certaines structures étatiques dont la Préfecture de Cotonou. Quand bien même, des dispositions ont été très tôt prises par la Direction générale du Trésor notamment l’Inspection générale des services du Trésor pour situer les responsabilités dans l’affaire relative au surcoût des frais de prestation, il faut reconnaître que la marche vers la modernisation de l’administration publique piétine toujours.A quoi servent alors les recettes-perceptions si elles ne peuvent servir le citoyen dans sa localité ? Pourquoi rejette-t-on les quittances des recettes-perceptions au profit de celles du Trésor alors qu’elles restent des structures déconcentrées ? « Ce n’est pas normal » a reconnu une source à la Direction générale du Trésor public. A en croire notre source, cela peut pourtant s’expliquer.

Selon ses dires, il s’agit d’une question de traçabilité et de disponibilité immédiate des fonds pour des dépenses liées parfois au service demandé par le citoyen. « En fait, quand c’est sur un compte qui est ouvert à la Direction générale du Trésor qu’il faut verser l’argent, ils préfèrent que cela soit versé directement à la Direction générale ici pour que la traçabilité soit immédiate. Peut-être qu’ils ont besoin que leur compte soit automatiquement pourvu afin qu’ils puissent exécuter les dépenses là-dessus » a confié la source. Et de poursuivre « par contre, par exemple, si quelqu’un va verser l’argent, je suppose dans une recette-perception à Nikki, le temps que l’argent soit viré sur le compte ici, par rapport à nos procédures actuelles, cela prend du temps. Or, en ce moment, eux, ils ont besoin d’effectuer certaines dépenses liées même à  l’opération.» C’est donc clair qu’il faut toute une procédure qui s’étend sur la durée pour que les fonds versés dans les recettes soient transférés dans les comptes à la Direction générale du Trésor. Du retard ? L’informatisation des recettes- perceptions apparaît donc  désormais comme plus qu’un défi à relever par les autorités béninoises. « On est en train de le faire petit à petit jusqu’à ce  que tous les comptes soient en ligne. Les travaux sont en cours pour moderniser le système » a rassuré la source. Mais,il est plus que jamais temps de rendre plus opérationnelles, les recettes-perceptions afin de leur permettre de jouer pleinement le rôle qu’est le leur.

Aziz BADAROU

Dernière modification lejeudi, 07 juin 2018 05:25
Connectez-vous pour commenter
Retour en haut

Application Mobile

app-mobile-android

Abonnement Numérique

abonnement-numerique

Abonnement Papier

abonnement-papier

Inscrivez-vous à notre Newsletter et revevez l'information en continu ! Les dernières nouvelles, les dernières déclarations, l'information où que vous soyez !